Archives de catégorie : Billets

Chapitres de l’ouvrage Résonances Oasiennes

L’ouvrage Résonances oasiennes. Approches sensibles de l’urbain au Sahara est accessible sous la forme de livre numérique gratuitement sur le site de l’éditeur Métispresses.

https://www.metispresses.ch/en/resonances-oasiennes-numerique

Pour faciliter, l’accès aux différentes contributions, vous pouvez télécharger ici les différents chapitres au format pdf.


Introduction / Oasis en présence 9
Marc Breviglieri, Noha Gamal Said et David Goeury

Résonances oasiennes 2021 _p_9-23_Introduction_OASIS EN PRÉSENCE

Partie 1 / DES CITÉS OASIENNES, LIEU D’OBSERVATION COLLECTIVE 25

Des ateliers exploratoires face à un monde découvert.
Fabriquer des cohabitations scientifiques 27
Marc Breviglieri et David Goeury

Résonances oasiennes 2021_p_27-43_DES ATELIERS EXPLORATOIRES FACE À UN MONDE DÉCOUVERT_FABRIQUER DES COHABITATIONS SCIENTIFIQUES

Manière de faire enquête dans les oasis. Chebika et ce qu’il en reste 45
Imed Melliti

Résonances oasiennes-2021_p_45-54_MANIÈRE DE FAIRE ENQUÊTE DANS LES OASIS _ CHEBIKA ET CE QU’IL EN RESTE

Partie 2 / POROSITÉS MENACÉES DE L’ESPACE URBAIN 55
Marcher à l’écoute de la médina 57
Alia Ben Ayed, Noha Gamal Said et Jean-Paul Thibaud

Résonances oasiennes 2021_p_57-58_MARCHER À L’ÉCOUTE DE LA MÉDINA

Dans l’ambiance d’une bergerie urbaine 59
Zakaria Kadiri, Nasser Tafferant, Jean-Paul Thibaud et Khadija Zahi

Résonances oasiennes 2021_p59-65_DANS L’AMBIANCE D’UNE BERGERIE URBAINE

Le doux climat de la skifa 67
Hind Ftouhi et Khadija Zahi

Résonances oasiennes 2021_p_67-74_LE DOUX CLIMAT DE LA SKIFA

La porosité au fondement de l’ambiance oasienne 75
Alia Ben Ayed

Résonances oasiennes 2021_p_75-94_LA POROSITÉ AU FONDEMENT DE L’AMBIANCE OASIENNE

L’âme de Nefta/Rouh Nefta. Une perception sensible du bien-être
en contexte oasien 95
Imen Landoulsi

Résonances oasiennes 2021_p_95-129_L’ÂME DE NEFTA ∕ ROUH NEFTA.

Configuration ambiantale d’un espace oasien: le ksar de Kenadsa saisi par les sens 131
Abdelaziz Barkani

Résonances oasiennes 2021 _p_131-155_CONFIGURATION AMBIANTALE D’UN ESPACE OASIEN_LE KSAR DE KENADSA

Partie 3 / RÉSONANCES MULTIPLES DES PLACES PUBLIQUES 157

Murmures d’impressions. Composer une partition musicale
comme première restitution d’ambiance ? 159
Alia Ben Ayed, Joseph Brunet-Jailly et Laurent Valdès

Résonances oasiennes 2021 _p_159-165_MURMURES D’IMPRESSIONS. COMPOSER UNE PARTITION_MUSICALE COMME PREMIÈRE RESTITUTION D’AMBIANCE

Déploiement du champ sensoriel d’une source sacrée
et réappropriation ludique d’une architecture 167
Marc Breviglieri, Hind Ftouhi, Imen Landoulsi, Mohamed Mouskite et Noha Gamal Said

Résonances oasiennes 2021 _p_167-171_DÉPLOIEMENT DU CHAMP SENSORIEL D’UNE SOURCE SACRÉE ET RÉAPPROPRIATION LUDIQUE D’UNE ARCHITECTURE

Expériences sensibles autour des bassins romains de la médina de Gafsa 173
Dorsaf Zid, Hind Karoui et Azeddine Belakehal

Résonances oasiennes 2021 _p_173-193_EXPÉRIENCES SENSIBLES AUTOUR DES BASSINS ROMAINS

