Archives par mot-clé : Oasis

Imagining the Revitalisation of Collective Spaces within the Ecosystem

By Sylvie Tram Nguyen

This village located in Adkhss is one of the many ancient granary villages in Tata province, within the Souss Massa central region of Morocco. It located within a fast oasis landscape in a pre-Saharan dessert territory, which is also affected by floods.

Inhabitants come from Amazighs and Arab tribes.  The Tata Province population is approximately 117,841 in 2014.  Whereas the estimate area of the village in Adkhss is less than 500 (approximately 80 families reside within the study site). According to the governor, this area has great prospects in cultivating tourism and should leverage capital to valorise its assets in heritage. Continuer la lecture de Imagining the Revitalisation of Collective Spaces within the Ecosystem

What is the use? Possible asset (re)valorisation strategies for Adkhs

By Carolina Beovic

The visiting foreigner goes through several different layers of discovery, each adding up to a different postcard while getting to know the province of Tata.

The landscape is very similar to certain Latin American landscapes.  The distances, the dryness, the valleys, the light, and the construction materials make the experience strangely close to the Chilean North. This place however has not yet been exposed to mass tourism. On the contrary, it has seen many men leave for the cities, and it contains a community that has remained there preserving their customs. The population has been moving gradually towards the outskirts of the town to larger and more separate buildings, leaving behind the old town, where the Mosque, Granary, and a semi-abandoned village centre hold great picturesque attractive, but also visible and important cumulative destruction.


Continuer la lecture de What is the use? Possible asset (re)valorisation strategies for Adkhs

Architectures du bien commun: Pour une éthique de la préservation

« Défendre une architecture du bien commun signifie interroger l’objet architectural en privilégiant les conditions sociales de son édification, l’usage, l’attachement aux lieux ou encore les pratiques spatiales qui lui sont spécifiques. À ce titre, les communautés de l’Atlas et du Sahara marocains représentent une source d’inspiration pour une réflexion sur la durabilité des constructions contemporaines. Dans les oasis ou encore les greniers collectifs, incarnations du bien commun, c’est le savoir-faire de solidarités historiques qui se manifeste. Témoin de la capacité humaine à constituer un environnement viable malgré des contraintes climatiques extrêmes, l’architecture y est pensée tel un objet intégré à son environnement, où se lient étroitement agriculture et construction autour de la pierre, de la terre et des végétaux les plus résistants. En s’appuyant sur de multiples expériences de chantier menées au Maroc, et largement relatées dans cet ouvrage, Salima Naji montre qu’il est possible de dépasser la pure esthétique de l’héritage, qui oppose tradition et modernité de façon stérile, afin d’interroger plutôt son capital de résilience: une dynamique constante d’adaptation qu’il faut réactiver pour sortir des logiques globales et nocives, dont l’omniprésence actuelle du béton est l’expression la plus évidente. Comme le travail de l’auteur le prouve, il est possible, en multipliant les projets intégratifs et participatifs, de réinvestir les techniques dites “vernaculaires” en recréant des filières constructives au profit d’un véritable développement soutenable. »

https://www.metispresses.ch/en/architectures-du-bien-commun

Appel à communication Symposium à Agadir les 9 et 10 septembre 2019 : DESSINER DES (ÉCO)SYSTÈMES AGRO-URBAINS RÉSILIENTS

Urbanisme, architecture et agriculture au défi du changement climatique

« Dessiner des (éco)systèmes agro-urbains résilients » entend contribuer à une appréhension systémique des situations socio-écologiques complexes qui se situent à l’interface entre urbain et rural, dans un horizon d’action et projet durables. Le renouvellement des descriptions et des analyses est fonctionnel au projet, entendu comme formulation d’une image partagée du futur, proposition d’un horizon de sens collectif qui articule avec justesse structures spatiales, dynamiques matérielles et modes de vie.

