Archives de catégorie : Bibliographie

Bibliographie commentée

Résilience, résistance et reconnaissance Destin de l’agriculture urbaine oasienne à Tiznit (Maroc)

Cet article a été publié dans le revue Géographie et Cultures.

Il a été co-écrit par David Goeury et Louis Emmanuel Leray.

Bibliographical reference

David Goeury and Louis‑Emmanuel Leray, « Résilience, résistance et reconnaissance », Géographie et cultures, 101 | 2017, 59-77.

Electronic reference

David Goeury and Louis‑Emmanuel Leray, « Résilience, résistance et reconnaissance », Géographie et cultures [Online], 101 | 2017, Online since 17 July 2018, connection on 24 March 2019. URL : http://journals.openedition.org/gc/4863 ; DOI : 10.4000/gc.4863

Résumé

L’agriculture exercée dans les périmètres oasiens urbains est aujourd’hui menacée au Maroc. À Tiznit, l’inversion des rapports de valeur entre l’eau et la terre a favorisé une urbanisation anarchique sur des terres historiquement préservées. Or, cette activité fait preuve de résilience dans un contexte institutionnel peu favorable. Cette dynamique s’explique par la résistance des agriculteurs et des ayants droit qui se mobilisent face aux autres parties prenantes. Derrière des pratiques culturales jugées archaïques se cachent de nouvelles dynamiques entrepreneuriales comme l’élevage bovin laitier. En effet, il apparaît aujourd’hui que l’espace oasien périurbain est particulièrement propice au développement d’une filière laitière bovine intégrée au marché à même de concilier ville et agriculture. Parallèlement, apparaît la volonté d’acteurs locaux de faire reconnaître la spécificité de l’agriculture oasienne afin d’en assurer la préservation. Or, le rôle économique de cette agriculture est parfois minoré tandis que sont mis en avant ses rôles esthétique, écologique, voire psychologique au sein de villes en pleine croissance. L’oasis devient alors un étendard identitaire, un lieu de mémoire d’un temps pré-colonial, permettant de magnifier une certaine forme de démocratie locale historique. Cependant, cette vision tend à figer les pratiques culturales autour de cultures patrimoniales. S’affirment alors de nouvelles velléités institutionnelles de certification des pratiques afin de les mettre en conformité avec de nouveaux usages récréatifs, limitant les opportunités d’innovation des agriculteurs. Par ailleurs, cette patrimonialisation se traduit par une diminution des superficies agricoles au profit d’aménagements récréatifs, voire à l’autorisation d’une urbanisation périphérique croissante, amenant à de nouvelles tensions. Enfin, les ayants droit historiques peuvent être associés à un groupe politique clairement déterminé, les rendant dépendants des retournements électoraux.

Abstracts

The agriculture practiced in urban oasis areas is threatened. The inversion of the value relations between water and land have favored uncontrolled urbanization on historically preserved land. However, this activity shows resilience in an unfavorable institutional context. This dynamic is explained by the farmers resistance who are mobilizing against the others stakeholders. Behind farming practices deemed archaic or comfort, hide entrepreneurial new dynamics such as dairy farming. Indeed, it now appears that the suburban oasis space is particularly conducive to the development of a market integrated dairy industry able to combine city’s opportunities and agriculture. Meanwhile, appears the will of local stakeholders to recognize the specificities of agricultural oasis to ensure its preservation. However, the economic role that agriculture is sometimes minimized while its aesthetic, ecological and even psychological roles are highlighted specifically in growing cities. The oasis becomes an identity banner, a place of memory of a pre-colonial times, to magnify an ideal of historic local democracy. However, this view tends to freeze farming practices around heritage farming. Then, appear new institutional inclinations to certificate practices and to bring agriculture into compliance with new recreational uses, limiting the opportunities for agricultural innovations. Moreover, this results in a reduction of agricultural land for the benefit of recreational facilities and the authorization of a growing peripheral urbanization, leading to new tensions. Finally, the historical rights holders may be associated with a political group clearly determined, making them dependent political majority changes.

Plan

De l’agriculture mère de la ville à l’agriculture menacée par la ville retour sur deux cartes de Tiznit 1971 et 2016

L’activité agricole, une activité résiliente

L’activité agricole à Targa : l’affaire d’une minorité résistante ou d’une élite qui cultive l’entre soi ?

L’élevage bovin nouveau front agricole

De la résistance à la reconnaissance institutionnelle ? remettre le périmètre urbain au coeur de la cité

Une reconquête politique identitaire

Une dynamique institutionnelle fragile

Conclusion 

Pour un retour des biens communs fonciers ?

Réflexions autour de la mobilisation et de la défense d’un espace oasien (le cas de la Targa de Tiznit, Maroc)

Cet article a été publié dans le revue Belgéo

Il a été écrit par David Goeury.