Renaissance sensible d’une place publique saharienne.
Aire d’expérience ludique et vie imaginaire 195
Marc Breviglieri, Imen Landoulsi et Mohamed Mouskite

Résonances oasiennes 2021 _p_195-203_RENAISSANCE SENSIBLE D’UNE PLACE PUBLIQUE SAHARIENNE

Considérations sur l’espace sonore d’une source sacrée.
Une figure de réhabilitation de la médina de Tiznit 205
Noha Gamal Said

Résonances oasiennes 2021 _p_205-221_CONSIDÉRATIONS SUR L’ESPACE SONORE D’UNE SOURCE SACRÉE

Partie 4 / MÉMOIRES ET RÉSILIENCES DES PRATIQUES AGRIURBAINES 223

Nefta: une corbeille de sons 225
Abdelaziz Barkani, Noha Gamal Said et Jean-Paul Thibaud

Résonances oasiennes 2021 _p_225-227_NEFTA UNE CORBEILLE DE SONS

Cheminer après l’inondation 229
Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Résonances oasiennes 2021 _p_229-237_CHEMINER APRÈS L’INONDATION

D’un contraste entre deux parcelles agricoles 239
Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Résonances oasiennes 2021 _p_239-244_D’UN CONTRASTE ENTRE DEUX PARCELLES AGRICOLES

Le legmi: stigmate de la crise de l’agriculture dans la Corbeille 245
Irène Carpentier et David Goeury

Résonances oasiennes 2021 _p_245-247_LE LEGMI STIGMATE DE LA CRISE DE L’AGRICULTURE

Terre chaude – Terre de saints 249
Marc Breviglieri et Mohamed Mouskite

Résonances oasiennes 2021 _p_249-259_TERRE CHAUDE – TERRE DE SAINTS

De la responsabilité de l’architecte dans les ambiances des cités oasiennes.
Le cas des porches fortifiés des ksour marocains 261
Salima Naji

Résonances oasiennes 2021 _p_249-259_TERRE CHAUDE – TERRE DE SAINTS

Fragiles mémoires des oasis historiques. Une relecture critique par les ambiances 305
Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Résonances oasiennes 2021 _p_305-334_FRAGILES MÉMOIRES DES OASIS HISTORIQUES

Conclusion / Un aperçu de l’héritage et du devenir des oasis sahariennes 335
Marc Breviglieri et David Goeury

Résonances oasiennes 2021 _p_335-347_Conclusion_UN APERÇU DE L’HÉRITAGE ET DU DEVENIR DES OASIS SAHARIENNES

Un retour des communs est-il possible ? Analyse d’une initiative pionnière de réutilisation des eaux urbaines épurées pour l’irrigation à vocation agricole dans une cité oasienne (Tiznit, Maroc)

Ce chapitre d’ouvrage a été publié dans la collection Grafigéo n°37

Référence:

David Goeury, 2021, “Un retour des communs est-il possible ? Analyse d’une initiative pionnière de réutilisation des eaux urbaines épurées pour l’irrigation à vocation agricole dans une cité oasienne (Tiznit, Maroc)”, in Martine BERGER, Jean-Louis CHALÉARD, Alia GANA (dir.), Crise des modèles ? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-campagnes, Paris : Grafigéo, p.129-151.

Résumé:

Ici, nous analyserons le cas de Tiznit, dans la région de Souss-Massa, au Maroc, qui fut parmi les premières municipalités marocaines à développer la réutilisation des eaux urbaines épurées pour l’irrigation à vocation agricole dans un cadre réglementaire. Ce cas est particulièrement intéressant, car la municipalité a souhaité le faire selon un protocole participatif en soutenant un collectif hétéroclite d’agriculteurs désireux de s’inscrire dans la continuité des communs fonciers historiques, quitte à aller à l’encontre des modèles imposés par les pouvoirs publics et les experts qui défendent un modèle avant tout économique de l’agriculture . En effet, elle a privilégié une logique alternative d’économie du patrimoine, soit la conservation d’un héritage qui dans le cas de l’oasis mobilise le registre très particulier du faire ensemble . Cependant, l’implémentation d’une nouvelle technologie est- elle à même d’alimenter une dynamique civique et participative ? En effet, le collectif doit surmonter à la fois des enjeux institutionnels et des enjeux techniques. La procédure légale défendue par les administrations et les organisations internationales comme une réelle opportunité pour un développement durable peut s’avérer particulièrement décourageante et finalement favoriser les logiques informelles au mépris des normes nationales ou internationales.

