Archives de catégorie : Presse et médias

Irrigation. A Tiznit, les eaux urbaines épurées une aubaine pour régénérer les parcelles agricoles

Par Chady Chaabi, le 15 mai 2023

https://medias24.com/2023/05/15/irrigation-a-tiznit-les-eaux-usees-epurees-une-aubaine-pour-regenerer-les-parcelles-agricoles/

Située dans la Région de Souss-Massa, à moins de deux heures d’Agadir, la Station d’épuration des eaux usées (STEP) de Tiznit permet l’exploitation et l’irrigation de plusieurs dizaines de parcelles, longtemps abandonnées à cause de la pénurie d’eau qui sévit dans la région.

Grâce à elle, du sorgho et de la luzerne, deux plantes fourragères, sont cultivées dans le périmètre agricole de Tiznit dans le cadre d’une expérience pilote qui fait l’objet d’un suivi scientifique dans le cadre du projet de recherche* sur la régénération des régions oasiennes. Etalé sur trois ans (2022-2025), ce projet, financé par le Fonds national Suisse, est porté par la Haute école de travail social de Genève, composante de la Haute école de Suisse occidentale.

“Notre projet vise à comprendre les processus de réutilisation des eaux usées à des fins paysagères et agricoles dans des villes moyennes, soulevant des questions spécifiques différentes des grandes métropoles de pays émergents qui ont été largement documentées”, explique David Goeury, l’un des participants au projet. L’enseignant chercheur au laboratoire Médiations de Sorbonne Université assure que cette initiative “peut jouer un rôle déterminant pour la régénération d’un espace agricole délaissé depuis cinq décennies”.

Continuer la lecture de Irrigation. A Tiznit, les eaux urbaines épurées une aubaine pour régénérer les parcelles agricoles

Sécheresse : les oasis au Maroc, les leçons d’un savoir-faire ancestral

Reportage de La Croix 

Géniales constructions humaines, les oasis créent un microclimat en milieu aride grâce à un lien inséparable entre ville et agriculture dont pourraient s’inspirer nos villes. Celle de Tiznit, dans le sud marocain, sera à l’honneur lors des rencontres « Paysages, climats et sociétés, de l’Antiquité à nos jours » du 12 au 14 mai à l’Institut du monde arabe (1).

Mohamed passe une tête dans l’embrasure de la porte. « C’est bientôt mon tour d’eau ? » interroge le quinquagénaire, impatient de voir son lopin de terre irrigué dans l’oasis de Tiznit, à une centaine de kilomètres au sud d’Agadir dans le Sud marocain. « Attends encore un peu ! », lui répond Omar, l’œil rieur sous la visière de sa casquette.

Le fringant quarantenaire, président de l’association des usagers de l’eau Abrinaz, est d’humeur joviale : « Si l’oasis va bien, je vais bien ! Il y a six ans encore elle était en perdition, les arbres mouraient peu à peu, aujourd’hui elle renaît, les Tiznitiens reviennent cultiver leur terre ». Moulay Ali Ladnany, le monsieur environnement de la municipalité, s’en félicite autant : « C’est un exploit de faire revenir des agriculteursIl y a des jeunes et quelques entrepreneurs qui s’installent, des retraités de la diaspora qui reviennent et pratiquent une agriculture de subsistance ou d’agrément. C’est en vieillissant l’appel de la terre ! »

Les terres largement abandonnées et asséchées de Tiznit reverdissent à la faveur d’un combat de vingt ans pour restaurer le périmètre agricole de la targa, le canal d’irrigation qui, par extension, signifie la palmeraie elle-même. De frêles oliviers, fraîchement plantés au milieu de parterres d’orge, de blé ou de luzerne, tremblotent dans le vent, témoins de ces parcelles reconquises au milieu de beaux vestiges d’agroforesterie. Des palmiers ancestraux surplombent encore de vigoureux oliviers qui eux-mêmes abritent des cultures de céréales.

 

Continuer la lecture de Sécheresse : les oasis au Maroc, les leçons d’un savoir-faire ancestral

L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique

L’INA est partenaire de la 9e édition des Journées de l’Histoire de l’Institut du monde arabe (IMA) baptisée «Paysages, climats et sociétés du monde arabe, de l’Antiquité à nos jours». À cette occasion, nous avons rencontré le géographe David Goeury, spécialiste des cités oasiennes. Il nous rappelle les leçons géo-historiques pour affronter le réchauffement climatique et nous invite à repenser l’action collective. Entretien.

 

INA – Vos travaux portent sur les cités oasiennes. Comment définit-on une oasis ?

