Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Prologue : Quand l’oasis brûle !

Par Marc Breviglieri, Irène Carpentier, David Goeury et Mohamed Mouskite

Un serpent surgit dans l’oasis et effraie une femme. Surprise elle hurle, puis le tue promptement et décide de brûler le corps de l’animal. Les voisines alertées par les cris voient la femme embraser les palmes pour faire disparaître la dépouille. La journée est particulièrement chaude, le vent est imprévisible. Soudainement, il tourbillonne et propulse les flammes dans les palmes sèches des palmiers depuis trop longtemps non élagués, l’oasis s’enflamme. Elle brûle plusieurs heures. Les pompiers et les militaires sont alertés et viennent au secours des villageois qui doivent défendre les demeures qui longent l’oasis. Une fois le feu éteint, se pose la question de la responsabilité, le geste était involontaire. Les habitants renoncent à porter plainte contre une voisine.
L’incendie est un puissant révélateur des transformations oasiennes. Associé au changement climatique et aux records de chaleur, il est aussi le produit d’un abandon de certaines pratiques culturales.

Tadakoust. Palmiers incendiés. Crédits: David Goeury

Continuer la lecture de Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Prologue : Quand l’oasis brûle !

Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Acte 1 : Des subsistances alimentaires à l’assurance : du bon usage de l’eau par les femmes

Par Marc Breviglieri, Irène Carpentier, David Goeury et Mohamed Mouskite

L’oasis de Tadakoust se déploie depuis une séguia qui longe le village sur plus de 1200 mètres. Elle s’étire jusqu’au bord de l’oued sur une largeur de 180 mètres. Elle s’organise alors en parcelles longiligne qui s’étirent du nord (la séguia) vers le sud jusqu’au lit de l’oued. Les pratiques culturales relèvent d’une économie de la subsistance peu monétarisée, en dehors des palmiers et des caroubiers. Légumes et fruits sont cultivés pour la consommation quotidienne, ils sont séchés pour être conservés ou pour être donnés aux nombreux membres de la communauté villageoise, vivant désormais dans les grandes villes marocaines (Agadir, Casablanca, Rabat) mais aussi en France. L’oasis est présentée comme un lieu de subsistance permettant une relative autonomie alimentaire des familles qui y résident.

Désormais, dans de nombreuses petites oasis du Jbel bani ce sont généralement des agriculteurs qui s’occupent des parcelles des autres propriétaires et non des ouvriers agricoles. La grande question est celle de la place des femmes dans la production agricole et dans les réorientations des pratiques culturales actuelles.

A Tadakoust, plusieurs femmes irriguent elles-mêmes leurs parcelles et montent dans les palmiers, tâches réputées masculines dans de nombreuses oasis. Les femmes investissent de plus en plus l’oasis. Cette implication quotidienne est aussi associée à une féminisation des noms et des pratiques. Si des généalogies masculines d’agriculteurs persistent, elles sont de plus en plus minoritaires. Dans de nombreux cas, le chef d’exploitation au quotidien est une femme. Certains hommes revenus pour exploiter les terres familiales déclarent être revenus suite au décès de leur père mais aussi de leur mère. Les femmes décident au quotidien des cultures au sol. Si certaines sont seules du fait de l’absence des maris ou des fils, c’est aussi le cas de celles  dont les époux ou les fils sont présents. L’activité agricole est de plus en plus affirmée comme une activité féminine. L’implication des femmes dans les activités agricoles au sein de la palmeraie sur la terre commence souvent à la suite du départ du mari ou suite au retrait d’une belle-mère trop fatiguée pour exploiter les terres familiales.

Cependant, cette situation est à nuancer, la responsabilité des tours d’eau reste sous l’autorité d’un homme qui cumule le contrôle des tours d’irrigation et le bon fonctionnement de la distribution de l’eau potable. Les hommes gardent donc le contrôle sur la propriété de la terre qu’ils héritent et sur la propriété des tours d’eau. Les femmes finalement n’auraient que des droits d’usage.

Il s’agira ici de réfléchir aux modalités de cette dynamique d’appropriation progressive des ressources de la palmeraie par les femmes.

Sur la parcelle, tante avec son neveu. Crédits: David Goeury

Des femmes collectivement mobilisées pour la survie de l’oasis suite à la désertion des hommes

Continuer la lecture de Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Acte 1 : Des subsistances alimentaires à l’assurance : du bon usage de l’eau par les femmes

Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Acte 2 : Entreprises féminines collectives, associations et coopératives au défi de la certification

Par Marc Breviglieri, Irène Carpentier, David Goeury et Mohamed Mouskite

En fin de matinée, de nombreuses femmes remontent de l’oasis pour venir s’installer dans une maison de pisé à l’entrée du vieux village qui surplombe la palmeraie. La bâtisse abrite une coopérative féminine de datte dans l’attente d’un local. En dehors de la saison des dattes, les femmes s’y livrent à de multiples pratiques artisanales (tissage et vannerie). L’antique demeure résonne des joyeuses discussions tandis qu’à tour de rôle certaines femmes préparent les plats qui seront consommés ensemble. Elle est devenue le lieu de rencontre privilégié de ces femmes mais aussi un espace de production de biens destinés à la commercialisation. Au centre du village, une autre coopérative mobilise les femmes à tour de rôle un jour sur trois. Cette fois-ci, ces dernières dédient une journée entière à la fabrication du pain ou de la semoule de couscous. Les femmes s’organisent alors pour effectuer très tôt les tâches agricoles : collecter des plantes dans l’oasis et nourrir leur bétail. Ensuite, elles rejoignent soit la coopérative de fabrication de pain ou de semoule, soit l’espace de production artisanal. Cet emploi du temps est cependant dépendant des tours d’eau qui restent prioritaires.

A Tadakoust, les femmes entreprennent donc ensemble. Il apparaît cependant deux horizons différents à ces activités. D’une part, de nombreuses activités s’inscrivent encore dans une logique de production collective dédiée au maintien des conditions de subsistance des femmes et de leurs proches. D’autre part, s’affirme parallèlement une dynamique de commercialisation via de nouvelles logiques de labellisation et de certification des produits locaux. Celle-ci a pour but affiché de repositionner la place des femmes dans la communauté villageoise à partir de projets répondant à des standards de qualité et susceptibles de favoriser des formes de leadership entrepreneurial. Dans ce contexte, l’entreprendre collectif passe par l’émergence de figures féminines capables d’articuler le collectif féminin villageois et les nouvelles modalités de projet établies par la puissance publique selon orientations internationales prônant le développement. Il constitue aussi une étape vers une affirmation politique au sein des instances électives que sont la commune mais aussi la province (point détaillé dans l’acte 3) 

Ces figures féminines renouvellent le rapport à l’espace oasien. Caractérisées par une poly-activité quotidienne, ces dernières associent travail coopératif et travail agricole. Ce faisant, elles cherchent à favoriser la pérennité du système oasien de Tadakoust sur lequel pèse des menaces d’ordres variés. Souvent considérée comme un critère important de durabilité et d’équilibre, la pluralité des usages de l’espace rural doit pourtant nous interroger plus en détails sur les enjeux sociaux et sur les ambivalences normatives de ces pratiques où sont mises en tension des modalités contrastées d’envisager la production agricole et sa valorisation. La dynamique collective est désormais institutionnalisée dans le cadre de politiques publiques de développement local orientées vers la normalisation et la certification d’activités traditionnelles. Au cœur de ce processus se trouvent des figures féminines jouant un rôle de leadership réceptif au contexte de libéralisation des dynamiques associatives et de soutien aux coopératives pourtant tributaires d’exigences administratives croissantes.

