Archives par mot-clé : végétal

BIENS COMMUNS DE PROXIMITÉ ET POUVOIR CLIMATISANT DES AMBIANCES URBAINES

Paru dans le numéro 0 de la revue GéoProximitéS

Biens communs de proximité et pouvoir climatisant des ambiances urbaines

Le texte qui suit reprend quelques points développés dans le cadre d’une recherche-action menée sur l’agglomération genevoise afin de questionner certaines conséquences réelles ou attendues de la crise climatique (Breviglieri, 2022). Mon enquête consista d’abord à identifier, à travers la littérature scientifique, la presse quotidienne, et à partir de témoignages de citadin.es croisé.es et questionné.es dans l’espace public au cœur de l’été 2018, une gamme de maux spécifiques rapportés au réchauffement climatique et à l’accélération de la fréquence des pics de chaleur en ville. Ceux-ci nous conduisent directement vers les propriétés et les usages de l’espace public urbain dès lors qu’il est voué, en période de forte température, à être craint et déserté par toute espèce vivante susceptible d’y prendre place. Le problème accède à un certain niveau de gravité lorsqu’à la souffrance physique, s’ajoute, du moins pour les humains, un mal de l’isolement domiciliaire redoublé d’une anxiété collective.

La recherche, ici brièvement rappelée, fait fond sur de bien plus anciennes investigations qui, livrant contribution à une sociologie de la proximité, ont ouvert simultanément les trois domaines d’étude que sont l’usage des choses, l’habiter en commun et le soin porté aux êtres familiers. Après une thèse de doctorat centrée sur ces domaines d’étude, mes sources d’intérêt et enquêtes ethnographiques se sont déplacées vers les métropoles contemporaines dites « du sud », lesquelles s’organisent fréquemment en composant avec une large palette de rapports érigés dans le proche (Breviglieri, 1999 et 2018 ; Breviglieri, Gamal Said et Goeury, 2021). Des rapports souvent inscrits dans de puissantes attaches au lieu habité, où se nouent fréquemment d’étroites solidarités de voisinage composées de parentèles étendues et de fréquentations étalées sur plusieurs générations. Corrélativement, j’y constatais la présence de nombreux biens communs de proximité, non seulement pour concurrencer ou pallier les déficiences reconnues de la puissance publique, mais aussi pour pouvoir envisager la manière dont s’établissent, au fil des usages du lieu, des conditions d’habitabilité de l’espace public faisant valoir des tonalités d’ambiances particulières (des climats – nous y reviendrons –) qui favorisent des formes de bienvivance collectivisées.

Lire la suite ici : https://quamoter.hypotheses.org/2858

 

Gestes de collecte et chants d’espérance. Cueilleuses de la région Souss-Massa (Maroc)

BREVIGLIERI Marc, « Gestes de collecte et chants d’espérance. Cueilleuses de la région Souss-Massa (Maroc) », dans : Rachel Brahy éd., L’enchantement qui revient. Paris, Hermann, « Colloque de Cerisy », 2023, p. 265-276. DOI : 10.3917/herm.brahy.2023.01.0265. URL : https://www.cairn.info/l-enchantement-qui-revient–9791037022844-page-265.htm

Premières lignes :

Il serait ici bien trop long de relater comment les méandres de l’enquête ethnographique m’ont conduit jusqu’à ces cueilleuses. Chaque jour, elles viennent plonger leurs mains dans une flore constituée de plantes sauvages situées aux abords des terres agricoles de l’oasis. Il convient toutefois de mentionner qu’une source karstique (dite « sacrée ») marque l’origine de cette enquête : la réhabilitation de son site, permise par le minutieux travail de l’architecte et anthropologue Salima Naji, n’a pas simplement redonné une densité d’expérience à la vie publique du noyau historique, elle a aussi permis la résurgence d’un mythe légendaire attaché à une femme. Une femme, devenue sainte, Lalla Zninia, accompagnée d’une chienne qui creuse le sol jusqu’à faire jaillir la source intarissable, rendant la terre fertile et l’habitation possible. Un mythe au milieu d’autres mythes oasiens qui lui ressemblent dans ses correspondances et son événement fondateur. Mais ce mythe permet d’envisager des symboles primaires et des grappes de sens qui font dériver insensiblement la réflexion vers ce pour quoi comptent infiniment ces femmes dans l’espace oasien : elles protègent les vivants et favorisent la fertilité pour en recueillir les puissances vitales et nourricières, elles confectionnent un arsenal thérapeutique ou magique, elles entretiennent le pied des cultures et récupèrent du fourrage pour le bétail, elles partagent la baraka des saints, amadouent les esprits et connaissent les lois cosmiques dont elles tracent les signes en tissant…