Continuer la lecture de Appel à communication Symposium à Agadir les 9 et 10 septembre 2019 : DESSINER DES (ÉCO)SYSTÈMES AGRO-URBAINS RÉSILIENTS

Séminaire « Attachements, affection et sensibilités aux prises avec l’environnement : quels engagements ? »

Date : Vendredi 2 décembre 2016// 9:30 à 13:00

Université Saint Charles de Marseille,  salle Biodiversité

DYNAMIQUES SOCIO-ENVIRONNEMENTALES
« Se préoccuper de la nature et de l’environnement : l’engagement politique comme processus à la croisée d’expériences personnelles et collectives »
Responsables : Véronique Dassié (IDEMEC) et Marie Jacqué (LPED)

Ce séminaire abordera la manière dont l’intime, en tant que mode de relation sociale singulier, intervient dans la fabrique d’un agir collectif qui se déploie à travers diverses formes d’attachement à la nature, hier et aujourd’hui.

Continuer la lecture de Séminaire « Attachements, affection et sensibilités aux prises avec l’environnement : quels engagements ? »

Parcourir la Corbeille : cheminer avec l’érosion après l’inondation

Par Irène Carpentier, David Goeury, Zakaria Kadiri

La corbeille de Nefta est une palmeraie enserrée au coeur d’un cirque de sable d’un kilomètre de largeur. En dessous de cette strate de sable, une couche d’argile étanche générait de multiples résurgences, jusqu’à 152 sources, selon les dires. Mais le percement de cette couche d’argile par des forages profonds à mis fin à ce phénomène naturel.

Aujourd’hui, la corbeille reste un lieu important de la mémoire locale et a fait l’objet d’un projet d’écotourisme depuis 2008. Bien qu’elle ne doive sa survie qu’à une série de forages profonds (plus de 140 mètres) aussi bien pour irriguer les 20 ha de terres, que pour remplir le vaste bassin de son extrémité orientale, elle a été présentée par les autorités et les bailleurs de fonds internationaux, comme un nouveau modèle de tourisme oasien en Tunisie, suite à des aménagements financés, par la principauté de Monaco entre autres. La crête est dominée par les hébergements qui se revendiquent plus ou moins écologiques, du fait de leur vue plongeante sur cet écrin de verdure. Chaque hôtel ou maison d’hôte assure sa promotion à travers la Corbeille, les qualificatifs ethno-environnementaux sont démultipliés dans de large articles d’auto-promotion touristique.

Or, une visite de terrain le 19 octobre 2016, nous a poussé à regarder autrement ce site largement mis en scène dans les médias. En effet, mardi 27 septembre, en 90 minutes, 74 millimètres de pluie se sont abattus sur la ville. Soit la plus forte averse depuis cinq ans. Les bassins versants se sont couverts de ravines, le sable s’est engouffré dans le lit des oueds et est venu recouvrir une grande partie des aménagements touristiques ainsi que certaines parcelles agricoles. L’aléa climatique joue un rôle de révélateur de la fragilité des dispositifs et des discours. Coulées de sables, structures arrachées, eaux stagnantes, déchets déplacés, sont autant de stigmates d’une réalité bien moins heureuse que celle projetée par des manipulateurs de symboles que sont les professionnels du tourisme, les désigners à la mode et autres ONG de développement local.

Continuer la lecture de Parcourir la Corbeille : cheminer avec l’érosion après l’inondation

Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Par Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Nefta, oasis historique du Jérid, reste parmi les plus prestigieuses de Tunisie. Cependant, la palmeraie est loin d’être uniforme et connaît des dynamiques différentes entre le site historique de Ras el Aïn (appelé aussi la Corbeille), et les extensions périphériques modernes.

Il s’agit ici de revenir sur deux visites de parcelles afin d’illustrer la construction d’une opposition discursive entre des sites oasiens dits historiques et des espaces plus récents dominés par le modèle productiviste.

En effet,  les associations de protection et de valorisation se multiplient dans les espaces oasiens les plus anciens, caractérisés par un fort morcellement et une certaine déprise agricole. Ces associations tentent de redéployer une activité autour de la singularité de ces sites et de leur biodiversité. D’autre part, des logiques de spécialisation et d’intensification capitalistique sont à l’oeuvre, en particulier sur les parcelles les plus éloignées du coeur historique.

Continuer la lecture de Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles