Technologie adaptée, technologie appropriée. Réutilisation des eaux urbaines épurées pour une irrigation à vocation agricole en espace oasien Le cas de Tiznit au Maroc (2016-2017)

Par Marc Breviglieri, David Goeury et Zsolt Vecsernyés 

Entrepreneuriat et technologies appropriées. Programme de recherche appliquée & développement en coopération avec les pays émergents de la Francophonie des Hautes Ecoles de Suisse Occidentale. Call 2016.

Marc Breviglieri , Vecsernyès Zsolt (Co-direction) (HEPIA, Genève), David Goeury (ENEC, Paris et Centre Jacques Berque, Rabat), Yves Hausser (HEPIA, Genève), Mohamed Mouskite (Univ. Cadi Ayyad, Marrakech), Alpha Wassertechnik AG de Nidau (Suisse).

Ce projet de recherche questionne pour commencer les transformations que subissent les régions arides et les écosystèmes oasiens au contact de processus d’urbanisation. Ces transformations ont engendré un ensemble de maux qui traversent aujourd’hui les régions du Sud marocain : accroissement du stress hydrique, disparition de nombreuses exploitations, production locale soumise à la concurrence nationale ou internationale. Alors que l’eau à usage agricole est entrée en compétition avec les usages urbains, l’équipe souhaite documenter les dynamiques d’une nouvelle économie circulaire de l’eau via la mise en place d’un traitement adapté des eaux usées urbaines. Depuis les années 1980, des initiatives de réutilisation des eaux usées ont été mises en place, cependant, les médiocres conditions d’exploitation ont amené à de nouveaux enjeux : pollution des écosystèmes, risques sanitaires, fragilisation des patrimoines agricoles traditionnels. Dès lors, la technologie n’a pu répondre que partiellement à la très forte demande sociale en ressource en eau à usage agricole.
L’équipe de recherche, internationale et transdisciplinaire, voudrait reconsidérer, sous l’angle des critères de durabilité, la possibilité sociotechnique d’implémenter une technologie appropriée permettant de rehausser la qualité des eaux retraitées par une station d’épuration (STEP) jusqu’au niveau requis par les normes internationales. Une telle mesure aura une incidence à la fois sur la réorganisation des exploitations agricoles (ouverture de nouveaux marchés, déploiement de nouvelles stratégies productives, etc.), sur la qualité des productions (certification), sur l’écosystème oasien et sur la revivification d’un espace patrimonial remarquable de la culture agraire. Le projet concernera la ville de Tiznit qui a l’intérêt d’être de taille moyenne, la grande majorité des projets comparables se réalisant au bénéfice des grandes villes.
Les travaux de l’équipe de recherche auront ainsi pour but (a) d’évaluer et d’identifier, par le moyen de méthodes participatives, les techniques d’acheminement de l’eau et d’irrigation les plus adaptées aux contraintes spécifiques et besoins locaux. Dans ce contexte, les recherches devront conduire à (b) pouvoir intégrer des ressources générées par la STEP de Tiznit dans la future gestion des eaux, et en particulier quant à leur revalorisation dans l’agriculture dont un enjeu est de dynamiser l’emploi local dans les nouvelles générations (exploitation de parcelles en friche, certification des productions). Dans cette perspective, les recherches devront préalablement (c) définir les méthodes d’assainissement des effluents de la STEP, puis (d) évaluer la manière dont les apports en eau retraitée pourront réalistement être mis en usage par les usagers de la palmeraie. Ces objectifs nous permettront d’aboutir à un diagnostic précis des conditions requises pour implémenter une technologie appropriée.

  1. Contexte du projet

 

Le projet s’intéresse à la question de la ressource en eau à usage agricole dans un contexte d’urbanisation des espaces oasien. Alors que l’eau à usage agricole est entrée en compétition avec les usages urbains, l’équipe souhaite documenter les dynamiques d’une nouvelle économie circulaire de l’eau via la mise en place d’un traitement adaptée des eaux usées urbaines. La durabilité seront abordée dans ses trois aspects : environnemental, économique et social.

Elle souhaite donc s’appuyer sur le cas de Tiznit, une ville moyenne du Sud marocain.

Plusieurs études ont été menées à l’échelle de la province par l’agence du bassin de Souss-Massa sise à Agadir et par différents bureaux d’études dans le cadre de la réhabilitation des canaux d’irrigation historiques. Nous nous appuyons sur ces études pour faire ressortir l’ancrage des différentes problématiques dans le contexte étudié (ces dernières seront indiquées ainsi : Pn, Pn+1, etc.).