Plan :

  1. I. Enquête sur la perméabilité sensible à l’univers végétal
  2. II. L’épine et le vent
  3. III. Des chants simulant la structure végétale
  4. IV. Le chant comme émanation d’un toucher qui sent la frange atmosphérique du monde
  5. V. Ce que la terre et le végétal consentent à accorder
  6. VI. Repositionnement des humanités
  7. VII. Mettre au jour le fragile « commun des vivants mêlés » de l’espace oasien

 

Pour consulter le chapitre : https://www.cairn.info/l-enchantement-qui-revient–9791037022844-page-265.htm

 

 

Actes du colloque :

L’enchantement qui revient [2021]

Ateliers agroécologies et écoconstructions

L’architecte Salima Naji élabore un projet pédagogique complet autour des architectures sans architecte à partir des fibres végétales issues des oasis. Ici, une initiative faisant le lien entre les ateliers menés dans les oasis de Tiznit, Tadakoust et Tissekmoudine, et une opération pédagogique à destination des étudiants de l’école nationale d’architecture d’Agadir.

L’objectif est de sensibiliser les enfants et les étudiants aux architectures sans architecte réalisées par les communautés oasiennes avec des végétaux.

Les étudiants de l’école nationale d’architecture d’Agadir sont invités à réaliser des maquettes à partir des fibres végétales issues des oasis de Tadakoust et Tiznit.

Ces maquettes sont exposées à l’institut français d’Agadir en même temps que les panneaux de l’exposition “Résonances oasiennes. Approches sensibles de l’urbain au Sahara”.

Ensuite sont organisés deux défis.

Les enfants qui fréquentent l’institut français sont invités à réaliser des maquettes avec les mêmes matériaux que les étudiants. Les réalisations sont discutées et exposées.

Les étudiants sont invités à travailler sur une structure éphémère faite de bois et de cordes tressées en laine de chèvre par les femmes de l’oasis de Tissekmoudine. La structure est alors tendues selon des logiques enchevêtrées et montée collectivement.

Structure éphémère en corde de laine de chèvre. Crédits : David Goeury
Structure éphémère en corde de laine de chèvre. Crédits : David Goeury
Structure éphémère en corde de laine de chèvre. Crédits : David Goeury

L’objectif est de repenser les cultures du bâti dans leur approches les plus simples et recréer des continuités entre les créations enfantines et les formations professionnelles.

« Fertilités. Sur les chemins de collecte des femmes oasiennes (univers végétal, résonateurs cosmiques, soins collectifs) »

Cet article a été publié dans la revue Anthropologie et Societés.

Référence:

Breviglieri, Marc. “FERTILITES: Sur les chemins de collecte des femmes oasiennes (univers vegetal, resonateurs cosmiques, soins collectifs).” Anthropologie et Societés, vol. 44, no. 1, 2020, p. 25+.

Cet article brosse un tableau de l’univers végétal d’une oasis du Maroc présaharien (région du Souss) en mettant l’accent sur la présence de femmes âgées issues d’un milieu très modeste venant quotidiennement désherber et collecter des plantes spontanées. Ces femmes entretiennent un lien privilégié avec ces dernières et transmettent leurs pouvoirs nourriciers, prophylactiques, thérapeutiques ou magiques à la communauté oasienne dans son ensemble. Mais une question se pose : que va-t-il advenir de ce champ de relations intégrées aux cycles de fertilité au fil des transformations structurelles et des projets de modernisation que connaissent actuellement les espaces oasiens ? Ces projets, tout en étant porteurs d’objectifs environnementalistes, attestent d’une modalité de qualification du sol et de son exploitation qui tend à éclipser la présence de ces femmes, négligeant au passage l’arrière-plan cosmologique foisonnant sur lequel se dessinent leurs gestes attentionnés et la perméabilité sensible à l’univers végétal oasien dont elles sont les gardiennes.

Mots-clés : Breviglieri, oasis, femme, végétal, écologie, soin, atmosphère, vie, communs Continuer la lecture de « Fertilités. Sur les chemins de collecte des femmes oasiennes (univers végétal, résonateurs cosmiques, soins collectifs) »