Des associations masculines de village aux coopératives féminines : de la solidarité à la production collective

Continuer la lecture de Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Acte 2 : Entreprises féminines collectives, associations et coopératives au défi de la certification

Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Acte 3:  élections, arènes de légitimités féminines et consécrations politiques 

                                Par Marc Breviglieri, Irène Carpentier, David Goeury et Mohamed Mouskite

Depuis la dernière semaine d’août, l’oasis de Tadakoust est en ébullition électorale. Des tracts mettant en avant une balance (symbole du parti de l’Istiqlal) sont accrochés sur certaines portes. Des hommes circulent avec des casquettes portant une colombe bleue (symbole du Rassemblement national des indépendants). Des vélos donnés par la métropole de Strasbourg sont customisés au couleur d’un parti dont le symbole est l’épis de blé (symbole du mouvement populaire). Mais derrière cette partie visible de la campagne électorale, deux prénoms reviennent sur toutes les lèvres Zahra et Latifa. Ces deux présidentes de coopératives se présentent et souhaitent investir la commune pour assurer un meilleur développement du village. Les élections générales du 8 septembre 2021 sont en fait un puissant révélateur de l’affirmation politique des femmes de Tadakoust dans un contexte de compétition électorale de plus en plus aiguisée. En effet, le même jour, les électeurs et les électrices doivent désigner les conseils communaux et régionaux dont le mandat est de six années mais aussi les représentants élus à la seconde chambre du parlement dont le mandat est de cinq années. L’enjeu national est très important. Le parti qui obtient le plus de représentants à la deuxième chambre voit son président devenir le premier ministre du Maroc et a la charge de former le gouvernement. Par ailleurs, ces élections directes permettent de désigner les grands électeurs qui élisent les membres des conseils provinciaux et préfectoraux ainsi que les personnes qui siègent à la première chambre du parlement, la chambre des conseillers.

La campagne électorale est particulièrement active dans les campagnes où le taux d’inscription est très élevé et dépasse les 90%. Les hommes qui travaillent en ville mais aussi les résidents à l’étranger n’hésitent pas à rallier en masse leur village d’origine pour soutenir un candidat qui est leur personne de confiance, qui suivra pour eux les affaires locales durant six années.

Pour les élections communales, les communes de moins de 50 000 habitants sont divisées en circonscriptions où se déroule un scrutin uninominal à un tour. Le village de Tadakoust est composé deux circonscriptions (les circonscriptions 7 et 8) de la commune d’Aït Ouabelli qui en comprend onze. Du fait de leur poids démographique, ces deux circonscriptions ont la particularité de permettre d’élire non pas un candidat mais un tandem comprenant au moins une femme.

En 2015, ces deux circonscriptions ont eu la particularité de ne pas connaître de rivalité électorale. Pour chacune d’entre elle, ne se sont présentés qu’un seul tandem sous les couleurs du parti de la Justice et du développement PJD (mouvance islamiste) qui avait remporté les élections législatives de 2011. Alors que dans les neuf autres circonscriptions s’affrontaient plusieurs candidats. Cette absence de compétition s’est pourtant traduite par une forte mobilisation, les deux tandems de Tadakoust se positionnant comme étant les mieux élus avec 109 (pour la circonscription 7) et 120 voix (pour la circonscription 8). Cette situation traduit la volonté de la communauté villageoise de montrer son unité et le très fort soutien qu’elle accorde à ses représentants. L’élu de la circonscription 7 est le président de la commune d’Aït Oubelli de 2009 à 2015. Ne pas avoir d’adversaire dans son village est un moyen d’indiquer sa forte légitimité et le satisfecit de son groupe. Cette stratégie s’avère payante puisqu’il est reconduit président de la commune en 2015. 

En 2021, la compétition est beaucoup plus rude. En effet, les candidats à la députation cherchent des relais dans chaque circonscription pour avoir des personnes à même de faire campagne pour eux mais aussi pour s’assurer d’un nombre maximal de votants. Très peu d’électeurs et d’électrices choisissent différents partis pour des différents scrutins organisés le même jour. Les partis doivent donc couvrir le maximum de circonscriptions pour s’assurer d’une victoire au parlement. Le consensus souhaité à Tadakoust en 2015 vole en éclat sous la pression de candidats à la députation extérieurs au village désireux de mobiliser des voix dans toutes les localités. Le nombre de suffrages exprimés pour un parti politique progresse de 15% entre 2015 et 2021.

Si cette histoire est celle de nombreux villages, Tadakoust se distingue par un point, c’est que le village va élire des femmes permettant aux deux présidentes de coopérative d’accéder au conseil communal. Ainsi, sur quatre sièges au conseil communal issus de Tadakoust, trois sont occupés par des femmes. Ces femmes élues seront respectivement seconde et troisième vice-présidente du conseil communal et une d’entre elle siège au conseil provincial.

Jour de campagne. Tract électoral sur un vélo récupéré auprès de la métropole de Strasbourg. Crédits : David Goeury

De la coopérative au conseil communal

Continuer la lecture de Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Acte 3:  élections, arènes de légitimités féminines et consécrations politiques 

Ce qui est semé, ce qui est planté, ce qui pousse. La place des adventices dans une exploitation agricole en culture irriguée de Doutarga.

Par David Goeury et Amandine Vaccaielli

Au milieu de la vaste exploitation familiale à l’extrémité nord du périmètre irrigué, nous nous arrêtons quelques minutes à l’angle de 4 planches de cultures. La partie sud est irriguée par l’eau filtrée de la station d’épuration depuis une borne qui se trouve en bordure de parcelle. La partie au nord est irriguée grâce à un puits sur la nappe qui se trouve à proximité de la demeure familiale et qui est aussi utilisée pour l’approvisionnement de la famille en eau potable.

L’agriculteur s’arrête. Il pointe les parcelles sud à proximité de la borne

« Ici, nous avons semé de la luzerne. Là tu vois c’est rabie (littéralement ce terme désigne le printemps en arabe mais ici il désigne l’herbe qui pousse seule soit en l’occurrence un mélange d’adventices dominé par de la mauve et de la chenopodium murale). Cela pousse tout seul. Cela demande tout de même du travail. Il faut préparer la parcelle et l’irriguer. C’est pour le bétail. C’est aussi bon que la luzerne. Cela pousse aussi vite que la luzerne et tu la coupes. »

Puis, il se tourne et désigne les parcelles nord.

« Là tu vois, nous avons de la coriandre et ce que tu vois là avec ces grandes feuilles, c’est la mauve (khoubiza). C’est très demandé à Tiznit. Tu la vends au souk même plus cher que la coriandre qui ne rapporte pas grand-chose. Les gens mangent cela haché et en salade. C’est très apprécié. Cela pousse d’octobre à avril comme cela. On ne le sème pas. Cela vient tout seul. Tu vois ici les petites graines sur la plante, ce sont elles qui vont pousser.»

Mauve et coriandre. Crédits : David Goeury.
Graines de mauves présentées par l’agriculteur. Crédits : David Goeury
Continuer la lecture de Ce qui est semé, ce qui est planté, ce qui pousse. La place des adventices dans une exploitation agricole en culture irriguée de Doutarga.

