Zerka. La source bleue et l’urbanisation des oasis de la Méditerranée (2015-2016)

Par Marc Breviglieri et David Goeury

Résumé du projet :

Le projet fait fond sur de vastes problèmes posés aujourd’hui par l’urbanisation rapide des pays méditerranéens, dont un ensemble d’impacts négatifs concernent les espaces oasiens. La modification de la gouvernance urbaine, mais aussi des cadres d’habitation et des modes de vie induisent à la fois une transformation nécessaire des cultures agricoles, mais aussi un ensemble de dégradations écologiques et matérielles des palmeraies, ainsi qu’une menace pesant sur la sauvegarde d’une tradition multi séculaire. La recherche documentera une légende urbaine (dite de la source bleue) qui véhicule un ensemble de repères mythologiques et symboliques dont la puissance stimule un imaginaire agroécologique et favorise une prise de conscience du patrimoine à sauvegarder. Elle s’inscrira aussi dans une dynamique participative (incluant architectes, géographes, anthropologues, et société civile) initiée par la ville de Tiznit.

Summary

This project deals with broad issues raised nowadays by the rapid urbanization of the Mediterranean countries, which produces a number of negative impacts on oasis areas. Changing urban governance and living standards and lifestyles in these areas induce both an important transformation of agricultural culture, as well as a set of environmental and physical degradation of palm groves. In addition, this massive urban encroachment threatens the existing multi-secular tradition in which, several skills and rich know-how about a singular and complex relationship with the constraints and natural resources, have been deployed. The city of Tiznit has employed local and participatory reforms in order to accompany this transformation. The current project makes part of this participatory process. Its ambition is to address the oral transmission of a legend that is the legend of the blue source. The first step of this study will be devoted to the collection of testimonies as this legend conveys a set of symbolic markers on the covenant relationship to nature. While the second phase of the study, based on meetings with local stakeholders and the different partners of various projects located around the blue source, will focus on the metaphorical power of the legendary story, and how it stimulates imagination and promotes agroecological awareness of a specific heritage to save. Finally, the third phase of this collaboration will focus on the necessary procedures to be followed in order to duplicate this type of project and identify the way it can be diffused and transferred to other Mediterranean partners (Tunisia and Egypt). This final step shall also help establishing a critical evaluation of the project when completed.

Présentation : conscience agroécologique et entretien participatif d’un équilibre menacé

Le présent projet, associant les domaines disciplinaires de l’architecture, de la géographie et de la sociologie, se trouve être au croisement de deux des périmètres thématiques indiqués : « Le végétal et la ville durable » et « Synergie patrimoines virtuels, naturels, culturels ». Il entend participer au renforcement au renforcement méthodologique et documentaire d’un projet d’architecture qui est une réponse locale (municipale et associative) à la réhabilitation urgente d’un espace oasien du sud marocain face au développement urbain qui en menace d’équilibre. En créant une cellule de travail réunissant acteurs locaux et universitaires autour d’une légende urbaine (la source bleue – aïn zerka), ce projet envisage de collaborer sur plusieurs chantiers de réhabilitation et d’édification architecturale qui privilégient une dynamique participative. Cette dynamique a été initiée conjointement par la municipalité de Tiznit et différentes associations avec lesquelles plusieurs membres de l’équipe travaillent depuis 2008  : restauration de la source, création d’un cheminement piéton allant de la source à la palmeraie et jouant sur des seuils de transition vers la ville, conception d’un patrimoine oral participant à la mise en place imminente d’un musée dans l’ancienne médina et à l’enrichissement du centre des archives de la ville, création d’une ferme éducative pour le public scolaire. Au cœur de cette collaboration sera mis en jeu la puissance axiologique de la légende dont le potentiel sémantique fraye véritablement un chemin de conscience écologique et une hiérarchie de valeurs où culmine un rapport d’alliance avec la nature qui contraste fortement avec le développement actuel de modes de vie urbains très énergivores. Enfin la dynamique du projet sera aussi formatrice : il s’agira en effet de sensibiliser un ensemble d’étudiants venant du Maroc et de France aux écueils de l’urbanisation en milieu oasien, de les faire participer à des processus d’aménagement d’ambiances et de dispositifs muséaux et didactiques, et de les former enfin aux recherches sur la narration et notamment aux techniques d’enquête liées au recueil de récits mais aussi à la captation des ambiances liant enregistrement sonores et captation d’images.

Orientation : un projet inscrit dans une perspective de sauvegarde écologique et patrimoniale

Le projet s’oriente principalement vers une recherche finalisée puisqu’il veut créer une cellule de travail réunissant acteurs locaux et universitaires. Il y est question de collaborer sur plusieurs chantiers de réhabilitation et d’édification architecturale. Ces chantiers privilégient une dynamique participative initiée par la municipalité de Tiznit et différentes associations avec lesquelles plusieurs membres de l’équipe travaillent depuis 2008. Le projet de recherche comporte aussi une dimension fondamentale dans la mesure où il explore un objet de récit tout à fait unique : une légende relative à une source sacrée dont l’étude contribuera tant à l’approfondissement de la connaissance des cultures oasiennes du Sud marocain, qu’à l’ouverture de perspectives dans le domaine de l’anthropologie narrative.

Un enjeu interdisciplinaire au service d’une approche concrète de réhabilitation du patrimoine : géographie urbaine et rurale, architecture traditionnelle et anthropologie des cultures oasiennes

A l’heure où les projets d’urbanisme allient des stratégies de captation de capitaux et cherchent en premier lieu à satisfaire des exigences de rentabilité en favorisant notamment des normes globales standardisées de construction, il est important de porter l’attention sur la menace de disparition patrimoniale et d’appauvrissement sémantique qui pèse sur les cultures locales et traditionnelles. Dans les régions sahariennes dotées d’espaces agricoles, urbains et architecturaux remarquables, cette menace ne prend pas seulement la forme d’une muséification hâtive de ces traditions pour les offrir à la consommation touristique. Elle met aussi en jeu une véritable régression de la connaissance dans les usages de l’environnement local, des ressources agricoles, des matériaux naturels (notamment une perte de contact avec les éléments de l’eau et de la terre) et de leur implication directe dans un ensemble varié d’usages individuels et collectifs pourtant susceptibles d’offrir des pistes fécondes en termes d’optimisation des ressources pour lutter contre la pénurie d’eau et la rudesse climatique. Enfin, et surtout, l’importante urbanisation des régions sahariennes et pré-sahariennes soulève la question redoutable du développement actuel de modes de vie très énergivores sur le modèle des Etats du Golfe, souvent nouvelle référence médiatique.

Le projet de recherche de notre équipe repose sur un travail anthropologique approfondi portant sur une légende urbaine qui gravite autour de l’aïn aqdim (aïn zerka ou source bleue), canal d’irrigation historique de la palmeraie Targa de Tiznit, aujourd’hui encore partagé par les cinq lignages fondateurs de la ville. Ce travail de collecte de récits viendra s’inscrire dans une réflexion plus large qui touche à la réhabilitation architecturale de la source bleue (projet que vient d’initier S. Naji), elle-même intégrée à un projet plus vaste dont  l’objectif est de remettre la palmeraie Targa au cœur de l’agglomération qui vient prolonger un travail mené sur la médina de Tiznit depuis 2008. Ce projet, en quête de repères symboliques forts capables de réunir modernité et tradition et de donner un horizon de sens aux questions urgentes en Méditerranée sur les « nouvelles agricultures urbaines », propose un nouveau mode d’exploitation à même d’intégrer toutes les demandes sociales générées par les fortes mutations socio-économiques que connaît Tiznit. Il permettrait aussi de faire front devant un ensemble de dégradations largement partagées par les espaces oasiens des régions sahariennes (notamment : perte du couvert végétal, abandon de l’agrosystème oasien, dégradation du système d’irrigation, accumulation de déchets solides domestiques et de construction, mitage progressif des espaces agricoles par des constructions individuelles). Il s’inscrit enfin dans une dynamique participative initiée par la municipalité de Tiznit et différentes associations (association d’exploitant Abrinaz, association patrimoniale Amoudou) avec laquelle plusieurs membres de l’équipe travaillent depuis 2008.