·         La ville de Tiznit

La ville de Tiznit s’est constituée autour d’une oasis, Targa (le canal d’irrigation en tachelhit et par extension le périmètre irrigué), permettant le développement de sept hameaux à partir du XVIe siècle. En 1881, elle est fondée comme cité par le sultan Moulay Hassan. La muraille enserre la source historique et une partie des terres agricoles. A la colonisation, la ville devient un point essentiel de la présence militaire française, commence alors la question de l’arbitrage entre l’eau agricole et l’eau à usage urbain. En 1975, la ville est promue chef-lieu de province alors qu’elle connaît une croissance démographique fulgurante (6000 habitants en 1952 contre 75 000 en 2014).  L’oasis historique décline du fait du détournement des sources historiques, l’activité agricole se déplaçant vers le nord avec la multiplication des puits sur nappe. En 1984, les eaux usées de la première station d’épuration sont mis à disposition des agriculteurs mais le risque sanitaire et la saturation de l’infrastructure amène à une nouvelle station inaugurée en 2007. Cependant, le système de redistribution de l’eau épurée aux agriculteurs n’est toujours pas fonctionnel.

Ø  P1 : Toute mesure d’intervention sur le périmètre pose le problème de la difficile conciliation entre des intérêts agricoles variés et les contraintes du foncier qui évoluent avec le phénomène d’urbanisation.

·         Les ressources en eau

Le bassin de la plaine de Tiznit s’étend sur une superficie de 1200 km². Le bassin versant se caractérise par un climat aride qui bénéficie dans sa zone côtière de l’influence océanique. Sur les reliefs, les températures peuvent descendre en dessous de 0°C en hiver et dépasser 40°C en été. Cependant, dans la plaine à Tiznit, le climat est tempéré par l’influence océanique. La pluviométrie dans ce bassin est marquée par son irrégularité. Il pleut en moyenne 25 jours par an. La pluviométrie annuelle, d’une moyenne de 170 mm, varie entre 50 mm et 350 mm. L’évaporation est de 1500 mm/an sur la côte et de 2200 mm/an sur les reliefs.

Les ressources en eau souterraine de la plaine de Tiznit sont exploitées dans des petits périmètres irrigués traditionnels et captées au niveau de sources ou par khettaras (conduit souterrain). La superficie totale de ces périmètres ne dépasse pas 900 ha. La construction de bassin d’accumulation desservant plusieurs parcelles pourrait être envisagée, au cas où les propriétaires suivraient la proposition de la municipalité de regrouper les parcelles en main d’une même famille.

L’agriculture de Targa bénéficie des eaux provenant des deux sources a) la source bleue Ain Zerka (par un séguia de 1’500 m actuellement polluée par des branchements anarchiques d’évacuation des eaux usées domestiques), et b) de la source Reggada d’OuladJerrar (par un séguia de 14’500 m dont l’état est très défectueux de la source jusqu’à l’entrée de la ville du fait de nombreuses ouvertures clandestines créées par les riverains). L’eau de ces sources est cumulée dans un bassin d’accumulation de 250 m³ situé en amont des parcelles, avant d’être distribuée, suivant un tour d’eau. Ces deux sources ont connu une histoire tourmentée (détournement, aménagement, restitution) amenant à la mobilisation régulière des agriculteurs pour défendre leurs droits à l’eau. Aujourd’hui les débits sont très faibles (respectivement 4 à 5 litres par seconde et 15 à 20 litres par seconde) et les conduites sont en pleine réhabilitation.

Ø  P2 L’urbanisation induit une croissance de la demande qui nécessite une réflexion et des négociations sur l’attribution de l’eau où se mettent en jeu des conflits de pouvoir, notamment entre l’association de promotion de l’agriculture et de défense des droits d’eaux historiques, l’association des usagers des eaux agricoles, la municipalité, les directions provinciales (DPA) et les offices nationaux (ONEP). 