Chauffeur et médiateur : collecter le lait tout en diffusant informations et bonnes pratiques

Par Hind Ftouhi, David Goeury, Mohamed Mouskite, Lucia Bordone et Amandine Vaccaielli

Un jeune collecteur de lait originaire de Bounamane nous décrit son métier au quotidien. Il a poursuivi ses études jusqu’à la deuxième année collège. Puis, il a arrêté ses études. Il a passé son permis de conduire à Tiznit en 2015 avant d’être recruté en 2020 comme chauffeur par la coopérative agricole de Bounamane. Il fait partie des jeunes recrutés par la coopérative agricole dont la caractéristique commune est d’être issus d’une famille dont aucun membre n’est adhérent de la coopérative. Il n’est donc pas issu d’une famille d’agriculteurs et il n’a pas suivi de formation agricole.

La coopérative a trois circuits de collecte : deux pour le secteur de Bounamane et un pour Tiznit et Targa dont il s’occupe. Il est en contact quotidien avec une quarantaine d’agriculteurs dont 11 femmes. Il effectue deux tournées. La première commence à 5h00 du matin et la seconde à 14h00.

Son rôle se limite normalement à prendre les bidons en acier inoxydable remplis de lait par les agriculteurs sur le pas de leur porte puis de l’apporter au technicien de la COPAG chargé de vérifier la qualité du lait avant de le transférer dans le tank. En même temps qu’il effectue la collecte, il doit distribuer les enveloppes contenant les paiements dédiés aux éleveurs, deux fois par mois,  mais aussi les informations administratives comme les convocations aux assemblées générales, les informations sur les opportunités de subvention pour l’achat d’aliments ou de vaches de race Holstein.

Il joue un rôle essentiel auprès des éleveurs et surtout des éleveuses qui se déplacent rarement à la coopérative.

Faire l’interface

Comme il le dit, il fait l’interface. Il transmet les informations, il répond aux questions des membres de la coopérative, il cherche les réponses ou les contacts de personnes qui ont la réponse. Parfois, il donne aussi des conseils. Il fait cela volontairement car recruté comme simple chauffeur, sa rémunération est liée uniquement au transport du lait et des enveloppes.

« Chaque fois qu’un agriculteur me demande quelque chose, je cherche la réponse ou la personne qui a la réponse ».

« Les éleveurs et les éleveuses ont souvent le même type de problème ».

Continuer la lecture de Chauffeur et médiateur : collecter le lait tout en diffusant informations et bonnes pratiques

Faire de l’exercice : rencontre avec deux éleveuses âgées à Attebane 

Par Hind Ftouhi et David Goeury

En milieu de matinée, depuis les parcelles remontent des femmes à dos d’ânes chargés d’herbes fraîchement coupées. Assises au sommet des chouaris, ces femmes âgées retournent vers leurs demeures suivant le même sentier qui longe le maigre lit de l’oued Toukhsine qui se perd progressivement dans le périmètre. L’eau de crue saisonnière est remplacée depuis de longues années par l’eau d’écoulement issu de la station d’épuration qui nourrit une végétation proliférante d’herbes, de ricins et de cannes. La densité végétale et le sol gras d’humidité contraste fortement avec les terres desséchées par l’absence dramatique de pluies.

La première femme est originaire d’Aglou. Elle est veuve et mère de quatre fils et de quatre filles. Tous ces fils travaillent : deux sont Mokhaznis à Tiznit, un autre dans l’administration pénitentiaire, et le dernier est soudeur. En revanche, ces filles ne travaillent pas : deux filles sont mariées et femmes au foyer, tandis que deux autres sont toujours célibataires et vivent avec elle.

L’année dernière, elle a décidé d’acheter une jeune génisse beldi à une famille d’Attebane qui avait décidé d’arrêter l’élevage et de vendre l’intégralité de son troupeau : « Les familles sont fatiguées et de nombreuses familles ont vendu leur bétail car il n’y a pas assez d’aliments. Il manque de pluie. »

Elle voulait une vache pour s’occuper et surtout faire de l’exercice (riadha). Avoir une vache, signifie devoir bouger tous les jours un peu. Elle déclare : « je ne peux m’occuper que d’une seule vache car je n’ai pas les moyens pour une autre vache pour sa nourriture et tout le reste. La beldi peut être nourrie avec seulement de l’herbe que tu coupes à la différence de la roumi qui nécessite beaucoup de moyens. Je ne veux donner à la vache que l’herbe que je trouve ici alors que la vache roumi a besoin de fourrage, de de la betterave et des compléments alimentaires. Je n’ai pas les moyens pour cela. »

Sa vache est encore petite pour être inséminée.  Dès que sa vache aura du lait, elle s’inscrira à la coopérative.

Elle vient d’acheter un âne depuis deux jours à 500 dhs. Elle avait un âne avant mais il avait des difficultés à marcher. « Les gens abandonnent leurs ânes quand ils n’ont plus d’argent. »

 « Dès fois, les gens se débarrassent de leurs ânes pour 50 dhs ou 5 dhs. » surenchérit sa voisine

Elle a des parcelles mais elles sont en indivision. Elle y cultive un peu de luzerne. Parfois, elle ramène un peu de cette luzerne.  « Mais un sanglier a tout labouré comme un tracteur. » Alors aujourd’hui, elle a coupé de l’herbe sur une autre parcelle qui appartient à une femme de sa connaissance.

La seconde est veuve et vit avec les enfants de son mari qu’il a eu de sa première épouse. Elle déclare en riant «  C’est moi qui l’as tué, dès que je suis venu habiter chez lui, il est mort ! ». Son mari avait trois enfants, deux fils et une fille. Un fils habite à Tiznit et vient les voir régulièrement. L’autre qui est à Casablanca vient à chaque fête de l’aïd. La fille non mariée vit avec elle à Attebane. Elle déclare toujours avec ironie : « je ne possède rien, que dieu et son prophète ». Elle engraisse six moutons pour la fête de l’aïd el Adha. Elle a ni agneaux, ni brebis. Ces moutons sont pour elle, sa belle-fille et ses beaux-fils. Elle vient de couper de l’herbe le long du lit de l’oued sur des terres qui n’appartiennent à personne. Les parcelles familiales sont sèches. Elles pointent du doigt, les parcelles non irriguées et caillouteuse qui entoure le hameau. Et puis, elle rajoute : «  Je ne peux pas m’en occuper seule !»

Ces deux femmes sont emblématiques des nombreuses femmes âgées qui gravitent autour du périmètre d’Attebane et de la zone d’écoulement de l’eau de la STEP. Elles ne sont pas des éleveuses professionnelles, elles ne sont pas issues du village mais elles peuvent venir collecter les adventices qui prolifèrent dans les parcelles inondées par l’eau de la STEP. Elles investissent dans un âne, animal indispensable à leur déplacement et au transport de l’herbe fraîchement coupée. Elles peuvent alors développer un petit élevage familial avant tout pour s’occuper et fournir des biens alimentaires de qualité à leur famille. La vache beldi fournit du Lben, du beurre et du oudi (beurre rance), les moutons seront sacrifiés lors des retrouvailles familiales le jour de la fête du sacrifice. Pour le lait, certaines n’exclut pas de rejoindre la coopérative par facilité pour écouler les excédents de lait.

