Archives par mot-clé : STEP

Irrigation. A Tiznit, les eaux urbaines épurées une aubaine pour régénérer les parcelles agricoles

Par Chady Chaabi, le 15 mai 2023

https://medias24.com/2023/05/15/irrigation-a-tiznit-les-eaux-usees-epurees-une-aubaine-pour-regenerer-les-parcelles-agricoles/

Située dans la Région de Souss-Massa, à moins de deux heures d’Agadir, la Station d’épuration des eaux usées (STEP) de Tiznit permet l’exploitation et l’irrigation de plusieurs dizaines de parcelles, longtemps abandonnées à cause de la pénurie d’eau qui sévit dans la région.

Grâce à elle, du sorgho et de la luzerne, deux plantes fourragères, sont cultivées dans le périmètre agricole de Tiznit dans le cadre d’une expérience pilote qui fait l’objet d’un suivi scientifique dans le cadre du projet de recherche* sur la régénération des régions oasiennes. Etalé sur trois ans (2022-2025), ce projet, financé par le Fonds national Suisse, est porté par la Haute école de travail social de Genève, composante de la Haute école de Suisse occidentale.

“Notre projet vise à comprendre les processus de réutilisation des eaux usées à des fins paysagères et agricoles dans des villes moyennes, soulevant des questions spécifiques différentes des grandes métropoles de pays émergents qui ont été largement documentées”, explique David Goeury, l’un des participants au projet. L’enseignant chercheur au laboratoire Médiations de Sorbonne Université assure que cette initiative “peut jouer un rôle déterminant pour la régénération d’un espace agricole délaissé depuis cinq décennies”.

Continuer la lecture de Irrigation. A Tiznit, les eaux urbaines épurées une aubaine pour régénérer les parcelles agricoles

Sécheresse : les oasis au Maroc, les leçons d’un savoir-faire ancestral

Reportage de La Croix 

Géniales constructions humaines, les oasis créent un microclimat en milieu aride grâce à un lien inséparable entre ville et agriculture dont pourraient s’inspirer nos villes. Celle de Tiznit, dans le sud marocain, sera à l’honneur lors des rencontres « Paysages, climats et sociétés, de l’Antiquité à nos jours » du 12 au 14 mai à l’Institut du monde arabe (1).

Mohamed passe une tête dans l’embrasure de la porte. « C’est bientôt mon tour d’eau ? » interroge le quinquagénaire, impatient de voir son lopin de terre irrigué dans l’oasis de Tiznit, à une centaine de kilomètres au sud d’Agadir dans le Sud marocain. « Attends encore un peu ! », lui répond Omar, l’œil rieur sous la visière de sa casquette.

Le fringant quarantenaire, président de l’association des usagers de l’eau Abrinaz, est d’humeur joviale : « Si l’oasis va bien, je vais bien ! Il y a six ans encore elle était en perdition, les arbres mouraient peu à peu, aujourd’hui elle renaît, les Tiznitiens reviennent cultiver leur terre ». Moulay Ali Ladnany, le monsieur environnement de la municipalité, s’en félicite autant : « C’est un exploit de faire revenir des agriculteursIl y a des jeunes et quelques entrepreneurs qui s’installent, des retraités de la diaspora qui reviennent et pratiquent une agriculture de subsistance ou d’agrément. C’est en vieillissant l’appel de la terre ! »

Les terres largement abandonnées et asséchées de Tiznit reverdissent à la faveur d’un combat de vingt ans pour restaurer le périmètre agricole de la targa, le canal d’irrigation qui, par extension, signifie la palmeraie elle-même. De frêles oliviers, fraîchement plantés au milieu de parterres d’orge, de blé ou de luzerne, tremblotent dans le vent, témoins de ces parcelles reconquises au milieu de beaux vestiges d’agroforesterie. Des palmiers ancestraux surplombent encore de vigoureux oliviers qui eux-mêmes abritent des cultures de céréales.

