Archives par mot-clé : Sauvegarde

Ethnographie de l’habité : trois houchs à Nefta

Par Imen Attia Landlousi

Si on évoque souvent l’impact néfaste du morcellement des terres dans l’espace oasien, on peut aussi remarquer des problématiques du même ordre au sein du foncier et du bâti et leurs liens intrinsèques avec la dégradation du patrimoine architectural des médinas. Peut en témoigner une petite ethnographie de l’habité dans le quartier Ezzaouia et Alegma de la ville de Nefta à partir de trois houchs (maisons traditionnelles).
En effet, il ne faut pas sous-estimer par exemple les tensions que peut créer aujourd’hui une cohabitation générationnelle et familiale variée. Continuer la lecture de Ethnographie de l’habité : trois houchs à Nefta

Terre chaude – Terre de Saints

Par Marc Breviglieri et Mohamed Mouskite

Djamel semble intarissable. De sa parcelle, des moindres recoins de la « corbeille » de Nefta, il parait tout connaitre et tout apprécier. Pour mieux s’expliquer, il trace dans le sable des plans vus du ciel, l’alignement des parcelles, la césure entre les propriétés qui reflète aussi le parcours des canaux d’irrigation. Son discours est parfaitement rodé, il n’y a plus de place pour l’improvisation descriptive. Continuer la lecture de Terre chaude – Terre de Saints

Parcourir la Corbeille : cheminer avec l’érosion après l’inondation

Par Irène Carpentier, David Goeury, Zakaria Kadiri

La corbeille de Nefta est une palmeraie enserrée au coeur d’un cirque de sable d’un kilomètre de largeur. En dessous de cette strate de sable, une couche d’argile étanche générait de multiples résurgences, jusqu’à 152 sources, selon les dires. Mais le percement de cette couche d’argile par des forages profonds à mis fin à ce phénomène naturel.

Aujourd’hui, la corbeille reste un lieu important de la mémoire locale et a fait l’objet d’un projet d’écotourisme depuis 2008. Bien qu’elle ne doive sa survie qu’à une série de forages profonds (plus de 140 mètres) aussi bien pour irriguer les 20 ha de terres, que pour remplir le vaste bassin de son extrémité orientale, elle a été présentée par les autorités et les bailleurs de fonds internationaux, comme un nouveau modèle de tourisme oasien en Tunisie, suite à des aménagements financés, par la principauté de Monaco entre autres. La crête est dominée par les hébergements qui se revendiquent plus ou moins écologiques, du fait de leur vue plongeante sur cet écrin de verdure. Chaque hôtel ou maison d’hôte assure sa promotion à travers la Corbeille, les qualificatifs ethno-environnementaux sont démultipliés dans de large articles d’auto-promotion touristique.

Or, une visite de terrain le 19 octobre 2016, nous a poussé à regarder autrement ce site largement mis en scène dans les médias. En effet, mardi 27 septembre, en 90 minutes, 74 millimètres de pluie se sont abattus sur la ville. Soit la plus forte averse depuis cinq ans. Les bassins versants se sont couverts de ravines, le sable s’est engouffré dans le lit des oueds et est venu recouvrir une grande partie des aménagements touristiques ainsi que certaines parcelles agricoles. L’aléa climatique joue un rôle de révélateur de la fragilité des dispositifs et des discours. Coulées de sables, structures arrachées, eaux stagnantes, déchets déplacés, sont autant de stigmates d’une réalité bien moins heureuse que celle projetée par des manipulateurs de symboles que sont les professionnels du tourisme, les désigners à la mode et autres ONG de développement local.

Continuer la lecture de Parcourir la Corbeille : cheminer avec l’érosion après l’inondation

Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Par Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Nefta, oasis historique du Jérid, reste parmi les plus prestigieuses de Tunisie. Cependant, la palmeraie est loin d’être uniforme et connaît des dynamiques différentes entre le site historique de Ras el Aïn (appelé aussi la Corbeille), et les extensions périphériques modernes.

Il s’agit ici de revenir sur deux visites de parcelles afin d’illustrer la construction d’une opposition discursive entre des sites oasiens dits historiques et des espaces plus récents dominés par le modèle productiviste.

En effet,  les associations de protection et de valorisation se multiplient dans les espaces oasiens les plus anciens, caractérisés par un fort morcellement et une certaine déprise agricole. Ces associations tentent de redéployer une activité autour de la singularité de ces sites et de leur biodiversité. D’autre part, des logiques de spécialisation et d’intensification capitalistique sont à l’oeuvre, en particulier sur les parcelles les plus éloignées du coeur historique.

Continuer la lecture de Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Réhabilitation de la source historique Aïn Zerka

Conserver son âme à la cité de Tiznit est une véritable gageure. Classée comme cité jardin saharienne à la période coloniale, aujourd’hui, elle subit une pression démographique galopante. Il s’agit donc de réinvestir quelques lieux emblématiques pour y  insuffler une vie nouvelle porteuse d’avenir (extraits du blog de Salima Naji http://www.salimanaji.org ).

