Archives par mot-clé : Femmes

Faire de l’exercice : rencontre avec deux éleveuses âgées à Attebane 

Par Hind Ftouhi et David Goeury

En milieu de matinée, depuis les parcelles remontent des femmes à dos d’ânes chargés d’herbes fraîchement coupées. Assises au sommet des chouaris, ces femmes âgées retournent vers leurs demeures suivant le même sentier qui longe le maigre lit de l’oued Toukhsine qui se perd progressivement dans le périmètre. L’eau de crue saisonnière est remplacée depuis de longues années par l’eau d’écoulement issu de la station d’épuration qui nourrit une végétation proliférante d’herbes, de ricins et de cannes. La densité végétale et le sol gras d’humidité contraste fortement avec les terres desséchées par l’absence dramatique de pluies.

La première femme est originaire d’Aglou. Elle est veuve et mère de quatre fils et de quatre filles. Tous ces fils travaillent : deux sont Mokhaznis à Tiznit, un autre dans l’administration pénitentiaire, et le dernier est soudeur. En revanche, ces filles ne travaillent pas : deux filles sont mariées et femmes au foyer, tandis que deux autres sont toujours célibataires et vivent avec elle.

L’année dernière, elle a décidé d’acheter une jeune génisse beldi à une famille d’Attebane qui avait décidé d’arrêter l’élevage et de vendre l’intégralité de son troupeau : « Les familles sont fatiguées et de nombreuses familles ont vendu leur bétail car il n’y a pas assez d’aliments. Il manque de pluie. »

Elle voulait une vache pour s’occuper et surtout faire de l’exercice (riadha). Avoir une vache, signifie devoir bouger tous les jours un peu. Elle déclare : « je ne peux m’occuper que d’une seule vache car je n’ai pas les moyens pour une autre vache pour sa nourriture et tout le reste. La beldi peut être nourrie avec seulement de l’herbe que tu coupes à la différence de la roumi qui nécessite beaucoup de moyens. Je ne veux donner à la vache que l’herbe que je trouve ici alors que la vache roumi a besoin de fourrage, de de la betterave et des compléments alimentaires. Je n’ai pas les moyens pour cela. »

Sa vache est encore petite pour être inséminée.  Dès que sa vache aura du lait, elle s’inscrira à la coopérative.

Elle vient d’acheter un âne depuis deux jours à 500 dhs. Elle avait un âne avant mais il avait des difficultés à marcher. « Les gens abandonnent leurs ânes quand ils n’ont plus d’argent. »

 « Dès fois, les gens se débarrassent de leurs ânes pour 50 dhs ou 5 dhs. » surenchérit sa voisine

Elle a des parcelles mais elles sont en indivision. Elle y cultive un peu de luzerne. Parfois, elle ramène un peu de cette luzerne.  « Mais un sanglier a tout labouré comme un tracteur. » Alors aujourd’hui, elle a coupé de l’herbe sur une autre parcelle qui appartient à une femme de sa connaissance.

La seconde est veuve et vit avec les enfants de son mari qu’il a eu de sa première épouse. Elle déclare en riant «  C’est moi qui l’as tué, dès que je suis venu habiter chez lui, il est mort ! ». Son mari avait trois enfants, deux fils et une fille. Un fils habite à Tiznit et vient les voir régulièrement. L’autre qui est à Casablanca vient à chaque fête de l’aïd. La fille non mariée vit avec elle à Attebane. Elle déclare toujours avec ironie : « je ne possède rien, que dieu et son prophète ». Elle engraisse six moutons pour la fête de l’aïd el Adha. Elle a ni agneaux, ni brebis. Ces moutons sont pour elle, sa belle-fille et ses beaux-fils. Elle vient de couper de l’herbe le long du lit de l’oued sur des terres qui n’appartiennent à personne. Les parcelles familiales sont sèches. Elles pointent du doigt, les parcelles non irriguées et caillouteuse qui entoure le hameau. Et puis, elle rajoute : «  Je ne peux pas m’en occuper seule !»

