Archives par mot-clé : Patrimoine

Bruissements Oasiens: une approche à l’écoute de l’urbain au Sahara

Vient de paraître, dans Unheard Landscapes, 
le chapitre : Bruissements Oasiens: une approche à l’écoute de l’urbain au Sahara/ Oasis Rustles: listening to the Urban Landscape in the Sahara
coécrit par Marc Breviglieri, David Goeury et Noha Gamal Said
 
Marc Breviglieri, Noha Gamal Said, David Goeury. Bruissements Oasiens : une approche à l’écoute de l’urbain au Sahara.. Unheard landscapes. listening, resonating, inhabiting, Olivier Gaudin, Francesco Michi, Jean-Paul Thibaud, Nicolas Tixier, Lolita Voisin, Stefano Zorzanello, Oct 2021, Blois, France. pp.68-82. 
 
Cet article montre comment les approches sonores sont à même de générer une dynamique collective féconde permettant à une équipe pluridisciplinaire aux profils extrêmement diversifiés de reconsidérer les lieux particuliers que sont les cités oasiennes.
Notre propos revient sur une expérience collective menée en 2015 à Tiznit au Maroc puis en 2016 à Nefta en Tunisie dans le cadre du projet ZERKA financé par le programme Envimed, interrogeant à la fois les approches sur le terrain, mais aussi les réflexions nées de ces terrains. Celles-ci ont été publiées en 2021 dans l’ouvrage Résonances oasiennes. Approches sensibles de l’urbain au Sahara grâce au soutien du Fonds national suisse (FNS), du programme LHMENA des Hautes écoles de Suisse Occidentale et des laboratoires Ambiances de Grenoble et Médiations de Sorbonne Université. La particularité de cet ouvrage est de permettre au lecteur d’accéder aux multiples enregistrements sonores réalisés durant les enquêtes sur le terrain par les équipes grâce à la plateforme Cartophonies du laboratoire CRESSON. Par ce moyen, nous souhaitons que tout un chacun puisse inventer des parcours, cette fois-ci au sein de l’ouvrage, tout en doublant son expérience de lecteur d’une exploration sonore et parfois visuelle à l’aide de nombreuses photographies complémentaires. Le lecteur peut ainsi tenter de reproduire une expérience d’immersion dans un paysage sonore. Par ailleurs, ces enregistrements constituent aussi des archives dans des cités en mutation où des aménagements peuvent à tout moment venir transformer ces identités sonores.
 
Le chapitre peut-être consulté ici : Bruissements oasiens
 

Masques oasiens. Esprits. Alliances.

Dans le cadre du projet de Landscape of Care dirigé par Salima Naji et Carolyn Strauss, l’artiste Cocky Eek a développé un travail sur les masques végétaux et les costumes liant végétaux et déchets dans la Targa de Tiznit en partenariat avec l’association Abrinaz, un jardin d’enfant, l’école primaire Lalla Myriam, l’association les Gardiens de la Mémoire et l’association l’Blend .

Cette intervention a été menée en deux temps du 17 au 20 décembre 2018, puis en juin 2019.

Décembre 2018, renouer les liens.

Commencer. Toucher les plantes, les oliviers

Fabriquer des masques avec des végétaux collectés

Doubles végétaux

Groupes masqués d’enfants avec ces végétaux

Doubles de Cactus Opuntia

Doubles du palmier Phoenix dactylifera

Fabriquer des costumes hybrides : de plantes et de cartons pour défiler dans l’oasis

Juin 2019 : faire revivre les êtres hybrides, les esprits prennent place dans la Targa.

Pour un retour des biens communs fonciers ?