Chemin qui longe le chenal d’écoulement des eaux de la station d’épuration. Les bords sont les lieux privilégiés de collecte des femmes rencontrées. Crédits : David Goeury

Formes de la subsistance : l’élevage comme compagnonnage. Le cas d’une éleveuse laitière

Par Lucia Bordone

Ce billet restitue notre rencontre avec Rkia. C’est en tant qu’elle est éleveuse (une vache) et membre de la coopérative laitière COPAG que nous l’identifions et nous dirigeons vers elle dans le cadre de notre enquête. Son parcours et son expérience apportent un éclairage supplémentaire aux réflexions entamées par l’équipe dès 2016 au sujet des femmes entrepreneurs dans le domaine de l’élevage. C’est cette fois à partir de la problématique du transfert de technologie que cet entretien est abordé. De ce point de vue, le récit de Rkia donne à voir une greffe partielle, à la fois sur le plan technique (introduction d’une espèce animale hybride) et sur un plan anthropologique englobant (rapport à l’animal ; arts de faire ; conception de l’activité économique). Marquant un premier contact avec l’éleveuse, l’entretien, de type exploratoire, ouvre vers une analyse portant sur au moins trois enjeux du transfert technologique : les conditions d’adoption ou de résistance au modèle économique entrepreneurial ; la reconfiguration des vecteurs d’attachement à l’animal ; la transformation, pour les nouvelles générations, du rapport aux activités agricoles.

Se tenir compagnie

Continuer la lecture de Formes de la subsistance : l’élevage comme compagnonnage. Le cas d’une éleveuse laitière

Cultiver et cuisiner : passion personnelle, bonheurs familiaux. La parcelle agroécologique d’Aïcha

Par David Goeury, Irène Carpentier, Lucia Bordone et Khadija Zahi

Aicha nous guette sur le seuil de sa parcelle. Elle sait que nous allons remonter et passer à proximité d’elle. Elle nous attend. Elle a vu notre déception de ne pas rencontrer son voisin Driss retenu par des démarches administratives à Tiznit. Notre petit groupe remonte lentement le chemin et la salue poliment. Immédiatement, la conversation s’enclenche, elle nous invite à visiter son jardin dont elle est si fière.

Elle réside entre le village et la ville de Tiznit où vivent ses enfants et ses petits enfants. Son fils l’amène plusieurs fois par semaine dans la maison familiale pour qu’elle s’adonne à sa passion, le jardin. Pendant longtemps, elle n’a pas eu de jardin, elle avait appris quelques rudiments auprès de son père durant son enfance, mais une fois mariée et installée dans une vie urbaine, elle a délaissé cette activité. En 2017, elle avait alors seulement un petit jardin proche de la maison familiale dans le village où sont plantés des arbres fruitiers (citronniers, grenadiers, pommiers et oliviers) et quelques légumes qui sont désormais cultivés dans la nouvelle parcelle. Cependant, elle s’en occupait très peu. Elle a donc saisi l’opportunité de la formation en agroécologie organisée par l’association pour se lancer dans le jardinage, même si elle ne pouvait pas être membre de la coopérative féminine du fait de sa résidence à Tiznit.

Parcelle et enquête. Crédits :David Goeury

Continuer la lecture de Cultiver et cuisiner : passion personnelle, bonheurs familiaux. La parcelle agroécologique d’Aïcha

Poulets et pigeons : élevages domestiques et intrus sous protection divine

Par Mohamed Mouskite et David Goeury

Fatima élève des poulets. Cette pratique complémentaire des pratiques d’engraissement des bovins et des ovins s’est fortement développée à Tiznit où de plus en plus de ménages sont à la recherche de poulets fermiers (beldis), surtout pendant la Nuit du Destin. Fatima est particulièrement fière d’y participer et souligne que c’est la grande nouveauté des dernières années.

Cependant, Fatima doit faire face à une situation inattendue : l’afflux de pigeons. Ces derniers ont été invités à s’installer dans des ruches en osier fixées sous le toit de l’étable. Cependant, ils sont venus s’installer en masse dans cette étable dédiée à l’engraissement et entrent désormais en compétition avec ses poulets en s’accaparant leur nourriture. Fatima, loin de rentrer en confrontation avec ces pigeons, déploie finalement une nouvelle stratégie d’élevage de ses poulets. Elle nous explique alors comment elle compose avec cet afflux de pigeons avides de grains pour organiser la cohabitation entre les êtres vivants.

Continuer la lecture de Poulets et pigeons : élevages domestiques et intrus sous protection divine

Développer un élevage laitier en famille à Doutarga  : un travail exigeant et collectif

Par Mohamed Mouskite, David Goeury, Khadija Zahi, Amandine Vaccaielli et Lucia Bordone

Fatima est une éleveuse que nous connaissons depuis plus de 7 années déjà. En 2016, elle était avec sa voisine Fadma l’une des deux seules femmes enregistrées en son nom personnel au sein de la coopérative laitière qui collectait le lait depuis un petit dépôt installé au sud de la ville de Tiznit dans un espace mis à disposition par la direction provinciale de l’agriculture à destination de la COPAG. Lorsque nous revenons à Doutarga pour enquêter les femmes inscrites comme membre de la coopérative de Bounamane qui a pris le relais désormais, c’est immédiatement vers elle que les autorités nous réorientent. Elle est sur sa parcelle mais n’hésite pas une seconde à interrompre la cueillette de la luzerne qu’elle laisse à sa fille pour nous rejoindre avec un enthousiasme non feint. Elle se souvient de nous et surtout elle veut nous montrer les nouveautés. Elle nous informe que  Fadma a délaissé l’élevage bovin, après l’émigration de son fils. Devant son étable, nous retrouvons une de ses filles entrain de décharger la récolte quotidienne de luzerne. Elle esquive la conversation, en disant simplement qu’elle aide sa mère pour lui laissé toute la place. Lorsque nous entrons dans l’étable dédiée à l’engraissement, elle s’exclame : « photographiez les poulets. C’est nouveau cela ». Commence alors un très long entretien durant lequel Fatima va présenter les transformations de son exploitation.

Alors que le Maroc connaît une sécheresse particulièrement sévère depuis 6 années et un recul de la production laitière qui a obligé le ministère à multiplier les aides à la reconstitution des cheptels en 2023, Fatima a fortement développé son cheptel disposant désormais de plusieurs vaches laitières de race holstein et en engraissant de nombreux veaux. Son cheptel a été multiplié par plus de trois. A cela, elle a ajouté une activité d’élevage de poulets. Cette dynamique entrepreneuriale l’amène à privilégier un nouveau registre de langage, celui du travail bien fait.

Ici, nous détaillerons avant tout son activité d’éleveuse de vaches laitières pour interroger son rapport au travail, l’organisation familiale que cela suppose, la relation à la performance productive des animaux et enfin le défi d’intégrer une structure de coopérative laitière.

Récolte de luzerne journalière. Crédits : David Goeury

Travail consciencieux et pénibilité : l’éthique au travail

Continuer la lecture de Développer un élevage laitier en famille à Doutarga  : un travail exigeant et collectif

Les trois sœurs à Taghzout : parcelle agrocécologique entre savoirs localisés et circulations des pratiques internationales

Par David Goeury, Mohamed Mouskite et Lucia Bordone

Driss cultive une parcelle à Taghzout. Il a suivi une formation agroécologique organisée par l’association Tamount en partenariat avec l’association Migration et Développement, financée par l’Agence Française de Développement. « Deux ans de formation. Chaque mois, 2 jours. On pratique sur place (sur le lieu de formation, dans la ferme – jardin agroécologique). Mais on pratique aussi dans nos champs à nous. C’est-à-dire le formateur vient pour regarder. »

Il fait visiter régulièrement sa parcelle aux visiteurs et à ses clients, notamment celles et ceux qui viennent directement chez lui pour acheter des produits biologiques. La parcelle s’organise en longueur avec une pente allant d’ouest en est vers le lit de l’oued. Elle est équipée d’un puits et de panneaux solaires.  Le haut de la parcelle comprend une petite pépinière sous bâches plastiques pour les plants les plus fragiles susceptibles d’être picorés par les oiseaux comme les salades, d’une petite pergola pour accueillir les visiteurs et d’un bloc technique en ciment abritant le dispositif de pompage mais servant aussi de lieu de stockage pour les outils et le petit matériel. Deux allées le long des clôtures nord et sud permettent d’accéder aux cultures qui sont organisées en une série de planches de culture très denses irriguées par un dispositif de goutte à goutte. Des arbres ont été plantés le long du chemin d’accès.

La discussion dans la parcelle autour des différentes plantes et des pratiques culturales permet de saisir comment le jeune agriculteur s’est approprié les connaissances transmises lors des formations en agroécologie et surtout comment il les a intégrées aux connaissances acquises dans le cadre des pratiques familiales.

Ici, nous livrons deux courts extraits emblématiques de cette situation : le premier à propos des “trois soeurs” ou Milpa, le second à propos des orties. 

Cet entretien est le produit d’une conversation collective où Driss varie les langues, utilisant tantôt le français, l’arabe et le tachelhit en fonction de la langue de la personne qui pose la question mais aussi du sujet. Ici, sont regroupées une partie de ses réponses.

Au-delà des trois sœurs, une agriculture symbiotique

Continuer la lecture de Les trois sœurs à Taghzout : parcelle agrocécologique entre savoirs localisés et circulations des pratiques internationales

Derrière l’échec de l’entreprise collective, assurer une nourriture de qualité à sa famille. Le cas d’une petite agricultrice

Par David Goeury et Amandine Vaccaielli

Fatima est emblématique de ces femmes cultivatrices. Dans un contexte de profonde transformation des activités villageoises, elle est très intéressée par les initiatives collectives notamment pour faire quelque chose, apprendre et éventuellement disposer de ressources monétaires mêmes minimes. Cependant, pour développer son activité, elle doit être intégrée à une dynamique collective, soit une coopérative, soit une petite entreprise familiale. En effet, la fin de la coopérative et le refus de ses fils de s’impliquer dans les activités agricoles ont mis fin à la commercialisation de ses produits. Malgré ces deux coups du sort, elle maintient son activité productive qui lui permet de fournir à sa famille une alimentation de qualité à moindre coût.

La localité de Taghzout a bénéficié d’une initiative associant formation à l’agroécologie et création d’une coopérative de femmes semencières portée par les associations Tamounte et Migration et Développement, avec le  financement par l’Agence Française pour le Développement(AFD). La coopérative est aujourd’hui dissoute. Une série d’entretien menée avec des femmes de Taghzout qui continuent à cultiver leurs parcelles permet de comprendre les effets complexes d’un tel projet.

Fatima est mariée à un maçon et mère de quatre enfants, trois garçons et une fille. Le plus petit a 9 ans est en 4e année primaire. Ses autres enfants sont plus âgés et ont arrêté leurs études après le lycée pour ses deux autres garçons tandis que sa fille a obtenu une licence. Sa fille et son garçon aîné travaillent dans la pâtisserie de leur oncle à Sidi Bibi. Fatima cultive une parcelle de la famille de son mari qui est irriguée grâce à un puits collectif.

Elle décrit son activité comme un passe-temps : « Nous n’avons rien à faire et donc on s’occupe de cela. » Cependant, elle précise « Grâce à cela, on se nourrit tout l’hiver. En revanche l’été, tout devient sec et on achète les légumes au souk. »

Elle a trois chèvres, une brebis et des poulets. Elle ajoute :« A l’époque quand il y avait de la pluie, on avait plus de bétail et une vache mais par le manque de pluie et de luzerne, on a vendu la vache. »

Écouter Fatima permet de saisir trois enjeux de l’activité agricole féminine : entreprendre avec ses voisines, entreprendre avec sa famille, nourrir les siens.

Parcelle de Fatima à Taghzout. Crédits : David Goeury

Continuer la lecture de Derrière l’échec de l’entreprise collective, assurer une nourriture de qualité à sa famille. Le cas d’une petite agricultrice

Oasis agri-urban metabolism as a source of paleo-innovation forcoping with global warming. 11/12/2023 COP 28

 

  • 11 December
  • 11:00 am – 12:00 pm
  • ECD Hall, ECD Pavilion
Dr David Goeury, Sorbonne University
Oasis societies have established multi-millennia microclimates in contexts of extreme aridity and heat, through the implementation of urban planning that combines dense housing and intensive agriculture. They allied themselves with singular plants and developed complex technologies mobilizing local resources. Oasis agri-urban systems are based on interlocking circular economies linking construction and agriculture, while also acting as relays for the great land-based trade routes. These oasis societies have been progressively disqualified in favor of an industrial-urban metabolism based on fossil fuels and the mobilization of materials from all over the world. Yet these industrial-urban metabolisms are incapable of establishing livable microclimates. On the contrary, they generate high levels of local air, water and soil pollution. They also generate enormous quantities of greenhouse gases. Today’s urgent need to adapt large cities means that hypothetical technological solutions appear incapable of reducing global warming. On the other hand, oasis metabolism is proving to be a source of palaeoinnovation – the possibility of drawing inspiration from past innovations to define a liveable future. We’ll be looking at two ways of establishing new, sustainable agri-urban metabolisms: the reuse of treated wastewater and eco-construction. We’ll show how it’s possible to move away from industrial logics linking extractivism and waste demultiplication and set up looping logics instead.
 

Conférence “la place des enfants de l’oasis de Tiznit (Maroc) dans la réactivation d’une place publique”, Marseille le 8 décembre 2023.

Vendredi 8 décembre, 9h-11h

Campus Saint-Charles – Espace Yves Mathieu, Marseille.

Salle de conférences n°15-405

Dans le cadre du projet de recherche:

PRENDRE PLACE : ENFANCES, ADOLESCENCES ET TRANSFORMATIONS URBAINES EN MÉDITERRANÉE

dirigé par  Nadja Monnet (ethnographe de l’urbain, LAA-LAVUE, ENSAM), Gwenaëlle Audren (géographe, TELEMME, MMSH, Inspé- AMU), Claire Fonticelli (paysagiste et urbaniste, LIEU, LAREP, ENSP, IUT-AMU) et Maria-Antonietta Impedovo (psychologue, ADEF, InspéAMU)

Dialogue entre Marc Breviglieri (spécialiste de l’enfance, professeur à l’HES.SO-HETS Genève et chercheur au CRESSON-laboratoire AAU) et David Goeury (chercheur à l’HES.SO-HETS Genève et au laboratoire Médiations, Sciences des lieux, sciences des liens) sur la place des enfants de l’oasis de Tiznit (Maroc) dans la réactivation d’une place publique.

L’enfance par la voix du mythe, Marc Breviglieri (HES.SO-HETS Genève et CRESSON-laboratoire AAU)
Cette communication prendra appui sur un travail d’observation consacré aux manières dont les enfants de l’oasis de Tiznit (Maroc) ont contribué à redonner vie à un lieu public dont le noyau sacré est une source. Le site en question a été récemment réaménagé par l’architecte-anthropologue Salima Naji. Soucieuse d’ouvrir cet espace public à celles et ceux qui en ont le plus besoin, celle-ci a permis la régénération d’usages anciens et de croyances héritées du lieu. De sorte que le renouveau de la fréquentation de cette source s’est vu accompagnée de la résurgence d’un mythe fondateur dont la portée de sens résonne aujourd’hui dans l’activité ludique des enfants.

Soins oasiens, renouveler les alliances multispécifiques. Enfants, végétaux et déchets, David Goeury (HES.SO-HETS Genève et laboratoire Médiations, Sciences des lieux, sciences des liens)
Dans le cadre de l’initiative Landscape of Care portée par Salima Naji et Carolyn Strauss, des initiatives multiples ont été déployées dans l’oasis de Tiznit, la Targa.
Parmi ces initiatives, il a été organisé en partenariat avec l’association Abrinaz et l’artiste Cocky Eek des ateliers créatifs à destination des enfants visant à repenser les liens oasiens. Ces ateliers venaient renouveler la tradition de la mascarade historique réalisée par les adolescents de sexe masculin, appelée Imaachar. En préparation de cette mascarade, les adolescents collectent des végétaux, des peaux de bêtes et des vieux vêtements dans le périmètre irrigué pour former une joyeuse équipée qui circule de quartier en quartier, quémandant quelques pièces. Dans ce nouveau projet, il s’agissait de travailler avec des plus jeunes des deux sexes pour façonner de nouveaux masques hybrides liant éléments végétaux et plastiques. Une fois les éléments réunis, les enfants ont défilé dans une bruyante farandole pour revenir vers les habitats derrière un monstre prenant la forme d’un dragon.

Pour s’inscrire à la conférence :

Rôle des enfants à Tiznit (Maroc) | Prendre place : bienvenue jeunesses! (hypotheses.org)

L’école dans le milieu oasien : mobilisation des acteurs locaux et nouveaux défis

par Khadija Zahi

Pendant plusieurs décennies, l’offre scolaire dans le milieu oasien, à l’instar du milieu rural, était insuffisante, voire inexistante. Les familles étaient contraintes de faire des arbitrages pour la scolarisation de leurs enfants ; un arbitrage systématiquement en défaveur des filles.
Grâce à l’école, les garçons scolarisés dans les années soixante et soixante-dix, bien qu’ils fussent une infime minorité, connurent une ascension sociale certaine par rapport à leur origine sociale de base. Devenus instituteurs, professeurs, directeurs d’école, cadres dans les administrations …certains dans leur territoire ont fait de la cause éducative, un de leur cheval de bataille ; la priorité, comme le dit Brahim, professeur et ancien président de la commune Arbaa Sahel de la province de Tiznit, « c’est d’abord et avant tout l’école, l’enfant et la mère ».

Continuer la lecture de L’école dans le milieu oasien : mobilisation des acteurs locaux et nouveaux défis

J’entends sourdre la terre qui se déchire. Tiznit, séisme du vendredi 8 septembre

I. Soudain un bruit puissant, étrangement insistant. Une architecture rythmique imposante. Le vrombissement ferme et régulier d’une machine qui s’empara de l’espace en son entier en emplissant chaque recoin de sa vibration sourde. Une note basse lancinante dont les ondes tremblantes enflèrent petit à petit, en pénétrant toujours plus profondément vers l’intérieur même de l’enveloppe corporelle ; ébranlant toute l’ossature du squelette et tordant les organes internes. Ce fut comme une brutale intonation étrangère qui s’était imposée au timbre familier de la rumeur urbaine… mais justement, la rue bruissait elle aussi follement : un palmier crissait sous l’emprise d’un vent violent, des nuées d’oiseaux semblaient se cogner aux murs et s’enrouler en spires autour des arbres, leurs piaffements hystériques répondaient aux aboiements paniqués de chiens effrayés. Certain.es diront que ces bruits d’animaux furent émis avant la première onde, il me semble pourtant les avoir perçus légèrement plus tard ; après m’être imprégné de cette note de basse tremblante qui déchirait à intervalle régulier la couche rassurante de familiarité dont jouissait ma chambre. La durée de cette note tremblante sembla plongée dans une éternité que seul réfuta le battement de mon cœur que je perçu soudain oppressé et emporté dans une allure insensée. Ce second soudain ne fut pas celui de la surprise mais celui de l’angoisse qui survint en s’installant progressivement, à chaque inspiration supplémentaire. Ne s’interrompant pas comme elle aurait dû, ne trouvant pas son sens dans une cause extérieure (un camion frôlant les murs, ai-je d’abord pensé), cette nappe sonore envahissante vint férocement me déloger, me désabriter plutôt ; j’aperçu les murs frémir, je me senti alors gagné par un sentiment d’irréalité et d’habitation ébranlée. Je restais interloqué, passif à l’oppression qui m’envahissait, inutilement debout face à un cauchemar inassignable. Et la puissance déchaînée depuis laquelle s’ébranlait la structure porteuse du monde, me donnait l’impression d’être moi-même jeté quelque part dans une béance opaque, parmi la multitude des choses insignifiantes et périssables. Je senti alors intimement que tout ce vacarme odieux faisait rejaillir l’écho assourdissant d’une force qui lacérait la charpente terrestre en libérant son énergie inouïe. Et des failles semblaient aussi s’ouvrir en moi, ravivant l’incandescence d’un souvenir pétrifiant qui ondoyait encore dans quelques ténèbres intérieures. Comme si le creusement des ondes sonores et fracassantes venait agiter un océan de vie intérieure. Hébétude.

