Régénération des régions oasiennes. Vers une convergence des dimensions techniques,institutionnelles et écologiques des écosystèmes ? (2022-2025)

Ce projet est financé par le Fonds National Suisse, dans le cadre du dispositif “Encouragement de projets en sciences humaines et sociales (Division I)” pour la session 2022 avril . Il est porté par la Haute Ecole de Travail Social de Genève composante de la Haute Ecole de Suisse Occidentale. Le projet est d’une durée de trois années du 1.12.2022 au 30.11.2025.

Equipe du projet

Marc Breviglieri, (requérant, investigateur principal, professeur de sociologie à la HETS de Genève), David Goeury, (adjoint scientifique à la HES-SO), Lucia Borbone (post-doctorante à la HETS), Hind Ftouhi (Post-doctorante), Mohamed Mouskite, (Professeur d’histoire à l’université Cadi Ayyad – Marrakech).

Consortium de recherche

Khadija Zahi, professeur de sociologie à l’université Cadi Ayyad – Marrakech

Zakaria Kadiri, professeur de sociologie à la Faculté Aïn Chock Casablanca.

Salima Naji, architecte,docteure en anthropologie

Irène Carpentier, chercheuse en géographie au CIRAD – Montpellier

Lisa Bossenbroek, chercheuse en sociologie à l’université de Landau

Résumé

Les pays émergents font face à d’importants défis en matière de transition écologique du fait de leur urbanisation rapide : pression foncière, dépendance accrue aux énergies fossiles, pollution, stress hydrique, diminution de la biodiversité. Le développement de l’agriculture urbaine apparaît comme un moyen de sauvegarder les espaces végétalisés existants au sein des villes ainsi que les pratiques qui y sont associées, tout en étant une source possible de produits de subsistance pouvant renforcer la sécurité alimentaire. Dans cette perspective, l’épuration et la réutilisation des eaux urbaines à des fins d’agriculture, mais également d’entretien des espaces verts au sein de la ville, sont appelées à jouer un rôle clé.

Notre recherche vise à comprendre les processus de réutilisation des eaux usées à des fins paysagères et agricoles dans des villes moyennes, soulevant des questions spécifiques différentes des grandes métropoles de pays émergents qui ont été largement documentées. En effet, le tissu urbain et social des villes moyennes se caractérise par une complexité croissante qui met sous forte pression les dispositifs traditionnels et locaux de gestion de l’eau. Notre recherche prend pour point de départ un projet d’épuration et de réutilisation des eaux urbaines visant à répondre à cette difficulté. Mis en place pour permettre l’irrigation de la palmeraie de Tiznit (80’000 hab.), ce projet, dont la dimension pilote et le fort potentiel de réplicabilité sont reconnus, notamment par les agences de coopération suisse et allemande, semble aujourd’hui pouvoir jouer un rôle déterminant pour la régénération d’un espace agricole délaissé depuis cinq décennies. Notre recherche vise à analyser les impacts systémiques de ce projet en termes techniques (appropriation et hybridation des dispositifs technologiques); institutionnels (évolution des jeux d’acteurs et des normes déterminant les droits sur les ressources) et écologiques (évolution de la biodiversité et des rapports entre espèces vivantes). Elle vise à établir un axe de réflexion sensible aux enjeux écologiques, à la fois attentif à la diversité des champs relationnels formant l’écosystème oasien et capable de dépasser la dichotomie exploitation/préservation qui oppose souvent des points de vue inconciliables. Elle envisage pour cela des modes d’enquêtes transdisciplinaires spécifiques et des ressources conceptuelles émergentes.

Notre travail se situe au croisement de la sociologie des urbanités oasiennes ; de la géographie des écosystèmes sahariens et de l’anthropologie de la coopération internationale. Il combine de manière originale trois approches adaptées à une analyse fine des transformations territoriales : par les ambiances (captures filmiques et sonores) ; par le récit approfondi (entretiens) et par la représentation cartographique. Il se fonde sur une démarche participative visant à accompagner la poursuite du projet de réutilisation des eaux urbaines épurées et à créer des espaces propices à son examen critique et à des confrontations comparatives.

Contexte : Les pays émergents font face à d’importants défis en matière de transition écologique du fait de leur urbanisation rapide : pression foncière, dépendance accrue aux énergies fossiles, pollution, stress hydrique, diminution de la biodiversité. Récemment, des travaux de recherche en agronomie et en géographie ainsi qu’en sociologie se sont penchés sur le potentiel “d’agrarisation” des villes du Sud comme stratégie d’adaptation aux changements climatiques. Le développement de l’agriculture urbaine apparaît, d’une part, comme un moyen de sauvegarder les espaces végétalisés existants au sein des villes ainsi que les pratiques qui y sont associées. Il se présente, d’autre part, comme une source possible de produits de subsistance pouvant renforcer la sécurité alimentaire. Dans cette perspective, l’épuration et la réutilisation des eaux urbaines à des fins d’agriculture, mais également d’entretien des espaces verts au sein de la ville, sont appelées à jouer un rôle clé.

 

Résumé scientifique

 

Objectifs : Notre projet vise à documenter ces enjeux dans le contexte des oasis marocaines. Si plusieurs métropoles du Sud (Dakar ; Nouakchott ; Marrakech) ont mis en place des systèmes performants de réutilisation des eaux usées à des fins paysagères et agricoles, notre recherche se penche sur le cas des villes moyennes, soulevant des questions spécifiques et peu documentées. En effet, le tissu urbain et social des villes moyennes se caractérise par une complexité croissante qui met sous forte pression les dispositifs traditionnels et locaux de gestion de l’eau. Notre recherche prend pour point de départ un projet d’épuration et de réutilisation des eaux urbaines visant à répondre à cette difficulté. Mis en place pour permettre l’irrigation de la palmeraie de Tiznit (80’000 hab.), ce projet, dont la dimension pilote et le fort potentiel de réplicabilité sont reconnus, notamment par les agences de coopération suisse et allemande, semble aujourd’hui pouvoir jouer un rôle déterminant pour la régénération d’un espace qui s’était vu délaisser depuis cinq décennies. S’appuyant sur une étude exploratoire, notre recherche touche aux impacts systémiques de ce projet en termes techniques (appropriation et hybridation des dispositifs technologiques); institutionnels (évolution des jeux d’acteurs et des normes déterminant les droits sur les ressources) et écologiques (évolution de la biodiversité et des rapports entre espèces vivantes). Elle vise à établir un axe de réflexion sensible aux enjeux écologiques, à la fois attentif à la diversité des champs relationnels formant l’écosystème oasien et capable de dépasser la dichotomie exploitation/préservation qui oppose souvent des points de vue inconciliables. Elle envisage pour cela des modes d’enquêtes transdisciplinaires spécifiques et des ressources conceptuelles émergentes.


Approche : Notre travail se situe au croisement de la sociologie des urbanités oasiennes ; de la géographie des écosystèmes sahariens et de l’anthropologie de la coopération internationale. Il combine de manière originale trois approches adaptées à une analyse fine des transformations territoriales : par les ambiances (captures filmiques et sonores) ; par le récit approfondi (entretiens) et par la représentation cartographique. Il se fonde sur une démarche participative visant à accompagner la poursuite du projet d’épuration et à créer des espaces propices à son examen critique et à des confrontations comparatives.


Portée : Notre projet considère la cité oasienne de taille moyenne comme un laboratoire permettant de saisir la complexité des enjeux de la transition écologique dans des contextes émergents soumis à de fortes pressions environnementales et plus spécifiquement hydriques. Notre cas empirique permet également de saisir les enjeux d’appropriation de modèles de développement axés sur des transferts de technologies. Suivre la trajectoire d’implantation de l’un de ces modèles implique de dépasser l’analyse d’un cas local pour rendre compte de la manière dont celui-ci répercute des logiques et décisions relevant d’autres échelles (nationales et internationales).

PLAN DE RECHERCHE

Dans la majorité des régions urbanisées souffrant de stress hydrique et de réduction de la biodiversité, la réutilisation des eaux urbaines usées concentre d’importants enjeux pour les décennies à venir. Comme le soulignait un rapport d’UNWater en 2013 déjà : “l’utilisation des eaux usées en agriculture est beaucoup plus courante qu’on ne le croit. À l’heure actuelle, environ 20 millions d’hectares de terres arables dans le monde seraient irriguées avec des eaux usées. Particulièrement courante dans les zones urbaines et périurbaines du monde en développement, l’utilisation des eaux usées dans l’agriculture présente certains avantages, en fournissant de l’eau et des nutriments pour les cultures, en assurant l’approvisionnement alimentaire des villes et en réduisant la pression sur les ressources en eau douce disponibles. Cependant, les eaux usées sont également une source de pollution et peuvent affecter la santé des utilisateurs, des consommateurs et de l’environnement si des pratiques sûres ne sont pas appliquées ” (UNWater, 2013).
Notre recherche postule qu’une approche technique et instrumentale de ces enjeux est insuffisante pour rendre compte des questions profondes – économiques, sociales, écologiques et symboliques – que posent les tentatives de mise à disposition, pour un espace cultivé, d’une eau urbaine épurée. Afin de proposer une lecture systématique de ces enjeux, cette recherche s’appuie sur la notion de régénération. Celle-ci est envisagée pour deux raisons : son potentiel conceptuel, et le fait qu’elle tourne le raisonnement du côté des solutions (Delannoy, 2017 ; Hawken, 2021). D’un côté, elle permet de mettre l’accent sur la question de l’habitabilité écosystémique des espaces soumis à des conditions extrêmes (Agrawal 2001). Les espaces oasiens, fortement altérés, s’exposent en effet au danger de l’épuisement de leurs ressources et de la destruction de leurs habitats (Bestelmeyer, 2013 ; Briske, 2013). De l’autre côté, la régénération de l’espace habité dépend d’un ensemble de pratiques et d’initiatives visant à répondre à la déstabilisation de l’écosystème. C’est alors du côté de l’imagination des acteurs locaux, de leur capacité à faire revivre des traditions sensibles aux symbioses écologiques ou d’aménager, par l’hybridation, des innovations modifiant le rapport au vivant, que la notion de régénération nous fait pencher.

ÉTAT DE LA RECHERCHE

La cité oasienne contemporaine voit aujourd’hui mis en péril l’un des fondements historiques de sa durabilité, à savoir la relation consubstantielle entre urbanité et agriculture irriguée. Pour saisir les facteurs de cette fragilisation et les réponses qui peuvent lui être apportées, un premier mouvement nous amènera à situer notre propos parmi les travaux récents sur l’anthropocène, qui appellent à revisiter les cadres épistémologiques déterminant la connaissance sur la relation des humains à leurs milieux (pt. 1.1). Le second mouvement nous conduira à interroger, pour chacune des dimensions qui structurent notre raisonnement – technique, institutionnelle et écologique – les enjeux émergents en contexte oasien, en nous centrant sur un ensemble de questions spécifiques : quelles évolutions techniques ont caractérisé le système de production oasien durant les 30 dernières années et comment les SHS ont discuté ces évolutions (pt. 1.2) ? Comment les crises vécues récemment par la souveraineté des structures politiques et sociales ont-elles généré, dans le contexte oasien, de nouvelles demandes de justice et de considération sociale (pt. 1.3) ? Enfin, pourquoi l’oasis se présente comme un milieu vivant particulièrement fragile, comment se reconfigure son biotope et quelles initiatives sont prises pour le protéger (pt. 1.4) ?


1.1 Arrière-plan anthropo-philosophique: comprendre l’instabilité qui vient

Un objectif de notre recherche consiste rendre interdépendantes ces trois dimensions : technique, institutionnelle et écologique. Cette proposition de division dépend d’une dissociation disciplinaire historique, héritée de la modernité occidentale, qui situe le progrès sur les trois plans de l’innovation technologique, de la démocratisation des institutions politiques et sociales et de l’accumulation de savoirs objectifs et universels sur les espèces vivantes et mécanismes biophysiques regroupé dans la catégorie de “nature” (Charbonnier 2019 ; Scott 2021). Or, cette recherche s’inscrit au sein d’un vif débat théorique selon lequel les mutations climatiques actuelles ébranlent la perspective moderne développementaliste dominante, les repères conceptuels qui lui sont liés et nos propres manières d’exercer nos métiers de chercheurs (Hache, 2012; Dardot & Laval, 2014 ; Delannoy, 2017; Lowenhaupt Tsing, 2017 ; Morizot, 2020).
Les travaux récents sur l’anthropocène semblent ainsi s’accorder sur un même mouvement de fond :

1. Une mise en cause des fondements ontologiques de la modernité occidentale et la remise en question de la césure nature/culture ;

2. Une critique raisonnée des théories, concepts et catégories endogènes qui ont servi à imposer le point de vue de la modernité;

3. Une attention renouvelée pour les formes de coexistence entre des mondes hétérogènes qui rejoue profondément les questions de la souveraineté, de la justice ou de la liberté.

Parmi ces nombreux travaux, plusieurs recoupent les thèmes que nous allons croiser dans notre investigation : l’introduction de technologies dans la production agricole modifiant le rapport technique à l’instrument et le lien archaïque aux éléments naturels premiers (eau et terre principalement) (Bonneuil & Fressoz, 2013); le questionnement récurrent autour des dispositifs institutionnels de gestion des ressources rares et en particulier la question des communs (Ostrom, 1990 ; Cumming & al. 2020); l’apparition de nouvelles espèces animales et végétales reconfigurant le milieu habité et la production agricole (Scott, 2021).
Une visée théorique de notre projet de recherche consistera à mettre à l’épreuve ce « tournant écopolitique » (Truong, 2020). Considérant que ces travaux offrent des dégagements abstraits, parfois même une tonalité messianique, il nous importe d’apporter des appuis empiriques pour qu’ils puissent être nuancés et mis en question sous un regard critique. En interrogeant l’implémentation de dispositifs techniques innovants dans le cadre de nouvelles logiques de coopération internationales (OCDE, 2012), notre projet se présente comme un levier pour tester la valeur empirique de ce corpus de travaux qui questionne philosophiquement le devenir écologique de la terre.


1.2 L’oasis comme front de modernisation technique

Les cités oasiennes historiques ont constitué un immense archipel de cités étapes intégrées à des routes commerciales traversant les immensités désertiques. Les historiens et les anthropologues ont largement documenté les réseaux intellectuels, religieux mais aussi politiques et socio-techniques qui s’y sont implantés (Dakhlia 2013). Ces chercheurs rappellent que les oasis sont désormais devenues les confins des nouvelles administrations centralisées (Souami 2003). Leur condition d’existence s’est laissée filtrée par des désirs de rationalisation amenant à de nouvelles compositions techniques et de nouvelles formes urbaines inspirées par des modèles issus d’autres contextes climatiques (Puig 2004 ; Naji 2019).
Depuis 60 ans, de grandes missions scientifiques se sont faites le relais des préoccupations des puissances publiques et des opérateurs privés dans le cadre d’un objectif de valorisation des territoires oasiens. Elles ont été engagées autour des questions hydriques et agricoles en réfléchissant d’abord sur la performance des pratiques agricoles commerciales (Bosc et alii 1991) avant de s’interroger sur les pratiques domestiques et le patrimoine écologique dans un souci de valorisation de la biodiversité (Battesti 2013). Depuis 2008, le Plan Maroc Vert, première politique agricole nationale depuis l’Indépendance, vise à moderniser l’agriculture en misant sur des productions à forte valeur ajoutée (arboriculture et élevage principalement) à même de créer de nouvelles chaînes de valeur. Les oasis disposent d’une agence dédiée, l’ANDZOA (Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier). Dans ce cadre, l’environnement oasien est principalement interrogé comme une ressource à exploiter dans une logique développementaliste (Farhi 2002). Les nouveaux aménagements oasiens intègrent un nouvel ordre rationnel grâce au transfert massif de technologies exogènes (béton armé, véhicules motorisés, intrants chimiques). Ces aménagements sont dessinés par le nouveau profil social de l’ingénieur ou du technicien censé garantir la rentabilité des investissements et maîtriser les limites et défaillances des nouveaux systèmes techniques, avec des résultats controversés (Pascon 1980, 1984; Alarcon 2008 ; Scott 2021). La question de la pénétration des valeurs de l’ingénieur dans le monde oasien et des enjeux de domination – ou au contraire de coexistence entre différentes formes de savoirs – qui en découlent apparaît ainsi d’une grande actualité.
Au plan technologique qui nous intéresse ici, une part essentielle de la production concerne les ouvrages hydrauliques. Notons à cet égard les travaux pionniers de El Faïz sur l’histoire de l’hydraulique arabe (El Faïz, 2015). Plus largement, la production scientifique a suivi une évolution bien décrite dans un ouvrage dirigé par la sociologue de l’environnement Aspe : à une première phase de recherches consacrées à l’eau agricole a succédé une seconde phase de travaux pointant l’enjeu des services environnementaux rendus par la ressource eau (Aspe, 2012). Le problème posé par la surexploitation des nappes phréatiques et les limites de l’irrigation gravitaire a induit un lot considérable de mesures techniques (développement de systèmes d’information hydrogéologiques (Naiha, 2006), modélisation des impacts climatiques sur les réserves d’eau (Larabi & al. 2016), mesure des pertes par évaporation (Hendawi, 2006), installation de réservoirs souterrains ou ressources en eaux non-conventionnelles, dont sont discutés le coût financier et les enjeux techniques mais rarement l’acceptation sociale (Ftaita 2005). Une collaboration impliquant l’Institut de géographie et durabilité de l’Université de Lausanne s’est penchée sur la mesure de l’efficacité d’un système hydro-agricole ancestral (Ben Fraj, 2016), le même institut ayant développé au Maroc un outil cartographique suisse servant la prévention des inondations (Werren, 2013). Un ensemble de travaux ont questionné les techniques d’irrigation économes, notamment le goutte-à-goutte (Belaidi & al., 2019). Enfin, une orientation vouée à se développer met l’accent sur des perspectives en termes d’écoinnovation (Hellström, 2007; Mazzanti, 2018).
Dans le contexte oasien – comme dans d’autres contexte dits «émergents» ou « en développement » – la question hydrologique est nécessairement liée à celle à la croissance urbaine qui suppose des infrastructures susceptibles de répondre à une nouvelle demande (alimentaire, sanitaire et paysagère) et à la gestion des inondations (OCDE, 2016). Les enjeux de l’épuration et de la réutilisation des eaux urbaines ont fait l’objet d’un intérêt croissant durant les quinze dernières années (Condom et Decleq 2016). Toutefois, ces travaux portent essentiellement sur les grandes métropoles, qui sont souvent les seules à disposer d’aménagements permettant d’obtenir une qualité correspondant aux standards internationaux de qualité ou parfois sur de petites communautés villageoises bénéficiant du soutien d’ONG. Certains travaux ont interrogé les enjeux politiques autour de ces aménagements, mais en privilégiant la relation entre les opérateurs et des usagers particuliers comme les propriétaires de golfs (Ennabih & Mayaux 2020). Mais l’essentiel des recherches s’est focalisé sur la gestion purement technique des réserves d’eau soumises au contexte d’aridité climatique du fait des forts enjeux sanitaires liés à la réutilisation des eaux usées (OMS 2012). Or, « après quelques années, il faut bien reconnaître que l’impact de ces nouvelles techniques est moins important que prévu, soit à cause d’une utilisation inadéquate, soit par le fait de nouveaux comportements qu’elles ont suscités » (Le Goulven et al., 2009). Il nous semble dès lors impératif d’intégrer cet ensemble de réflexions sur les ouvrages hydrauliques dans des problématiques ecosystémiques plus vastes.
La grande majorité des travaux attentifs aux techniques hydrauliques pose le problème de leur contrôle et de leur exploitation à travers une production essentiellement marchandisable. Ils passent largement sous silence un rapport complexe et non nécessairement utilitaire à cette ressource. Aussi, ils questionnent peu l’attachement à une production non-marchande limitée à une économie familiale (plantes aromatiques, fourragères pour les moutons de l’aïd, céréales pour le pain quotidien). Ces formes d’attachements sont d’autant plus fortes que les pratiques agricoles jouent un rôle monétaire de plus en plus faible dans un contexte urbain ou péri-urbain marqué par une polyactivité croissante. Notre projet pointera des effets induits, non pas uniquement en termes de performances productives ou marchandes, mais en des termes qui soulignent d’autres manière de dépendre de l’eau et d’user des capacités nourricières de la terre.

1.3 L’oasis comme lieu de renégociations politiques et institutionnelles

Au cours du XXe siècle, les cités oasiennes ont connu de profondes transformations dans leurs organisations politiques et leurs objectifs économiques, impactant profondément les relations sociales (Marouf 1980, Naji 2019). Les politiques d’ajustement structurels caractéristiques des années 1980 à 2000 – associées au retrait de l’État et à une libéralisation massive des politiques agricoles marocaines censées favoriser les processus supposés vertueux de la concurrence et des économies d’échelle – font l’objet, depuis plusieurs années, d’une critique rigoureuse (Bessaoud 2011). Dans le même temps, certains travaux soulignent le renouvellement des jeux d’acteurs liés au développement d’un État incitatif (Leclerc & Sachs 2020) et un mouvement de décentralisation qui concerne tant l’action urbaine que la politique agricole (Philifert 2010). On assiste par exemple à l’émergence de projets promus par une société civile de type libérale impliquant une pluralité d’acteurs dans des phases participatives (Kadiri & al. 2009 ; Faysse & al., 2010).
S’agissant des questions hydrauliques, la gestion des sources historiques sur laquelle s’est appuyée le développement multiséculaire des cités oasiennes est passée en partie sous l’autorité des pouvoirs publics ou d’opérateurs privés, obligeant les structures historiques de gestion de ses biens communs à se reconfigurer avec plus ou moins de succès dans les nouveaux cadres réglementaires de l’association ou de la coopérative (Goeury 2018). Le délicat passage de la gestion communautaire à la gestion associative de l’eau pose la question des transferts de légitimé (Bekkari, & Yépez del Castillo, 2011), tout en rappelant le rôle archaïque de la Jmaâ ou encore de la Tiwisa (systèmes traditionnels de gestion et d’entraide) où s’articulait pleinement le lien entre tradition et politique (Rachik, 1997). Le rôle de la transmission intergénérationnelle est ainsi fragilisé et interroge la place occupée par la jeunesse marocaine dans la progressive implication de la société civile dans le monde rural (Ftouhi & al., 2020).
Ces évolutions ont donné lieu à une multiplication des cadres institutionnels qui président à l’accès et à l’utilisation de la ressource, donnant lieu à des problématiques complexes. Dans les zones visant une exploitation agricole intensive pilotées par le chiffre et sa rationalité objective, certains liens d’allégeance (Supiot, 2015) dont souffre la société marocaine semblent paradoxalement renforcés (Houdret & Amichi 2020). Dans le même temps, de nombreux petits exploitants, situés loin des filières intensives, rencontrent d’importantes difficultés matérielles, renforcées dans le contexte du changement climatique (Ftaïta 2011). Là, l’économie collective de l’eau d’irrigation a souvent été abandonnée au profit de stratégies individuelles de pompage sur la nappe phréatique afin de s’émanciper des collectifs historiques jugés trop contraignants. En oscillant entre prise en charge collective (community management) et individuelle (free- riding), la gestion de l’eau a souvent abouti au développement de fortes inégalités sociales (El Jamali 2013).
Dans les régions en voie d’urbanisation, le rapport à l’eau a connu des évolutions spécifiques. Comme nous l’avons montré dans le cadre de nos recherches (Breviglieri & al. 2021), les sources historiques collectives oasiennes ont souvent été utilisées par les pouvoirs publics pour développer les premiers réseaux d’eau potable, amenant à une compétition nouvelle entre l’espace urbanisé et l’espace cultivé jadis complémentaires. Les agricultures oasiennes se sont ainsi retrouvées « sous le choc de l’urbanisation et des privatisations » (Elloumi et Jouve, 2003). Pour cette raison, il convient d’interroger les agricultures irriguées historiques sous l’angle de la composition d’un écosystème urbain élargi (Mckinney, 2002), notamment par rapport au rôle qu’elles occupent en termes de sécurité alimentaire et d’impact sur la réduction de la pauvreté (Zeeuw 2011). Ces questions s’avèrent très pertinentes dans le cas dans les villes oasiennes de taille moyenne, où l’agriculture, sans être nécessairement l’activité principale du ménage, garde certaines fonctions à la fois symboliques – lien à la terre des ancêtres – et de subsistance.
Parallèlement, plusieurs travaux ont souligné l’émergence, au sein de cette société civile en structuration, du profil du “leader agricole”, susceptible de faire émerger des enjeux inédits d’exploitation économique des ressources et de gestion politique du territoire (Tozy 2010 ; Kadiri 2020). Leurs trajectoires sont souvent prolongées par des volontés d’affirmation dans un contexte politique de plus en plus concurrentiel et transparent amenant des jeunes à s’engager dans les processus électoraux (Ftouhi & Kadiri 2020 ; Deau & Goeury 2020). Dans le cadre d’une cité oasienne, les alliances et les stratégies politiques des agriculteurs sont particulièrement complexes. Groupe démographiquement minoritaire, il peut s’organiser pour défendre ses intérêts au nom d’une autosubsistance ou des nouvelles valeurs de la durabilité, notamment face à la mise en tourisme des oasis historiques (Lane 2016).
S’agissant des femmes des cités oasiennes, de nombreuses recherches pertinentes pour notre projet sont venues renouveler les approches. L’importance prise par la question de l’entreprenariat féminin dans l’agriculture a permis de questionner simultanément les conditions historiques d’exploitation du travail des femmes, les relations de genre marquées par la tradition, la porosité relative de certaines activités masculinisées, et enfin la grande fragilité sociale des femmes précarisées par leur milieu social ou par le veuvage et le célibat (Martin 2012 ; Théroux-Séguin 2016 ; Association Femmes du Sud 2014). En outre, un rapport récent démontre l’enjeu du changement climatique sur la vie des femmes oasiennes (Houzir 2018) et une étude collective a montré leur rôle dans l’adaptation des exploitations agricoles familiales en contexte de crise Covid (Leonardelli & al. 2021). Ces mutations permettent de revisiter une littérature ancienne et pertinente sur la place des femmes dans le monde agricole marocain et l’impact ambivalent du capitalisme industriel sur leur statut productif (Belarbi 1995). L’intégration d’ouvrières dans les tâches agricoles a suscité une renégociation de l’ordre social dominant et l’émergence de nouveaux rapports sociaux et d’identités de genre (Bossenbroek 2019). Par ailleurs, ces recherches permettent de mettre en question la séparation entre la vie domestique et la vie économique. C’est précisément cette double dépendance assumée de la sphère économique par rapport aux prélèvements sur la nature et sur la famille qui inspirent une partie des travaux écoféministes (Larrère 2012), notamment ceux qui se sont penchés sur les pays du sud (Shiva 1994). Ces travaux sont à même de nous aider à reconsidérer le rapport d’activité du point de vue d’une éthique du care et du partenariat (Merchant, 1996). Il importera toutefois de considérer avec précaution l’idée selon laquelle les femmes représenteraient des instances naturellement positives du lien à l’environnement, gardiennes de savoir-faire traditionnels forcément fondés écologiquement. Cette construction comporte en effet des risques d’instrumentalisation par les firmes et organismes internationaux engagés dans des projets de développement (Gururani, 2002). Soutenues dans le cadre du deuxième volet du Plan Maroc Vert intitulé Generation Green (Moisseron & al, 2019), les coopératives féminines viennent souvent reproduire des rapports de domination et offrent peu d’opportunités réelles aux femmes avant tout considérées comme une main d’oeuvre corvéable à bon marché (Gillot 2016 ; Montanari et Bergh 2019). Il en est de même auprès des grandes exploitations agricoles capitalistiques, venant reproduire des mécanismes existants dans les autres régions agricoles du pays (Bossenbroek 2019).
En conclusion, les travaux témoignent de la montée en force de deux nouvelles figures : l’entrepreneur individuel et l’association à caractère social et solidaire. Notre projet s’intéressera à la manière dont ces figures se structurent autour de la mise à disposition d’une nouvelle source d’eau urbaine épurée. Il s’interrogera sur la manière dont ces figures réinventent des pratiques sociales tout en se référant aux collectifs historiques de gestion de l’eau afin de construire leur légitimité face à d’autres acteurs (Étatiques ou privés). En contre-point, le projet s’intéressera aussi à des personnes marginalisées ou invisibilisées – notamment des femmes et des personnes âgées – situés hors de ces modes de structuration collectifs ou de ces stratégies de promotion individuelle. Celles-ci s’adonnent à des pratiques plus modestes (petites productions familiales, collectes d’adventices, élevages domestiques) mais dont on peut postuler qu’elles jouent un rôle important dans la défense des communs oasiens, dans la sauvegarde d’un lien profond aux différentes entités habitant l’oasis, et dans le maintien d’un spectre de savoir-faire et de production élargi.

1.4 L’oasis comme lieu de la dégradation du vivant

Dans un rapport d’expertise récent sur la transformation sociale et écologique au Maroc, un constat clair pointait la faible préparation de la société marocaine aux impacts des changements climatiques et, en conséquence, le « nécessaire renforcement de la résilience des petits agriculteurs » (El Mostafa Jamea 2019). De même, dans un examen récent des performances environnementales du Maroc, les Nations-Unies soulignaient la grande fragilisation des écosystèmes oasiens, qui voient se multiplier les menaces (perte de la surface végétale, érosion, etc.) au-devant d’un vide juridique concernant leur protection (Nations-Unies 2014). En effet, les régions oasiennes souffrent d’avoir été largement placées sous des approches sectorielles qui dissolvent ce qui constitue l’unité écosystémique et qui rendent leur protection plus difficile. La focalisation sur le développement de filières rentables (ex : palmier-dattier) contribue à cette sectorialisation. Enfin, les tissus oasiens se déchirent en de multiples zones administratives, avec comme première ligne de fracture l’habitat et l’agriculture. Dans le même temps, un regard porté au plus près du terrain permet de voir que le contexte oasien reste porteur de savoirs multiséculaires et de droits coutumiers dont l’intérêt anthropologique et écologique repose sur le fait qu’ils permettent d’appréhender le rapport à la terre, non pas simplement comme un moyen d’existence, mais plus largement comme un support de vie.
Deux problèmes écologiques majeurs, qui entretiennent des liens étroits avec l’enjeu de l’épuration et de la réutilisation des eaux urbaines, retiendront particulièrement notre attention : celui de la pollution et celui des transformations de la biodiversité (Gaucher 2017). Au problème de la quantité d’eau disponible s’est ajouté un problème de qualité, au point de créer une menace sanitaire nouvelle. Dans ce contexte, la question de la certification de la qualité constitue un enjeu clé, à la fois pour la santé des populations utilisant les eaux usées pour leurs activités agricoles, que pour la possible valorisation des produits issus de ces activités agricoles. S’agissant de la biodiversité, des travaux taxinomiques récents portant sur l’agroécosystème oasien du Maroc commencent à questionner les mutations de la faune et de la flore sahariennes liées à la diffusion de la monoculture et de l’urbanisation accélérée de ces régions. Ainsi, un état des lieux récent montre que « les écosystèmes des pays du Maghreb arabe abritent une faune et une flore exotiques envahissantes dont les menaces s’amplifieraient avec le changement climatique » (Observatoire du Sahara et du Sahel 2020). Les processus d’adaptation écologique et les mutations conséquentes d’une biodiversité sensible à l’artificialisation et à la pollution des sols sont à même d’interroger la pertinence des concepts classificatoires existants. Ce double mouvement de réduction de la biodiversité et d’apparition de nouvelles espèces est bien connu et a été documenté dans de nombreux contextes. Nous nous intéresserons particulièrement à la manière dont les habitants de l’oasis composent avec ces transformations et tentent d’agir sur elles, notamment en préservant des espèces menacées, mais aussi introduisant des espèces issues d’autres contextes ou encore en réintroduisant des espèces anciennes. À cet égard, nous pourrons nous appuyer sur les travaux concernant « l’agrarisation de la ville » et ses conséquences en termes de biodiversité réalisés notamment par l’Institut de Géographie et Durabilité de l’Université de Lausanne (Boisvert 2013; Ernwein & Salomon-Cavin 2014 ). Plus loin, nous pourrons nous appuyer sur des approches centrées sur les « relations symbiotiques » qui permettent de faire de l’eau une question qui, loin d’être seulement la préoccupation des humains, concerne la totalité multispécifique du milieu oasien.
L’écosystème oasien représente un complexe d’éléments vivants, techniques et symboliques interdépendants et partiellement menacés dont il importe de repenser les associations et les coalitions (Gilbert & al. 2012), C’est dans cette optique que s’avance le domaine de l’agroécologie, qui peut être définit comme « un ensemble interdisciplinaire à la croisée de l’agronomie, de l’agriculture, de l’écologie scientifique, de l’économie et des sciences sociales visant une approche holistique de l’agriculture qui «conçoit des systèmes alimentaires basés sur les principes du vivant (cycles, rythmes, relations entre organismes, etc.) en plaçant l’humain, et en particulier le paysan, au centre du projet » (Servigne, 2012), qui protège les écosystèmes, la biodiversité et la biomasse, voire amplifie leurs fonctions. » (Lestrange (de) & al. 2022) Notons à cet égard la mise en place par l’Institut de Recherches pour le Développement (IRD) d’un Observatoire de l’agroécologie au Maroc (Grippon & al. 2019). L’approche fondée sur l’agroécologie vise notamment à se démarquer du concept de « développement durable » qui représente un oxymore en associant des valeurs contradictoires (préservation de l’écosystème vs croissance économique – (Bergandi et Blandin 2012). Il invite à se caler sur une pensée de la « coviabilité des systèmes sociaux et écologiques » (Barrière 2012) qui permettra d’envisager les « dépendance associées » qu’entretiennent les multitudes de formes de vies (Virno 2002).
Nous souhaitons dans ce projet nous émanciper de la focalisation sur la culture d’espèces emblématiques pour investiguer plutôt les interactions avec la flore et la faune suscitées par l’urbanisation rapide et la transformation des ressources hydriques. Le projet de recherche prendra ainsi pour objet les nombreuses formes d’interdépendances qui se tissent entre les espèces (connexions interspécifiques, attachements des humains à certaines variétés végétales, prolifération végétale engendrée par des technologies nouvelles ou induite par le front d’urbanisation).

PLAN DE RECHERCHE DÉTAILLÉ

Notre plan de recherche emprunte le schéma suivant :

1. Nous voudrions pour commencer établir une documentation chronologique inédite de l’établissement de la station d’épuration et des différentes étapes de filtrage. Celle-ci, marquée par différents atermoiements et controverses, court sur plus de 30 années, depuis un premier projet de la municipalité, repris en main par l’initiative de la coopération internationale en années 2017, jusqu’à l’établissement du nouveau réseau d’irrigation qui vient d’être installé.

2. Puis de premiers ateliers interdisciplinaires permettront d’ouvrir des collaborations avec les occupant.es du secteur agricole de la palmeraie afin de mobiliser les premières pistes de recherche qui conjoindront les problématiques techniques, institutionnelles et relatives au milieu vivant local.

3. Dans un troisième temps, l’enquête approfondie reposera sur l’exploitation de trois méthodologies complémentaires s’appuyant sur un outillage d’observation diversifié (audiovisuel, entretiens/narrations, cartographies) qui mettront en perspective les logiques techniques, les grammaires institutionnelle et politiques ou les interconnexions du vivant à l’oeuvre dans la palmeraie.

4. La recherche reprendra ensuite, de manière itérative et sur le modèle précédent, la succession entre ateliers et enquête approfondie. Par ce moyen, les hypothèses seront progressivement affinées et des pistes complémentaires seront explorées.

5. Bien que régulièrement nourri par l’étayage du blog scientifique Zerka, le travail de diffusion des travaux (conférences et publications) prendra véritablement forme les deux dernières du projet.


Travaux exploratoires et hypothèses

Notre recherche se propose d’étudier la recomposition d’un environnement oasien dont les propriétés écologiques sont
mises à l’épreuve par une innovation technique reliée à un cadre institutionnel complexe (municipalité/coopération internationale) et dont dépend un milieu vivant. La littérature met largement l’accent sur un enjeu développementaliste, souvent dans une approche risque/bénéfice de l’apport d’une innovation. Notre méthodologie entend y substituer un enjeu écosystémique qui force à poser d’autres questions de recherche, utiliser d’autres modes d’enquête, rendre efficients d’autres concepts (régénération, cité-oasienne, relations symbiotiques). Le socle de notre recherche est fondé sur trois hypothèses qui retracent les trois dimensions que nous réunissons sous le terme « écologie » (technique, institutionnel, vivant) :

H1 : L’émergence d’une innovation technique provoque le déploiement d’une « chaîne opératoire » (Leroi-Gourhan) qui induit une transformation de l’outillage technique des agriculteurs bien plus vaste que la seule innovation.

H2 : Le déploiement d’un nouveau réseau d’irrigation contribuera à faire émerger des revendications sociales complexes qui impacteront les structures institutionnelles, récentes comme traditionnelles.

H3 : L’introduction de nouvelles ressources en eau n’aura pas pour seul impact le renforcement des cultures végétales, il induira d’imprévisibles coalition végétales modifiant la biodiversité.

C’est en imbriquant ces trois hypothèses que viendront des questionnements plus transversaux, par exemple : ces mutations auront-elles un impact sur l’attractivité du paysage oasien l’exposant au tourisme ou à la pression foncière ; quel statut sera attribué à l’eau de la STEP au regard de l’eau issue de la source historique ; quelle conscience écologique sera en mesure d’émerger ?

Genèse et enjeux du projet d’épuration des eaux urbaines

En 1984 une Station d’épuration (STEP) est installée dans la palmeraie de Tiznit afin d’assurer un assainissement liquide de la ville. Elle apparaît alors comme une nouvelle source d’eau d’irrigation régulière mais non réglementaire car ne respectant pas les normes sanitaires. L’exploitation de l’eau épurée a notamment pour effet de donner une odeur désagréable aux produits agricoles et suscite la défiance des utilisateurs et des consommateurs. Malgré cela, elle permet un redéploiement progressif des activités productives (Ftaita 2005) dans un contexte d’avancée d’un front d’urbanisation associant infrastructures municipales, activités industrielles et habitations illégales (Goeury & Leray 2017).
En 2006, une nouvelle STEP modernisée est installée au nord du périmètre agricole et est complétée en 2013 par une petite station de filtration tertiaire devant permettre la distribution d’effluents épurés de meilleure qualité. La municipalité de Tiznit soutient cette innovation afin de répondre à la demande pressante des agriculteurs-trices qui cherchent à préserver un espace agricole toujours plus réduit et menacé. Mais le dispositif technique tarde à se mettre en place et, une fois installé, on constate que l’eau épurée ne respecte toujours ni la réglementation nationale (législation sur l’utilisation des eaux dites non conventionnelles de 2015) ni la réglementation internationale (OMS 2012). Les agriculteurs, qui se sont entre-temps regroupés au sein d’une association, continuent ainsi de revendiquer un accès à l’eau tout en refusant de se fier à un équipement dysfonctionnel, dont le produit est non conforme à la loi.
Entre 2015 et 2016, notre consortium travaille dans la palmeraie de Tiznit dans le cadre du projet sur les sources historiques financé par ENVI-MED (voir pt. 2.2). Il a vent des blocages et conflits liés à la STEP et soumet une proposition de recherche-action du programme Entreprenariat & Technologies Appropriées. Menée en collaboration avec un ingénieur hydrologue de l’HEPIA ainsi qu’avec l’entreprise suisse Alpha Wassertechnik AG, cette recherche aboutit à un diagnostic des dysfonctionnements techniques et de mettre en lumière les causes sociotechniques profondes des blocages.
L’existence d’un diagnostic technique précis et de recommandations basées sur une analyse systémique des enjeux relatifs à la STEP permettent l’intégration du projet, dès 2017, au sein du programme AGIRE (Gestion intégrée des ressources en eau) géré conjointement par les agences nationales de coopération suisse (DDC) et allemande (GIZ). Considéré comme un projet pilote ayant un fort potentiel de réplicabilité, le dispositif technique et institutionnel qui se monte autour de la STEP de Tiznit devient un modèle pour d’autres expériences marocaines (Oujda et Settat) et, potentiellement, pour d’autres pays (Tunisie, Jordanie). La mise en oeuvre des recommandations techniques et énergétiques donne lieu à un appel d’offre remporté par une nouvelle entreprise suisse active au niveau international, CSD ingénieurs, qui assure la remise en état de la STEP et l’installation de nouveaux équipements (filtres à UV, panneaux solaires) mais également un accompagnement des parties prenantes et la formation d’ingénieurs et de techniciens locaux. Malgré la persistance de certaines difficultés techniques, le dispositif de filtration entre donc en fonction à partir de 2021, nous ouvrant une remarquable perspective d’investigation.

 Dynamiques émergentes et nouvelles opportunités d’investigations

Les observations ponctuelles menées à l’occasion de deux ateliers interdisciplinaires réalisés par le consortium en 2021 montrent que le dispositif de filtrage semble aujourd’hui fonctionnel. Cependant, à partir du 1er mars 2021, les tensions diplomatiques entre le Maroc et l’Allemagne suspendent toutes les activités de coopération et réduisent toute opportunité de suite et de suivi du projet dans le cadre d’AGIRE.
Il semble alors intéressant d’interroger les effets de ce contexte marqué à la fois par une fragilisation du soutien international et par la mise à disposition réelle, pour la première fois, d’eaux urbaines épurées de qualité dans la palmeraie.
Cette nouvelle source d’eau est-elle à même de favoriser une dynamique de régénération de la palmeraie ? Quels vont être les réinvestissements opérés et sous quelles formes, revivifiant un espace qui avait été en partie abandonné au cours des décennies précédentes ? L’approche par nos trois dimensions privilégiées – technique, institutionnelle et écologique – semble particulièrement adaptée à l’appréhension des transformations en cours comme nous le montrerons ci-dessous.
De plus, les données récoltées lors de la recherche-action E&TA offrent potentiellement une profondeur de champs
considérable à notre projet, permettant de retracer la trajectoire d’une innovation initiale (la mise en place d’une station
d’épuration des eaux urbaines) et des innovations incrémentales qui ont suivi (notamment les dispositifs de filtration
successifs) sur plus de quatre décennies, avec un focus sur les 10 dernières années (2016-2026). Plus encore, les recherches
préliminaires menées autour des questions hydriques dans la zone montrent que la transformation du rapport à l’eau
remonte à la période coloniale, durant laquelle ont lieu une série d’événements fondateurs dont la portée pratique et
symbolique semble aujourd’hui encore d’une grande importance. S’agissant plus spécifiquement des effets des évolutions
les plus récentes, nous souhaitons investiguer en particulier les éléments suivants :

Sur le plan technique, nous documenterons deux types de développement, à savoir

i) La trajectoire de mise en oeuvre des nouvelles technologies mises à disposition pour la STEP (filtre UV ; panneaux solaires); les opportunités et obstacles auxquels cette mise en oeuvre se heurte; les innovations incrémentales auxquelles elle donne lieu.

ii) Le renouvellement des projets d’une diversité d’acteurs du fait de l’accès à une eau d’irrigation de qualité (projets culturaux pour les usagers traditionnels et nouveaux de la palmeraie; projets de mise en valeur paysagère de la part des pouvoirs publics); les adaptations et hybridations techniques ainsi que l’évolution des savoirs et savoir-faire que ces nouveaux projets impliquent, en lien avec des normes et incitations provenant de divers niveaux (évolution des marchés locaux, nationaux et internationaux; normes sanitaires et techniques nationales et internationales; inscription dans des programmes de coopération internationale, etc.).

Sur le plan institutionnel, nous nous intéresserons

i) À l’évolution des jeux d’acteurs concernés par le projet d’épuration: implication de la montée en force de l’association d’irrigants (dont le président a été élu au Conseil municipal en 2021) sur la politique locale; évolution des relations entre parties prenantes situées à différents niveaux (municipalité.; ministères de l’agriculture et de l’eau; agences de coopération suisses et allemandes; entreprises étrangères) 

ii) À la manière dont l’amorce de régénération en cours affecte les usagers de la palmeraie, et notamment la manière dont elle entraîne des recompositions sociales inattendues, par exemple en offrant de nouvelles ressources et une nouvelle visibilité à des acteurs
jusqu’ici marginalisés (ex: femmes âgées; employées des coopératives féminines; jeunes précaires) et en déstabilisant d’autres acteurs (ex: chefs de famille). Une attention particulière sera portée à la manière dont ces recompositions s’accompagnent d’une évolution des droits d’accès et d’usage sur les ressources (eau ; terre ; végétaux ; patrimoine bâti).

Sur le plan écologique, notre attention se portera en particulier sur les évolutions i) de la biodiversité et ii) des pratiques culturales.

En effet, avant 2021, le déversoir de la STEP amenait au développement d’une végétation nitrophyte particulièrement dense, elle-même favorisant la venue d’animaux considérés soit comme nuisibles (sangliers) soit comme féconds (oiseaux). La mise à disposition d’une eau de meilleure qualité et son redéploiement par le biais d’un nouveau réseau d’irrigation enterré est susceptible de créer une multiplicité de nouveaux micro-espaces au sein du périmètre irrigué.
Ceux-ci peuvent s’apparenter à des niches écologiques, mais également, suivant les cas, s’avérer propices à la diffusion de nouveaux adventices. Nous nous intéresserons à la manière dont les usagers de l’oasis interprètent ces changements et dont ils cherchent à les influencer, nouant de nouvelles alliances ou définissant de nouvelles zones d’exclusion avec les autres espèces vivantes de l’écosystème.

Méthodologie

Notre méthodologie s’élabore en deux temps : (1) un dispositif d’ateliers interdisciplinaires qui permet de renforcer la collaboration avec les acteurs de terrain afin d’ouvrir des pistes de recherche validées par le collectif (chercheurs + consortium + acteurs de terrain) (2) Puis un dispositif d’approfondissement de l’enquête fondé sur un triple outillage
d’observation (audiovisuel, obs. directe/entretiens, cartes). Cette méthodologie vise à permettre l’appréhension, sous différents angles, des questions écosystémiques qui se posent aux habitant.es de l’oasis. Elle permet enfin d’évaluer collectivement le processus complexe de régénération.

Ateliers interdisciplinaires

L’émergence du consortium de chercheur-euse-s évoqué plus haut s’est notamment structurée autour de la mise au point d’un dispositif de recherche collectif, mis à l’épreuve et progressivement affiné au cours de la dernière décennie (Breviglieri & Goeury 2021). Ce dispositif repose sur la tenue d’ateliers interdisciplinaires dont la structure et le contenu ont été pensés de manière à répondre de manière originale aux grands enjeux du travail ethnographique : décentrement ; familiarisation au terrain ; réflexivité ; mise en récit ; interdisciplinarité. Notre projet prévoit la tenue d’un atelier par année. Chaque atelier durera entre 5 et 6 jours et inaugurera une période de terrain de six à huit semaines.
Le principe de l’atelier interdisciplinaire consiste à réunir une équipe étrangère au contexte de recherche et une équipe ancrée localement. La collaboration et l’échange de points de vue entre les deux équipes vise à permettre à la fois un travail de familiarisation bienveillant pour l’équipe en visite et un travail de défamiliarisation, d’explicitation et de réflexivité pour l’équipe accueillante. L’ensemble du groupe est logé, durant le temps de l’atelier, dans un même lieu où est aménagé à la fois un espace de travail commun et des niches permettant un travail en sous-groupe.

Le temps de l’atelier est, dans les grandes lignes, structuré comme suit :

• Chaque atelier débute par un moment d’exploration in situ (dans les lieux pressentis pour l’étude) et en commun (jour 1).

• Dans la soirée a lieu un regroupement, qui est l’occasion d’un retour discursif sur l’expérience de la déambulation. Une attention particulière est portée à la création d’une atmosphère de partage et de bienveillance à même d’autoriser les contributions émanant des participants potentiellement moins assurés (plus jeunes ; maîtrisant moins bien la langue de travail ; ne bénéficiant pas d’une assise institutionnelle aussi forte que d’autres, etc.). Cet échange permet l’expression de premières interrogations et observations. Celles-ci sont progressivement prises en charge par des sous-groupes, qui s’engagent dans une collaboration rapprochée pour le reste du séjour. Chaque sous-groupe collabore avec des acteurs de terrain pour co-construire une problématique pertinente localement.

• Suit un approfondissement des premières pistes identifiées (jours 2 et 3). L’attention portée aux dimensions sensibles de l’environnement est privilégiée (Ingold 2013), dans la mesure où “l’expérience partagée des ambiances ouvre une perspective méthodologique intégrative et collaborative permettant de transcender certaines frontières disciplinaires : tout individu est rapidement en mesure de partager, de discuter et d’analyser collectivement l’essence encore ambigüe de ce qui fait ambiance” (Ibid., p.13). Vers le milieu du séjour “s’établit donc assez spontanément un travail de délimitation et de tri parmi les lignes de préoccupation retenues” (Ibid., p.40).

• Le dernier temps de l’atelier (jours 4 à 6) permet de clore -temporairement – le cycle d’exploration en cours, alors qu’entre en jeu la question de la mise en forme intermédiaire des résultats de l’atelier. En effet, les moments réguliers de mise en récit collectif préfigurent un travail de rassemblement entre les différentes contributions, qui peuvent prendre des formes très diversifiées : textes ; croquis; photographies; cartes; enregistrements sonores; films; et. Celles-ci sont d’abord réunies dans un carnet de recherche en ligne (voir pt. 2.2), avant de trouver une forme plus aboutie sous forme de livre, d’article ou de film.

Outre le potentiel heuristique de ces ateliers – qui permettent de confronter collectivement les hypothèses de travail à la réalité et d’engager des pistes de collaboration avec les acteurs de terrain impliqués – ce dispositif offre des opportunités de formation très stimulantes. Il donne en effet la possibilité de recevoir des étudiants venant, à proportions égales, de Suisse et du Maroc. Chaque membre du consortium scientifique prend généralement en charge deux étudiants qui s’impliquent dans les travaux et rédigent un article du carnet de recherche Zerka. Les membres du consortium qui se sont engagés à participer aux ateliers interdisciplinaires sont : Zakaria Kadiri (ingénieur agronome) ; Irène Carpentier (géographe) ; Mohamed Mouskite (historien) ; Khadija Zahi (sociologue) ; Hind Ftouhi (agronome/sociologue) et Salima Naji (architecte et anthropologue). Pour des informations détaillées sur leur appartenance institutionnelle, leur statut, leur intérêt à contribuer au projet ainsi que sur la nature de leurs interventions du fait de leurs domaines d’expertises (voir
lettre de soutien du consortium).

Trois modes d’enquête complémentaires

Entretiens, parcours commentés et observations directes
L’enquête approfondie procédera par le suivi qualitatif d’un corpus de personnes investies dans la palmeraie de Tiznit et autour du projet de la STEP. L’objectif est d’accéder aux points de vue et perspectives de ces personnes sur les transformations de leur écosystème (technique, institutionnel, vivant) et, plus loin, d’analyser la consistance d’une citoyenneté agri-urbaine et les modes d’énonciation d’une mobilisation pour la cause écologique (ou son absence).

Entretiens et parcours commentés : nos entretiens se présenteront sous deux aspects. Certains entretiens seront effectués sur les lieux de travail, suivant une grille thématique composée par l’équipe de recherche. Leur objectif est de saisir sur la durée l’impact systémique du projet à différentes étapes. Ils permettront d’obtenir une évaluation justifiée des transformations et opportunités technologiques, des changements sociaux et institutionnels en cours, et enfin des mutations du milieu vivant constatées. Des axes seront schématiquement établis pour garantir une convergence dans le recueil des données (a. quels changements sont intervenus dans les choix techniques ; b. comment évoluent les relations avec les autres usagers de la palmeraie, l’association des irrigants, la municipalité ; c. les cultures -nouvelles espèces, diversification, élevage- ont-elles été réorientées ?).
D’autres entretiens, moins formels, seront réalisés selon la méthode des « parcours commentés » (Thibaud, 2001 ; Tixier et al. 2015). Leur objectif est d’avoir accès aux perceptions sensibles et situées des acteurs de terrain (la méthode consiste à déployer verbalement des ressentis sur les choses vues, senties ou écoutées, tout en se déplaçant dans l’espace). Un thème essentiel consiste à cerner les impacts perçus sur la biodiversité dont les habitant-e-s impliqués dans la palmeraie ont généralement une perception fine (chants d’oiseaux, végétation entre les plants, présence d’insectes, parfois de poissons dans les canaux d’irrigation). Ces parcours commentés seront réalisés auprès du corpus d’enquêtés (cf infra) : ils seront proposés et réalisés uniquement selon un arrangement trouvé. Autrement dit, nous ne pouvons pas anticiper le nombre de parcours commentés qui seront réalisés, et à quel moment dans notre programme. Ces parcours commentés sont enregistrés et ne font pas nécessairement l’objet d’une retranscription précise. Seuls des traits de perception intéressants sont retranscrits et partagés avec le collectif d’enquêteurs.
Observations directes : les entretiens seront précédés de périodes d’observation directe dans les secteurs concernés (prises de
note, photographie, croquis). Les observations, comme les parcours commentés, permettront de fournir un arrière-plan sensible à l’enquêteur afin de mieux pouvoir contextualiser ses propos dans l’entretien. Les observations seront réalisées lors des ateliers puis tout au long des séjours d’enquête.
Corpus : chaque chercheur de l’équipe principal suivra sur la durée de l’enquête dix individus (corpus 1) impliqués sur les parcelles et de deux personnes impliquées de près ou de loin dans le projet d’installation de la STEP (ingénieurs de l’agence de coopération, opérateurs de la STEP, fonctionnaires de la municipalité, responsables des associations d’irrigants) (corpus 2).

Pour le corpus 1, trois critères seront privilégiés pour le choix des personnes : 1) Les données démographiques (diversité en termes d’âge, de genre, de situation familiale, de profession) ; 2) La nature des activités (investigation sur un large éventail de pratiques : individuelles ou collectives ; cultures saisonnières ou annuelles, destinées au marché, au loisir ou à la consommation domestique ; type de production – fruit, légume, céréale -) ; 3) La taille de la parcelle agricole.

