Archives de catégorie : Billets

Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Par Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Nefta, oasis historique du Jérid, reste parmi les plus prestigieuses de Tunisie. Cependant, la palmeraie est loin d’être uniforme et connaît des dynamiques différentes entre le site historique de Ras el Aïn (appelé aussi la Corbeille), et les extensions périphériques modernes.

Il s’agit ici de revenir sur deux visites de parcelles afin d’illustrer la construction d’une opposition discursive entre des sites oasiens dits historiques et des espaces plus récents dominés par le modèle productiviste.

En effet,  les associations de protection et de valorisation se multiplient dans les espaces oasiens les plus anciens, caractérisés par un fort morcellement et une certaine déprise agricole. Ces associations tentent de redéployer une activité autour de la singularité de ces sites et de leur biodiversité. D’autre part, des logiques de spécialisation et d’intensification capitalistique sont à l’oeuvre, en particulier sur les parcelles les plus éloignées du coeur historique.

Continuer la lecture de Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Subtile porosité

Par Alia Ben Ayed, Noha Gamal et Jean-Paul Thibaut

Une expérience sensible menée dans le quartier historique d’El Algama, engageant davantage notre attention sonore, nous amène à reconsidérer la représentation que nous avions des lieux. Nous sommes constamment sollicités par des sonorités, composées au gré des événements, de chants d’oiseaux, de pétarades de mobylettes, de claquements de sabots de mulets traînant leur charrette, de paroles, de rires, de jeux d’enfants. Ses sonorités colorent le parcours, le rythment,  reconfigurent sa géométrie, modifient parfois sa plasticité lorsque les formes sonores débordent au-delà des limites proprement construites.

Continuer la lecture de Subtile porosité

La source bleue : La cour de la ville

Par Noha Gamal Saïd

Ecouter pour comprendre la configuration sonore de cet espace.

La source est un espace phoniquement particulier : il s’oppose à la hiérarchie sonore de la médina. De la maison, au derb, en passant par la rue, l’avenue et enfin la place, il existe un processus d’intensification des activités et de la circulation qui se traduit par un gradient sonore allant du calme dans l’espace semi privé jusqu’au tumulte des espaces publics les plus fréquentés. Le feutré des cours intérieures et des impasses s’oppose au bruit des places et des rues commerçantes. Or au sein du dispositif sonore de la médina, l’Ain Zerka apparaît comme un lieu singulier.

Continuer la lecture de La source bleue : La cour de la ville

Le mythe de Lalla Zninia et l’esprit du lieu

Par Marc Breviglieri, Hind Ftouhi, Imen A. Landoulsi, Mohamed Mouskite et Noha Gamal Said.

Le site d’Aïn Zerka dispose manifestement d’une singulière puissance d’évocation narrative. Quantité de récits nous a été spontanément rapporté aux abords de la source désormais réinvestie par les habitants et les visiteurs occasionnels. La ville semble y rouvrir des histoires qu’elle avait laissées sur ses bords et qu’elle enfouissait progressivement dans l’oubli. Continuer la lecture de Le mythe de Lalla Zninia et l’esprit du lieu

phonomatopée. Comment rendre compte d’une ambiance ? Comment en donner une représentation significative ?

Par Alia Ben Ayed, Joseph Brunet-Jailly et Laurent Valdès.

Il nous a été demandé d’analyser l’ambiance de l’esplanade devant la mosquée Sunna. Il faut bien dire que nous ne savions pas trop comment nous y prendre.

Ce fut donc d’abord un moment d’errance, chacun se laissant porter par l’ambiance et par ses premières impressions. Pour l’un : qui vient là ? Beaucoup de femmes voilées, la plupart dans des tissus colorés, mais quelques-unes en noir, ne laissant apparaître que les yeux sombres, comme des oiseaux de malheur. Pour l’autre, ce qui est frappant à première vue, ce sont les couleurs chatoyantes des melhfa… Puis, peu à peu on se met au diapason, on remarque que les premières impressions ne sont pas complètes (par exemple, il y aussi des hommes, et d’ailleurs des hommes d’âges divers, et aussi des couples avec enfants, etc.) ; enfin on ne fait plus qu’un avec l’atmosphère, on est vraiment attentif, alors que les premières impressions nous submergeaient. Dans un second temps on est donc prêt à prendre distance, on cherche à identifier des prégnances, des densités différentes, des nuances de grain,…. Il reste à les exprimer. Continuer la lecture de phonomatopée. Comment rendre compte d’une ambiance ? Comment en donner une représentation significative ?