Le travail de collecte des récits légendaires viendra alimenter, outre une recherche inédite dans le domaine de l’anthropologie narrative, la création d’un circuit découverte autour du chemin de l’eau qui partira de la source bleue jusqu’à Targa, la fondation d’une ferme éducative tournée vers le public scolaire ainsi qu’un domaine de réflexion muséal touchant au patrimoine immatériel de la ville dans le contexte de la construction d’un musée sis en face de la source qui a débuté en 2013 et devrait être livré en mai 2015. La légende de la source bleue représente en effet à la fois un patrimoine immatériel qui n’a jusqu’à présent pas fait l’objet d’une récolte précise et systématique, et un point de divergence interprétative sur lequel achoppe un débat politique motivé par le réaménagement du site et son ouverture à une certaine modernité urbaine. Se pose notamment la question de l’arbitrage entre les usages urbains (domestiques et de loisirs) et les usages agricoles (irrigation). Un intérêt de cette légende est qu’elle est considérée comme éponyme pour la ville de Tiznit, Lalla Zninia, l’héroïne de ce récit enterré à quelques dizaines de mètres de la source a donné son nom à la ville. Elle offre donc une puissante métaphore axiomatique du rapport d’alliance avec la nature, métaphore profondément solidaire des symboles de fertilité, de la victoire sur l’aridité et de la transformation de l’espace terrestre en jardin. La légende de la source bleue, révélant tout son potentiel sémantique, fraye véritablement un chemin de conscience écologique et une hiérarchie de valeurs qu’il est intéressant de situer au centre des projets de réhabilitation et d’aménagement qui alimentent aujourd’hui la croissance de la ville de Tiznit.

Ce projet voudrait concilier une approche architecturale capable d’intégrer un lieu de mémoire à un espace de projet tourné vers la préservation de la culture oasienne (S. Naji et D. Goeury), avec une démarche anthropologique qui, interrogeant l’expérience sensible de la ville, questionne un espace narratif (de structure mythique ou légendaire) capable d’en organiser l’espace et la construction (M. Breviglieri). Plus concrètement, la récolte des récits narrant la légende de la source bleue sera réalisée de manière systématique auprès de sources variées (générations anciennes d’habitants, associations locales, arguments de débats, archives diverses, etc.). Le traitement de cette enquête sera double. D’une part, comme élément d’un patrimoine immatériel de traditions vivantes, elle contribuera à l’enrichissement (notamment sous forme d’entretiens enregistrés et de captations sonores) du musée de Tiznit dont S. Naji porte le programme de création dans l’enceinte restaurée de la Kasbah Makhzen Aghennaj. Les récits et les sons collectés seront intégrés au centre des archives de la ville de Tiznit attenant qui sera ouvert en mai 2015 avec le soutien de Jamaa Baïda, le directeur des archives nationales du royaume du Maroc. D’autre part, une analyse des champs sémantiques et de l’axiomatique environnemental sera ensuite reversée sur deux plans différents : (1) l’un relevant de la construction participative de la réhabilitation de la palmeraie de Targa afin de valoriser certaines démarches agroécologiques et d’enrichir les échanges relatifs à la préservation d’un univers symbolique commun ; (2) l’autre touchant à une recherche scientifique dans le domaine anthropologique et urbanistique, liant une méthode herméneutique rapportée aux mythes et réalités urbaines avec une analyse des transformations des espaces oasiens en voie d’urbanisation.

Ce projet est aussi conçu comme un lieu d’échange formatif. Un ensemble d’une dizaine d’étudiants (dont un tiers venant de France) seront encadrés par une équipe mixte composée d’un pôle architectural, d’un pôle anthropologique et sociologique et d’un pôle représentant l’administration politique (la municipalité) et la société civile de Tiznit (notamment l’association Abrinaz regroupant les exploitants du périmètre Targa-Tiznit et l’association Amoudou qui assure la réhabilitation des passages historique de la médina).

Ce projet a été dupliqué à Nefta en Tunisie, lieu fortement étudié par Imen Landoulsi Attia, permettant ainsi de dupliquer les approches méthodologiques et de mettre en perspective les analyses premières.

Il a permis l’organisation du colloque « QUELLES AMBIANCES URBAINES DANS LES OASIS DU SUD DE LA MÉDITERRANÉE? » Sidi Bou Saïd (Tunisie), 17 et 18 octobre 2016.

LA SOURCE BLEUE ET L’URBANISATION DES OASIS DE MEDITERRANEE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search