Archives de catégorie : Billets

Appel à communication Symposium à Agadir les 9 et 10 septembre 2019 : DESSINER DES (ÉCO)SYSTÈMES AGRO-URBAINS RÉSILIENTS

Urbanisme, architecture et agriculture au défi du changement climatique

Argumentaire

Dans le contexte de l’exposition croissante aux risques climatiques et environnementaux, la catégorie de milieu à forte contrainte se généralise désormais à l’ensemble des territoires habités. Les situations de crise se multiplient – qu’elles soient relatives aux exploitations économiques, agricoles et industrielles, ainsi qu’aux conditions d’habitabilité des bâtiments ou des quartiers tout entiers – en intéressant autant les espaces d’agglomération à haute densité démographique que les aires rurales. La spéculation foncière associée à une forte pression sur les ressources côtoie des situations d’effondrement brutal des pratiques habitantes, ainsi que de lentes dynamiques d’abandon.

Au Nord comme au Sud, dans la métropole lémanique suisse comme dans les espaces oasiens sahariens, l’exposition au changement climatique oblige à repenser les formes d’occupation du territoire, leurs économies et leurs écologies. En même temps, il oblige à questionner les modèles qui, dans la deuxième moitié du XXe siècle – dans un contexte de croissance démographique, de rationalisation productive et d’émancipation sociale – ont orienté les innovations de notre habitat dans les domaines, entre autres, des techniques constructives, des technologies du contrôle climatique ou des pratiques agricoles, avec un impact important sur la gravité des risques environnementaux et sociaux.

Le présent symposium se concentre sur la relation entre dynamiques urbaines et rurales, en situation de compétition dans l’usage des mêmes ressources – le sol, l’eau et l’énergie. La confrontation entre besoin de densité et sécurité alimentaire, l’abandon de structures agraires traditionnelles dans un contexte de recrudescence climatique ou la pression sur la biodiversité dans des territoires soumis à des flux matériels et énergétique en croissance
exponentielle, menacent les connections vitales, organiques et sociétales.

Toutefois, de ces contextes en mutation rapide émergent des potentiels de synergie qui risquent d’échapper aux descriptions trop souvent segmentaires et spécialisées des territoires habités, et qui permettent d’envisager des trajectoires de réparation et de revitalisation.

« Dessiner des (éco)systèmes agro-urbains résilients » entend contribuer à une appréhension systémique des situations socio-écologiques complexes qui se situent à l’interface entre urbain et rural, dans un horizon d’action et projet durables. Le renouvellement des descriptions et des analyses est fonctionnel au projet, entendu comme formulation d’une image partagée du futur, proposition d’un horizon de sens collectif qui articule avec justesse structures spatiales, dynamiques matérielles et modes de vie.

Le symposium se propose :
– d’engager un dialogue comparatif entre territoires d’études disparates, caractérisés par l’enchevêtrement fragile de rationalités urbaines et rurales ;
– de mobiliser des chercheurs de disciplines différents qui, faisant levier sur des problématiques de projet, engagent des trajectoires de (ré)mise en système dans une approche holistique et non sectorielle ;
– de penser le projet à l’intersection entre réactivation d’héritages et conception d’alternative ; entre sélection/ré-signification de l’existant et scénario de rupture.

Le symposium s’adresse aux chercheurs et doctorants en urbanisme, sciences humaines et sociales, sciences de l’environnement et sciences de l’ingénieur, architecture et construction.

Les contributions pourront toucher des sujets de recherche aussi variés que, par exemple :
– le recyclage des eaux usées ;
– l’économie circulaire ;
– les nouvelles logiques d’agronomie, d’agro-écologie et d’agriculture urbaine ; l’aménagement d’espaces publics et d’espaces collectifs ;
– la réhabilitation des techniques et formes du bâti vernaculaire ;
– le rapport entre usage du sol, régime foncier et facteurs de biodiversité ;
– les stratégies de densité en milieu métropolitain ;
– le recours à la paléo-innovation en matière de construction, agriculture ou hydrologie ;
– l’approvisionnement en énergie ;
– le vieillissement de la société et les dynamiques intergénérationnelles.

