Écoconstruction et Agroécologie en contexte oasien : des chemins d’innovation alternatifs pour une intégration renforcée des populations locales fragilisées (2019-2021)

Par Marc Breviglieri et David Goeury

Ce projet vise à mettre en place deux workshops aboutissant à la formalisation d’un axe de recommandations sur le plan technique, social et organisationnel destiné à des projets d’innovation dans le domaine de l’écoconstruciton et de l’agroécologie en lien avec les matériaux biosourcés. L’enjeu de tels projets est aujourd’hui avivé par les contextes critiques que vivent les environnements à forte contrainte comme l’arc Alpin mais aussi les espaces oasiens sahariens. Le recours à la paléoinnovation (redécouverte d’innovation du passé répondant aux questions contemporaines) offre des perspectives intéressantes en termes d’économie locale participative générant des effets en termes de formation et d’emploi, de renforcement du lien intergénérationnel, d’égalité de genre, de performance bioclimatique.

Enjeux du projet

Les espaces à forte contrainte ont connu de très importantes transformations depuis une cinquantaine d’années. Ces espaces emblématiques sont au cœur de dynamiques complexes aujourd’hui communes à tous les espaces impactés par le changement climatique rapide.

D’abord, ils ont connu une première vague de transformations associant croissance démographique, étatisation et rationalisation productive du fait d’un transfert massif des innovations principalement occidentales depuis la 2nde moitié du XXe siècle. Certaines innovations se sont avérées avoir un impact ambivalent.

Relevons les points clés, notamment au niveau des externalités négatives induites :

  • La spécialisation agricole a favorisé certains entrepreneurs suscitant de fortes inégalités sociales en faveur des propriétaires fonciers capitalistes. Cette vague d’innovations a donc nourrit un sentiment d’injustice entre gagnants et perdants. Une logique productiviste a entrainé la marginalisation du modèle du jardin-potager en strates de culture, une fragilisation de l’emploi et des vagues d’exode vers les centres urbains supposant l’abandon de nombreuses terres.
  • La diffusion d’innovations scientifiques et technologiques s’est largement accomplie selon une conception de l’évolution en termes de progrès façonnée par la modernité occidentale. On notera la généralisation de l’usage du béton induisant la démultiplication des équipements de climatisation, la pression grandissante sur les ressources en eau et en électricité et symétriquement, la déchéance de certains repères culturels (dont les structures politiques traditionnelles) et des savoir-faire oasiens.
  • Les écosystèmes historiques ont été particulièrement dégradés par ces transformations (pollution, déséquilibre écologique, chute de la biodiversité). Ce phénomène est renforcé par le dérèglement climatique qui intensifie les sécheresses, la salinisation des sols et les dégâts occasionnés par les possibles intempéries.
  • Les femmes sont disproportionnellement affectées du fait d’un accès inégal aux droits fonciers, aux facteurs de productions, à l’éducation ou au système bancaire.

Ce contexte, qui pourrait être celui d’une crise très profonde, est aussi le terreau de nouvelles dynamiques économiques, sociales et politiques. Depuis plusieurs années, des initiatives innovantes différentes s’appuyant sur d’autres paradigmes ont été implantées. Ces initiatives privées, entrepreneuriales ou associatives, visent à défendre des alternatives aux modèles de développement dominant, elles associent société civile, universitaires, militants, entreprises privées. Un foisonnement d’initiatives s’est entremêlé aux dynamiques post printemps arabe, posant la question de la gouvernance locale mais aussi du contrôle collectif des ressources rares. Retenons les cas de l’écoconsctruction et l’agroécologie qui questionnent actuellement des enjeux d’innovations très actuels en Suisse autour des matériaux biosourcés et des nouvelles relations au végétal mais qui sont encore trop peu questionné en synergie. Dans les deux cas, des schémas d’innovation sont enchâssés à des modèles participatifs à visée d’intégration économique et sociale.

Ambition du projet

Au sens large, la visée de ce programme sera donc de questionner les innovations à l’œuvre tant dans leur dimension technique que sociale et leur capacité à assurer la résilience de ces sociétés dans un contexte de contraintes climatiques croissantes et d’incertitudes politiques.

Pour ne pas conduire un projet uniquement dans un registre spéculatif, nous allons mettre en place des workshops d’environ 4/6 jours qui gravitent autour de deux sites ayant déjà mis en place des initiatives performantes d’écohabitation et d’agroécologie. Autour d’expériences concrètes, il sera alors plus aisé de décomposer les procédés à l’œuvre afin de mieux comprendre comment elles agrègent et mettent en synergies des innovations multiples (techniques et organisationnelles). Les sites envisagés sont les oasis marocaines de la province de Tata et les oasis du Jérid tunisien. Des échanges croisés auront lieu entre nos partenaires marocains et tunisiens dont une partie seront présents lors des deux workshops.

Objectifs du projet

L’écoconsctruction et l’agroécologie présentent des intérêts indissociablement écologiques, économiques et sociaux. Elles sont particulièrement liées par la question des matériaux biosourcés, de la gestion des ressources en eau, de la relation au végétal et de la capacité à utiliser les ressources végétales locales pour la production d’un habitat à même d’assurer un certain bien-être. Les objectifs de notre projet se confondent avec nos hypothèses que nous chercherons à clarifier et à vérifier. Ces hypothèses mettent en corrélation les projets d’écoconstruction et d’agroécologie avec les dimensions suivantes :

  • Une conformité aux attendus de la gouvernance pour le développement durable et permettent de rendre prioritaire des logiques de production et d’usage respectueuses de l’équilibre écosystémique.
  • Un abandon des modèles les plus productivistes et individualistes dont la croissance est le but ultime, au profit d’une économie locale collaborative fondée sur de nouvelles formes de vivre-ensemble, d’apprentissage collectif, de dynamiques d’intégration et d’agir en commun.
  • Une prévalence d’approches systémiques permettant d’envisager la possibilité d’un chemin social de l’innovation amenant à des effets d’intégration favorisant des acteurs souvent minorés et tenus à distance des initiatives innovantes (femmes et enfants sont bien souvent maintenus dans un statut de bénéficiaires et non d’acteurs ; la population âgée et les femmes sont aussi associés à la tradition et au conservatisme).
  • Une redécouverte d’innovation du passé à même de répondre aux questions contemporaines (paléoinnovation), valorisant un patrimoine (matériel et immatériel) qui structure un axe de dignité. Cette mise en valeur permet de symétriser les partenariats nord/sud, de s’émanciper de l’hégémonie dont jouissent encore certaines cultures intellectuelles européennes. Cela semble d’autant plus important que l’espace européen connaît aujourd’hui des failles qui appellent à une puissante remise en cause de son propre point de vue.

Ce projet s’intéresse aux dynamiques systémiques d’implémentation des innovations à impact écologique et comment ces dernières peuvent se multiplier et amener à un basculement des structures sociales. Il s’appuie sur une connaissance éprouvée du contexte marocain qui est pionnier dans l’adaptation par l’innovation à des milieux à forte contrainte climatique. Toutefois ces innovations restent la propriété des Sc de l’ingénieur et manquent à recevoir l’analyse compréhensive et critique des Sc sociales. L’arc alpin est aujourd’hui largement concerné par des problématiques comparables de contraintes relatives à son milieu, notamment à l’horizon du réchauffement climatique. Il s’y déploie toutefois un front d’innovation important autour de l’usage des matériaux biosourcés (construction en bois, isolants biosourcés, etc.). Pour cette raison nous souhaitons mettre en résonnance et en dialogue ces deux contextes, et permettre à la recherche et l’innovation suisse de trouver des motifs d’apprentissage, de partage et de diffusion ressources intellectuelles.

En se plaçant sous le regard du travail social, cette recherche voudrait permettre d’observer, d’analyser et de tester les conditions d’implémentation de deux innovations compatibles à impact écologique dans un contexte en grande transformation. Les transformations sociales dans les régions sahariennes et présahariennes embrassent des questions majeures parmi lesquelles nous pointons surtout (i) la déscolarisation, (ii) le fort taux de chômage affectant les jeunes, (iii) le défaut de pouvoir d’agir des femmes dans le domaine de l’entreprenariat et (iv) la crise de la transmission du savoir liée à une rupture du lien intergénérationnel. Ce projet présuppose ainsi d’envisager le travail social sous un angle étendu, considérant qu’il peut s’avérer proactif dans le processus participatif d’implémentation des innovations, qu’il doit pouvoir dialoguer de manière interdisciplinaire et qu’il puisse renforcer ses collaborations avec les acteurs du développement durable.

Ce projet cherchera à décloisonner la question de l’innovation en la faisant sortir des disciplines de la technique et du projet (architecture, ingénierie, agronomie, notamment) pour la faire entrer aussi dans les disciplines sociales (sociologie, sciences politiques, histoire) non pas a posteriori mais en amont, au moment du processus d’implémentation. Nous voulons donc considérer l’innovation en tant qu’elle peut dispenser simultanément un triple impact : social, technique et écologique. Le chemin d’innovation voit l’intégralité de ses structures sociales impactées et voit surgir conjointement des modifications profondes des rapports productifs, des rapports sociaux mais aussi des rapports environnementaux. L’innovation pourra donc avoir un impact sur les 4 domaines suivants :

  • la petite enfance et notamment via la question de la préscolarisation et des pédagogies dans le cadre de la promotion de l’écoconstruction et de l’agroécologie qui cible particulièrement le jeune public par la créativité avec le végétal.
  • l’emploi via les nouveaux modes de production : l’agroécologie et l’écoconstruction favorisent une intensité de main d’œuvre plus rémunératrice et non une concentration capitalistique
  • la participation des femmes : dynamiques de coopératives féminines autour de produits labellisés mais aussi intégration dans les processus d’éco-design, d’agro-écologie et d’éco-construction.
  • le vieillissement et la dynamique intergénérationnelle avec le retour des retraités mais aussi la question de la mémoire comme source d’inspiration ou au contraire frein à l’innovation

Les deux workshops auront concrètement pour but de fournir un axe de recommandations sur le plan technique, social et organisationnel destiné à des projets d’innovation dans le domaine de l’écoconstruciton et de l’agroécologie. Nous pourrons y trouver les points suivants :

  1. développer un protocole d’analyse entre les chemins d’innovation technique et le travail social notamment en essayant de mieux comprendre comment l’innovation est amorcée, décidée et appropriée à un niveau collectif et territorial.
  2. fournir, pour approfondir le point précédent et mesurer l’acceptabilité de l’innovation, une étude détaillée des externalités sociales de l’innovation (bien-être et conditions de vie ; justice spatiale, sociale et de genre ; rapport identitaire à l’innovation ; lien intergénérationnels ; création d’emploi)
  3. identifier les techniques et savoir-faire vernaculaires (paléoinnovation) qui s’imbriquent à des innovations technologiques récentes dans une perspective de contraintes bioclimatiques et de basculement dans une dynamique de soutenabilité forte et de résilience.
  4. identifier les coûts économiques structurels moyens, rappeler les contraintes administratives et juridiques majeures et incontournables
  5. établir des scénarios de conceptions de projet réalistes en nous appuyant sur des expériences vertueuses qui auront fait l’objet de visites et de réflexions. Ces modèles devront intégrer les dimensions objectives de faisabilité : risque, cahier des charges, planning et ordonnancement, mobilisation des acteurs, freins à la transition, éthique.
  6. positionner les modèles d’innovation envisagés au regard des plans nationaux et internationaux de développement durable.
  7. envisager des perspectives et politiques de diffusion dans les pays partenaires (Tunisie, Egypte)

En outre, le projet se donne pour mission l’amorce d’un projet SINERGIA – SNF en collaboration avec l’équipe Exploratory Grant 2018 de l’EPFL (Designing an interdisciplinary research and education concept in Ecological Habitats).

Nous souhaitons mettre en avant une approche pluridisciplinaire qui permettra de dépasser les clivages entre les spécialistes de l’innovation dans les oasis notamment dans le cas présents architectes et agronomes (déjà engagés dans des programmes ambitieux) d’une part et les sociologues spécialiste du travail social (qui ont développé une observation sur la longue durée des transformations sociales dans les oasis) d’autre part.

Le protocole viendra s’insérer dans des programmes enclenchés à forte dimension participative permettant immédiatement d’avoir des jalons et des recommandations méthodologiques pour permettre une meilleure mesure de l’impact social des innovations mais aussi des stratégies d’appropriation des dites innovations. Il permettra aussi de soutenir le point de vue d’un chemin global de transformation social par l’intégration de différents types d’innovation en interrogeant leurs interrelations selon les catégories slow cost innovation, high cost innovation, slow tech et fast tech.

Nous poserons aussi la place de la paléoinnovation, soit le recours à des techniques locales minorées du fait des nouveaux standards, mais remises au goût du jour par les nouveaux protocoles participatifs et l’intérêt qu’elles peuvent présenter sur un plan bioclimatique. Dès lors, cela permettra de comprendre comment le contexte local, la tradition, la mémoire mais aussi les vestiges deviennent des sources d’inspiration pour réenvisager les modèles de production et assurer la résilience des activités locales. Cette paléoinnovation permettra aussi de penser les rapports générationnels nouveaux.

Enfin, nous identifierons les nécessités d’innovation dans le contexte des transformations démographiques en posant l’organisation d’un nouveau paradigme dans un contexte de contre-choc démographique à même de reconstruire une situation plus équilibrée entre la gestion des ressources et les besoins des habitants.

Ce programme MENA vient par ailleurs s’insérer dans une temporalité intermédiaire par rapport à d’autres programmes plus longs dans la durée dans lesquels sont impliqués certains acteurs du projet (notamment le programme Collective Granaries dirigé par S. Naji et financé par le Global Heritage Fund 2018/2022). Il permettra d’apporter un moment analytique à même de nourrir des processus à l’œuvre et ainsi d’accompagner des opérations très lourdes de construction de systèmes productifs localisés. Par ailleurs, il assurera une circulation des savoirs et des bonnes pratiques entre deux régions du monde tout en invitant les autres chercheurs impliqués (Algérie, Egypte).

LA SOURCE BLEUE ET L’URBANISATION DES OASIS DE MEDITERRANEE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search