Pour le corpus 2, la désignation du chercheur en charge du suivi dépendra de la langue de communication choisie par l’enquêté (allemand, français, darija/tachehlit)

Faisabilité : conformément aux principes éthiques (Genard & i Escoda, 2019), les personnes choisies seront majeures et librement consentantes pour participer à l’enquête. Lors des rendus écrits, les enquêtés seront anonymisés. Certains membres de l’équipe de recherche ont déjà tissé des relations cordiales avec un ensemble d’acteurs de terrain qui allaient bénéficier de l’eau épurée pour irriguer leurs champs. Il s’agit d’un point de départ stabilisé qui pourra être étendu de proche en proche dans le cadre du nouveau projet. Les entretiens se dérouleront dans la langue choisie par les interlocuteurs (en tachelhit ou en darija principalement). Plusieurs chercheurs francophones ne maîtrisent pas l’idiome local (le requérant ainsi que la post-doc et, éventuellement, le.a doc). Ils devront donc être accompagnés d’un-e traducteurtrice arabo-berbérophone. Concernant ce point, des traducteurs-trices qualifiés-ées ont déjà pu être identifiés-ées lors des précédentes recherches réalisées. Ils-elles ont été supervisés-ées par les membres de l’équipe élargie (consortium) rattachés aux universités Cadi Ayyad de Marrakech et Hassan II de Casablanca. Ce dispositif a donné lieu à des réflexions stimulantes autour de la richesse du vocabulaire local rattaché aux multiples dimensions spécifiques du contexte oasien. Les entretiens seront enregistrés après accord des personnes puis retranscrits et traduits en français par ces mêmes traducteurs. La traduction donnera lieu à des moments d’échange spécifiques avec les chercheurs francophones. Des ressources suffisantes ont été prévues dans le budget pour ce travail de traduction.

Documents filmiques et sonores

Une partie importante de l’enquête consistera à collecter des documents sonores et audiovisuels – aujourd’hui très rares – autour de l’agroécologie oasienne. Marc Breviglieri, qui a acquis au fil de ses recherches une expérience consolidée de la pratique du film ethnographique et de l’usage des sons comme instruments d’enquête, sera en charge de ce volet.
L’objectif consistera à monter un film documentaire et à composer une archive sonore stockée sur la plateforme Cartophonie (cf infra). Nos précédentes recherches nous ont déjà permis de filmer des gestes ponctuels dans l’espace oasien. Cette première étape a fait l’objet d’un moyen métrage (« Fertilité ou le chant des mains », Breviglieri, 2020) présenté récemment à la Maison des Sciences de l’Homme Monde, dans le cadre des Rencontres Cinéma documentaire et sciences humaines de Nanterre. La pratique filmique demande une appréhension du terrain bien particulière (Pink & al. 2021). Elle répond, dans notre recherche, à deux ambitions distinctes :

● Produire une observation et une analyse du rapport pratique à l’eau, à la terre et au végétal. Nous plaçons notre démarche dans la lignée des travaux anthropologiques de Leroi-Gourhan (capture cinématographique au profit de l’analyse du geste technique) et de Claudine de France (distinction film d’exposition/film d’exploration). Toutefois, à la différence de Leroi-Gourhan, la focale ne sera pas mise sur l’utilisation de l’objet technique. De même, nous nous appuierons fortement sur la dimension sonore enregistrée, à la différence C. de France qui mettait surtout l’accent sur l’image.

● Offrir une reconnaissance valorisante de la diversité des gestes techniques perçus dans leur écosystème. La constitution d’archives
visuelles et sonores constitue un patrimoine immatériel fondamental. Elles témoignent par ailleurs des formes d’attachement à la diversité présente dans les écosystèmes oasiens ; attachements qui ne peuvent être résumés aux simples discours relatifs au sentiment d’appartenance.
Ces archives, pouvant être portées par les différents membres du projet, trouveront un public à travers des festivals de film documentaire (ex : Visions du réel, Nyon ; Festival du film vert, Suisse romande ; Festival international des films d’environnement, Chefchaouen ) ; des congrès à la croisée des sciences humaines et des arts visuels et sonores (par exemple le récent Unheard Landscape – International Symposium on Soundscape) ; des expositions, notamment en collaboration avec les institutions muséales locales, comme le musée de Tiznit. Celui-ci se montre disposé (cf. lettre de soutien), par l’intermédiaire de Salima Naji (membre de notre consortium) qui en est l’architecte, à valoriser les traces patrimoniales issues de nos investigations. Au total, ce travail filmique permettra non seulement une réflexion sur les méthodologies d’investigation en sciences sociales, mais aussi sur les modalités de diffusion publique des connaissances scientifiques, et enfin sur les possibilités de synergies avec les partenaires locaux : collaboration à la production, à l’exposition et à la valorisation tant du patrimoine immatériel local que des résultats scientifiques obtenus.

Matériel et moyens spécifiques : lors des moments de collecte audiovisuelle, l’équipe de tournage sera constituée de deux personnes, une en charge de l’image et une autre du son. Il s’agit d’être dans un format s’approchant du cinéma ethnographique, avec un matériel de tournage léger. À cette fin, nous tournerons en 4K, une qualité d’image répondant aux exigences audiovisuelles actuelles, tout comme le son sera lui enregistré dans la qualité la plus haute possible (96Khz/32bit), mais en adéquation avec la souplesse requise par le terrain, associé à une panoplie de micros spécifiques afin de pouvoir enregistrer tant les ambiances que les voix. Le matériel d’enregistrement sonore, déjà à disposition, se compose d’un Zoom H4n Pro2 et Rode NT43. Les enregistrements sonores pourront être stockés dans la collection Cressound4 géré au CRESSON (Centre de recherches sur l’espace sonore et urbain, École national d’architecture de Genoble, dont est membre Marc Breviglieri) et une partie des sons remarquables, dès lors qu’ils seront géo-localisables, pourront être transférés et rendus publics sur le site Cartophonies établi par le même CRESSON5. Le travail sur le sonore (mixage et composition de bande-son pour le film) sera réalisé par une paysagiste sonore (Olga Kokchoreva). Le matériel audiovisuel récolté sera monté par le vidéaste Laurent Valdès à la HETS-GE. Celle-ci possède plusieurs stations de montage vidéo équipées du logiciel Blackmagic DaVinci Resolve, un programme reconnu et utilisé par les professionnels de l’audiovisuel.

Faisabilité : la question de la diffusion et de l’exploitation des images fera l’objet d’un accord formalisé et explicite auprès des personnes présentes à l’image. Cf. Data Management Plan.

Cartographie

Le dispositif d’entretien et de réalisation d’images filmiques sera complété par une analyse spatiale fine des pratiques et surtout des soins apportés aux végétaux. La partie cartographique sera assurée par David Goeury. En effet, David Goeury a entrepris depuis 2015 un travail régulier de suivi cartographique du périmètre de la palmeraie de Tiznit. Il a notamment montré comment la diversité des ressources en eau participait d’un éclatement du périmètre irrigué oasien qui est aujourd’hui morcelé (Goeury et Leray, 2017). Trois études cartographiques, réalisées dans le cadre de mémoires de Master dirigés par lui, ont permis, à partir d’un SIG, de documenter cette complexité. La première a pris la forme d’une cartographie des pratiques culturales montrant la marqueterie complexe des parcelles agricoles dans un contexte de pénurie d’eau collective et de repli des agriculteurs sur des stratégies individualistes de pompage de la nappe (Leray, 2016).
En 2017, elle a été complétée par une cartographie de la biodiversité qui servira de base comparative dans notre recherche où seront pointées les reconfigurations végétales et observés leur impact sur les pratiques et les représentations de celles et ceux qui cultivent ou collectent (Gaucher, 2017). Enfin, en 2021, une étude de l’utilisation du nouveau réseau d’irrigation issu de la station de filtration a été ébauchée, pointant les difficultés techniques (pannes et fuites) venant perturber le
dispositif (Perrot, 2021).
L’objectif est désormais de combiner de ces trois approches en trois couches d’informations (les dispositifs techniques d’irrigation, les pratiques agricoles, la variété des végétaux) au sein d’un SIG élaboré à partir du logiciel libre QGIS, que nous actualiserons chaque année. Nous avons à présent une base de données constituée d’observations menées entre février et avril. Nous discuterons avec l’ensemble des partenaires de la période jugée la plus pertinente pour disposer de données temporelles d’intérêt au regard des aléas saisonniers.
Au sein de ce SIG, nous ajouterons deux nouvelles informations
liées aux effets même de la réutilisation des eaux usées. La première sera composée des relations étroites entre dispositifs techniques et revendications d’équité d’accès à l’eau. La réutilisation des eaux urbaines s’inscrit dans un cadre compensatoire suite à la dépossession historique, durant la période coloniale, des agriculteurs de Tiznit de leurs droits d’eau. Cependant, le redéploiement du réseau censé répondre à la demande de réparation vient fournir une eau qui ne couvre aucunement tout le périmètre , et dont la quantité tout comme la qualité diverge de l’eau historique. Par conséquent, nous posons l’hypothèse que vont émerger des revendications complexes amenant à des tensions entre les usagers de l’eau épurée et les pouvoirs publics. Il s’agira alors de cartographier ces revendications ou ces controverses et de les mettre en perspective avec les trois couches précitées pour les ancrer territorialement.
La seconde information sera composée des localisations des pratiques de plusieurs enquêtés afin de comprendre comment sont articulés les différents espaces au sein du périmètre. La variété des systèmes d’irrigation, la diversité des mises en culture, la présence de terres en jachère, de terres collectives, de lieu d’écoulement et la pluviométrie aléatoire amène à considérer l’espace oasien comme un ensemble de niches écologiques particulières dans lesquelles s’articulent des compositions et de symbioses spécifiques (entre le technique, l’humain et le végétal). Il s’agira en particulier, dans le SIG, de spatialiser l’évolution des pratiques au sein de ces niches pour montrer comment s’organisent des trajectoires de subsistance, de collecte, de respect du vivant.
L’outil du SIG doit être complété par une étude plus fine de parcelles remarquables à grande échelle. Les images par satellites permettant de proposer une image du couvert végétal et la construction de carte en vue zénithale doivent être complétées par d’autres modalités de représentation. Celles-ci devront notamment permettre de saisir les relations étagées des différentes strates arborées. Des coupes paysagères mais aussi des perspectives plus dessinées pouvant permettre de rendre compréhensible la richesse des organisations végétales et leurs évolutions. Ainsi, les logiques de projets mais aussi les aléas climatiques pourront être restitués en mettant en image la dimension chronologique sur la durée (Brès et al. 2017).
Enfin, un travail sur les outils de représentation iconographique et cartographique sera mené pour analyser la densité des pratiques et des soins apportés aux végétaux. Une importante réflexion sur la composition des représentations sera aussi déployée pour essayer de cerner la spatialisation des trajectoires relationnelles symbiotiques – soit l’évolution des connexions interspécifiques – et d’échapper aux simplifications produites par les choix cartographiques classiques. Ce travail collaboratif se fera avec les propriétaires pour réfléchir à la pertinence des représentations mais aussi à la composition et l’importance des micro-aménagements.

Risques et moyens spécifiques : plus les échelles de représentation seront fines, plus elles nécessiteront le consentement éclairé
des propriétaires. Certaines parcelles et surtout jardins sont protégés par des murs et car ils abritent des plantes ou des animaux plus fragiles ou à plus forte valeur monétaire. Ainsi par exemple, la discrétion est de mise sur l’élevage et tout particulièrement pour les bovins, du fait de la forte valeur de ces animaux et des risques de vols. Il s’agira donc de préserver cette discrétion et de ne pas dévoiler des éléments pouvant exposer les propriétaires. Les dessins des parcelles seront stylisés et surtout elles ne seront pas localisées précisément (Brès & al. 2017).