Elles concerneront des territoires urbanisés mis au défi d’esquisser un écosystème localisé intégré à des réseaux de plus en plus globalisés ; de définir et mobiliser des ressources fragiles dans une pensée innovante de l’héritage et de la protection, sans conduire à la fermeture ; d’établir des circuits courts voire des économies circulaires tout en intégrant la question de l’échange. Il s’agira de discuter de démarches descriptives, analytiques et projectuelles ; d’outils et de méthodes de représentation; de propositions
perspectives, stratégies projectuelles et stratégies d’engagement.


Axes problématiques transversaux

Le symposium et le workshop permettront d’approfondir les axes
problématiques transversaux suivants :

– Risque et sécurité.
L’activation de conditions de mise en sécurité s’impose comme l’enjeu décisif de l’aménagement du territoire du XXIe siècle. Face aux risques climatiques, par exemple, la sécurité alimentaire historiquement première est étroitement dépendante de la sécurité hydrique, de la sécurité énergétique, mais aussi de la sécurité de la biodiversité, ce qui pose la question complexe de la sécurité de l’habitat du fait des arbitrages continus entre logement et
pratiques agricoles notamment. Les processus d’investissement dans les territoires impliquent constamment des arbitrages entre exposition à des risques et mise en sécurité des sociétés. Face aux menaces grandissantes, les processus de mitigation deviennent de plus en plus essentiels à la durabilité des sociétés. Or, ces derniers associent souvent des pratiques héritées et des innovations continues dont les articulations doivent être étudiées dans une perspective de territoires de plus en plus connectés et intégrés aux dynamiques planétaires.

– Privé, public, collectif, commun.
Dans une approche éco-systémique, chaque échange fonctionnel a des implications sur l’ensemble. Par extension, tout flux privé a donc un impact public et chaque bien privé dénote la sphère publique et sa sécurité : un approvisionnement privé en eau peut compromettre la disponibilité de la ressource dans un intérêt public, de même que les exploitations agricoles privées s’offrent à des formes d’usage ou de bénéfice public. Cette situation a été régulée selon un rapport binaire entre initiatives privées et régulation publique. Or, le registre du collectif (usage ou partage collectif) désigné
comme le commun apparaît comme une modalité tierce qui compose avec le privé et le public. Il s’inscrit à la fois dans des pratiques héritées qui ont été parfois fragilisées mais aussi dans des revendications localisées nouvelles. Il offre en effet une sorte d’espace tiers d’action et de responsabilité, à haut potentiel de durabilité.

– Patrimoine, héritage, transmission.
Sur quelles traditions de compétences, savoir-faire et discipline se
reposer en temps de changement rapide ? Pratiques, métiers, professions, expertises scientifiques et techniques se trouvent indifféremment concernés par l’urgence d’une nouvelle adéquation aux défis et enjeux de nos territoires qui passe par le renouement avec des traditions pratiques ou théoriques interrompues, ou par l’hybridation des techniques. Il s’agira de questionner les choix ou les non-choix à l’oeuvre au regard aussi des traditions mémorielles et des leviers de mobilisation collective autour de la sélection des héritages.

Admission

L’admission se fera sur la base d’un abstract de communication (max 500 mots) au moyen du formulaire en ligne :
https:/docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfxHWWrytxvzyON0LvvbJ7rdezsnpv5tGZJRor0CqRBLQ-4Cg/viewform?usp=sf_link

Calendrier

20 mai 2019 : Lancement de l’appel à communication
20 juin 2019 : Réception des candidatures
1 juillet 2019 : Notification des acceptations
10 juillet 2019 : Programme du symposium

Langues

Les langues du symposium sont le français et l’anglais.

Organisation

Le symposium est lancé à l’initiative du Centre HABITAT de l’Ecole
Polytechnique Fédérale de Lausanne en collaboration avec le Global Heritage Fund. Il est organisé par l’Université Ibn Zhor et l’Ecole d’Architecture d’Agadir, en partenariat avec l’INAU de Rabat, l’Université Hassan II de Casablanca, le laboratoire ENEC de Sorbonne Université et la HETS-HES SO, Université de Genève

Chair

Elena Cogato Lanza, Laboratoire d’Urbanisme, ENAC-EPFL.
David Goeury, ENEC-Sorbonne Université.

