Archives par mot-clé : Femmes

Entrepreneuriat féminin agricole à Tiznit : une affaire de veuves

Par Claire Madenspacher1

Au Maroc, l’accès à un emploi rémunéré reste inaccessible pour de nombreuses femmes et le taux d’activité de ces dernières  baisse depuis plus d’une décennie. L’entrepreneuriat féminin est présenté comme une alternative et augmente légèrement. Pourtant, est-il pour autant possible de parler de dynamiques féminines autonomes? Ici, nous souhaitons revenir sur le cas de deux femmes éleveuses membre d’une coopérative laitière sise à Tiznit et intégrée au réseau COPAG.  Il ne s’agit pas de la création d’une entreprise mais de la reprise d’une entreprise familiale.

Continuer la lecture de Entrepreneuriat féminin agricole à Tiznit : une affaire de veuves

Gestes publics d’appropriation et phénoménalisation progressive d’une ambiance. Autour d’une source sacrée intégrée à la réhabilitation d’une médina (Tiznit, Maroc)

Cet article a été publié dans lors du congrès de Volos sur les ambiances du 21 et 24 septembre 2016.

Il a été co-écrit par Marc Breviglieri et Imen Attia Landoulsi.

Bibliographical reference

Marc Breviglieri, Imen Attia Landoulsi. Gestes publics d’appropriation et phénoménalisation progressive d’une ambiance. Autour d’une source sacrée intégrée à la réhabilitation d’une médina (Tiznit, Maroc). Ambiances, tomorrow. Proceedings of 3rd International Congress on Ambiances. Septembre 2016, Volos, Greece, Sep 2016, Volos, Grèce. p. 105 – 110. ffhal-01404363f

Electronic reference

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01404363/document

Abstract

This  paper  explores  the  hard  question  of  the  appropriation  in construction of a public space, asking the question of gradual phenomenolo‐ gy  of  an  atmosphere.  We  seek  to  show  how  some  ways  and  forms  of appropriation by the use contribute to the progressive and specifical building  of an atmosphere. That’s why our attention was focused on children playing  in a public space.  

Introduction

Cette contribution prend pour axe de réflexion la difficile question de l’appropriation  en devenir d’un espace public, tout en ramenant l’interrogation sur la phénoménalisation  progressive  d’une  ambiance.  En  ce  sens,  et  en  nous  appuyant  sur  une  réalisation architecturale venant d’être livrée au public, nous tenterons de montrer  comment  certaines modalités  d’appropriation  par  l’usage  contribue  à  la  formation  graduelle et spécifique d’une ambiance.  Il  est  question  ici  d’un  espace  public  situé  dans  la  médina  de  la  ville  oasienne  de  Tiznit  au  Maroc.  Cette  médina  fait  l’objet  d’un  plan  d’aménagement  et  de  sauvegarde  pris  en  charge  par  l’architecte  et  anthropologue  Salima  Naji.  L’espace  public dont il sera question dans cette réflexion a pour centre de gravité une source  sacrée, jadis fréquentée à l’occasion de nombreux rituels courants et propitiatoires,  puis  délaissée,  enfin  rendue  au  public  par  la  volonté  même  de  réhabilitation  de  l’architecte.  Originairement  nommée  Aïn  Aqdim  (la  « source  ancienne »,  laissant  entendre qu’elle représente le point d’origine même de la ville), elle fut désignée à  l’époque coloniale, et pour un motif touristique, « source bleue » (Aïn Zerka). À cette  source,  qui  est  un  bassin  d’eaux  de  résurgence  qui  a  pu  approvisionner  plusieurs  jardins de la ville ancienne et alimente encore une partie de la palmeraie, s’attache un mythe fondateur : une femme accompagnée d’un chien, étrangère et venant de  loin,  répondant  au  nom  de  Lalla  Zninia,  aurait  découvert  sous  la  pierre  la  source  d’eau qui fut aménagée en bassin autour duquel des villageois purent se sédentariser (Naji, Boumzgou et Goeury, 2016).    La  source  est  entourée  d’aménités  permettant  l’occupation  paisible  du  lieu  et  l’émergence  de  différentes  activités  qui  gravitent  autour  de  la  présence  de  l’eau.  Une  paroi  de  ruissellement,  donnant l’impression  d’une  petite  cascade,  permet  de  déverser  le  contenu  d’un  plan  d’eau  supérieur  vers  le  bassin  de  la  source.  Des  khettaras  marocaines  (puits  artésiens)  sont  reproduites,  renvoyant  au  système  traditionnel  de  mobilisation  des  eaux  souterraines ;  des  séguias  (canaux  ouverts  d’irrigation)  traversent un jardin composé de plantes endémiques… Depuis le mois  de  ramadan  de  l’année 2015,  la  source  et  son  espace  public  avoisinant  ont  été  nettement réinvestis par les habitants du quartier.  Nos observations de terrain ont permis de développer un ensemble d’interrogations  plaçant en leur centre l’expérimentation d’une ambiance publique se potentialisant à  mesure  que  l’usage  du  lieu  s’y  déploie.  Cette expérimentation a  pour  corollaire  un  nécessaire  mouvement  d’appropriation  depuis  lequel  l’espace  public  de  la  source  sacrée  se  voit  être  de  nouveau  habité,  y  compris  dans  sa  dimension  mythique  et  historique.  Comment  donc  s’est  appréhendé  un  premier  contact,  puis  s’est  de  nouveau tracé le chemin des habitudes qui finit par fonder un ancrage au lieu ? 

La source bleue : La cour de la ville

Par Noha Gamal Saïd

Ecouter pour comprendre la configuration sonore de cet espace.

La source est un espace phoniquement particulier : il s’oppose à la hiérarchie sonore de la médina. De la maison, au derb, en passant par la rue, l’avenue et enfin la place, il existe un processus d’intensification des activités et de la circulation qui se traduit par un gradient sonore allant du calme dans l’espace semi privé jusqu’au tumulte des espaces publics les plus fréquentés. Le feutré des cours intérieures et des impasses s’oppose au bruit des places et des rues commerçantes. Or au sein du dispositif sonore de la médina, l’Ain Zerka apparaît comme un lieu singulier.

Continuer la lecture de La source bleue : La cour de la ville