·         Les eaux usées

Une nouvelle station d’épuration a été dimensionnée pour 65’700 habitants (équivalent habitant) en 2010, puis pour 78’850 habitants à l’horizon 2015. Ceci correspond à un taux de raccordement de 90% des habitants de l’agglomération. Les eaux traitées visent à offrir l’irrigation de 284 ha du périmètre Targa et d’Attabane. Depuis les années 1980, suite au raccordement du réseau d’eau potable au barrage Youssef Ibn Tachfine, la STEP a participé aux politiques de restitution de l’eau aux agriculteurs, suite à la dépossession de leurs droits d’eaux historiques au profit de l’eau potable en 1975. Elle offre un débit largement supérieur aux sources historiques (54 litres par seconde)

Désormais, grâce à la nouvelle STEP, les eaux présentent une qualité physico-chimique améliorée. Afin de permettre de couvrir une partie des besoins en eau d’irrigation, la municipalité en partenariat avec la DPA a autorisé la réutilisation des eaux traitées avec restriction : sont privilégiées l’arboriculture et la culture fourragère. Mais, la pratique démontre un éloignement de certains agriculteurs de cette règle, avec l’irrigation des cultures vivrières aussi. Or la qualité d’eau des effluents de la STEP de Tiznit ne permet pas aujourd’hui leur revalorisation en agriculture maraichère. Les données mises à disposition par l’ONEE révèlent des charges de matières organiques et en suspension en sortie de STEP bien supérieures aux valeurs admissibles pour une eau norme irrigation.

Ø  P3 : En conséquence d’une volonté de développer une culture maraichère sur certaines parcelles, certains agriculteurs recourent aux eaux retraitées de la STEP induisant des risques sanitaires pour les ouvriers agricoles, mais également pour les consommateurs de leurs produits.

Par conséquent, certains agriculteurs en tirent une mauvaise leçon et refusent son utilisation. Par ailleurs, nombre d’interlocuteurs (élus, associations et agriculteurs) souhaitent développer une filière agricole responsable voire biologique destinée à l’exportation. Mais en l’état, nos observations ont confirmé l’utilisation intensive d’intrants chimiques (pesticides, herbicides, insecticides) (Vecsernyes & al., 2015) par la plupart des producteurs, par ailleurs, de nombreuses terres ont été irriguées par les eaux brutes de l’ancienne STEP, enfin la source historique et les puits ont été contaminés par les nombreux puits perdus.

Ø  P4 : La demande de création d’une filière agricole biologique se heurte à l’usage d’une qualité d’eau insuffisante et de nombreuses pratiques polluantes.

L’amélioration de la qualité biologique des eaux traitées paraît donc déterminante. Elle l’est d’autant plus que les opérateurs impliqués posent la question de la rentabilité et du financement du traitement des eaux usées. Ils se rendent compte que les économies d’échelles sont difficiles dans les villes moyennes et d’autant plus si ces dernières réclament un traitement qualitatif supérieur afin de pouvoir utiliser l’eau pour l’irrigation agricole. L’enjeu financier est donc colossal car il concerne des dizaines d’agglomérations dans la région et pose la question de la capacité à proposer un système performant aux populations les plus exposés au risque (les habitants des bourgs ruraux à très forte croissance démographique).

Ø  P5 : L’investissement industriel dans l’innovation apparaît difficile à amortir dans un milieu morcelé de petites unités de production peu rentables

·         Déclin d’une culture agricole oasienne

Les problèmes d’approvisionnement en eau ont conduit à une dégradation de l’infrastructure d’irrigation traditionnelle et à l’abandon de nombreuses parcelles. Selon une étude conduite en 2007, Targa impliquait 517 familles urbaines, mais plus de 41 % des exploitants avaient plus de 60 ans en 2007. En 2015, une nouvelle étude a permis de préciser la distinction entre propriétaire et exploitant (ANDZOA, 2015). Il a été possible d’identifier 149 familles d’ayant droits. Chaque famille peut comprendre 4 à 50 ménages. L’indivision est donc la règle. Cependant, en 2015, seules 49 personnes ont été identifiées comme ayant des pratiques agricoles régulières dans Targa. L’écrasante majorité des ayants droits ne cultivent pas la terre ou la loue à un exploitant de confiance. Les arguments avancés sont le manque d’eau mais aussi la faible rentabilité de micro-parcelles. Au final en avril 2015, 40,3% des terres agricoles étaient abandonnées et 19,9% laissées en jachère, seules 39,8% de la superficie était effectivement mise en culture.

Ø  P6 : Les conditions d’exploitation actuelles entrainent un déclin généralisé de la culture oasienne. L’abandon des parcelles lié au fractionnement héréditaire s’ajoute à un enjeu de sauvegarde patrimoniale conséquent à l’oubli de savoir-faire agricoles traditionnels.