Ces deux femmes sont emblématiques des nombreuses femmes âgées qui gravitent autour du périmètre d’Attebane et de la zone d’écoulement de l’eau de la STEP. Elles ne sont pas des éleveuses professionnelles, elles ne sont pas issues du village mais elles peuvent venir collecter les adventices qui prolifèrent dans les parcelles inondées par l’eau de la STEP. Elles investissent dans un âne, animal indispensable à leur déplacement et au transport de l’herbe fraîchement coupée. Elles peuvent alors développer un petit élevage familial avant tout pour s’occuper et fournir des biens alimentaires de qualité à leur famille. La vache beldi fournit du Lben, du beurre et du oudi (beurre rance), les moutons seront sacrifiés lors des retrouvailles familiales le jour de la fête du sacrifice. Pour le lait, certaines n’exclut pas de rejoindre la coopérative par facilité pour écouler les excédents de lait.

Chemin qui longe le chenal d’écoulement des eaux de la station d’épuration. Les bords sont les lieux privilégiés de collecte des femmes rencontrées. Crédits : David Goeury

Formes de la subsistance : l’élevage comme compagnonnage. Le cas d’une éleveuse laitière

Par Lucia Bordone

Ce billet restitue notre rencontre avec Rkia. C’est en tant qu’elle est éleveuse (une vache) et membre de la coopérative laitière COPAG que nous l’identifions et nous dirigeons vers elle dans le cadre de notre enquête. Son parcours et son expérience apportent un éclairage supplémentaire aux réflexions entamées par l’équipe dès 2016 au sujet des femmes entrepreneurs dans le domaine de l’élevage. C’est cette fois à partir de la problématique du transfert de technologie que cet entretien est abordé. De ce point de vue, le récit de Rkia donne à voir une greffe partielle, à la fois sur le plan technique (introduction d’une espèce animale hybride) et sur un plan anthropologique englobant (rapport à l’animal ; arts de faire ; conception de l’activité économique). Marquant un premier contact avec l’éleveuse, l’entretien, de type exploratoire, ouvre vers une analyse portant sur au moins trois enjeux du transfert technologique : les conditions d’adoption ou de résistance au modèle économique entrepreneurial ; la reconfiguration des vecteurs d’attachement à l’animal ; la transformation, pour les nouvelles générations, du rapport aux activités agricoles.

Se tenir compagnie

Continuer la lecture de Formes de la subsistance : l’élevage comme compagnonnage. Le cas d’une éleveuse laitière

Cultiver et cuisiner : passion personnelle, bonheurs familiaux. La parcelle agroécologique d’Aïcha

Par David Goeury, Irène Carpentier, Lucia Bordone et Khadija Zahi

Aicha nous guette sur le seuil de sa parcelle. Elle sait que nous allons remonter et passer à proximité d’elle. Elle nous attend. Elle a vu notre déception de ne pas rencontrer son voisin Driss retenu par des démarches administratives à Tiznit. Notre petit groupe remonte lentement le chemin et la salue poliment. Immédiatement, la conversation s’enclenche, elle nous invite à visiter son jardin dont elle est si fière.

Elle réside entre le village et la ville de Tiznit où vivent ses enfants et ses petits enfants. Son fils l’amène plusieurs fois par semaine dans la maison familiale pour qu’elle s’adonne à sa passion, le jardin. Pendant longtemps, elle n’a pas eu de jardin, elle avait appris quelques rudiments auprès de son père durant son enfance, mais une fois mariée et installée dans une vie urbaine, elle a délaissé cette activité. En 2017, elle avait alors seulement un petit jardin proche de la maison familiale dans le village où sont plantés des arbres fruitiers (citronniers, grenadiers, pommiers et oliviers) et quelques légumes qui sont désormais cultivés dans la nouvelle parcelle. Cependant, elle s’en occupait très peu. Elle a donc saisi l’opportunité de la formation en agroécologie organisée par l’association pour se lancer dans le jardinage, même si elle ne pouvait pas être membre de la coopérative féminine du fait de sa résidence à Tiznit.

Parcelle et enquête. Crédits :David Goeury

Continuer la lecture de Cultiver et cuisiner : passion personnelle, bonheurs familiaux. La parcelle agroécologique d’Aïcha

Poulets et pigeons : élevages domestiques et intrus sous protection divine

Par Mohamed Mouskite et David Goeury

Fatima élève des poulets. Cette pratique complémentaire des pratiques d’engraissement des bovins et des ovins s’est fortement développée à Tiznit où de plus en plus de ménages sont à la recherche de poulets fermiers (beldis), surtout pendant la Nuit du Destin. Fatima est particulièrement fière d’y participer et souligne que c’est la grande nouveauté des dernières années.

Cependant, Fatima doit faire face à une situation inattendue : l’afflux de pigeons. Ces derniers ont été invités à s’installer dans des ruches en osier fixées sous le toit de l’étable. Cependant, ils sont venus s’installer en masse dans cette étable dédiée à l’engraissement et entrent désormais en compétition avec ses poulets en s’accaparant leur nourriture. Fatima, loin de rentrer en confrontation avec ces pigeons, déploie finalement une nouvelle stratégie d’élevage de ses poulets. Elle nous explique alors comment elle compose avec cet afflux de pigeons avides de grains pour organiser la cohabitation entre les êtres vivants.

Continuer la lecture de Poulets et pigeons : élevages domestiques et intrus sous protection divine

Développer un élevage laitier en famille à Doutarga  : un travail exigeant et collectif

Par Mohamed Mouskite, David Goeury, Khadija Zahi, Amandine Vaccaielli et Lucia Bordone

Fatima est une éleveuse que nous connaissons depuis plus de 7 années déjà. En 2016, elle était avec sa voisine Fadma l’une des deux seules femmes enregistrées en son nom personnel au sein de la coopérative laitière qui collectait le lait depuis un petit dépôt installé au sud de la ville de Tiznit dans un espace mis à disposition par la direction provinciale de l’agriculture à destination de la COPAG. Lorsque nous revenons à Doutarga pour enquêter les femmes inscrites comme membre de la coopérative de Bounamane qui a pris le relais désormais, c’est immédiatement vers elle que les autorités nous réorientent. Elle est sur sa parcelle mais n’hésite pas une seconde à interrompre la cueillette de la luzerne qu’elle laisse à sa fille pour nous rejoindre avec un enthousiasme non feint. Elle se souvient de nous et surtout elle veut nous montrer les nouveautés. Elle nous informe que  Fadma a délaissé l’élevage bovin, après l’émigration de son fils. Devant son étable, nous retrouvons une de ses filles entrain de décharger la récolte quotidienne de luzerne. Elle esquive la conversation, en disant simplement qu’elle aide sa mère pour lui laissé toute la place. Lorsque nous entrons dans l’étable dédiée à l’engraissement, elle s’exclame : « photographiez les poulets. C’est nouveau cela ». Commence alors un très long entretien durant lequel Fatima va présenter les transformations de son exploitation.

Alors que le Maroc connaît une sécheresse particulièrement sévère depuis 6 années et un recul de la production laitière qui a obligé le ministère à multiplier les aides à la reconstitution des cheptels en 2023, Fatima a fortement développé son cheptel disposant désormais de plusieurs vaches laitières de race holstein et en engraissant de nombreux veaux. Son cheptel a été multiplié par plus de trois. A cela, elle a ajouté une activité d’élevage de poulets. Cette dynamique entrepreneuriale l’amène à privilégier un nouveau registre de langage, celui du travail bien fait.

Ici, nous détaillerons avant tout son activité d’éleveuse de vaches laitières pour interroger son rapport au travail, l’organisation familiale que cela suppose, la relation à la performance productive des animaux et enfin le défi d’intégrer une structure de coopérative laitière.

Récolte de luzerne journalière. Crédits : David Goeury

Travail consciencieux et pénibilité : l’éthique au travail

Continuer la lecture de Développer un élevage laitier en famille à Doutarga  : un travail exigeant et collectif

Derrière l’échec de l’entreprise collective, assurer une nourriture de qualité à sa famille. Le cas d’une petite agricultrice

Par David Goeury et Amandine Vaccaielli

Fatima est emblématique de ces femmes cultivatrices. Dans un contexte de profonde transformation des activités villageoises, elle est très intéressée par les initiatives collectives notamment pour faire quelque chose, apprendre et éventuellement disposer de ressources monétaires mêmes minimes. Cependant, pour développer son activité, elle doit être intégrée à une dynamique collective, soit une coopérative, soit une petite entreprise familiale. En effet, la fin de la coopérative et le refus de ses fils de s’impliquer dans les activités agricoles ont mis fin à la commercialisation de ses produits. Malgré ces deux coups du sort, elle maintient son activité productive qui lui permet de fournir à sa famille une alimentation de qualité à moindre coût.

La localité de Taghzout a bénéficié d’une initiative associant formation à l’agroécologie et création d’une coopérative de femmes semencières portée par les associations Tamounte et Migration et Développement, avec le  financement par l’Agence Française pour le Développement(AFD). La coopérative est aujourd’hui dissoute. Une série d’entretien menée avec des femmes de Taghzout qui continuent à cultiver leurs parcelles permet de comprendre les effets complexes d’un tel projet.

Fatima est mariée à un maçon et mère de quatre enfants, trois garçons et une fille. Le plus petit a 9 ans est en 4e année primaire. Ses autres enfants sont plus âgés et ont arrêté leurs études après le lycée pour ses deux autres garçons tandis que sa fille a obtenu une licence. Sa fille et son garçon aîné travaillent dans la pâtisserie de leur oncle à Sidi Bibi. Fatima cultive une parcelle de la famille de son mari qui est irriguée grâce à un puits collectif.

Elle décrit son activité comme un passe-temps : « Nous n’avons rien à faire et donc on s’occupe de cela. » Cependant, elle précise « Grâce à cela, on se nourrit tout l’hiver. En revanche l’été, tout devient sec et on achète les légumes au souk. »

Elle a trois chèvres, une brebis et des poulets. Elle ajoute :« A l’époque quand il y avait de la pluie, on avait plus de bétail et une vache mais par le manque de pluie et de luzerne, on a vendu la vache. »

Écouter Fatima permet de saisir trois enjeux de l’activité agricole féminine : entreprendre avec ses voisines, entreprendre avec sa famille, nourrir les siens.

Parcelle de Fatima à Taghzout. Crédits : David Goeury

Continuer la lecture de Derrière l’échec de l’entreprise collective, assurer une nourriture de qualité à sa famille. Le cas d’une petite agricultrice

Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Prologue : Quand l’oasis brûle !

Par Marc Breviglieri, Irène Carpentier, David Goeury et Mohamed Mouskite

Un serpent surgit dans l’oasis et effraie une femme. Surprise elle hurle, puis le tue promptement et décide de brûler le corps de l’animal. Les voisines alertées par les cris voient la femme embraser les palmes pour faire disparaître la dépouille. La journée est particulièrement chaude, le vent est imprévisible. Soudainement, il tourbillonne et propulse les flammes dans les palmes sèches des palmiers depuis trop longtemps non élagués, l’oasis s’enflamme. Elle brûle plusieurs heures. Les pompiers et les militaires sont alertés et viennent au secours des villageois qui doivent défendre les demeures qui longent l’oasis. Une fois le feu éteint, se pose la question de la responsabilité, le geste était involontaire. Les habitants renoncent à porter plainte contre une voisine.
L’incendie est un puissant révélateur des transformations oasiennes. Associé au changement climatique et aux records de chaleur, il est aussi le produit d’un abandon de certaines pratiques culturales.

Tadakoust. Palmiers incendiés. Crédits: David Goeury

Continuer la lecture de Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Prologue : Quand l’oasis brûle !

Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Acte 1 : Des subsistances alimentaires à l’assurance : du bon usage de l’eau par les femmes

Par Marc Breviglieri, Irène Carpentier, David Goeury et Mohamed Mouskite

L’oasis de Tadakoust se déploie depuis une séguia qui longe le village sur plus de 1200 mètres. Elle s’étire jusqu’au bord de l’oued sur une largeur de 180 mètres. Elle s’organise alors en parcelles longiligne qui s’étirent du nord (la séguia) vers le sud jusqu’au lit de l’oued. Les pratiques culturales relèvent d’une économie de la subsistance peu monétarisée, en dehors des palmiers et des caroubiers. Légumes et fruits sont cultivés pour la consommation quotidienne, ils sont séchés pour être conservés ou pour être donnés aux nombreux membres de la communauté villageoise, vivant désormais dans les grandes villes marocaines (Agadir, Casablanca, Rabat) mais aussi en France. L’oasis est présentée comme un lieu de subsistance permettant une relative autonomie alimentaire des familles qui y résident.

Désormais, dans de nombreuses petites oasis du Jbel bani ce sont généralement des agriculteurs qui s’occupent des parcelles des autres propriétaires et non des ouvriers agricoles. La grande question est celle de la place des femmes dans la production agricole et dans les réorientations des pratiques culturales actuelles.

A Tadakoust, plusieurs femmes irriguent elles-mêmes leurs parcelles et montent dans les palmiers, tâches réputées masculines dans de nombreuses oasis. Les femmes investissent de plus en plus l’oasis. Cette implication quotidienne est aussi associée à une féminisation des noms et des pratiques. Si des généalogies masculines d’agriculteurs persistent, elles sont de plus en plus minoritaires. Dans de nombreux cas, le chef d’exploitation au quotidien est une femme. Certains hommes revenus pour exploiter les terres familiales déclarent être revenus suite au décès de leur père mais aussi de leur mère. Les femmes décident au quotidien des cultures au sol. Si certaines sont seules du fait de l’absence des maris ou des fils, c’est aussi le cas de celles  dont les époux ou les fils sont présents. L’activité agricole est de plus en plus affirmée comme une activité féminine. L’implication des femmes dans les activités agricoles au sein de la palmeraie sur la terre commence souvent à la suite du départ du mari ou suite au retrait d’une belle-mère trop fatiguée pour exploiter les terres familiales.

Cependant, cette situation est à nuancer, la responsabilité des tours d’eau reste sous l’autorité d’un homme qui cumule le contrôle des tours d’irrigation et le bon fonctionnement de la distribution de l’eau potable. Les hommes gardent donc le contrôle sur la propriété de la terre qu’ils héritent et sur la propriété des tours d’eau. Les femmes finalement n’auraient que des droits d’usage.

Il s’agira ici de réfléchir aux modalités de cette dynamique d’appropriation progressive des ressources de la palmeraie par les femmes.

Sur la parcelle, tante avec son neveu. Crédits: David Goeury

Des femmes collectivement mobilisées pour la survie de l’oasis suite à la désertion des hommes

Continuer la lecture de Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Acte 1 : Des subsistances alimentaires à l’assurance : du bon usage de l’eau par les femmes

Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Acte 2 : Entreprises féminines collectives, associations et coopératives au défi de la certification

Par Marc Breviglieri, Irène Carpentier, David Goeury et Mohamed Mouskite

En fin de matinée, de nombreuses femmes remontent de l’oasis pour venir s’installer dans une maison de pisé à l’entrée du vieux village qui surplombe la palmeraie. La bâtisse abrite une coopérative féminine de datte dans l’attente d’un local. En dehors de la saison des dattes, les femmes s’y livrent à de multiples pratiques artisanales (tissage et vannerie). L’antique demeure résonne des joyeuses discussions tandis qu’à tour de rôle certaines femmes préparent les plats qui seront consommés ensemble. Elle est devenue le lieu de rencontre privilégié de ces femmes mais aussi un espace de production de biens destinés à la commercialisation. Au centre du village, une autre coopérative mobilise les femmes à tour de rôle un jour sur trois. Cette fois-ci, ces dernières dédient une journée entière à la fabrication du pain ou de la semoule de couscous. Les femmes s’organisent alors pour effectuer très tôt les tâches agricoles : collecter des plantes dans l’oasis et nourrir leur bétail. Ensuite, elles rejoignent soit la coopérative de fabrication de pain ou de semoule, soit l’espace de production artisanal. Cet emploi du temps est cependant dépendant des tours d’eau qui restent prioritaires.

A Tadakoust, les femmes entreprennent donc ensemble. Il apparaît cependant deux horizons différents à ces activités. D’une part, de nombreuses activités s’inscrivent encore dans une logique de production collective dédiée au maintien des conditions de subsistance des femmes et de leurs proches. D’autre part, s’affirme parallèlement une dynamique de commercialisation via de nouvelles logiques de labellisation et de certification des produits locaux. Celle-ci a pour but affiché de repositionner la place des femmes dans la communauté villageoise à partir de projets répondant à des standards de qualité et susceptibles de favoriser des formes de leadership entrepreneurial. Dans ce contexte, l’entreprendre collectif passe par l’émergence de figures féminines capables d’articuler le collectif féminin villageois et les nouvelles modalités de projet établies par la puissance publique selon orientations internationales prônant le développement. Il constitue aussi une étape vers une affirmation politique au sein des instances électives que sont la commune mais aussi la province (point détaillé dans l’acte 3) 

Ces figures féminines renouvellent le rapport à l’espace oasien. Caractérisées par une poly-activité quotidienne, ces dernières associent travail coopératif et travail agricole. Ce faisant, elles cherchent à favoriser la pérennité du système oasien de Tadakoust sur lequel pèse des menaces d’ordres variés. Souvent considérée comme un critère important de durabilité et d’équilibre, la pluralité des usages de l’espace rural doit pourtant nous interroger plus en détails sur les enjeux sociaux et sur les ambivalences normatives de ces pratiques où sont mises en tension des modalités contrastées d’envisager la production agricole et sa valorisation. La dynamique collective est désormais institutionnalisée dans le cadre de politiques publiques de développement local orientées vers la normalisation et la certification d’activités traditionnelles. Au cœur de ce processus se trouvent des figures féminines jouant un rôle de leadership réceptif au contexte de libéralisation des dynamiques associatives et de soutien aux coopératives pourtant tributaires d’exigences administratives croissantes.

Des associations masculines de village aux coopératives féminines : de la solidarité à la production collective

Continuer la lecture de Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Acte 2 : Entreprises féminines collectives, associations et coopératives au défi de la certification

Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Acte 3:  élections, arènes de légitimités féminines et consécrations politiques 

                                Par Marc Breviglieri, Irène Carpentier, David Goeury et Mohamed Mouskite

Depuis la dernière semaine d’août, l’oasis de Tadakoust est en ébullition électorale. Des tracts mettant en avant une balance (symbole du parti de l’Istiqlal) sont accrochés sur certaines portes. Des hommes circulent avec des casquettes portant une colombe bleue (symbole du Rassemblement national des indépendants). Des vélos donnés par la métropole de Strasbourg sont customisés au couleur d’un parti dont le symbole est l’épis de blé (symbole du mouvement populaire). Mais derrière cette partie visible de la campagne électorale, deux prénoms reviennent sur toutes les lèvres Zahra et Latifa. Ces deux présidentes de coopératives se présentent et souhaitent investir la commune pour assurer un meilleur développement du village. Les élections générales du 8 septembre 2021 sont en fait un puissant révélateur de l’affirmation politique des femmes de Tadakoust dans un contexte de compétition électorale de plus en plus aiguisée. En effet, le même jour, les électeurs et les électrices doivent désigner les conseils communaux et régionaux dont le mandat est de six années mais aussi les représentants élus à la seconde chambre du parlement dont le mandat est de cinq années. L’enjeu national est très important. Le parti qui obtient le plus de représentants à la deuxième chambre voit son président devenir le premier ministre du Maroc et a la charge de former le gouvernement. Par ailleurs, ces élections directes permettent de désigner les grands électeurs qui élisent les membres des conseils provinciaux et préfectoraux ainsi que les personnes qui siègent à la première chambre du parlement, la chambre des conseillers.

La campagne électorale est particulièrement active dans les campagnes où le taux d’inscription est très élevé et dépasse les 90%. Les hommes qui travaillent en ville mais aussi les résidents à l’étranger n’hésitent pas à rallier en masse leur village d’origine pour soutenir un candidat qui est leur personne de confiance, qui suivra pour eux les affaires locales durant six années.