Réflexions autour de la mobilisation et de la défense d’un espace oasien (le cas de la Targa de Tiznit, Maroc)

Cet article a été publié dans le revue Belgéo

David Goeury, « Pour un retour des biens communs fonciers ?  », Belgeo [Online], 2 | 2018, Online since 18 June 2018, connection on 24 March 2019. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/21530 ; DOI : 10.4000/belgeo.21530

Résumé

Au Maroc, les biens communs fonciers ont été à l’origine d’un patrimoine à la fois culturel et écologique. Cependant, suite à la colonisation, ils ont été soit étatisés, soit privatisés car jugés inefficients. Pour autant, les collectifs historiques n’ont pas disparu et restent mobilisés autour de ressources dont ils considèrent avoir été injustement dépossédés. Le retour des biens communs semble lié à leur puissance évocatrice d’un passé idyllique marqué par une gouvernance singulière, la démocratie collective, par opposition à l’autoritarisme et la corruption des administrations contemporaines. Leur renaissance se fait grâce à de nouvelles organisations associatives mais ne peut se perpétuer que grâce à la bienveillance des institutions politiques nationales et tout particulièrement du pouvoir municipal. Cependant, la tentation de limiter cet héritage à sa seule dimension paysagère occulte ses fondements civiques articulés autour de l’engagement du faire ensemble comme praxis citoyenne.

Continuer la lecture de Pour un retour des biens communs fonciers ?

Skifa : lieu de mémoire tendre d’une ville. Savoir vivre ancestral et mode de vie oasien

Par Hind Ftouhi et Khadija Zahi

Depuis les inondations des années 1990, la médina de Nefta  subit de profonds changements architecturaux qui risquent de lui faire perdre progressivement son caractère et son identité. On assiste à un cycle d’abandon et de démolition des anciennes maisons, et à la naissance de logements construits avec le béton à la place de l’architecture en terre.

La skifa est un espace pivot de la maison traditionnelle « bina arbi » (العربي بناء, ou construction arabe qui renvoie en Tunisie à tout ce qui est local ou traditionnel) articulant l’extérieur et l’intérieur. Un espace réglé par un jeu de contraste entre le dehors et le dedans, le chez soi et la rue, notamment couverte « le bourtal », le proche et le lointain. L’abandon des maisons traditionnelles, la disparition du savoir faire architectural ancestral et l’envahissement de l’architecture du béton font de skifa, à l’instar des villes invisibles d’Italo Calvino (1972), un ensemble de beaucoup de choses : de mémoire, de désirs, de signes d’un langage ; des lieux d’échanges de mots, de désirs, de souvenirs.

Continuer la lecture de Skifa : lieu de mémoire tendre d’une ville. Savoir vivre ancestral et mode de vie oasien

Revitalisation de la médina de Tiznit, le noyau fondateur de l’oasis

Cet article est paru dans la revue Planur-e. Territorio, urbanismo, sostenibilidad, paisaje y diseño urbano .

  • Naji Salima, David Goeury, 2016 : « Revitalización de la Medina de Tiznit »   in Planur-e. Territorio, Urbanismo, Paisaje, Sostenibilidad y Diseno Urbano, #08 – Invierno 2016

http://www.planur-e.es/articulos/ver/revitalizaci-n-de-la-medina-de-tiznit

Résumé

Tiznit est une cité oasienne du Sud marocain qui fut qualifiée de cité jardin à la période coloniale. Cependant, sa médina a connu une forte croissance démographique altérant profondément ses qualités environnementales historiques. À partir de 2008, elle fait l’objet d’un vaste programme de mise en valeur dirigé par un pouvoir municipal volontariste soutenue par une société civile dynamique. Cette politique s’est appuyée sur la réhabilitation de monuments emblématiques mais aussi par la construction de nouveaux équipements dans le cadre d’un plan d’aménagement et de sauvegarde (PASM) à même de proposer une vision patrimoniale pour la ville.

Ce processus particulièrement long a été marqué par une série d’étapes et de projets emblématiques qui posent la question de l’éco-construction alors que le cadre réglementaire privilégie la mise à niveau urbaine selon des logiques normatives exogènes. Dès lors, il s’agit de s’interroger sur l’impact de la requalification des lieux emblématiques comme la source fondatrice Ain Aqdim ou la kasbah Aghenaj sur la mise en valeur totale de la vieille ville de Tiznit.