II. Et soudain Lucia surgit à ma porte et me sorti de l’hébétude qui m’avait brutalement frappé et laissé suspendu à une montée d’angoisse. Elle avait pris ses jambes à son cou : à l’étage le chancèlement et les gémissements du bâtiment témoignaient sans doute plus intensément de l’énergie déversée par le séisme. C’est elle qui prit les devants en désignant la chose du nom vers lequel sembla fondre tous les périls, transmuant le phénomène en une forme distincte : un tremblement de terre, c’est un tremblement de terre ! Il y eut le bref refuge des bras dans cet arrêt momentané causé par la frappe d’un mot qui retentit comme un désastre annoncé. Puis Irène nous rejoignit, dans l’état d’hébétude qui était aussi le mien quelques instants plus tôt. Puis vint Khadija à son tour. Stupéfaite et relativement effrayée. Et nous usâmes alors de ces mots creux que l’incrédulité enfante si facilement, nos discours s’envolaient comme des cerfs-volants dans un ciel ennuagé par d’inavouables inquiétudes. Lorsque Salima apparu à son tour, maternelle et armée d’une douce autorité, elle vint réaffermir le sol sous nos pieds. Il faudrait s’imaginer ce qu’un tremblement de terre peut intimement remuer chez un architecte, chez quelqu’un pour qui la condition humaine trouve confirmation dans l’habitation. Et devant notre habitation ébranlée, à laquelle plus rien de sécure ne nous rattachait, il n’y avait pas de demi-vérités, il y avait la seule solution du départ qui, pour Salima, s’imposait sans discussion. Nous la suivîmes, rejoignant David et Mohamed. En un sens : partir plutôt que disparaître. Mais Salima ne nous mît pas en partance pour nulle part. Elle nous plaça dans le sillon que traçait lentement et silencieusement la foule des habitant.es vers la grande place dédiée aux familles qui longe les remparts de terre. On s’y installa dans un air de sidération qui me laissa d’abord l’impression de rentrer dans les marges d’un rêve sinistre. Mais rien ici ne semblait présager la fin de ce monde, et l’air de sidération semblait s’incliner progressivement sous la poussée d’une troublante sérénité. La lumière jaune des lampadaires papillotaient légèrement en se reflétant sur le sol lisse de la place et les familles s’étaient regroupées en formant des foyers épars et disséminés au hasard des saillances où l’on pouvait s’asseoir. Khadija cherchait à joindre son père devenu silencieux, Mohamed nous parlait de sa fille Arij, David s’attelait à résorber des nuages d’inconnaissance pour conférer au tremblement de terre une actualité scientifique dont la pleine et indiscutable solidité pouvait rassurer en soi. On tira du sac un recueil de la poétesse Forough Farrokhzâd ; nous lurent quelques mots à voix haute, non pas pour y puiser du sens dans l’heure désespérée, mais pour être touchés par l’onctueuse sonorité de quelques mots admirables. Devant nous, les habitant.es s’offraient mutuellement le soin de leur seule présence, cherchant le réconfort d’autres visages humains. Le soulagement momentané de la mise à l’abri flottait partout, taisant les pensées lugubres, comme l’ombre pesante des mémoires douloureuses. Je supposais alors que nous étions exactement à « l’essence de la communauté concevable » (M. Henry), là où la place publique se suffit à sa seule fonction de rassemblement. Rassemblant, elle rassure, soigne et resserre le lien collectif le plus primitif et anté-politique qui soit, n’exigeant rien d’autre que d’approuver le proche côtoiement d’un autrui.

III. Nous nous étions fondus dans une douce quiétude oublieuse, et nous accompagnions le silence de la nuit se refermer sur la ville en terre. Enfin, plus tard encore, nous nous redéplaçâmes jusqu’au patio de l’hôtel, sans pouvoir envisager un seul instant regagner nos chambres dont les murs fissurés pouvaient encore subir une réplique. Nos disposâmes des matelas à même le sol, un peu avant que l’aube ne prennent possession du ciel. Nous le fixâmes longuement, cherchant sur la voûte céleste la chevelure miroitante d’une comète, et comme pour lui soutirer la confiance qui brutalement avait fui par le sol.

Travailler et irriguer pour les autres à Ouijjane. Khammessat, la fin de l’histoire ?

Par Irène Carpentier et David Goeury

L’oasis d’Ouijjane est une des oasis historiques du piémont de l’Anti-Atlas qui ouvre sur l’Azaghar.

Le territoire agricole est composé de multiples sources d’eau dont trois principales qui sont par ordre d’importance Aghbalou (la source en tachelhit), Aïn Jdid (la nouvelle en arabe), Toulli (qui est liée à une mosquée au centre du périmètre) et plusieurs résurgences secondaires complétées par des puits sur la nappe superficielle, désormais équipés de motopompes.

Ouijjane a connu une très forte émigration de sa population masculine qui est massivement partie travailler en France dès les années 1950, d’abord comme ouvriers puis comme commerçants. Leurs enfants, restés sur place, ont souvent entrepris des études supérieures et nombre d’entre eux sont devenus des cadres de la fonction publique ou d’entreprises privées. L’oasis connaît une très forte déprise démographique depuis une vingtaine d’années avec un fort vieillissement de la population. De nombreuses parcelles sont actuellement à l’abandon.

Les familles de propriétaires ont recours à une main d’œuvre installée sur place afin de maintenir l’irrigation et l’entretien de leurs parcelles. Les pratiques culturales se sont simplifiées et se résument bien souvent à la culture d’oliviers de variété locale réputée très résistante au stress hydrique, à laquelle peut s’ajouter de la luzerne et du maïs si les parcelles sont clôturées. En effet, le manque d’entretien a favorisé l’installation de hardes de sangliers.

Du fait des fortes chaleurs et de la sècheresse, l’année 2023 est la deuxième année consécutive sans olive. « C’est la volonté de dieu, car les olives peuvent être absentes trois années consécutives et revenir » commente Lahcen.

Dans ce contexte, on assiste à la renégociation des accords entre les propriétaires et ceux qui s’occupent de l’irrigation de leur parcelles. Le contrat de khammès, soit l’obtention du cinquième de la récolte, est désormais profondément remis en question par la faiblesse de la productivité des parcelles et par l’absence structurelle de main d’œuvre.

Continuer la lecture de Travailler et irriguer pour les autres à Ouijjane. Khammessat, la fin de l’histoire ?

BIENS COMMUNS DE PROXIMITÉ ET POUVOIR CLIMATISANT DES AMBIANCES URBAINES

Paru dans le numéro 0 de la revue GéoProximitéS

Biens communs de proximité et pouvoir climatisant des ambiances urbaines

Le texte qui suit reprend quelques points développés dans le cadre d’une recherche-action menée sur l’agglomération genevoise afin de questionner certaines conséquences réelles ou attendues de la crise climatique (Breviglieri, 2022). Mon enquête consista d’abord à identifier, à travers la littérature scientifique, la presse quotidienne, et à partir de témoignages de citadin.es croisé.es et questionné.es dans l’espace public au cœur de l’été 2018, une gamme de maux spécifiques rapportés au réchauffement climatique et à l’accélération de la fréquence des pics de chaleur en ville. Ceux-ci nous conduisent directement vers les propriétés et les usages de l’espace public urbain dès lors qu’il est voué, en période de forte température, à être craint et déserté par toute espèce vivante susceptible d’y prendre place. Le problème accède à un certain niveau de gravité lorsqu’à la souffrance physique, s’ajoute, du moins pour les humains, un mal de l’isolement domiciliaire redoublé d’une anxiété collective.

La recherche, ici brièvement rappelée, fait fond sur de bien plus anciennes investigations qui, livrant contribution à une sociologie de la proximité, ont ouvert simultanément les trois domaines d’étude que sont l’usage des choses, l’habiter en commun et le soin porté aux êtres familiers. Après une thèse de doctorat centrée sur ces domaines d’étude, mes sources d’intérêt et enquêtes ethnographiques se sont déplacées vers les métropoles contemporaines dites « du sud », lesquelles s’organisent fréquemment en composant avec une large palette de rapports érigés dans le proche (Breviglieri, 1999 et 2018 ; Breviglieri, Gamal Said et Goeury, 2021). Des rapports souvent inscrits dans de puissantes attaches au lieu habité, où se nouent fréquemment d’étroites solidarités de voisinage composées de parentèles étendues et de fréquentations étalées sur plusieurs générations. Corrélativement, j’y constatais la présence de nombreux biens communs de proximité, non seulement pour concurrencer ou pallier les déficiences reconnues de la puissance publique, mais aussi pour pouvoir envisager la manière dont s’établissent, au fil des usages du lieu, des conditions d’habitabilité de l’espace public faisant valoir des tonalités d’ambiances particulières (des climats – nous y reviendrons –) qui favorisent des formes de bienvivance collectivisées.