Pour les élections communales, les communes de moins de 50 000 habitants sont divisées en circonscriptions où se déroule un scrutin uninominal à un tour. Le village de Tadakoust est composé deux circonscriptions (les circonscriptions 7 et 8) de la commune d’Aït Ouabelli qui en comprend onze. Du fait de leur poids démographique, ces deux circonscriptions ont la particularité de permettre d’élire non pas un candidat mais un tandem comprenant au moins une femme.

En 2015, ces deux circonscriptions ont eu la particularité de ne pas connaître de rivalité électorale. Pour chacune d’entre elle, ne se sont présentés qu’un seul tandem sous les couleurs du parti de la Justice et du développement PJD (mouvance islamiste) qui avait remporté les élections législatives de 2011. Alors que dans les neuf autres circonscriptions s’affrontaient plusieurs candidats. Cette absence de compétition s’est pourtant traduite par une forte mobilisation, les deux tandems de Tadakoust se positionnant comme étant les mieux élus avec 109 (pour la circonscription 7) et 120 voix (pour la circonscription 8). Cette situation traduit la volonté de la communauté villageoise de montrer son unité et le très fort soutien qu’elle accorde à ses représentants. L’élu de la circonscription 7 est le président de la commune d’Aït Oubelli de 2009 à 2015. Ne pas avoir d’adversaire dans son village est un moyen d’indiquer sa forte légitimité et le satisfecit de son groupe. Cette stratégie s’avère payante puisqu’il est reconduit président de la commune en 2015. 

En 2021, la compétition est beaucoup plus rude. En effet, les candidats à la députation cherchent des relais dans chaque circonscription pour avoir des personnes à même de faire campagne pour eux mais aussi pour s’assurer d’un nombre maximal de votants. Très peu d’électeurs et d’électrices choisissent différents partis pour des différents scrutins organisés le même jour. Les partis doivent donc couvrir le maximum de circonscriptions pour s’assurer d’une victoire au parlement. Le consensus souhaité à Tadakoust en 2015 vole en éclat sous la pression de candidats à la députation extérieurs au village désireux de mobiliser des voix dans toutes les localités. Le nombre de suffrages exprimés pour un parti politique progresse de 15% entre 2015 et 2021.

Si cette histoire est celle de nombreux villages, Tadakoust se distingue par un point, c’est que le village va élire des femmes permettant aux deux présidentes de coopérative d’accéder au conseil communal. Ainsi, sur quatre sièges au conseil communal issus de Tadakoust, trois sont occupés par des femmes. Ces femmes élues seront respectivement seconde et troisième vice-présidente du conseil communal et une d’entre elle siège au conseil provincial.

Jour de campagne. Tract électoral sur un vélo récupéré auprès de la métropole de Strasbourg. Crédits : David Goeury

De la coopérative au conseil communal

Continuer la lecture de Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Acte 3:  élections, arènes de légitimités féminines et consécrations politiques 

« Fertilités. Sur les chemins de collecte des femmes oasiennes (univers végétal, résonateurs cosmiques, soins collectifs) »

Cet article a été publié dans la revue Anthropologie et Societés.

Référence:

Breviglieri, Marc. “FERTILITES: Sur les chemins de collecte des femmes oasiennes (univers vegetal, resonateurs cosmiques, soins collectifs).” Anthropologie et Societés, vol. 44, no. 1, 2020, p. 25+.

Cet article brosse un tableau de l’univers végétal d’une oasis du Maroc présaharien (région du Souss) en mettant l’accent sur la présence de femmes âgées issues d’un milieu très modeste venant quotidiennement désherber et collecter des plantes spontanées. Ces femmes entretiennent un lien privilégié avec ces dernières et transmettent leurs pouvoirs nourriciers, prophylactiques, thérapeutiques ou magiques à la communauté oasienne dans son ensemble. Mais une question se pose : que va-t-il advenir de ce champ de relations intégrées aux cycles de fertilité au fil des transformations structurelles et des projets de modernisation que connaissent actuellement les espaces oasiens ? Ces projets, tout en étant porteurs d’objectifs environnementalistes, attestent d’une modalité de qualification du sol et de son exploitation qui tend à éclipser la présence de ces femmes, négligeant au passage l’arrière-plan cosmologique foisonnant sur lequel se dessinent leurs gestes attentionnés et la perméabilité sensible à l’univers végétal oasien dont elles sont les gardiennes.