Continuer la lecture de Revitalisation de la médina de Tiznit, le noyau fondateur de l’oasis

Ethnographie de l’habité : trois houchs à Nefta

Par Imen Attia Landlousi

Si on évoque souvent l’impact néfaste du morcellement des terres dans l’espace oasien, on peut aussi remarquer des problématiques du même ordre au sein du foncier et du bâti et leurs liens intrinsèques avec la dégradation du patrimoine architectural des médinas. Peut en témoigner une petite ethnographie de l’habité dans le quartier Ezzaouia et Alegma de la ville de Nefta à partir de trois houchs (maisons traditionnelles).
En effet, il ne faut pas sous-estimer par exemple les tensions que peut créer aujourd’hui une cohabitation générationnelle et familiale variée. Continuer la lecture de Ethnographie de l’habité : trois houchs à Nefta

Parcourir la Corbeille : cheminer avec l’érosion après l’inondation

Par Irène Carpentier, David Goeury, Zakaria Kadiri

La corbeille de Nefta est une palmeraie enserrée au coeur d’un cirque de sable d’un kilomètre de largeur. En dessous de cette strate de sable, une couche d’argile étanche générait de multiples résurgences, jusqu’à 152 sources, selon les dires. Mais le percement de cette couche d’argile par des forages profonds à mis fin à ce phénomène naturel.

Aujourd’hui, la corbeille reste un lieu important de la mémoire locale et a fait l’objet d’un projet d’écotourisme depuis 2008. Bien qu’elle ne doive sa survie qu’à une série de forages profonds (plus de 140 mètres) aussi bien pour irriguer les 20 ha de terres, que pour remplir le vaste bassin de son extrémité orientale, elle a été présentée par les autorités et les bailleurs de fonds internationaux, comme un nouveau modèle de tourisme oasien en Tunisie, suite à des aménagements financés, par la principauté de Monaco entre autres. La crête est dominée par les hébergements qui se revendiquent plus ou moins écologiques, du fait de leur vue plongeante sur cet écrin de verdure. Chaque hôtel ou maison d’hôte assure sa promotion à travers la Corbeille, les qualificatifs ethno-environnementaux sont démultipliés dans de large articles d’auto-promotion touristique.

Or, une visite de terrain le 19 octobre 2016, nous a poussé à regarder autrement ce site largement mis en scène dans les médias. En effet, mardi 27 septembre, en 90 minutes, 74 millimètres de pluie se sont abattus sur la ville. Soit la plus forte averse depuis cinq ans. Les bassins versants se sont couverts de ravines, le sable s’est engouffré dans le lit des oueds et est venu recouvrir une grande partie des aménagements touristiques ainsi que certaines parcelles agricoles. L’aléa climatique joue un rôle de révélateur de la fragilité des dispositifs et des discours. Coulées de sables, structures arrachées, eaux stagnantes, déchets déplacés, sont autant de stigmates d’une réalité bien moins heureuse que celle projetée par des manipulateurs de symboles que sont les professionnels du tourisme, les désigners à la mode et autres ONG de développement local.

Continuer la lecture de Parcourir la Corbeille : cheminer avec l’érosion après l’inondation

Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Par Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Nefta, oasis historique du Jérid, reste parmi les plus prestigieuses de Tunisie. Cependant, la palmeraie est loin d’être uniforme et connaît des dynamiques différentes entre le site historique de Ras el Aïn (appelé aussi la Corbeille), et les extensions périphériques modernes.

Il s’agit ici de revenir sur deux visites de parcelles afin d’illustrer la construction d’une opposition discursive entre des sites oasiens dits historiques et des espaces plus récents dominés par le modèle productiviste.

En effet,  les associations de protection et de valorisation se multiplient dans les espaces oasiens les plus anciens, caractérisés par un fort morcellement et une certaine déprise agricole. Ces associations tentent de redéployer une activité autour de la singularité de ces sites et de leur biodiversité. D’autre part, des logiques de spécialisation et d’intensification capitalistique sont à l’oeuvre, en particulier sur les parcelles les plus éloignées du coeur historique.

Continuer la lecture de Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Subtile porosité

Par Alia Ben Ayed, Noha Gamal et Jean-Paul Thibaut

Une expérience sensible menée dans le quartier historique d’El Algama, engageant davantage notre attention sonore, nous amène à reconsidérer la représentation que nous avions des lieux. Nous sommes constamment sollicités par des sonorités, composées au gré des événements, de chants d’oiseaux, de pétarades de mobylettes, de claquements de sabots de mulets traînant leur charrette, de paroles, de rires, de jeux d’enfants. Ses sonorités colorent le parcours, le rythment,  reconfigurent sa géométrie, modifient parfois sa plasticité lorsque les formes sonores débordent au-delà des limites proprement construites.

Continuer la lecture de Subtile porosité

Programme du colloque “Quelles ambiances urbaines dans les oasis du sud de la Méditerranée?” Sidi Bou Saïd, 17 et 18 octobre 2016

Le colloque est ouvert au public dans la mesure des places disponibles après inscription à travers le questionnaire en ligne suivant.

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeWGUKZXJ4LJx7etBu9WIgC8zPKo0YGPvkHL7iKRCMD8ZoG4g/viewform 

Toute personne non inscrite ne pourra pas être accueillie.

 

Lundi 17 octobre 2016

à l’hôtel Sidi Bou Saïd

9H00 Accueil

Marc Breviglieri (CRESSON Grenoble, HETS-GenèveHES.SO) / David Goeury (ENeC, Paris Sorbonne)

Conférences inaugurales

“L’oubli dans la cité: retour en mémoire”. Jocelyne Dakhlia (EHESS, Paris)

“Un espace public oasien retrouvé? Quelques leçons de projets de réhabilitation dans les oasis du Sud marocain”. Salima  Naji (CJB, Rabat)

“Chebika et ce qu’il en reste”. Imed Melliti (IRMC, Tunis) Continuer la lecture de Programme du colloque “Quelles ambiances urbaines dans les oasis du sud de la Méditerranée?” Sidi Bou Saïd, 17 et 18 octobre 2016

Tiznit. Aïn Aqdim, la source à l’origine de l’oasis

Ouvrage de Salima Naji, Ahmed Boumzgou et David Goeury paru en septembre 2016 aux éditions DTG à Rabat.

L’ouvrage est accessible ici : Tiznit Ain Aqdim Goeury Naji Boumzgou 2016

Des extraits sont publiés ci-dessous :

Mémoire et patrimoine d’une source

À une centaine de kilomètres au sud d’Agadir, Tiznit, cité fondée par Moulay Hassan Ier en 1882, renoue avec ses origines : sa vénérable source.En 2014, la ville de 75 000 habitants, qui se déploie désormais largement en dehors de son enceinte pentagonale, a lancé un vaste programme de revalorisation du lieu originel : ce bassin d’irrigation qui a donné naissance à l’oasis et aux premiers noyaux villageois entre le XIII e et le XVI e siècles.En effet, au cœur de la plaine de l’Azaghar, Tiznit trouve ses origines dans la découverte miraculeuse d’une résurgence karstique attribuée à Lalla Zninia. Le filet d’eau est alors aménagé en bassin depuis lequel part un canal d’irrigation. Les agriculteurs construisent des villages fortifiés (ksebt) à proximité sans pour autant empiéter sur les terres arables. Ils se dotent d’institutions collectives pour gérer cette manne providentielle.Cet équilibre est rompu par le processus d’urbanisation.Bâtie en 1883, la muraille enserre à la fois source, villages et jardins. Durant la deuxième moitié du XXe siècle, Ces derniers sont progressivement lotis. Alors, le bassin d’irrigation devient un vestige anachronique au centre d’une médina de plus en plus dense. La ville accueille de nouveaux habitants issus des campagnes environnantes,les descendants des agriculteurs deviennent des artisans,des commerçants ou des fonctionnaires. Le lien matériel et symbolique entre la ville et sa source se distend au point de se rompre. Le bassin, désormais clos, est désigné par l’appellation coloniale de “Source bleue”, slogan touristique vide de sens, tandis que le mythe fondateur est de plus en plus décrié par les religieux qui le qualifie d’impur.