L’actuelle  mise en valeur du site de Ain Aqdim traduit une volonté récente de rendre lisible l’histoire de la médina. Son noyau originel fait ainsi l’objet d’une réhabilitation s’accompagnant de plusieurs projets culturels qui gravitent autour de cette fameuse source. Chaque choix, chaque matériau, chaque forme choisie, volumétrie ou dispositif, ont été motivés par une volonté de vérité, d’honnêteté vis-à-vis du site ou de lisibilité de son histoire.

ADSC_0355,

Continuer la lecture de Réhabilitation de la source historique Aïn Zerka

Ain Aqdim au coeur de la médina Tiznit, retrouver les origines de la ville par Salima Naji

L’Unesco (article extrait du blog de Salima Naji http://www.salimanaji.org ) reconnaît les paysages culturels comme des «ouvrages combinés de la nature et de l’homme». Les paysages culturels illustrent l’évolution de la société et des établissements humains au cours des âges, sous l’influence de besoins, atouts et contraintes liés à l’environnement naturel et aux forces sociales ou économiques successives, voire cultuelles ou culturelles.

Or, la ville de Tiznit a connu de profondes transformations depuis la fin du XIXe siècle. Ain Aqdim «la source ancienne» appelée souvent en français «Source bleue » (Ain Zerka dans les guides touristiques), aurait pu être mieux traduite par  « la première source ». Elle est, en effet, à l’origine d’une palmeraie entretenue par l’homme pour devenir progressivement des jardins. Ces jardins étaient nombreux encore au début du siècle, quelques décennies après que le Sultan My Hassan Premier ait fait édifier les remparts de Tiznit.

La cité en 1918, 36 ans après l’édification des remparts reste encore dominée par les activités agricoles. Les noyaux villageois ne sont pas fondu dans un nouveau tissu urbain.

Ce plan reprend la restitution du capitaine Reboul en 1918. La ville se limite alors aux murailles sultanienne et enserre encore de nombreux jardins.
Ce plan reprend la restitution du capitaine Reboul en 1918. La ville se limite alors aux murailles sultaniennes et enserre encore de nombreux jardins.



Continuer la lecture de Ain Aqdim au coeur de la médina Tiznit, retrouver les origines de la ville par Salima Naji

Femmes au contact de l’eau de l’Aïn Aqdim, un soir de Ramadan 2015

Ce court extrait a été pris incidemment vers 10h30 un soir de ramadan. Un groupe de femme s’est approchée de la source pour s’y laver les mains, les avant-bras et le visage. Nous ne souhaitons pas ici formuler une interprétation abusive. Nous notons seulement que le nouveau dispositif architectural avec le bassin surplombant la chute d’eau permet aux habitants et visiteurs de renouer avec le contact de l’eau de la source.

De nombreux rituels existaient et ont été suspendus avec la modernisation du bassin et sa fermeture par une grille. La question est de savoir si ces rituels peuvent réapparaître dans le contexte actuel et si oui, sous quelle forme.

Agriculture familiale : transformation et continuité

Le périmètre de Targa est dominé par une agriculture familiale.

Les exploitations de petite taille sont dédiées à la polyculture. Le découpage historique entre Targa n’Zit (le périmètre irrigué des oliviers, à l’ouest de l’oued Toukhsine) et Targa n’Oussenghar (le périmètre irrigué du maïs à l’est de l’oued Toukhsine)  a été profondément modifié depuis les années 1970. La culture de l’oliviers s’est déplacée sur la rive orientale tandis que désormais la rive occidentale a été progressivement abandonnée pour se développer plus au nord.

Aujourd’hui, les agriculteurs mettent en oeuvre une culture étagée mêlant arboriculture (oliviers majoritairement), céréaliculture et maraîchage.

Assolement du périmètre irrigué de Targa observé en mars 2015.

Assolement du périmètre irrigué de Targa observé en mars 2015.

Il existe autant de mise en oeuvre que d’exploitant, chacun élaborant un système productif spécifique selon la taille de ces parcelles, la disponibilité de l’eau et le nombre de membre de la famille impliqués.

Ici, sur la parcelle irrigué de façon gravitaire est décomposée en casiers. Les buttées sont plantées de maïs destiné à l’ensilage animal tandis que le casier est dédié à des herbacées (menthe, coriandre) ou à des tubercules. A une centaine de mètres, un autre agriculteur privilégie des parcelles entières de maïs à haut rendement, irrigués en goutte en goutte, dont les épis sont vendus à des marchands ambulants qui les proposent grillés sur le souk et dans la ville et dont le reste de la plante est ensilé pour l’alimentation bovine.

Cependant, il apparaît un modèle désormais dominant qui est l’élevage bovin laitier. Les parcelles sont ensemencées de luzerne afin de nourrir des vaches laitières en stabulation. Si certains vendent le lait et surtout le petit lait au nord de la médina, la plupart s’est regroupée au sein d’une coopérative qui appartient au réseau COPAG et qui commercialise ses produits à l’échelle nationale sous la marque Jaouda. Le litre de lait leur est acheté à 4 dhs (soit 0,35 centimes d’euros), si bien que 3 à 4 vaches permettent de faire vivre un ménage.