Mots-clés : Breviglieri, oasis, femme, végétal, écologie, soin, atmosphère, vie, communs Continuer la lecture de « Fertilités. Sur les chemins de collecte des femmes oasiennes (univers végétal, résonateurs cosmiques, soins collectifs) »

Entrepreneuriat féminin agricole à Tiznit : une affaire de veuves

Par Claire Madenspacher1

Au Maroc, l’accès à un emploi rémunéré reste inaccessible pour de nombreuses femmes et le taux d’activité de ces dernières  baisse depuis plus d’une décennie. L’entrepreneuriat féminin est présenté comme une alternative et augmente légèrement. Pourtant, est-il pour autant possible de parler de dynamiques féminines autonomes? Ici, nous souhaitons revenir sur le cas de deux femmes éleveuses membre d’une coopérative laitière sise à Tiznit et intégrée au réseau COPAG.  Il ne s’agit pas de la création d’une entreprise mais de la reprise d’une entreprise familiale.

Continuer la lecture de Entrepreneuriat féminin agricole à Tiznit : une affaire de veuves

Gestes publics d’appropriation et phénoménalisation progressive d’une ambiance. Autour d’une source sacrée intégrée à la réhabilitation d’une médina (Tiznit, Maroc)

Cet article a été publié dans lors du congrès de Volos sur les ambiances du 21 et 24 septembre 2016.

Marc Breviglieri, Imen Attia Landoulsi. Gestes publics d’appropriation et phénoménalisation progressive d’une ambiance. Autour d’une source sacrée intégrée à la réhabilitation d’une médina (Tiznit, Maroc). Ambiances, tomorrow. Proceedings of 3rd International Congress on Ambiances. Septembre 2016, Volos, Greece, Sep 2016, Volos, Grèce. p. 105 – 110. ffhal-01404363f

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01404363/document

Abstract

This  paper  explores  the  hard  question  of  the  appropriation  in construction of a public space, asking the question of gradual phenomenolo‐ gy  of  an  atmosphere.  We  seek  to  show  how  some  ways  and  forms  of appropriation by the use contribute to the progressive and specifical building  of an atmosphere. That’s why our attention was focused on children playing  in a public space.  

Introduction

Cette contribution prend pour axe de réflexion la difficile question de l’appropriation  en devenir d’un espace public, tout en ramenant l’interrogation sur la phénoménalisation  progressive  d’une  ambiance.  En  ce  sens,  et  en  nous  appuyant  sur  une  réalisation architecturale venant d’être livrée au public, nous tenterons de montrer  comment  certaines modalités  d’appropriation  par  l’usage  contribue  à  la  formation  graduelle et spécifique d’une ambiance.  Il  est  question  ici  d’un  espace  public  situé  dans  la  médina  de  la  ville  oasienne  de  Tiznit  au  Maroc. Continuer la lecture de Gestes publics d’appropriation et phénoménalisation progressive d’une ambiance. Autour d’une source sacrée intégrée à la réhabilitation d’une médina (Tiznit, Maroc)

La source bleue : La cour de la ville

Par Noha Gamal Saïd

Ecouter pour comprendre la configuration sonore de cet espace.

La source est un espace phoniquement particulier : il s’oppose à la hiérarchie sonore de la médina. De la maison, au derb, en passant par la rue, l’avenue et enfin la place, il existe un processus d’intensification des activités et de la circulation qui se traduit par un gradient sonore allant du calme dans l’espace semi privé jusqu’au tumulte des espaces publics les plus fréquentés. Le feutré des cours intérieures et des impasses s’oppose au bruit des places et des rues commerçantes. Or au sein du dispositif sonore de la médina, l’Ain Zerka apparaît comme un lieu singulier.

Continuer la lecture de La source bleue : La cour de la ville