Lire la suite ici : https://quamoter.hypotheses.org/2858

 

Irrigation. A Tiznit, les eaux urbaines épurées une aubaine pour régénérer les parcelles agricoles

Par Chady Chaabi, le 15 mai 2023

https://medias24.com/2023/05/15/irrigation-a-tiznit-les-eaux-usees-epurees-une-aubaine-pour-regenerer-les-parcelles-agricoles/

Située dans la Région de Souss-Massa, à moins de deux heures d’Agadir, la Station d’épuration des eaux usées (STEP) de Tiznit permet l’exploitation et l’irrigation de plusieurs dizaines de parcelles, longtemps abandonnées à cause de la pénurie d’eau qui sévit dans la région.

Grâce à elle, du sorgho et de la luzerne, deux plantes fourragères, sont cultivées dans le périmètre agricole de Tiznit dans le cadre d’une expérience pilote qui fait l’objet d’un suivi scientifique dans le cadre du projet de recherche* sur la régénération des régions oasiennes. Etalé sur trois ans (2022-2025), ce projet, financé par le Fonds national Suisse, est porté par la Haute école de travail social de Genève, composante de la Haute école de Suisse occidentale.

“Notre projet vise à comprendre les processus de réutilisation des eaux usées à des fins paysagères et agricoles dans des villes moyennes, soulevant des questions spécifiques différentes des grandes métropoles de pays émergents qui ont été largement documentées”, explique David Goeury, l’un des participants au projet. L’enseignant chercheur au laboratoire Médiations de Sorbonne Université assure que cette initiative “peut jouer un rôle déterminant pour la régénération d’un espace agricole délaissé depuis cinq décennies”.

Continuer la lecture de Irrigation. A Tiznit, les eaux urbaines épurées une aubaine pour régénérer les parcelles agricoles

Climats oasiens, quelques leçons géo-historiques pour affronter le réchauffement climatique

9e édition : Paysages, climats et sociétés de l’Antiquité à nos jours
Journée du dimanche 14 mai 2023

À la fois ancrée dans l’histoire et connectée à l’actualité du monde, la 9e édition des Journées de l’Histoire de l’IMA s’articule autour des « Paysages, climats et sociétés de l’Antiquité à nos jours ». Offrant une occasion unique de réunir des chercheurs de toutes disciplines – historiens, mais aussi anthropologues, géographes, sociologues –, ces trois journées sont ouvertes au plus grand nombre, dans l’esprit d’une grande université populaire.

Table ronde I « Climats oasiens, quelques leçons géo-historiques pour affronter le réchauffement climatique »

Les oasis ont la particularité d’établir des microclimats sur la longue durée, permettant d’installer une forme de vie riche et pérenne. Dans les lieux sentinelles, face aux extrêmes climatiques, sont expérimentées des modalités d’un habité complexe liant humains, plantes et animaux pour maintenir un métabolisme fertile multiséculaire.

Avec : Marc Breviglieri, professeur en sociologie, Haute École du travail social de Genève, Mohamed Mouskite, enseignant-chercheur en histoire environnementale à l’Université Cadi Ayyad de Marrakech et Salima Naji, architecte et docteure en anthropologie, spécialiste en écoconstruction et en écoréhabilitation.

Modération : David Goeury, chercheur en géographie, Sorbonne Université – Haute École du travail social de Genève.

 

Sécheresse : les oasis au Maroc, les leçons d’un savoir-faire ancestral

Reportage de La Croix 

Géniales constructions humaines, les oasis créent un microclimat en milieu aride grâce à un lien inséparable entre ville et agriculture dont pourraient s’inspirer nos villes. Celle de Tiznit, dans le sud marocain, sera à l’honneur lors des rencontres « Paysages, climats et sociétés, de l’Antiquité à nos jours » du 12 au 14 mai à l’Institut du monde arabe (1).

Mohamed passe une tête dans l’embrasure de la porte. « C’est bientôt mon tour d’eau ? » interroge le quinquagénaire, impatient de voir son lopin de terre irrigué dans l’oasis de Tiznit, à une centaine de kilomètres au sud d’Agadir dans le Sud marocain. « Attends encore un peu ! », lui répond Omar, l’œil rieur sous la visière de sa casquette.

Le fringant quarantenaire, président de l’association des usagers de l’eau Abrinaz, est d’humeur joviale : « Si l’oasis va bien, je vais bien ! Il y a six ans encore elle était en perdition, les arbres mouraient peu à peu, aujourd’hui elle renaît, les Tiznitiens reviennent cultiver leur terre ». Moulay Ali Ladnany, le monsieur environnement de la municipalité, s’en félicite autant : « C’est un exploit de faire revenir des agriculteursIl y a des jeunes et quelques entrepreneurs qui s’installent, des retraités de la diaspora qui reviennent et pratiquent une agriculture de subsistance ou d’agrément. C’est en vieillissant l’appel de la terre ! »

Les terres largement abandonnées et asséchées de Tiznit reverdissent à la faveur d’un combat de vingt ans pour restaurer le périmètre agricole de la targa, le canal d’irrigation qui, par extension, signifie la palmeraie elle-même. De frêles oliviers, fraîchement plantés au milieu de parterres d’orge, de blé ou de luzerne, tremblotent dans le vent, témoins de ces parcelles reconquises au milieu de beaux vestiges d’agroforesterie. Des palmiers ancestraux surplombent encore de vigoureux oliviers qui eux-mêmes abritent des cultures de céréales.

 

Continuer la lecture de Sécheresse : les oasis au Maroc, les leçons d’un savoir-faire ancestral

L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique

L’INA est partenaire de la 9e édition des Journées de l’Histoire de l’Institut du monde arabe (IMA) baptisée «Paysages, climats et sociétés du monde arabe, de l’Antiquité à nos jours». À cette occasion, nous avons rencontré le géographe David Goeury, spécialiste des cités oasiennes. Il nous rappelle les leçons géo-historiques pour affronter le réchauffement climatique et nous invite à repenser l’action collective. Entretien.

 

INA – Vos travaux portent sur les cités oasiennes. Comment définit-on une oasis ?

David Goeury – Le terme oasis vient du copte qui signifie « habitat ». C’est un système agri-urbain fondé sur l’interdépendance d’une entité urbaine et d’une entité agricole pour permettre l’établissement d’un habitat d’humains et de non humains sur la très longue durée. C’est une construction purement humaine faite à partir d’alliances, c’est-à-dire par la mobilisation de végétaux spécifiques qui permettent d’établir une forme de vie dans la longue durée. On parle davantage de cité oasienne. Elles ne font sens que parce qu’elles sont intégrées à des dynamiques économiques, et même, pour les plus grandes d’entre-elles, au grand commerce planétaire sous l’«Ancien monde», pour reprendre l’expression de Christian Grataloup (géo-historien), qui allait du Maroc jusqu’en Chine. Les cités oasiennes ont toujours été des lieux de réinvestissement des profits de ce grand commerce caravanier notamment pour financer les infrastructures d’irrigation, permettant des pratiques agricoles intensives.

Continuer la lecture de L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique

LA SOURCE BLEUE ET L’URBANISATION DES OASIS DE MEDITERRANEE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search