Comité scientifique

Marc Breviglieri, Haute Ecole de Travail Social, ES-SO, Université de Genève.
Aziz Iraki, Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme de Rabat.
Zakaria Kadiri, Université Hassan II de Casablanca.
Asia Laachir, Environnement et développment durable, Ecole Nationale d’Architecture Agadir.
Brahim Labari, Laboratoire interdisciplinaire des Sciences Sociales, Université Ibn Zohr Agadir.
Salima Naji, MCG-Global Heritage Fund.
Hind Mouhanni, Faculté des Sciences Appliquées, Campus Universitaire d’Ait Melloul.
Mohamed Oudada, Faculté des Arts Langues et Sciences Humaines,
Campus Universitaire d’Ait Melloul.
Luca Pattaroni, Laboratoire de Sociologie Urbaine, ENAC-EPFL.
Mohammed Tita, Directeur de l’École Nationale d’Architecture Agadir.
Paolo Tombesi, Laboratoire de Construction et d’Architecture FAR, ENACEPFL.

Contacts

David Goeury : david.goeury@gmail.com
Elena Cogato Lanza : elena.cogatolanza@epfl.ch

Journée d’étude : Urbanisme, architecture, agriculture au défi des changements climatiques et environnementaux

Vendredi 15 mars 2019 – 15h00 – 18h00 au Centre Jacques Berque de Rabat

Descriptif : Dans le contexte de l’exposition croissante aux risques climatiques et environnementaux, la catégorie de milieu à forte contrainte se généralise désormais à l’ensemble des territoires habités. Les concepts, instruments et figures de l’urbanisme se doivent de quitter une approche focalisée sur les besoins et aspirations des seuls êtres humains, pour composer avec le monde des connections vitales.

Si, dans les années 1970, le concept d’écosystème s’était offert aux disciplines du projet comme un paradigme fort et rassurant, à la limite du positivisme, il revient à nouveau d’actualité en vue d’appréhender les spécificités de situations socio-écologiques complexes, pour lesquelles se multiplient les injonctions à concevoir des stratégies de durabilité.

Au Maroc, le sort des greniers collectifs traditionnels dans la région de Souss Massa ; la transformation des oasis ; le développement de l’agroécologie, la vie après la mine à Jerada ; en Suisse, le conflit paralysant qui oppose surfaces urbaines et surfaces agricoles dans la Métropole lémanique ; sur l’Ile de Pâques , la congestion, les fragilités et les paradoxes des flux matériels : les défis que ces territoires lancent aujourd’hui aux disciplines du projet rendent caduques les partages entre Nord et Sud, mais aussi entre modernité et vernaculaire.

Aujourd’hui, ces territoires sont mis au défi d’esquisser un écosystème localisé intégré à des réseaux de plus en plus globalisés ; de définir et mobiliser des ressources fragiles dans une pensée innovante de l’héritage et de la protection, sans conduire à la fermeture ; d’établir des circuits courts voire des économies circulaires tout en intégrant la question de l’échange, soit l’autonomie sans l’autarcie.

Ce séminaire a donc pour objectif d’initier un dialogue entre ces territoires d’études, mobilisant des chercheurs aux horizons différents qui, faisant levier sur des problématiques de projet, engagent des trajectoires de (re)mise en système dans une approche holistique et non sectorielle.

Organisé par le Centre Jacques Berque de Rabat, le séminaire s’inscrit dans le cadre d’un partenariat entre l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, le Global Heritage Fund, et l’Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme.

Programme :

Mot introductif d’Elena Cogato et de Salima Naji : Architecture, agriculture et urbanisme pour l’écosystème

– Paolo Tombesi, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne : Architecture as a Verb. Experiment in Rapa Nui. 

– Salima Naji, Global Heritage Fund : De l’architecture de collecte à l’écoconstruction, penser la résilience sur le temps long. De la restauration des greniers collectifs de Souss Massa à la construction de nouveaux équipements sociaux de proximité.

– David Goeury, Sorbonne-Université : L’oasis comme configuration territoriale écosystémique emblématique. Quelles perspectives pour penser le devenir des relations entre agriculture et urbanisme?

– Elena Cogato Lanza, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne : L’agriculture métropolitaine comme hypothèse de recherche : le cas de la métropole lémanique.

– Zakaria Kadiri, Université Hassan II de Casablanca : L’agroécologie au Maroc, une nouvelle génération d’agriculteurs à même de repenser les relations territoriales? Eléments de discussion.