De l’appropriation d’Aïn Zerka, source sacrée

Par Marc Breviglieri, Hind Ftouhi, Imen A. Landoulsi, Mohamed Mouskite et Noha G. Said

Le geste naturel et heureux d’appropriation de l’espace bâti figure sans doute parmi ce qui doit être retenu en faveur de l’architecte. Mais comment appréhender ce geste d’appropriation ? Comment donc, en complément du récit de l’architecture, s’appréhende un premier contact, puis se trace le chemin des habitudes qui finit par fonder un ancrage sensible au lieu ?

Continuer la lecture de De l’appropriation d’Aïn Zerka, source sacrée

Dans l’ambiance d’une bergerie urbaine (2ème partie)

Après la mise en texte des impressions sur le vif des chercheurs, Zakaria Kadiri, Nasser Tafferant, Jean-Paul Thibaud et Khadija Zahi, voici illustrée par l’image et le son  l’ambiance de la bergerie urbaine à l’approche de l’Aïd el kebir.

L'aiguiseur de couteau
L’aiguiseur de couteau

Continuer la lecture de Dans l’ambiance d’une bergerie urbaine (2ème partie)

Dans l’ambiance d’une bergerie urbaine (1ère partie)

Par Zakaria Kadiri, Nasser Tafferant, Jean-Paul Thibaud et Khadija Zahi.

 

Dans cet article, nous nous proposons de restituer des observations d’une rue marchande de la médina de Tiznit – l’avenue Sidi Abderahmane (dite Fouq el oued)-, à l’approche de la fête de l’Aïd el kebir. Notre cheminement nous conduit à explorer l’ambiance d’une bergerie dans laquelle sont vendus des moutons. L’équipe se compose de quatre sociologues ayant des degrés de familiarité différents au terrain. Le défi est de mettre à l’essai des outils d’observation et des modalités de l’expérience partagée du sensible. Ce peut être par une attention portée aux regards, aux sons, aux souvenirs et aux émotions.

Continuer la lecture de Dans l’ambiance d’une bergerie urbaine (1ère partie)

Ahmed Hamiddouch

Le 6 avril, nous nous mettons en route en fin d’après-midi, en direction du petit marché central de la rue Sidi Abderrahmane (Lksabt n tafoukt) dont l’activité bat son plein à ce moment précis de la journée. Une fois sur place, nous entamons la conversation au hasard des rencontres, avec des hommes ou des femmes d’un certain âge susceptibles de faire remonter quelques souvenirs d’un temps où la vie quotidienne semblait foisonner autour de la source bleue.

Marché de la rue Sidi Abderrahmane (Lksabt n tafoukt)
Marché de la rue Sidi Abderrahmane

Continuer la lecture de Ahmed Hamiddouch

Ain Aqdim au coeur de la médina Tiznit, retrouver les origines de la ville par Salima Naji

L’Unesco (article extrait du blog de Salima Naji http://www.salimanaji.org ) reconnaît les paysages culturels comme des «ouvrages combinés de la nature et de l’homme». Les paysages culturels illustrent l’évolution de la société et des établissements humains au cours des âges, sous l’influence de besoins, atouts et contraintes liés à l’environnement naturel et aux forces sociales ou économiques successives, voire cultuelles ou culturelles.

Or, la ville de Tiznit a connu de profondes transformations depuis la fin du XIXe siècle. Ain Aqdim «la source ancienne» appelée souvent en français «Source bleue » (Ain Zerka dans les guides touristiques), aurait pu être mieux traduite par  « la première source ». Elle est, en effet, à l’origine d’une palmeraie entretenue par l’homme pour devenir progressivement des jardins. Ces jardins étaient nombreux encore au début du siècle, quelques décennies après que le Sultan My Hassan Premier ait fait édifier les remparts de Tiznit.

La cité en 1918, 36 ans après l’édification des remparts reste encore dominée par les activités agricoles. Les noyaux villageois ne sont pas fondu dans un nouveau tissu urbain.

Ce plan reprend la restitution du capitaine Reboul en 1918. La ville se limite alors aux murailles sultanienne et enserre encore de nombreux jardins.
Ce plan reprend la restitution du capitaine Reboul en 1918. La ville se limite alors aux murailles sultaniennes et enserre encore de nombreux jardins.



Continuer la lecture de Ain Aqdim au coeur de la médina Tiznit, retrouver les origines de la ville par Salima Naji