·         Evolution des techniques d’irrigation

Compte tenu de la rareté de l’eau, l’irrigation gravitaire n’est pas nécessairement le mode d’irrigation le plus économe. La direction provinciale (DPA), dans le cadre du plan vert national et des soutiens apportés par l’Agence Nationale pour le Développement des Zones Oasiennes et de l’Arganier (ANDZOA), dispose de fonds pour soutenir la conversion des agriculteurs au goutte à goutte, toutefois faute de formations suffisantes les agriculteurs rencontrés ont plutôt une perception négative de cette technique, allant jusqu’à prétendre qu’elle est plus consommatrice d’eau que l’irrigation gravitaire. Cela est probablement dû à des tentatives d’installations de systèmes goutte à goutte sans appui technique ni formation qui se sont soldées par des échecs. De fait peu nombreux sont les producteurs à avoir adopté le goutte à goutte pour le moment.

Ø  P7 : l’introduction de nouvelles techniques, ou de nouvelles conceptions d’exploitation, dans un cadre marqué par une forte référence à l’efficacité des systèmes traditionnels, ne garantie pas son adoption et pose un enjeu relatif à l’introduction de techniques innovante

·         Autres effets négatifs liés à l’urbanisation

Des fronts d’urbanisations se déploient au sud-ouest depuis la ville de Tiznit et au nord-est depuis le hameau de Doutarga. Nombre de propriétaires espèrent pouvoir lotir leurs terrains ce qui explique la permanence de l’indivision. Par ailleurs, les terres servent de décharges sauvages pour les gravats issus des chantiers mais aussi pour tout un ensemble de déchets ménagers. Enfin, les propriétaires de bétails dans la médina viennent déposer leur fumier de façon anarchique en périphérie du périmètre. De même, l’oued Toukhsine qui traverse le périmètre est pollué par des rejets d’assainissement liquides.

Ø  P8 : l’abandon de nombreuses parcelles de la palmeraie a largement favorisé l’aggravement d’une pollution et de phénomènes spéculatifs sur le foncier mettant en évidence l’enjeu majeur d’une revalorisation de l’exploitation de la terre et plus largement d’une restauration de l’écosystème oasien.

·         Réutilisation des eaux usées traitées : contexte international et national

Aujourd’hui, les solutions innovantes inclinent à développer dans tous les espaces oasiens un réseau d’assainissement liquide aboutissant à une station d’épuration à même de proposer un traitement tertiaire pour pouvoir proposer des effluents norme irrigation internationale afin de les rendre aptes à une seconde vie, et donc de créer une économie circulaire. Dès lors, il apparaîtrait un nouveau circuit de l’eau entre l’oasis et la ville : la ville ne serait plus concurrente de l’oasis, bien au contraire, elle favoriserait sa renaissance. Ainsi, certaines villes majeures comme Marrakech, Nouakchott ou Dakar ont enclenché un tel dispositif. Il nous intéresse de questionner dans ce projet une ville de taille beaucoup plus modeste. Au Maroc, l’opérateur national l’Office de l’eau potable de l’électricité (ONEE) et le ministère de l’environnement réfléchissent à des modalités à même d’améliorer les performances qualitatives du Programme national d’assainissement liquide et d’épuration des eaux usées dans un contexte de précarité de la ressource. En effet, il apparaît aujourd’hui que si les grandes agglomérations privilégient la réutilisation des eaux épurées à des usages d’agréments (jardins et fontaines publics) et les villes touristiques à des usages de loisirs (golfs), dans de nombreuses villes oasiennes de taille moyenne, la population souhaite davantage un usage agricole de cette eau afin de réactiver une activité économique. Par conséquent, se posent de nouveaux enjeux plus complexes car les procédures mises en œuvre dans les très grandes agglomérations semblent peu adaptées, notamment dans la question de la valeur de l’eau retraitée, cette dernière étant facilement rachetée par des clients solvables (conseil municipal de la grande ville, grands opérateurs touristiques) pour un usage présentant très peu de risques sanitaires. Alors que dans les villes moyennes, la solvabilité des petits exploitants agricoles pose question.