Continuer la lecture de Un retour des communs est-il possible ? Analyse d’une initiative pionnière de réutilisation des eaux urbaines épurées pour l’irrigation à vocation agricole dans une cité oasienne (Tiznit, Maroc)

Imagining the Revitalisation of Collective Spaces within the Ecosystem

By Sylvie Tram Nguyen

This village located in Adkhss is one of the many ancient granary villages in Tata province, within the Souss Massa central region of Morocco. It located within a fast oasis landscape in a pre-Saharan dessert territory, which is also affected by floods.

Inhabitants come from Amazighs and Arab tribes.  The Tata Province population is approximately 117,841 in 2014.  Whereas the estimate area of the village in Adkhss is less than 500 (approximately 80 families reside within the study site). According to the governor, this area has great prospects in cultivating tourism and should leverage capital to valorise its assets in heritage. Continuer la lecture de Imagining the Revitalisation of Collective Spaces within the Ecosystem

What is the use? Possible asset (re)valorisation strategies for Adkhs

By Carolina Beovic

The visiting foreigner goes through several different layers of discovery, each adding up to a different postcard while getting to know the province of Tata.

The landscape is very similar to certain Latin American landscapes.  The distances, the dryness, the valleys, the light, and the construction materials make the experience strangely close to the Chilean North. This place however has not yet been exposed to mass tourism. On the contrary, it has seen many men leave for the cities, and it contains a community that has remained there preserving their customs. The population has been moving gradually towards the outskirts of the town to larger and more separate buildings, leaving behind the old town, where the Mosque, Granary, and a semi-abandoned village centre hold great picturesque attractive, but also visible and important cumulative destruction.


Continuer la lecture de What is the use? Possible asset (re)valorisation strategies for Adkhs

D’un commun accueil : hypothèse architecturale pour une mutualisation de l’hébergement touristique

Par Valentin Bourdon

La rénovation à l’œuvre des greniers collectifs dans la région de Tata éveille chez de nombreux acteurs locaux la possibilité de développement d’un tourisme culturel. Les enjeux sont à la fois sociaux, économique mais aussi spatiaux, dans des villages jusqu’ici écartés – et dans une certaine mesure préservés – de toutes formes significatives de régularités touristiques. Cette ambition récente se traduit notamment par la recherche de nouveaux supports d’accueil, parmi lesquels la question de l’hébergement représente un enjeu central. L’hébergement chez l’habitant a fait récemment l’objet de premières expérimentations dans le village d’Adkhs, là où le modèle hôtelier demeure encore écarté, anticipé comme inapproprié par les autorités régionales. Sensibles au regard critique porté sur une pratique majoritairement massive du tourisme dans le reste du pays, les responsables politiques locaux entendent ici développer des modèles alternatifs, étroitement liés aux spécificités du territoire d’accueil. Continuer la lecture de D’un commun accueil : hypothèse architecturale pour une mutualisation de l’hébergement touristique

Le jeu en vaut-il la chandelle ? Réflexion sur l’impact d’une bouteille d’eau en plastique

Par Patrick Giromini

Lorsque nous sommes confrontés à la quotidienneté, dans notre environnement de vie, toute réflexion semble couler de source. La subjectivité s’exprime objectivement, comme si l’autre, le sujet vers lequel sont dirigées nos pensées, ne ferait qu’enregistrer une matière qui lui est déjà donnée. Mais il suffit de nous remémorer les innombrables échanges d’idées qui finissent par un non-lieu, parce que chacune des parties ne partage pas des opinions similaires, pour comprendre que, au contraire, la pensée est l’action d’un ‘endoctrinement’, plus ou moins volontaire, qui nous oriente dans la confrontation au monde. Une vérité qui se dévoile franchement et qui nous agresse, puisque, se dévoilant, dévoile la discordance de nos pensées, lorsque nous sommes plongés, à quelques heures d’avion et de voiture, dans une quotidienneté qui ne nous appartient pas. Cet autre qui nous fait face, nous est d’autant plus distant puisqu’il l’est déjà en amont de toute confrontation, dans notre pensée. Cela a été le cas lors de mon voyage vers le village Adghers-n-Warfaln, au Maroc. Pour qu’une entente partagée puisse s’instaurer, ne devrions-nous pas expliciter le cadre de référence qui régit notre pensée afin qu’une mutuelle compréhension s’instaure dès le début ? Dévoiler à l’autre nos croyances, comme l’a témoigné Ivan Illich à David Cayley. Illich avait pris l’habitude lors de chaque conférence d’introduire son cadre de pensée[1]. Ne devrions-nous pas l’indiquer à chaque fois que nous prenons position lors d’une confrontation avec un territoire qui n’est pas le nôtre ? Dans mon cas, afin de me situer par rapport à l’expérience vécue au Maroc, cela me semble nécessaire, puisque les arguments qui suivront appartiennent à une pensée étrangère appliquée à une réalité inconnue et sûrement incomprise.