David Goeury – Le terme oasis vient du copte qui signifie « habitat ». C’est un système agri-urbain fondé sur l’interdépendance d’une entité urbaine et d’une entité agricole pour permettre l’établissement d’un habitat d’humains et de non humains sur la très longue durée. C’est une construction purement humaine faite à partir d’alliances, c’est-à-dire par la mobilisation de végétaux spécifiques qui permettent d’établir une forme de vie dans la longue durée. On parle davantage de cité oasienne. Elles ne font sens que parce qu’elles sont intégrées à des dynamiques économiques, et même, pour les plus grandes d’entre-elles, au grand commerce planétaire sous l’«Ancien monde», pour reprendre l’expression de Christian Grataloup (géo-historien), qui allait du Maroc jusqu’en Chine. Les cités oasiennes ont toujours été des lieux de réinvestissement des profits de ce grand commerce caravanier notamment pour financer les infrastructures d’irrigation, permettant des pratiques agricoles intensives.

Continuer la lecture de L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique

Bâtir et habiter les déserts

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-du-mercredi-28-septembre-2022-5494583

Avec Thibaut Sardier, président du festival, par ailleurs géographe et journaliste à Libération. Une double casquette qu’il veut utiliser pour montrer qu’il n’est pas contradictoire de faire un festival « avec beaucoup de rigueur scientifique et qui soit accessible à tous ».

Salima Najiarchitecte DPLG et docteure en anthropologie sociale. Elle est engagée dans de nombreux projets de protection du patrimoine oasien. Elle a construit à ce jour une quarantaine de bâtiments bioclimatiques en terre ou en pierre. Depuis près de 20 ans, elle s’attache à faire revivre des techniques de construction vernaculaires au Maroc. Son approche est développée dans l’ouvrage suivant : « Architectures du bien commun. Ethique de la préservation ».

David Goeury, géographe, membre de l’unité de recherche « Médiations. Sciences des lieux, sciences des liens » de Sorbonne Université. Il co-dirige un ensemble de programmes de recherche sur la résilience et les transformations des espaces oasiens. Il est par ailleurs le co-auteur de Résonances oasiennes. Approches sensibles de l’urbain au Sahara aux éditions MétisPresses.

Dans le cadre de la 33e édition du Festival International de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges qui se tient du 30 septembre au 2 octobre 2022.

Le désert, carrefour commercial de l’Ancien Monde

Ils étaient le cœur de l’Ancien Monde. Traversés par d’immenses routes commerciales pour la soie, l’or ou l’encens, ces routes qui allaient du Maroc jusqu’à la Chine étaient responsables du fonctionnement des anciennes sociétés. Au fil des siècles, le désert est progressivement devenu un cliché, progressivement, on a marginalisé ces sociétés en les considérant comme archaïques, en les folklorisant. Ses habitants ont toujours géré des formes de rareté et de pénurie. Avec une surface totale d’un quart des terres immergées à la surface du globe, le désert n’a pas encore révélé tous ses mystères. Que pouvons-nous apprendre du désert face au réchauffement climatique actuel ?

La détérioration des oasis

 

À cause de longues périodes de sécheresse, certaines oasis ont connu une vague de migration de ses habitants, les privant de main-d’œuvre et ont transformé le secteur agricole en une activité non-productive. Pour exemple, la périphérie d’Er-Rissani dans le Sud-Est du Maroc, et la dramatique détérioration de ses oasis. L’agriculture s’y est marginalisée. Depuis les années 1980, le sable ne cesse d’avancer sur la ville. À cause de l’urbanisation et de la surexploitation des eaux de surface, la nappe phréatique est en forte baisse, ce qui amplifie la sécheresse des sols.

Faire cohabiter la ville et l’agriculture

Selon le géographe David Goeury : « Il y a la possibilité pour les hommes d’établir des climats en faisant des alliances avec les végétaux. De l’Asie Centrale jusqu’au Maroc, on peut voir des sociétés humaines qui ont développé des savoirs agronomiques autour de plantes spécifiques comme le palmier, le dattier, l’olivier, le grenadier, le caroubier, et même le blé. Ils ont pu établir un climat grâce à ce qu’on appelle des métabolismes agri-urbains. On a voulu séparer l’agriculture et la ville de manière absurde alors qu’elles sont consubstantielles et que ces deux mondes peuvent s’allier pour faire face à l’adversité. »

La paléo innovation

David Goeury évoque également l’exemple de l’agriculture au Sahara où seulement un peu de sable suffit pour faire pousser des légumes : « La capacité de cette agriculture, c’est aussi d’établir un métabolisme circulaire où l’on va avoir tous les déchets ménagers, mais aussi les fumiers, animaux et humains qui sont collectés pour créer un engrais naturel. » Un modèle d’agriculture qui date d’il y a des millénaires. Des dispositifs ancestraux qu’on appelle la paléo innovation, c’est-à-dire remettre au goût du jour des techniques anciennes d’agriculture. Mais le désert voit aussi apparaître de nouvelles techniques modernes pour l’exploitation agricole et notamment pour y amener l’eau. Cela se fait par la science hydraulique dont l’enjeu premier est de capter l’eau par exemple grâce à des galeries drainantes qui vont capter les eaux de ruissellement. Cette nouvelle agriculture désertique permet de nouveaux types de culture. Récemment, dans le sud du Maroc, on amène des pastèques à maturité de façon très précoce dès le mois de mars.