Ø  P9 : Dans les villes de taille moyenne comme Tiznit, les eaux traitées qui peuvent répondre à un important besoin agricole soulèvent des questions de normalisation des procédés techniques de production et des problématiques de solvabilité liées à la petite taille des exploitations

Les modèles traditionnels survivent difficilement dans ce nouveau contexte, de nouveaux modèles économiques productifs apparaissent, remettant en question les associations traditionnelles de culture. Les ambitions très modernes de l’État marocain via la DPA (remembrement parcellaire, passage à l’irrigation par goutte à goutte, développement de production bio à forte valeur ajoutée pour l’export) ne sont pas nécessairement en phase avec les attentes des petits producteurs. A ce niveau, un des principaux facteurs de l’échec de l’introduction de nouvelles techniques provient du manque de formation et d’accompagnement des producteurs. L’introduction d’une possibilité de faire usage d’une eau de qualité augmentée permet de générer des opportunités économiques nouvelles qu’il faut toutefois relier à un accompagnement formateur qui induise l’appropriation réelle de nouvelles solutions

Ø  P10 : La rationalisation technico-financière peut induire des solutions ad hoc importées qu’il faut pouvoir distinguer d’approches en termes d’appui aux initiatives locales qui démontrent plus de pérennité et de réalisme

 

  1. Objectifs

 

Les travaux de l’équipe auront pour but de rechercher des mesures pour une meilleure gestion des ressources en eau. Les recherches devront permettre (a) d’évaluer et d’identifier les techniques d’acheminement de l’eau et d’irrigation les plus adaptées aux contraintes spécifiques et besoins locaux. Dans ce contexte, les recherches devront conduire à (b) pouvoir intégrer des ressources générées par la STEP de Tiznit dans la future gestion des eaux, et en particulier quant à leur revalorisation dans l’agriculture (maraichère notamment). Dans cette perspective, les recherches devront (c) définir les méthodes d’assainissement des effluents de la STEP, puis (d) évaluer la manière dont les apports en eau retraitée pourront réalistement être mis en usage et appropriés par les usagers de la palmeraie.

Ces quatre objectifs majeurs qui pourront permettre d’analyser finement l’opportunité d’une étape supplémentaire dans le traitement des eaux usées de la STEP, peuvent aussi se décliner sous la forme suivante :

  1. État de l’art

 

·         Actualité de la question rurale au Maroc, mutation de la gouvernementalité agricole

La gestion des ressources en eau est considérée comme un des enjeux contemporains majeurs et tout particulièrement dans les milieux arides soumis au stress hydrique et aux aléas climatiques. Cette question, loin d’être nouvelle, a été au cœur du développement des sociétés oasiennes depuis plusieurs millénaires. Afin d’assurer leur survie quotidienne, ces sociétés ont développé une ingénierie, une économie et une législation spécifique pour assurer la mobilisation et l’exploitation pérenne de ressources hydriques[1]. Or, au cours du XXe siècle, ces espaces ont connu de profondes mutations mettant en péril le système traditionnel au point que le système oasien a été déclaré en crise à l’échelle planétaire : les effets conjugués de l’ouverture à un marché national, voire planétaire des denrées alimentaires amenant à une concurrence des productions oasiennes par des produits agricoles issus de périmètres rationalisés fortement subventionnés et le processus accéléré d’urbanisation ont amené à une remise en question de la performance des systèmes oasiens.

Aussi, l’économie collective de l’eau d’irrigation a été souvent abandonnée au profit de stratégies capitalistes individuelles de pompage sur la nappe phréatique afin de s’émanciper des collectifs historiques jugés trop contraignants. En oscillant entre prise en charge collective (community management) et individuelle (free-riding), la gestion de l’eau a souvent donné lieu au développement de puissantes inégalités sociales[2]. Les sources historiques collectives ont par ailleurs été utilisées par les pouvoirs publics pour développer les premiers réseaux d’eau potable amenant à une compétition nouvelle entre l’espace urbanisé et l’espace oasien jadis complémentaires. Plus largement, les oasis ont été largement soumis aux effets d’un contact avec des fronts d’urbanisation en croissance. Les agricultures oasiennes se sont aussi retrouvées « sous le choc de l’urbanisation et des privatisations »[3]. Pour cette raison, il convient aussi de les interroger sous l’angle de la composition d’un écosystème urbain[4], notamment dans le rôle qu’elles occupent au niveau de la sécurité alimentaire et de leur impact sur la réduction de la pauvreté[5].