Continuer la lecture de Le jeu en vaut-il la chandelle ? Réflexion sur l’impact d’une bouteille d’eau en plastique

Entrepreneuriat féminin agricole à Tiznit : une affaire de veuves

Par Claire Madenspacher1

Au Maroc, l’accès à un emploi rémunéré reste inaccessible pour de nombreuses femmes et le taux d’activité de ces dernières  baisse depuis plus d’une décennie. L’entrepreneuriat féminin est présenté comme une alternative et augmente légèrement. Pourtant, est-il pour autant possible de parler de dynamiques féminines autonomes? Ici, nous souhaitons revenir sur le cas de deux femmes éleveuses membre d’une coopérative laitière sise à Tiznit et intégrée au réseau COPAG.  Il ne s’agit pas de la création d’une entreprise mais de la reprise d’une entreprise familiale.

Continuer la lecture de Entrepreneuriat féminin agricole à Tiznit : une affaire de veuves

Skifa : lieu de mémoire tendre d’une ville. Savoir vivre ancestral et mode de vie oasien

Par Hind Ftouhi et Khadija Zahi

Depuis les inondations des années 1990, la médina de Nefta  subit de profonds changements architecturaux qui risquent de lui faire perdre progressivement son caractère et son identité. On assiste à un cycle d’abandon et de démolition des anciennes maisons, et à la naissance de logements construits avec le béton à la place de l’architecture en terre.

La skifa est un espace pivot de la maison traditionnelle « bina arbi » (العربي بناء, ou construction arabe qui renvoie en Tunisie à tout ce qui est local ou traditionnel) articulant l’extérieur et l’intérieur. Un espace réglé par un jeu de contraste entre le dehors et le dedans, le chez soi et la rue, notamment couverte « le bourtal », le proche et le lointain. L’abandon des maisons traditionnelles, la disparition du savoir faire architectural ancestral et l’envahissement de l’architecture du béton font de skifa, à l’instar des villes invisibles d’Italo Calvino (1972), un ensemble de beaucoup de choses : de mémoire, de désirs, de signes d’un langage ; des lieux d’échanges de mots, de désirs, de souvenirs.

Continuer la lecture de Skifa : lieu de mémoire tendre d’une ville. Savoir vivre ancestral et mode de vie oasien

Ethnographie de l’habité : trois houchs à Nefta

Par Imen Attia Landlousi

Si on évoque souvent l’impact néfaste du morcellement des terres dans l’espace oasien, on peut aussi remarquer des problématiques du même ordre au sein du foncier et du bâti et leurs liens intrinsèques avec la dégradation du patrimoine architectural des médinas. Peut en témoigner une petite ethnographie de l’habité dans le quartier Ezzaouia et Alegma de la ville de Nefta à partir de trois houchs (maisons traditionnelles).
En effet, il ne faut pas sous-estimer par exemple les tensions que peut créer aujourd’hui une cohabitation générationnelle et familiale variée. Continuer la lecture de Ethnographie de l’habité : trois houchs à Nefta

Terre chaude – Terre de Saints

Par Marc Breviglieri et Mohamed Mouskite

Djamel semble intarissable. De sa parcelle, des moindres recoins de la « corbeille » de Nefta, il parait tout connaitre et tout apprécier. Pour mieux s’expliquer, il trace dans le sable des plans vus du ciel, l’alignement des parcelles, la césure entre les propriétés qui reflète aussi le parcours des canaux d’irrigation. Son discours est parfaitement rodé, il n’y a plus de place pour l’improvisation descriptive. Continuer la lecture de Terre chaude – Terre de Saints