– Aziz Iraki, Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme de Rabat : Discussion et mise en perspective à travers les premiers enseignements du programme de la vie après la mine au Maroc, cas de Jerada.

Intervenant(s) : Elena COGATO LANZA, architecte, université de Venise, laboratoire d’urbanisme de l’EPFL (Lausanne); Salima NAJI, architecte DPLG (ENSA, Paris-La Villette) et docteur en anthropologie sociale (EHESS, Paris); David GOEURY, géographe au laboratoire Espaces Nature et Cultures de Sorbonne-Université; Aziz IRAKI, architecte-géographe, professeur de l’enseignement supérieur à l’INAU, Rabat; Zakaria KADIRI, professeur de sociologie à l’Université Hassan II Casablanca – Faculté d’Ain Chock; Paolo TOMBESI, professeur de construction et d’architecture à la faculté de l’Environnement Naturel, Architectural de l’EPFL, et directeur de l’Institut d’architecture et de la ville.

Entrepreneuriat féminin agricole à Tiznit : une affaire de veuves

Par Claire Madenspacher1

Au Maroc, l’accès à un emploi rémunéré reste inaccessible pour de nombreuses femmes et le taux d’activité de ces dernières  baisse depuis plus d’une décennie. L’entrepreneuriat féminin est présenté comme une alternative et augmente légèrement. Pourtant, est-il pour autant possible de parler de dynamiques féminines autonomes? Ici, nous souhaitons revenir sur le cas de deux femmes éleveuses membre d’une coopérative laitière sise à Tiznit et intégrée au réseau COPAG.  Il ne s’agit pas de la création d’une entreprise mais de la reprise d’une entreprise familiale.

Continuer la lecture de Entrepreneuriat féminin agricole à Tiznit : une affaire de veuves

Sguifa : lieu de mémoire tendre d’une ville. Savoir vivre ancestral et mode de vie oasien

Par Hind Ftouhi et Khadija Zahi

Depuis les inondations des années 1990, la médina de Nefta  subit de profonds changements architecturaux qui risquent de lui faire perdre progressivement son caractère et son identité. On assiste à un cycle d’abandon et de démolition des anciennes maisons et à la naissance de logements construits avec le béton à la place de l’architecture de terre.

Sguifa : espace pivot de la maison traditionnelle « beni Arbi » articulant l’extérieur et l’intérieur. Un espace réglé par un jeu de contraste entre le dehors et le dedans, le chez soi et la rue « le bourtal », le proche et le lointain … L’abandon des maisons traditionnelles, la disparition du savoir faire architectural ancestral et l’envahissement de l’architecture du béton font de Sguifa, à l’instar des villes invisibles d’Italo Calvino[1], un ensemble de beaucoup de choses : de mémoire, de désirs, de signes d’un langage ; des lieux d’échanges de mots, de désirs, de souvenirs.

Continuer la lecture de Sguifa : lieu de mémoire tendre d’une ville. Savoir vivre ancestral et mode de vie oasien

Ethnographie de l’habité : trois houchs à Nefta

Par Imen Attia Landlousi

Si on évoque souvent l’impact néfaste du morcellement des terres dans l’espace oasien, on peut aussi remarquer des problématiques du même ordre au sein du foncier et du bâti et leurs liens intrinsèques avec la dégradation du patrimoine architectural des médinas. Peut en témoigner une petite ethnographie de l’habité dans le quartier Ezzaouia et Alegma de la ville de Nefta à partir de trois houchs (maisons traditionnelles).
En effet, il ne faut pas sous-estimer par exemple les tensions que peut créer aujourd’hui une cohabitation générationnelle et familiale variée. Continuer la lecture de Ethnographie de l’habité : trois houchs à Nefta

Terre chaude – Terre de Saints

Par Marc Breviglieri et Mohamed Mouskite

Djamel semble intarissable. De sa parcelle, des moindres recoins de la « corbeille » de Nefta, il parait tout connaitre et tout apprécier. Pour mieux s’expliquer, il trace dans le sable des plans vus du ciel, l’alignement des parcelles, la césure entre les propriétés qui reflète aussi le parcours des canaux d’irrigation. Son discours est parfaitement rodé, il n’y a plus de place pour l’improvisation descriptive. Continuer la lecture de Terre chaude – Terre de Saints

Parcourir la Corbeille : cheminer avec l’érosion après l’inondation

Par Irène Carpentier, David Goeury, Zakaria Kadiri

La corbeille de Nefta est une palmeraie enserrée au coeur d’un cirque de sable d’un kilomètre de largeur. En dessous de cette strate de sable, une couche d’argile étanche générait de multiples résurgences, jusqu’à 152 sources, selon les dires. Mais le percement de cette couche d’argile par des forages profonds à mis fin à ce phénomène naturel.

