Archives par mot-clé : Maroc

Résilience, résistance et reconnaissance Destin de l’agriculture urbaine oasienne à Tiznit (Maroc)

Cet article a été publié dans le revue Géographie et Cultures.

Il a été co-écrit par David Goeury et Louis Emmanuel Leray.

Bibliographical reference

David Goeury and Louis‑Emmanuel Leray, « Résilience, résistance et reconnaissance », Géographie et cultures, 101 | 2017, 59-77.

Electronic reference

David Goeury and Louis‑Emmanuel Leray, « Résilience, résistance et reconnaissance », Géographie et cultures [Online], 101 | 2017, Online since 17 July 2018, connection on 24 March 2019. URL : http://journals.openedition.org/gc/4863 ; DOI : 10.4000/gc.4863

Résumé

L’agriculture exercée dans les périmètres oasiens urbains est aujourd’hui menacée au Maroc. À Tiznit, l’inversion des rapports de valeur entre l’eau et la terre a favorisé une urbanisation anarchique sur des terres historiquement préservées. Or, cette activité fait preuve de résilience dans un contexte institutionnel peu favorable. Cette dynamique s’explique par la résistance des agriculteurs et des ayants droit qui se mobilisent face aux autres parties prenantes. Derrière des pratiques culturales jugées archaïques se cachent de nouvelles dynamiques entrepreneuriales comme l’élevage bovin laitier. En effet, il apparaît aujourd’hui que l’espace oasien périurbain est particulièrement propice au développement d’une filière laitière bovine intégrée au marché à même de concilier ville et agriculture. Parallèlement, apparaît la volonté d’acteurs locaux de faire reconnaître la spécificité de l’agriculture oasienne afin d’en assurer la préservation. Or, le rôle économique de cette agriculture est parfois minoré tandis que sont mis en avant ses rôles esthétique, écologique, voire psychologique au sein de villes en pleine croissance. L’oasis devient alors un étendard identitaire, un lieu de mémoire d’un temps pré-colonial, permettant de magnifier une certaine forme de démocratie locale historique. Cependant, cette vision tend à figer les pratiques culturales autour de cultures patrimoniales. S’affirment alors de nouvelles velléités institutionnelles de certification des pratiques afin de les mettre en conformité avec de nouveaux usages récréatifs, limitant les opportunités d’innovation des agriculteurs. Par ailleurs, cette patrimonialisation se traduit par une diminution des superficies agricoles au profit d’aménagements récréatifs, voire à l’autorisation d’une urbanisation périphérique croissante, amenant à de nouvelles tensions. Enfin, les ayants droit historiques peuvent être associés à un groupe politique clairement déterminé, les rendant dépendants des retournements électoraux.

Abstracts

The agriculture practiced in urban oasis areas is threatened. The inversion of the value relations between water and land have favored uncontrolled urbanization on historically preserved land. However, this activity shows resilience in an unfavorable institutional context. This dynamic is explained by the farmers resistance who are mobilizing against the others stakeholders. Behind farming practices deemed archaic or comfort, hide entrepreneurial new dynamics such as dairy farming. Indeed, it now appears that the suburban oasis space is particularly conducive to the development of a market integrated dairy industry able to combine city’s opportunities and agriculture. Meanwhile, appears the will of local stakeholders to recognize the specificities of agricultural oasis to ensure its preservation. However, the economic role that agriculture is sometimes minimized while its aesthetic, ecological and even psychological roles are highlighted specifically in growing cities. The oasis becomes an identity banner, a place of memory of a pre-colonial times, to magnify an ideal of historic local democracy. However, this view tends to freeze farming practices around heritage farming. Then, appear new institutional inclinations to certificate practices and to bring agriculture into compliance with new recreational uses, limiting the opportunities for agricultural innovations. Moreover, this results in a reduction of agricultural land for the benefit of recreational facilities and the authorization of a growing peripheral urbanization, leading to new tensions. Finally, the historical rights holders may be associated with a political group clearly determined, making them dependent political majority changes.

Plan

De l’agriculture mère de la ville à l’agriculture menacée par la ville retour sur deux cartes de Tiznit 1971 et 2016

L’activité agricole, une activité résiliente

L’activité agricole à Targa : l’affaire d’une minorité résistante ou d’une élite qui cultive l’entre soi ?

L’élevage bovin nouveau front agricole

De la résistance à la reconnaissance institutionnelle ? remettre le périmètre urbain au coeur de la cité

Une reconquête politique identitaire

Une dynamique institutionnelle fragile

Conclusion 

Pour un retour des biens communs fonciers ?

Réflexions autour de la mobilisation et de la défense d’un espace oasien (le cas de la Targa de Tiznit, Maroc)

Cet article a été publié dans le revue Belgéo

Il a été écrit par David Goeury.

Electronic reference

David Goeury, « Pour un retour des biens communs fonciers ?  », Belgeo [Online], 2 | 2018, Online since 18 June 2018, connection on 24 March 2019. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/21530 ; DOI : 10.4000/belgeo.21530

Résumé

Au Maroc, les biens communs fonciers ont été à l’origine d’un patrimoine à la fois culturel et écologique. Cependant, suite à la colonisation, ils ont été soit étatisés, soit privatisés car jugés inefficients. Pour autant, les collectifs historiques n’ont pas disparu et restent mobilisés autour de ressources dont ils considèrent avoir été injustement dépossédés. Le retour des biens communs semble lié à leur puissance évocatrice d’un passé idyllique marqué par une gouvernance singulière, la démocratie collective, par opposition à l’autoritarisme et la corruption des administrations contemporaines. Leur renaissance se fait grâce à de nouvelles organisations associatives mais ne peut se perpétuer que grâce à la bienveillance des institutions politiques nationales et tout particulièrement du pouvoir municipal. Cependant, la tentation de limiter cet héritage à sa seule dimension paysagère occulte ses fondements civiques articulés autour de l’engagement du faire ensemble comme praxis citoyenne.

Abstract

In Morocco, commons pool resources originate cultural and ecological heritage. However, following colonization, they have been either state-controlled or privatized. The historical owners’ communities have not disappeared and remain mobilized around resources which they consider to have been unjustly dispossessed. The return of commons pool resources seems to be linked to evocation of an idyllic past. They are seen as singular governance and collective democracy, opposed to the authoritarianism and corruption of contemporary administrations. Their revival is achieved through new local committees, but can only be perpetuated by the benevolence of national political institutions, and particularly of municipal authority. However, the temptation to limit this heritage to its landscape hides civic foundation articulated around the involvement to do together as citizenship praxis.

Plan

Introduction

Une histoire de dépossession : l’eau du bien commun au bien public

Tensions sur la terre : entre individualisation et résilience du collectif

Une reconquête politique ardue : du commun à la commune comme garant institutionnel

Fragilités du commun et leurre du patrimoine naturel : défendre un faire ensemble constant et non un paysage

Conclusion