Réhabilitation et réminiscences patrimoniales au profit des habitants

Pour autant, les habitants et les associations de quartiers souhaitent une revalorisation du site. La municipalité en partenariat avec l’opérateur Al Omrane décide alors de lancer un projet de mise à niveau urbaine. Or, comment réintégrer la source dans un environnement aussi profondément transformé ? Aujourd’hui, les jardins sont à plus de 500 mètres du bassin historique.L’idée a donc été de rendre le monument aux habitants de la ville, notamment les plus fragiles, le laisser ouvert,accessible et en faire un espace convivial. Il s’agissait de faire du réaménagement de la source une possibilitéd ‘extension de l’espace public à destination de ceux et de celles qui en ont le plus besoin : les femmes, les enfants.Loin de fermer le lieu, il s’agissait de l’ouvrir en créant une nouvelle circulation, de nouveaux lieux de station et permettre ainsi aux enfants de jouer, aux femmes des’arrêter, de contempler et de discuter.Cette idée de la circulation s’est aussi appliquée à l’eau.La source était devenue un bassin où l’eau était perçue comme stagnante, voire croupissante. Le mythe du jaillissement était d’autant plus facile à discréditer qu’il renvoyait à un site peu attractif. Il était donc nécessaire de la remettre en mouvement. L’idée fut de recréer un contact possible entre les habitant et l’eau. Il devait être possible de toucher l’eau, mais aussi de l’entendre et de la voir circuler.L’eau a été mise en scène autour du principe des réminiscences : par un débord et une chute mais aussi par une petite rigole qui court autour du bassin. L’irrigation n’a pas pour autant été oubliée : du bassin part un canal vers l’oasis.


La dame de la source

L’histoire des origines de Tiznit est liée à la découverte d’une source d’eau potable par une femme, Lalla Zninia.

Un mythe de fondation

Le récit de cette découverte possède plusieurs variantes et tend vers une hagiographie de celle qui est, encore aujourd’hui, considérée comme une sainte. Alors qu’il n’y avait là que désert et solitude, Lalla Zninia vint à passer. Elle a soif car elle marche depuis longtemps,quand soudain le lévrier sloughi qui l’accompagne, lape un peu d’eau sous la roche. Lalla Zninia découvre ainsi une fente d’eau, la creuse et la transforme en un point d’eau pérenne. Elle décide alors de s’installer à proximité et de vivre en ascète. À quelques pas de là, elle aurait édifiée la première mosquée de la ville, entre le XIIe et le XVe siècles et serait enterrée en son sein. L’oasis est née.Plus tard, la source d’eau est aménagée en un bassin permettant une sédentarisation croissante des pasteurs autour d’une agriculture oléicole et vivrière.

Une figure féminine au coeur de luttes symboliques

Les femmes entretiennent la mémoire de cette figure féminine. Elles avaient pour habitude de multiplier les rituels de fertilité sous son patronage. Ainsi, la veille d’un mariage, les jeunes filles qui ont préparé les repas,se rendent à la source avec toutes les épluchures parmi lesquelles est glissé un bracelet en argent. Le tout est jeté dans le bassin. La première qui trouve le bracelet habille la mariée. Par ailleurs, une semaine après la noce, la jeune mariée vient y puiser un peu d’eau pour confectionner le premier pain qu’elle apportera à ses parents. Enfin,certaines femmes venaient aussi y prélever un nombre de petits galets équivalent au nombre d’enfants qu’elles souhaitaient avoir. Pour ces femmes, Lalla Zninia était de noble ascendance, parfois venant de loin, parfois réfugiée des montagnes environnantes soit du pays des Ayt Baamrane ou des Idaw Baaquil. Ces nombreux rituels, mais aussi la promotion de Tiznit au rang de cité par le sultan, ont favorisé l’émergence d’autres versions désenchantées du mythe. Le nom de la sainte (Zninia) a été associé à la racine arabe (zna)renvoyant à l’adultère pour faire de la jeune femme,une pècheresse repentie. Cette version, plus sulfureuse,portée d’abord par les oulémas (docteurs en religion),très critiques vis-à-vis des rituels de fertilité, a rencontré un fort écho.Ainsi, en 1953, Odette du Puigaudeau, écrit dans un article faisant la promotion de la ville: «Tiznit, douce oasis aux eaux chantantes, née des larmes d’une jeune fille, Lalla Tiznia, l’ancêtre des cheikhat ». De même, en1984, Khaïr Eddine, dans Légende et vie d’Agoun’chich note : “on racontait qu’elle (Tiznit) avait pour fondatrice une prostituée repentie. Elle était venue du Sahara accompagnée d’une chienne. Elles mouraient de soif depuis des heures. À un moment, la chienne disparut et finit par revenir toute trempée. Elle conduisit aussitôt sa maîtresse à l’emplacement d’une source abondante et pure. Alors l’ancienne prostituée tira un trait sur son passé dissolu, s’installa sur les lieux et devint une sainte irréprochable. Personne n’a jamais pu vérifier cette légende, mais Agoun’chich y croyait.”Or, en anthropologie, la figure de la source, de la fécondité et donc de la femme sont souvent réunies pour signifier la vie et le renouvellement. Par ailleurs,l’étymologie du lieu (Tiznit) et du prénom de la jeune fille (Zninia) s’articulent autour d’une même racine tachelhit zni allitération de sni qui renvoie à l’étendue d’eau. Tiznit signifiant alors la “petite étendue d’eau” et Lalla Zninia,”la dame de l’étendue d’eau”.

Une histoire de l’ancienne source de Tiznit

La source de Tiznit est nourrie par un ensemble de chenaux karstiques. Cette particularité géologique l’a fragilisée au cours de l’histoire, car à tout moment un chenal pouvait être percé en amont. Par conséquent, la source qui était une manne providentielle devint une ressource disputée, engendrant de nombreux conflits régionaux.

La source dans les archives

L’une des archives les plus anciennes qui évoque la source de Tiznit date du milieu du XVII e siècle. C’est un registre commercial (diwan) du chef de la maison d’Iligh, Boudmia Abou Hassan. En effet, ce dernier a acheté une grande partie des possessions foncières et hydrauliquesde l’Azaghar et en particulier dans la Targa de Tiznit. En 1739, un jugement (fatawa) est prononcé par El Abassi suite à un conflit entre les Oulad Jerrar et les Ahl Tiznit sur l’alimentation de la source de Tiznit depuis l’Aïn Reggada. Ce type de conflit se répètera en 1911. Au début XIXe siècle, lors de la construction de la kasbah makhzenienne par le Caïd Mohamed Aghenaj, face à la source, une nouvelle résurgence est découverte. Elle est alors reliée au bassin historique. Quelques années plus tard, en 1811, l’Aïn aqdim est au centre d’un conflit entre Tiznit et Iligh du Tazerwalt. Après le départ du caïd Aghenaj,  Sidi El Hachem, le chef d’Iligh, fait le siège des villages fortifiés. Il exige de se faire raser la tête avec l’eau de la source, un acte considéré comme une humiliation pour les habitants de Tiznit.

Le conflit avec les Ouled Jerrar

En 1911 débute un long conflit autour de la source. Undes chenaux souterrains qui l’alimente est découvert sur les terres Reggada par Mbark Ben Ahmed Nabzari Argadi. Dès lors, le caïd Âyad d’Ouled Jerrar bouche le chenal afin de détourner une partie de l’eau à son profit. Le débit de la source de Tiznit s’effondre. Les habitants exigent réparation. Le débit est alors restitué.Cependant, le 20 juin 1918, en plein mois de ramadan,le caïd Âyad obstrue la source, la ville de Tiznit se trouve alors pratiquement privée d’eau. Une grande agitation se manifeste chez les habitants et le caïd Tayeb el Goundafi,missionné par le sultan et le pouvoir colonial pour tenir la région, perçoit cela comme une véritable provocation.Il décide alors d’intervenir militairement avec sa mehalla(armée). L’officier français Justinard détaché à Tiznit parle service des renseignements, intervient alors auprès du caïd des Oulad Jerrar. Il obtient de ce dernier la réouverture de la source. Une rencontre entre les deux partis sous l’arbitrage de Justinard dans la région de Bousnsar permet de régler le problème.

La mobilisation des ressources au profit des usages urbains

Le 25 novembre 1926, le capitaine Roussillon passe un accord avec le caïd Âyad pour construire un canal en surface afin d’alimenter Tiznit en eau depuis OuledJerrar. Un tiers de l’eau au profit du caïd Âyad et deux tiers pour les Ahl Tiznit. Ce nouveau canal marginalise la source ancienne qui a un débit très inférieur et surtout permet aux autorités de contrôler la répartition de l’eau.Ainsi, elles organisent une redistribution du débit de l’eau à leur profit : le tiers de la part des Ahl Tiznit est désormais consacré à alimenter les administration et les jardins coloniaux. Mbark Bou El Bakour l’un des Inflas (représentants) de Tiznit s’oppose au projet et est condamné à un mois de prison et 40 riyals d’amende.La part dédiée aux usages urbains est croissante et en 1976, le système de la tanast (clepsydre) est abandonné.Cependant, les ayants droit historiques restent mobilisés et en 2004, ils créent l’association Abrinaz pour la gestion de l’eau de Targa.

 

Pour accéder à l’ouvrage : Tiznit Ain Aqdim Goeury Naji Boumzgou 2016

Crédits photographiques :

Images d’archives et cartes postales : Collection Ahmed Boumzgou, Collection de cartes postales du Maroc de Joseph Brunet-Jailly et photographies de Tiznit de la Maison de la Photographie de Marrakech MPM, © tous droits réservés. Que toutes les personnes qui nous ont permis d’utiliser leurs fonds soient chaleureusement ici remerciées, notamment Patrick Mana’ch, Hamid Mergani et Frédéric Jenny.

Photographies contemporaines : © David Goeury tous droits réservés. Reproduction interdite.

Cartes : © David Goeury tous droits réservés. Reproduction interdite.

Iconographie et plans : © Agence d’architecture Salima Naji tous droits réservés. Reproduction interdite.

 

Aménagement successifs de la source historique des années 1920 aux années 1970

La source historique de Tiznit est une résurgence karstique qui a été aménagée en bassins afin de permettre son prolongement sous la forme d’une séguia (canal) à même d’irriguer l’oasis.

Les premières images prises à la colonisation montrent deux bassins successifs et le canal d’irrigation aérien.

Source de Tiznit début années 1920

A la colonisation, la sources est réaménagée. Le bassin est élargi et approfondi. Des escaliers permettent alors l’accès au nouveau bassin. Le canal de la source est alors au pied des marches.

La source de Tiznit après son réaménagement dans les années 1930

Les escaliers facilitent alors l’accès à la source. Les femmes font ainsi leurs lessives dans le nouveau bassin.

Continuer la lecture de Aménagement successifs de la source historique des années 1920 aux années 1970

Réhabilitation de la source historique Aïn Zerka

Conserver son âme à la cité de Tiznit est une véritable gageure. Classée comme cité jardin saharienne à la période coloniale, aujourd’hui, elle subit une pression démographique galopante. Il s’agit donc de réinvestir quelques lieux emblématiques pour y  insuffler une vie nouvelle porteuse d’avenir (extraits du blog de Salima Naji http://www.salimanaji.org ).

L’actuelle  mise en valeur du site de Ain Aqdim traduit une volonté récente de rendre lisible l’histoire de la médina. Son noyau originel fait ainsi l’objet d’une réhabilitation s’accompagnant de plusieurs projets culturels qui gravitent autour de cette fameuse source. Chaque choix, chaque matériau, chaque forme choisie, volumétrie ou dispositif, ont été motivés par une volonté de vérité, d’honnêteté vis-à-vis du site ou de lisibilité de son histoire.

ADSC_0355,

Continuer la lecture de Réhabilitation de la source historique Aïn Zerka

Ain Aqdim au coeur de la médina Tiznit, retrouver les origines de la ville par Salima Naji

L’Unesco (article extrait du blog de Salima Naji http://www.salimanaji.org ) reconnaît les paysages culturels comme des «ouvrages combinés de la nature et de l’homme». Les paysages culturels illustrent l’évolution de la société et des établissements humains au cours des âges, sous l’influence de besoins, atouts et contraintes liés à l’environnement naturel et aux forces sociales ou économiques successives, voire cultuelles ou culturelles.

Or, la ville de Tiznit a connu de profondes transformations depuis la fin du XIXe siècle. Ain Aqdim «la source ancienne» appelée souvent en français «Source bleue » (Ain Zerka dans les guides touristiques), aurait pu être mieux traduite par  « la première source ». Elle est, en effet, à l’origine d’une palmeraie entretenue par l’homme pour devenir progressivement des jardins. Ces jardins étaient nombreux encore au début du siècle, quelques décennies après que le Sultan My Hassan Premier ait fait édifier les remparts de Tiznit.

La cité en 1918, 36 ans après l’édification des remparts reste encore dominée par les activités agricoles. Les noyaux villageois ne sont pas fondu dans un nouveau tissu urbain.

Ce plan reprend la restitution du capitaine Reboul en 1918. La ville se limite alors aux murailles sultanienne et enserre encore de nombreux jardins.
Ce plan reprend la restitution du capitaine Reboul en 1918. La ville se limite alors aux murailles sultaniennes et enserre encore de nombreux jardins.



Continuer la lecture de Ain Aqdim au coeur de la médina Tiznit, retrouver les origines de la ville par Salima Naji

Mémoire et réhabilitation de la source historique

Enfant lisant le panneau de présentation de la source historique de Tiznit
Enfant lisant le panneau de présentation de la source historique de Tiznit

Dans le cadre du projet de réhabilitation, des panneaux signalétique bilingues de présentation du centre historique de la ville ont été installés. L’enfant lit ici attentivement le panneau présentant les étapes historiques d’aménagement successifs de la source depuis la période coloniale.

L’absence d’information accessible au grand public a marginalisé le lieu. Désormais, les habitants et les visiteurs se réapproprient l’histoire des lieux à l’image de cet enfant qui a lu le panneau durant une dizaine de minutes.

Visites nocturnes en famille ou entre amies à la source historique durant le mois de Ramadan

Femmes au contact de l’eau de l’Aïn Aqdim, un soir de Ramadan 2015

Ce court extrait a été pris incidemment vers 10h30 un soir de ramadan. Un groupe de femme s’est approchée de la source pour s’y laver les mains, les avant-bras et le visage. Nous ne souhaitons pas ici formuler une interprétation abusive. Nous notons seulement que le nouveau dispositif architectural avec le bassin surplombant la chute d’eau permet aux habitants et visiteurs de renouer avec le contact de l’eau de la source.

De nombreux rituels existaient et ont été suspendus avec la modernisation du bassin et sa fermeture par une grille. La question est de savoir si ces rituels peuvent réapparaître dans le contexte actuel et si oui, sous quelle forme.

Visée du carnet Zerka

Le carnet aura pour fonction principale de permettre un travail de réseau entre des équipes éloignées géographiquement.

Il permettra de soumettre à la connaissance et à la discussion à la fois des données de terrain, des documents d’archive et des hypothèses de travail. Une place importante sera faite aux données audiovisuelles.

Enfin, le carnet servira de point de croisement entre divers projets connexes (renvoi à d’autres carnets d’hypothèses, blogs de recherche, publications, etc.) qui seront mis en évidence comme autant de caisses de résonance permettant d’appuyer ou d’orienter la recherche en cours.