·         Croissance urbaine en contexte oasien

Le processus d’urbanisation et de développement d’activités industrielles ont engendré de nouvelles formes de pollution qui menacent le système oasien. Au problème de quantité d’eau disponible, s’est ajouté un problème de qualité au point de créer une menace sanitaire nouvelle. Dans un examen récent des performances environnementales du Maroc, les Nations-Unies soulignaient la fragilité des écosystèmes tels que les oasis qui voient se multiplier les menaces (perte de la surface végétale, érosion hydrique, etc.) au devant d’un vide juridique concernant leur protection[6]. Le problème de la préservation des terres agricoles et de la marginalisation des agriculteurs a aussi été soulevé, notamment par des études réalisées dans la région de Méknès[7]. C’est récemment que la question de l’agriculture urbaine est venue questionner l’évolution des oasis mis sous pression urbaine. Mais les travaux sur l’Afrique du Nord ont été surtout consacrés aux métropoles, et non pas aux villes de taille moyenne qui nous intéressent plus particulièrement[8]. Enfin, les travaux émanant d’ethnographie effectuées dans les régions oasiennes du Maroc, ont développé leurs réflexions, non pas à partir d’une problématique urbaine, mais systématiquement à partir d’un questionnement sur le devenir de régions rurales soumises aux mutations économiques et politiques[9].

Au XXe siècle, la mutation des espaces oasiens s’est faite sous l’autorité de pouvoirs centraux extrêmement éloignés géographiquement et institutionnellement amenant à la transposition de nouvelles normes définies en dehors du milieu oasien. Ainsi, la gestion de l’eau historique sur laquelle s’est appuyée le développement multiséculaire des espaces oasiens a échappé progressivement aux habitants pour passer sous l’autorité des pouvoirs publics nationaux et d’opérateurs privés ou publics spécialisés, nationaux ou internationaux, à même de proposer des solutions techniques nouvelles. Or, ces derniers ont apporté avec eux un ensemble de pratiques, de techniques innovantes et de normes nationales voire internationales souvent élaborés dans des contextes très différents, et récemment orientés vers les standards de durabilité et vers les procédures de certification de la qualité dont il reste à penser l’intégration réelle[10]. Des travaux soulignent les enjeux politiques et sociaux liés au développement d’un Etat incitatif et décentralisé au Maroc, que cela concerne le renouveau de l’action urbaine ou bien le développement d’une politique agricole[11]. On assiste par exemple  à la multiplication de projets d’irrigation promus par l’émergence d’une société civile de type libérale (associations et non pas Djema’a) impliquant une pluralité d’acteurs dans des phases participatives[12].

·         Etudes réalisées sur le site de Targa (Tiznit)

La région sur laquelle porte la présente recherche a déjà été largement étudiée dans une perspective historique par Ftaïta[13]. Par la suite, certains membres de l’équipe ont été mandatés pour réaliser une « Étude de réhabilitation de la palmeraie de Targa »[14]. Le diagnostic s’est appuyé sur la collecte de toutes les données administratives, l’analyse historique de l’évolution du périmètre, une enquête auprès de l’intégralité des parties prenantes, une enquête exploitation agricole avec tous les agriculteurs, une enquête auprès de 500 habitants sur la perception et les usages du périmètre irrigué, des ateliers participatifs, réalisation d’une cartographie participative. Le travail de terrain a été effectué par une équipe d’agronomes dirigée par A. Tikert et S. Statev et de géographes (D. Goeury et J. Chiche).

·         Qualité de l’eau nécessaire à sa réintégration dans la société

Du point de vue agro-hydrologique, les travaux de recherche démontrent que dans les régions arides et semi-arides les précipitations annuelles sont souvent suffisantes, mais la gestion de cette ressource en eau n’est pas optimale pour assurer les besoins en continu des agroécosystèmes[15]. Les premières informations réunies par l’équipe dans le contexte de Tiznit confirment ce postulat et identifient un enjeu majeur de pérennisation des ressources en eau. On notera que la littérature scientifique portant sur la désinfection de l’eau de l’effluent mentionne le développement de technologies comme l’UV, l’ozonation, la microfiltration ou l’ultrafiltration. Elles permettent également d’assurer une désinfection de l’eau[16]. La solution à préconiser pour Tiznit, devra présenter au-delà de son efficacité de traitement, un faible coût, mais devra également garantir l’absence de sous-produits potentiellement dangereux issus de la procédure de désinfection.