BIBLIOGRAPHIE

  • Abram, David. 2013. Comment la terre s’est tue. Pour une écologie des sens. Paris : La Découverte.
  • Agrawal, Arun. 2001. « Common property institutions and sustainable governance of resources ». World development 29 (10): 1649-72.
  • Alarcon, Lucie. 2008. « “Maintenant, faut presque être ingénieur pour être agriculteur”. Choix et usages des formations professionnelles agricoles dans deux familles d’agriculteurs ». Review of Agricultural and Environmental Studies-Revue d’Etudes en Agriculture et Environnement (RAEStud) 88 (906-2016-71247): 95-118.
  • Aspe, Chantal (dir.). 2012. De l’eau agricole à l’eau environnementale. Résistance et adaptation aux nouveaux enjeux de partage de l’eau en
  • Méditerranée. Nançy: Editions Quae.
  • Association Femmes du Sud. 2014. Situation des mères célibataires. Agadir, Maroc.
  • Barrière, Olivier. 2012. « Changement climatique et droit de l’homme: vers un droit de la coviabilité des systèmes sociaux et écologiques? » In Changements climatiques et droits humains. Daniel Dormoy et Camille Kuyu. Carnoules : Éditions de l’Espérance, 227-250.
  • Battesti, Vincent. 2013. « Des ressources et des appropriations. Retour, après la révolution, dans les oasis du Jérid (Tunisie) ». Études rurales, no 192: 153-75.
  • Bekkari, Lahssan, et Isabel Yépez del Castillo. 2011. « L’appropriation du modèle d’association d’usagers de l’eau par une communauté villageoise du Moyen Atlas au Maroc ». Cahiers Agricultures 20 (1-2): 73-77.
  • Belaidi, Samir, Foued Chehat, Salima Salhi, et Nouara Boulfoul. 2019. « L’adoption de nouvelles techniques agricoles : Cas de la technique d’irrigation localisée (Goutte à goutte) dans la Mitidja ». International Journal of Scientific Research and Engineering Technology (IJSET) 7: 42-48.
  • Belarbi, Aïcha. 1995. Femmes rurales. Casablanca : Le Fennec.
  • Ben Fraj, Tarek., Abdelkhalek Abderrhahmen, H. Ben Ouezdou, Emmanuel Reynard, Marianne Milano, Martin Calianno, et
  • Jean-Michel Fallot. 2016. « Les Jessour dans le Sud-est tunisien: Un système hydro-agricole ancestral dans un milieu aride ». In Climat et pollution de l’air. Actes du XXIXe colloque de l’Association Internationale de Climatologie, Besançon (France) du 6 au 9 juillet 2016, 193-98.
  • Bergandi, Donato, et Patrick Blandin. 2012. « De la protection de la nature au développement durable : Genèse d’un oxymore éthique et politique ». Revue d’histoire des sciences 65 (1): 103-42.
  • Bestelmeyer, Brandon T., Michael C. Duniway, Darren K. James, Laura M. Burkett, et Kris M. Havstad. 2013. « A test of critical thresholds and their indicators in a desertification-prone ecosystem: More resilience than we thought ». Ecology letters 16 (3): 339-45.
  • Boisvert, Valérie. 2013. « Marchandisation ou patrimonialisation? L’économie de la biodiversité en perspective ». Effervescence patrimoniale au Sud: Entre nature et société, 27-54.
  • Bosc, Pierre-Marie, Vincent Dollé, Gilles Peyron, G. Pocthier, Paulette Tailly, Jacques Brun, Jacques Conforti, et Max Reynes. 1991. « Agronomie Oasienne. Projet de Coopération Franco-Tunisien. Proposition d’un projet de Coopération technique:” Recherches pour le Développement de l’agriculture d’oasis dans le Sud Tunisien”. Rapport de missions Synthèse et propositions ».
  • Bossenbroek, Lisa. 2019. « Les ouvrières agricoles dans le Saïss au Maroc, actrices de changements sociaux ? » Alternatives Rurales
    7: 97-110.
  • Breviglieri, Marc. 2020. « Le portrait gênant. Amina Sboui sous le poids des regards ». SociologieS. 22
  • Breviglieri, Marc, et Vincenzo Cicchelli (dir.). 2007 « Adolescences méditerranéennes. L’espace public à petits pas ». Paris : L’Harmattan.
  • Breviglieri, Marc, et David Goeury. 2021. « Des ateliers exploratoires face à un monde découvert. Fabriquer des cohabitations scientifiques » in Breviglieri, Marc, Noha Gamal Said, et David Goeury. Résonances oasiennes. Approches sensibles de l’urbain au Sahara. Genève : MētisPresses.
  • Breviglieri, Marc, et Imen Attia Landoulsi. 2016. « Gestes publics d’appropriation et phénoménalisation progressive d’une ambiance. Autour d’une source sacrée intégrée à la réhabilitation d’une médina (Tiznit, Maroc) ». In Ambiances, tomorrow. Proceedings of 3rd International Congress on Ambiances. Septembre 2016, Volos, Greece, 1: p-105. International Network Ambiances; University of Thessaly.
  • Breviglieri, Marc, Noha Gamal Said, et David Goeury (dir.). 2021. Résonance oasiennes. Approches sensibles de l’urbain au Sahara.
    Genève : MētisPresses.
  • Charbonnier, Pierre. 2019. Abondance et liberté : une histoire environnementale des idées politiques. Paris : La Découverte.
  • Condom, Nicolas, et Rémi Declercq. 2016. « Réutilisation des eaux usées pour l’irrigation agricole en zone périurbaine de pays en développement : pratiques, défis et solutions opérationnelles ». Rapport ECOFILAE.
  • Cumming, G. S., G. Epstein, J. M. Anderies, C. I. Apetrei, J. Baggio, Örjan Bodin, S. Chawla, H. S. Clements, M. Cox, et L. Egli. 2020. « Advancing understanding of natural resource governance : a post-Ostrom research agenda ». Current Opinion in Environmental Sustainability 44 : 26-34.
  • Dakhlia, Jocelyne. 2013. L’oubli de la cité : la mémoire collective à l’épreuve du lignage dans le Jérid tunisien. La Découverte.
  • Dardot, Pierre, et Christian Laval. 2014. Commun : essai sur la révolution au XXIe siècle. Paris : La Découverte.
  • De Zeeuw, Henk, René Van Veenhuizen, et Marielle Dubbeling. 2011. « The role of urban agriculture in building resilient cities in developing countries ». The Journal of Agricultural Science 149 (S1): 153-63.
  • Deau, Olivier, et David Goeury. 2020. « La fin des notabilités urbaines ? Opinions, engagements et votes des citoyens urbains marocains. Entre nouvelles formes militantes et désaffiliation politique. Leçons de cinq observatoires urbains ». Maghreb-Machrek 243 (1) : 57-75.
  • Delannoy, Isabelle. 2017. L’économie symbiotique : Régénérer la planète, l’économie, la société. Éditions Actes Sud.
  • El Faïz, Mohammed. 2015. Agronomies et agronomes d’Al-Andalus (XI-XIVe s.). Au service de l’agriculture familiale. Casablanca : Éditions la Croisée des Chemins.
  • El Jamali, Hasnaa. 2013. « Community-based Water Management: The Oasis of Figuig, Morocco: Recent Extensions and Transformations ». International Journal of Environmental Monitoring and Analysis. 1(5) : 213
  • Elloumi, Mohamed, et Anne-Marie Jouve. 2003. Bouleversements fonciers en Méditerranée : des agricultures sous le choc de l’urbanisation et des privatisations. Paris : Karthala Éditions.
  • Ennabih, Amal, et Pierre-Louis Mayaux. 2020. « Depoliticising Poor Water Quality: Ambiguous Agreement in a Wastewater Reuse Project in Morocco ». Water Alternatives 13 (2): 266-85.
  • Ernwein, Marion, et Joëlle Salomon-Cavin. 2014. « Au-delà de l’agrarisation de la ville: l’agriculture peut-elle être un outil d’aménagement urbain? Discussion à partir de l’exemple genevois ». Géocarrefour 89 (89/1-2) : 31-40.
  • Faysse, Nicolas, Mostafa Errahj, Marcel Kuper, et Mohamed Mahdi. 2010. « Learning to voice? Evolving roles of family farmers in the coordination of large-scale irrigation schemes in Morocco ». Water Alternatives 3(1): 48-67.
  • France (de), Claudine. 2019 (1979). « Corps, matière et rite dans le film ethnographique ». In Pour une anthropologie visuelle. Recueil d’articles. Berlin, Boston : De Gruyter Mouton
  • Ftaïta, Toufik. 2011. « Community water management. Is it still possible? Anthropological perspectives ». Anuário Antropológico 36 (1): 195-212.
    23
  • Ftouhi, Hind, Zakari KADIRI, et Mohamed Mahdi. 2020. « The Civil Society, the Commune, the Parliament: strategies for political promotion of young rural leaders in the province of El Hajeb, Morocco ». Revista de Estudios Internacionales Mediterráneos, no 28: 86-103.
  • Gaucher, Arthur. 2017. « Analyse de la biodiversité selon la qualité des ressources en eau et des pratiques agricoles dans l’espace oasien de Targa et d’Attebane (Maroc) ». Mémoire de Master II “Environnements dynamiques des territoires et sociétés. Sorbonne Université, Paris.
  • Genard, Jean-Louis, et Marta Roca i Escoda. 2019. Éthique de la recherche en sociologie. De Boeck Supérieur.
  • Gilbert, Scott. F., Sapp, Jan et Alfred. I. Tauber. 2012. « A symbiotic view of life. We have never been individuals », Quartely Review of Biology, 87, pp. 325-341.
  • Gillot, Gaëlle. 2016. « Les coopératives, une bonne mauvaise solution à la vulnérabilité des femmes au Maroc ? » Espace populations sociétés. Space populations societies, no 2016/3.
  • Goeury, David. 2017. « Un bien commun amazighe face à l’urbanisation et à la mondialisation : le cas de la Targa de Tiznit ». in Amazighité, valeurs sociétales et le vivre ensemble, Actes du colloque international de la 13 e session de l’Université d’été d’Agadir.
  • Goeury, David. 2018. « Pour un retour des biens communs fonciers ? Réflexions autour de la mobilisation et de la défense d’un espace oasien (le cas de la Targa de Tiznit, Maroc) ». Belgeo. Revue belge de géographie, no 2.
  • Goeury, David. 2021. « Un retour des communs est-il possible ? Analyse d’une initiative pionnière de réutilisation des eaux urbaines épurées pour l’irrigation à vocation agricole dans une cité oasienne (Tiznit, Maroc) ». Grafigéo.
  • Goeury, David, et Louis-Emmanuel Leray. 2017. « Résilience, résistance et reconnaissance. Destin de l’agriculture urbaine oasienne à Tiznit (Maroc) ». Géographie et cultures, no 101 : 59-77.