Aujourd’hui, la corbeille reste un lieu important de la mémoire locale et a fait l’objet d’un projet d’écotourisme depuis 2008. Bien qu’elle ne doive sa survie qu’à une série de forages profonds (plus de 140 mètres) aussi bien pour irriguer les 20 ha de terres, que pour remplir le vaste bassin de son extrémité orientale, elle a été présentée par les autorités et les bailleurs de fonds internationaux, comme un nouveau modèle de tourisme oasien en Tunisie, suite à des aménagements financés, par la principauté de Monaco entre autres. La crête est dominée par les hébergements qui se revendiquent plus ou moins écologiques, du fait de leur vue plongeante sur cet écrin de verdure. Chaque hôtel ou maison d’hôte assure sa promotion à travers la Corbeille, les qualificatifs ethno-environnementaux sont démultipliés dans de large articles d’auto-promotion touristique.

Or, une visite de terrain le 19 octobre 2016, nous a poussé à regarder autrement ce site largement mis en scène dans les médias. En effet, mardi 27 septembre, en 90 minutes, 74 millimètres de pluie se sont abattus sur la ville. Soit la plus forte averse depuis cinq ans. Les bassins versants se sont couverts de ravines, le sable s’est engouffré dans le lit des oueds et est venu recouvrir une grande partie des aménagements touristiques ainsi que certaines parcelles agricoles. L’aléa climatique joue un rôle de révélateur de la fragilité des dispositifs et des discours. Coulées de sables, structures arrachées, eaux stagnantes, déchets déplacés, sont autant de stigmates d’une réalité bien moins heureuse que celle projetée par des manipulateurs de symboles que sont les professionnels du tourisme, les désigners à la mode et autres ONG de développement local.

Continuer la lecture de Parcourir la Corbeille : cheminer avec l’érosion après l’inondation

Subtile porosité

Par Alia Ben Ayed, Noha Gamal et Jean-Paul Thibaut

Une expérience sensible menée dans le quartier historique d’El Algama, engageant davantage notre attention sonore, nous amène à reconsidérer la représentation que nous avions des lieux. Nous sommes constamment sollicités par des sonorités, composées au gré des événements, de chants d’oiseaux, de pétarades de mobylettes, de claquements de sabots de mulets traînant leur charrette, de paroles, de rires, de jeux d’enfants. Ses sonorités colorent le parcours, le rythment,  reconfigurent sa géométrie, modifient parfois sa plasticité lorsque les formes sonores débordent au-delà des limites proprement construites.

Continuer la lecture de Subtile porosité

La source bleue : La cour de la ville

Par Noha Gamal Saïd

Ecouter pour comprendre la configuration sonore de cet espace.

La source est un espace phoniquement particulier : il s’oppose à la hiérarchie sonore de la médina. De la maison, au derb, en passant par la rue, l’avenue et enfin la place, il existe un processus d’intensification des activités et de la circulation qui se traduit par un gradient sonore allant du calme dans l’espace semi privé jusqu’au tumulte des espaces publics les plus fréquentés. Le feutré des cours intérieures et des impasses s’oppose au bruit des places et des rues commerçantes. Or au sein du dispositif sonore de la médina, l’Ain Zerka apparaît comme un lieu singulier.

Continuer la lecture de La source bleue : La cour de la ville

Le mythe de Lalla Zninia et l’esprit du lieu

Par Marc Breviglieri, Hind Ftouhi, Imen A. Landoulsi, Mohamed Mouskite et Noha Gamal Said.

Le site d’Aïn Zerka dispose manifestement d’une singulière puissance d’évocation narrative. Quantité de récits nous a été spontanément rapporté aux abords de la source désormais réinvestie par les habitants et les visiteurs occasionnels. La ville semble y rouvrir des histoires qu’elle avait laissées sur ses bords et qu’elle enfouissait progressivement dans l’oubli. Continuer la lecture de Le mythe de Lalla Zninia et l’esprit du lieu