[1] Marouf, N, 1980, Lecture de l’espace oasien, Paris, Sindbad ; Pascon, P. 1984, La question hydrolique. 1, Petite et moyenne hydrolique au Maroc, Rabat, Graphitec.

[2] Hasnaa El Jamali, 2013, « Community-Based Water Management: The Oasis of Figuig, Morocco Recent Extensions and Transformations », International Journal of Environmental Monitoring and Analysis, Vol. 1, No. 5, 2013, pp. 213-229.

[3] Elloumi, M. et Jouve, A.-M. (dir.), 2003, Bouleversements fonciers en Méditerranée, des agricultures sous le choc de l’urbanisation et des privatisations, Karthala-CIHEAM.

[4] Mckinney, M.L., 2002, « Urbanization, biodiversity, and conservation », BioScience, 52, 10, pp. 883-890.

[5] Zeeuw de H. & al., 2011, « The role of urban agriculture in building resilient cities in developing countries », Journal of Agricultural Science, vol. 149, p. 153-163.

[6] Nations-Unies, 2014, Examen des performances environnementales. Maroc, synopsis, URL :

[7] Valette É. et al., 2013, « Urbanisation en périphérie de Meknès (Maroc) et devenir des terres agricoles : l’exemple de la coopérative agraire Naïji ». Cah Agric 22 : 535-43.

[8] Giseke, U. (Ed.), 2011, Urban Agriculture Casablanca : Design as an integrative factor of research. Berlin : Technische Universität Berlin.

[9] M. Bouchelkha (coord.), 2003, L’espace rural dans le Souss. Héritages et changements, Faculté des Lettres et des sciences humaines d’Agadir et Groupe d’Études et de Recherches sur le Sud marocain (GERS) ; Valette, E. et Philifert, P., 2014, « L’agriculture urbaine : un impensé des politiques publiques marocaines ? », Géocarrefour, 89, 75-83.

[10] Akesbi N, 2012. Une nouvelle stratégie pour l’agriculture marocaine : le «Plan Maroc Vert». New Medit 11, 12-24 ; Barthel PA et Zaki L, (éds.), 2011, Expérimenter la ville durable au sud de la Mditerrane, éditions de l’Aube.

[11] Philifert, P., 2010, « Maroc : des études urbaines saisies par le changement ? », Géocarrefour, Vol. 85/4, 323-331.

[12] Kadiri Z & al., 2009, « Local transformation of a state-initiated institutional innovation : the example of Water Users Associations in an irrigation scheme in Morocco », Irrigation and Drainage, n°58, p. 346-357.

[13] Ftaïta, T., 2006, Anthropologie de l’irrigation. Les oasis de Tiznit, Maroc, L’Harmattan.

[14] ANDZOA, Étude pour la réhabilitation de la palmeraie de Targa de Tiznit, rapport méthodologique , phase 1, B.E.T.Agrinter, Février 2015, 51 p ; ANDZOA, Étude pour la réhabilitation de la palmeraie de Targa de Tiznit, rapport diagnostic, phase 2, B.E.T. Agrinter, Mai 2015, 140 p. ; ANDZOA, Étude pour la réhabilitation de la palmeraie de Targa de Tiznit, rapport programmation, phase 3, B.E.T.Agrinter, Juillet 2015, 228 p.

[15] Rockström, J, et al., 2007, Assessing the water challenge of a new green revolution in developing countries, Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, Vol. 104, USA ; 2 – Flugel, WA., Rijsberman, F., 2003, The Challenge Program « Water and Food » for river basin scale water resources assessment, International Congress on Modelling and Simulation, University of Western Australia, Nedlands, Australia.

[16] Lazarova, V, et al., 1999 Advanced Wastewater disinfection technologies: State of the Art and Perspectives, Water Science Technologies, Conference:  6th International Conference on Advanced Wastewater Treatment, Recycling and Reuse; Wat. Sci. Tech., Vol. 40, Elsevier Science Ltd ; Adham, S.S. et al., 1998, Removal of microorganismes if water repurification. Proc. Conf. Disinfection ’98, Spec. WEF Conf., Baltimore, MD, USA,  pp. 375-390 ; Braunstein, JL, et al., 1996, Ultraviolet disinfection of filtered activated sludge effluent for reuse applications, Water environment Research, Vol.  68  ; Yong, D. et al., 2008, Bench-Scale Evaluation of Sonication as a Pretreatment Process for Ultraviolet Disinfection of Wastewater, Water quality research journal of Canada, Vol. 43.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search