  • Grippon, Felix, Bruno Romagny, Aderghal Mohammed, Genevieve Michon, et Saïda Loqmane. 2019. « L’essor de l’agroécologie au Maroc : quelques enseignements tirés du proche arrière-pays de Rabat ». In Communication pour la 7e édition du Forum Origine diversité et territoires (ODT) « Agroécologie : transition multiple des territoires », atelier 5 « Les transformations des systèmes alimentaires agricoles et industriels induites par l’agroécologie », Université de Lausanne.
  • Gururani, Shubhra. 2002. « Construction of third world women’s knowledge in the development discourse ». International Social
    Sciences Journal 54(173): 313-323.
  • Hache, Émilie (dir.). 2012. Ecologie politique. Cosmos, communautés, milieux. Paris: Amsterdam Editions.
  • Hawken, Paul. 2021. Regeneration: Ending the climate crisis in one generation. New York: Penguin.
  • Hellström, Tomas. 2007. « Dimensions of environmentally sustainable innovation: the structure of eco-innovation concepts ». Sustainable development 15 (3): 148-59.
  • Hendawi, Mohamed. 2006. Étude des pertes d’eau par évaporation et dérive sur un jet d’asperseur. Thèse de doctorat, Université
    de la Méditerranée (Aix Marseille 2).
  • Houdret, Annabelle, et Hichem Amichi. 2020. « The rural social contract in Morocco and Algeria: reshaping through economic liberalisation and new rules and practices ». The Journal of North African Studies, 1-22.
  • Houzir, Meriem. 2018. Femmes oasiennes et changement climatique au Maroc. Fondation Henrich Böll Afrique du Nord.
  • Ingold, Tim. 2013. Making: Anthropology, archaeology, art and architecture. Londres; New York: Routledge.
  • Kadiri, Zakaria, Marcel Kuper, Nicolas Faysse, et Mostafa Errahj. 2009. « Local transformation of a state-initiated institutional innovation: The example of water users’ associations in an irrigation scheme in Morocco ». Irrigation and drainage 58 (S3): S346-57.
  • Lane, Shahinda. 2016. « Elche, de l’oasis à la ville parc ». Tous urbains, no 2 : 10-11.
  • Larabi, Abdelkader, Mohamed Jalal El Hamidi, Mohamed Faouzi, et Ilias Bouaamlat. 2016. « Modeling the impacts of climate change on the aquifers in Morocco ». In 7th International Conference on Water the Resources and Arid Environments (ICWRAE 7), 4-6.
  • Larrère, Catherine. 2012. « L’écoféminisme : féminisme écologique ou écologie féministe ». Tracés. Revue de sciences humaines, no 22 : 105-21.
  • Le Goulven, Patrick, Guillaume Lacombe, Julien Burte, Alain Gioda, et Roger Calvez. 2009. « Techniques de mobilisation des ressources en eau et pratiques d’utilisation en zones arides : bilans, évolutions et perspectives ». Sciences et changements planétaires 20(1) : 17-30.
  • Leclerc, Olivier, et Tatiana Sachs. 2020. « Gouverner par les incitations. La diffusion d’une logique incitative dans le droit du travail ». Revue française de socio-économie, no en lutte : 121-35.
  • Leonardelli, Irene, Lisa Bossenbroek, Hind Ftouhi, Zakaria Kadiri, Sneha Bhat, Seema Kulkarni, Meriem Farah Hamamouche, Mohamed Amine Saidani, Margreet Zwarteveen, et Jeltsje Sanne Kemerink-Seyoum. 2021. « COVID-19 in Rural India, Algeria, and Morocco: A Feminist Analysis of Small-Scale Farmers’ and Agricultural Laborers’ Experiences and Inventive Practices ». Frontiers in Human Dynamics, 17.
  • Leray, Louis Emmanuel. 2016. « Quelles perspectives d’évolution pour une oasis sud marocaine en milieu urbain ? L’exemple de Targa à Tiznit ». Mémoire de Master II “Mondialisation, dynamiques spatiales et développement durable dans les pays du Sud. Sorbonne Université, Paris.
  • Lestrange (de), Roselyne, Jacques Baudry, Baptiste Veroone, Joelle Zask (dir.). 2022. (Nouvelles) agricultures métropolitaines. Bruxelles : MetroLab Series.
  • Linstädter, Anja, et Gisela Baumann. 2013. « Abiotic and Biotic Recovery Pathways of Arid Rangelands: Lessons from the High Atlas Mountains, Morocco ». CATENA, Long-term degradation of fragile landscape systems, 103 (avril): 3-15.
  • Lowenhaupt Tsing, Anna. 2017. « Le champignon de la fin du monde ». Sur les possibilités de vivre dans les ruines du capitalisme, trad. par P. Pignarre, Paris : La Découverte.
  • Marouf, Nadir. 1980. Lecture de l’espace oasien. Paris : Sinbad.
  • Martin, Hélène. 2012. « Sexuation, valorisation et particularisation des « femmes chefs d’entreprise » dans la région d’Agadir (Maroc) ». SociologieS (en ligne).
  • Mazzanti, Massimiliano. 2018. « Eco-innovation and sustainability: dynamic trends, geography and policies ». Journal of Environmental Planning and Management 61 (11): 1851-60.
  • McKinney, Michael L. 2002. « Urbanization, Biodiversity, and Conservation ». Bioscience 52 (10): 883-90.
  • Merchant, Carolyn. 1996 Earthcare: Women and the environment. London and New York: Routledge.
  • Moisseron, Jean-Yves, Mustapha Ben El Ahmar, Bruno Romagny, Véronique Alary, Mohammed Aderghal, et Ouidad Tebbaa. 1992
  • Montanari, Bernadette, et Sylvia I. Bergh. 2019. « Une analyse genrée des activités génératrices de revenus (AGR) dans le cadre du Plan Maroc vert : à qui profite-t-il ? » Maghreb-Machrek, no 4 : 49-66.
  • Morizot, Baptiste. 2017. « Nouvelles alliances avec la terre. Une cohabitation diplomatique avec le vivant ». Tracés. Revue de sciences humaines, no 33 : 73-96.
  • Morizot, Baptiste. 2020. Manières d’être vivant : enquêtes sur la vie à travers nous. Arles : Éditions Actes Sud.
  • Naiha, Samira. 2006. Développement d’un SIG pour l’aide à la gestion des ressources en eau de la nappe côtière de Souss-Chtouka (Agadir, Maroc). Thèse de doctorat. École Mohammadia d’ingénieurs. Maroc.
  • Naji, Salima. 2019. Architectures du bien commun : pour une éthique de la préservation. Genève: Métis Presses.
  • Nations Unies, 2014, Examen des performances environnementales du Maroc, Synopsis
  • Organisation mondiale de la santé (OMS). 2012. Directive pour l’utilisation sans risque des eaux usées, des excreta et des eaux ménagères.
  • Ostrom, Elinor. 1990. Governing the commons: The evolution of institutions for collective action. Cambridge : Cambridge University Press.
  • Pascon, Paul. 1980. « Le technicien entre les bavures et le bricolage ». Études rurales. Idées et enquêtes sur la campagne marocaine. Société marocaine des éditeurs réunis, 3-12.
  • Pascon, Paul. 1984. « La question hydraulique. Petite et moyenne hydraulique au Maroc ». Rabat : Graphitec.
  • Perrot, Lisa. 2021. La réutilisation des eaux usées épurées à vocation agricole : quelles reconfigurations pour le projet complexe de Tiznit ? Mémoire de master II « Environnement, Temps, Territoires et Sociétés ». Sorbonne Université, Paris.
  • Philifert, Pascale. 2010. « Maroc : des études urbaines saisies par le changement ? » Géocarrefour 85 (4) : 323-31.
  • Pink, Sarah, Harry Ferguson, et Laura Kelly. 2021. « Digital social work: Conceptualising a hybrid anticipatory practice ». Qualitative Social Work, 14733250211003648.
  • Puig, Nicolas. 2004. Bédouins sédentarisés et société citadine à Tozeur (Sud-Ouest tunisien). Paris : Karthala Éditions.
  • Rachik, Hassan. 1997. « Roumi et beldi. Réflexions sur la perception de l’occidental à travers une dichotomie locale ». Égypte/Monde arabe, no 30-31 : 293-302.
  • Sabourin, Eric. 2010. « L’entraide agricole : structuration et évolutions ». In Béguin Pascal & al. (dir.). Le travail en agriculture : son organisation et ses valeurs face à l’innovation. Paris : L’Harmattan.
  • Scott, James C. 2021. L’oeil de l’État : moderniser, uniformiser, détruire. Paris, La Découverte.
  • Shiva, Vandana. 1994. Staying Alive. Women, Ecology and Development. London: Zed Books.
  • Souami, Taoufik. 2003. Aménageurs de villes et territoires d’habitants. Un siècle dans le Sud du Sahara. Paris, L’Harmattan.
  • Supiot, Alain. 2015. La gouvernance par les nombres. Paris : Fayard.
  • Théroux-Séguin, Julie. 2016. « Morocco–From empowerment to transformative leadership: intersectional analysis of women workers in the strawberry sector of Morocco ». In Women in Agriculture Worldwide, 223-38. Routledge.
  • Thévenot, Laurent. 2017. « Arts of replanting common-places alive. Engaging with artful plants to communicate environmental care ». in Thorsen Line Marie (ed.) Moving plants (catalogue published in conjunction with the exhibition « Moving Plants ») Næstved Denmark: Rønnebæksholm, pp. 49-55.
  • Thibaud, Jean-Paul. 2001. « La méthode des parcours commentés ». In L’espace urbain en Méthodes, par Jean-Paul Thibaud et
  • Michèle Grosjean (dir.), 79-99. Marseille : Parenthèses.
  • Tixier, Nicolas, Pascal Amphoux, Jennifer Buyck, et Didier Tallagrand. 2015. « Transect urbains et récits du lieu. Des ambiances au projet ». In Ville, territoire, paysage. Vers un nouveau cycle de pensée du projet, 50-57. Saint-Etienne : Éditions des Presses Universitaires de Saint-Etienne.
  • Tozy, Mohamed. 2010. « Leaders et leadership. Configurations complexes, ressources politiques et influence potentielle des leaders dans le cas de l’oriental marocain’ ». In Pierre Bonte & al. (dir). Développement Rural, Environnement et Enjeux Territoriaux : Regards Croisés Oriental marocain et Sud-Est tunisien. Casablanca : La Croisée des Chemins, 363-78.
  • Truong, Nicolas. 2020. « Le tournant écopolitique de la pensée française ». Dossier Les penseurs du nouveau monde. Le Monde.
  • Virno, Paolo. 2002. Grammaire de la multitude : pour une analyse des formes de vie contemporaines. Paris : Éditions de l’éclat.
  • Werren, Georgeta Gabriela. 2013. « Maps as risk mitigation tools. Adaptation of the Swiss hazard assessment and mapping methodology to a Moroccan site: Beni Mellal ». Thèse de doctorat, Institut de géographie et durabilité de l’Université de Lausanne.

LA SOURCE BLEUE ET L’URBANISATION DES OASIS DE MEDITERRANEE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search