 

Continuer la lecture de Sécheresse : les oasis au Maroc, les leçons d’un savoir-faire ancestral

Un retour des communs est-il possible ? Analyse d’une initiative pionnière de réutilisation des eaux urbaines épurées pour l’irrigation à vocation agricole dans une cité oasienne (Tiznit, Maroc)

Ce chapitre d’ouvrage a été publié dans la collection Grafigéo n°37

Référence:

David Goeury, 2021, “Un retour des communs est-il possible ? Analyse d’une initiative pionnière de réutilisation des eaux urbaines épurées pour l’irrigation à vocation agricole dans une cité oasienne (Tiznit, Maroc)”, in Martine BERGER, Jean-Louis CHALÉARD, Alia GANA (dir.), Crise des modèles ? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-campagnes, Paris : Grafigéo, p.129-151.

Résumé:

Ici, nous analyserons le cas de Tiznit, dans la région de Souss-Massa, au Maroc, qui fut parmi les premières municipalités marocaines à développer la réutilisation des eaux urbaines épurées pour l’irrigation à vocation agricole dans un cadre réglementaire. Ce cas est particulièrement intéressant, car la municipalité a souhaité le faire selon un protocole participatif en soutenant un collectif hétéroclite d’agriculteurs désireux de s’inscrire dans la continuité des communs fonciers historiques, quitte à aller à l’encontre des modèles imposés par les pouvoirs publics et les experts qui défendent un modèle avant tout économique de l’agriculture . En effet, elle a privilégié une logique alternative d’économie du patrimoine, soit la conservation d’un héritage qui dans le cas de l’oasis mobilise le registre très particulier du faire ensemble . Cependant, l’implémentation d’une nouvelle technologie est- elle à même d’alimenter une dynamique civique et participative ? En effet, le collectif doit surmonter à la fois des enjeux institutionnels et des enjeux techniques. La procédure légale défendue par les administrations et les organisations internationales comme une réelle opportunité pour un développement durable peut s’avérer particulièrement décourageante et finalement favoriser les logiques informelles au mépris des normes nationales ou internationales.

Pour consulter l’ensemble du chapitre, cliquer sur le lien ci-dessous

Chapitre David Goeury Retour communs réutilisation eaux usées Tiznit 2021

Continuer la lecture de Un retour des communs est-il possible ? Analyse d’une initiative pionnière de réutilisation des eaux urbaines épurées pour l’irrigation à vocation agricole dans une cité oasienne (Tiznit, Maroc)

Anthropologie de l’irrigation : les oasis de Tiznit au Maroc par Toufik Ftaïta

Ftaita Toufik, Anthropologie de l’irrigation : les oasis de Tiznit au Maroc, Paris : L’Harmattan, 2006.

Cet ouvrage de référence issu d’une thèse de doctorat pose l’ensemble des enjeux lié à l’irrigation. Toufik Ftaïta décrit l’ensemble des techniques afin de mieux donner à comprendre les enjeux politiques et les confits liés aux eaux souterraines. Même si le propos est plus particulièrement attaché à la localité de Oulad Jerrar à 14 km au sud de Tiznit, l’ouvrage propose constamment une mise en perspective régionale.

Nous retiendrons ici quelques éléments clefs :

– L’oasis est consubstantielle d’une organisation politique spécifique (p.143 à 166) s’appuyant sur un droit coutumier extrêmement précis et des négociations constantes entre les différentes parties prenantes.

– Les mutations contemporaines et l’équipement en motopompe amènent à reconfigurer l’ensemble des relations politiques, économique et sociales sans pour autant abolir les pratiques historiques.

En ce sens, la lecture de l’ouvrage doit être compléter par la lecture des articles de Toufik Ftaïta et tout particulièrement celui de 1999.

En effet, dans cet article Toufik Ftaïta décrit les mutations de l’usage de l’eau d’irrigation issue de la source de Reggada dans le contexte de l’urbanisation de la ville de Tiznit. Outre l’analyse, le texte a aujourd’hui une dimension historique, l’auteur décrivant les nouvelles relations entre les agriculteurs et les pouvoirs publics mais surtout les mutations de l’activité agricole. Ainsi, si l’eau d’irrigation historique est détournée au profit de la consommation urbaine, les ayants droits peuvent alors bénéficier à titre de compensation des eaux usées, mais ces dernières sont souvent exploitées brutes. On assiste alors un changement complet de paradigme.

Continuer la lecture de Anthropologie de l’irrigation : les oasis de Tiznit au Maroc par Toufik Ftaïta