Le projet The Line Neom

Dans cette émission, les invités évoquent le projet The Line Neom, une ville futuriste proclamée écologique et technologique. Pensé par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, ce projet gargantuesque permettrait à 9 millions de personnes d’y vivre. Avec une hauteur de 500 mètres, cette mégalopole serait reliée aux deux extrémités par un train. Le trajet devrait durer 20 minutes pour une distance de 170 km. Mais est-ce vraiment réalisable et écologique ?

Résonances oasiennes. Conférence, débat et projection à Tunis, le 16 juin 2022

L’Institut français de Tunisie a le plaisir de vous convier, le jeudi 16 juin à partir de 18h30, à une soirée-débat autour de l’ouvrage Résonances oasiennes. Approches sensibles de l’urbain au Sahara, publié aux éditions MétisPresses (2021), en présence des auteurs Alia Sellami Ben AyedDavid GœuryDorsaf ZidImen LandoulsiMarc BreviglieriLaurent Valdès et Noha Saïd.

 

Au programme de la soirée :

– 18h30 : rencontre-débat modérée par Faika Béjaoui, architecte spécialiste du patrimoine ;

– 19h30 : projection du film Fertilité ou le chant des mains de Marc Breviglieri (montage image : Laurent Valdès, montage audio et sons additionnels : Olga Kokcharova, durée : 17′) ;

– 19h50 : vernissage de l’exposition Résonances oasiennes à la galerie de l’Institut français de Tunisie.

 

Résonances oasiennes. Approches sensibles de l’urbain au Sahara

Îlots de vie surgissant au milieu de l’aridité du désert, les cités oasiennes séculaires sont aujourd’hui mises à mal par des politiques de rationalisation et de modernisation inspirées des modèles occidentaux. La cité oasienne se voit ainsi écartelée entre un potentiel agricole à exploiter ou à un décor touristique à valoriser, au détriment de sa richesse architecturale et des pratiques quotidiennes de ses habitants. S’inscrivant en faux contre cette évolution, cette exposition propose une approche sensible de ces territoires pour mieux en révéler et défendre leur singularité.

 

Biographies des auteurs

Noha Gamal Saïd est docteur en architecture et urbanisme, enseignante-titulaire au département d’architecture et d’urbanisme à l’Université de Ain Shams au Caire ; chercheure-associée au laboratoire CRESSON (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités). Ces thématiques de travail se fondent sur la notion d’ambiance liée plus particulièrement à l’espace sonore.

David Gœury est géographe, membre de l’unité de recherche “Médiations. Sciences des lieux, sciences des liens” de Sorbonne Université. Il codirige un ensemble de programmes de recherche-action transdisciplinaires sur la résilience des espaces oasiens et porte une attention toute particulière aux communs fonciers.

Alia Ben Ayed est architecte, maître-assistante à l’École nationale d’architecture et d’urbanisme de Tunis et chercheure à l’Équipe de recherche sur les ambiances (ERA). Ses recherches proposent de mettre à l’épreuve la notion de porosité, dans le cadre d’une pensée opératoire tournée vers une projectuelle sensible à de nombreuses dimensions (architecturale, culturelle, géographique, climatique, spirituelle, écologique).

Imen Landoulsi est architecte, diplômée de la faculté d’architecture de polytechnique de Milan et docteur en architecture et urbanisme au sein de l’Équipe de recherche sur les ambiances (ERA), à l’École nationale d’architecture et d’urbanisme de Tunis. Ses thèmes de recherche interrogent la notion “d’ambiance patrimoniale”, les processus de référence aux “ambiances” de l’architecture traditionnelle. Par ailleurs, en tant qu’architecte praticienne, fondatrice de l’agence Atmosphères, elle défend le développement de l’approche interactionnelle entre pratique et recherche.

Laurent Valdès est diplômé des Beaux-Arts de Genève. Sa démarche artistique interroge espace et narration dans le cadre de performances, d’installations, de mises en scène et de livres. Il mène également un travail de recherche sur les mémoires de “l’habiter” dans lequel il questionne toutes les traces, aussi bien matérielles que littéraires ou audiovisuelles.

Dorsaf Zid est architecte diplômée de l’École nationale d’architecture et d’urbanisme. Elle est membre de l’Équipe de recherche sur les ambiances architecturales et urbaines (ERA). Ses recherches portent sur la valorisation et la requalification des centres historiques oasiens à travers une approche ambiantale. Elle est également enseignante et architecte-conseillère au sein du bureau d’étude d’architecture et d’urbanisme, JMDarchitectes, installé à Tunis.