Electronic reference

David Goeury, « Pour un retour des biens communs fonciers ?  », Belgeo [Online], 2 | 2018, Online since 18 June 2018, connection on 24 March 2019. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/21530 ; DOI : 10.4000/belgeo.21530

Résumé

Au Maroc, les biens communs fonciers ont été à l’origine d’un patrimoine à la fois culturel et écologique. Cependant, suite à la colonisation, ils ont été soit étatisés, soit privatisés car jugés inefficients. Pour autant, les collectifs historiques n’ont pas disparu et restent mobilisés autour de ressources dont ils considèrent avoir été injustement dépossédés. Le retour des biens communs semble lié à leur puissance évocatrice d’un passé idyllique marqué par une gouvernance singulière, la démocratie collective, par opposition à l’autoritarisme et la corruption des administrations contemporaines. Leur renaissance se fait grâce à de nouvelles organisations associatives mais ne peut se perpétuer que grâce à la bienveillance des institutions politiques nationales et tout particulièrement du pouvoir municipal. Cependant, la tentation de limiter cet héritage à sa seule dimension paysagère occulte ses fondements civiques articulés autour de l’engagement du faire ensemble comme praxis citoyenne.

Abstract

In Morocco, commons pool resources originate cultural and ecological heritage. However, following colonization, they have been either state-controlled or privatized. The historical owners’ communities have not disappeared and remain mobilized around resources which they consider to have been unjustly dispossessed. The return of commons pool resources seems to be linked to evocation of an idyllic past. They are seen as singular governance and collective democracy, opposed to the authoritarianism and corruption of contemporary administrations. Their revival is achieved through new local committees, but can only be perpetuated by the benevolence of national political institutions, and particularly of municipal authority. However, the temptation to limit this heritage to its landscape hides civic foundation articulated around the involvement to do together as citizenship praxis.

Plan

Introduction

Une histoire de dépossession : l’eau du bien commun au bien public

Tensions sur la terre : entre individualisation et résilience du collectif

Une reconquête politique ardue : du commun à la commune comme garant institutionnel

Fragilités du commun et leurre du patrimoine naturel : défendre un faire ensemble constant et non un paysage

Conclusion

Revitalisation de la médina de Tiznit, le noyau fondateur de l’oasis

Cet article est paru dans la revue Planur-e. Territorio, urbanismo, sostenibilidad, paisaje y diseño urbano .

Il été écrit par Salima Naji et David Goeury.

Electronic reference

  • Naji Salima, David Goeury, 2016 : « Revitalización de la Medina de Tiznit »   in Planur-e. Territorio, Urbanismo, Paisaje, Sostenibilidad y Diseno Urbano, #08 – Invierno 2016

http://www.planur-e.es/articulos/ver/revitalizaci-n-de-la-medina-de-tiznit

Résumé

Tiznit est une cité oasienne du Sud marocain qui fut qualifiée de cité jardin à la période coloniale. Cependant, sa médina a connu une forte croissance démographique altérant profondément ses qualités environnementales historiques. À partir de 2008, elle fait l’objet d’un vaste programme de mise en valeur dirigé par un pouvoir municipal volontariste soutenue par une société civile dynamique. Cette politique s’est appuyée sur la réhabilitation de monuments emblématiques mais aussi par la construction de nouveaux équipements dans le cadre d’un plan d’aménagement et de sauvegarde (PASM) à même de proposer une vision patrimoniale pour la ville.

Ce processus particulièrement long a été marqué par une série d’étapes et de projets emblématiques qui posent la question de l’éco-construction alors que le cadre réglementaire privilégie la mise à niveau urbaine selon des logiques normatives exogènes. Dès lors, il s’agit de s’interroger sur l’impact de la requalification des lieux emblématiques comme la source fondatrice Ain Aqdim ou la kasbah Aghenaj sur la mise en valeur totale de la vieille ville de Tiznit.

Abstract

Tiznit is an oasis town of South Morocco which was called a garden city during the colonial time. However, its medina has experienced a strong population growth profoundly altering its historical environmental qualities. Beginning in 2008, the medina is subject of a vast program of development directed by a voluntary municipal authority based on a dynamic civil society. This policy was based on rehabilitation of emblematic monuments but also on construction of new equipments as part of a planning and conservation plan (PASM) able to propose a heritage vision for the city.

This particularly long process was marked by a serie of emblematic steps and projects that raise the question of eco-construction while the regulatory framework favors urban upgrading according to exogenous normative logics. It’s therefore necessary to consider the impact of requalification of emblematic places such as the founding spring “Ain Aqdim” or “Kasbah Aghenaj” on old city’s development.

Gestes publics d’appropriation et phénoménalisation progressive d’une ambiance. Autour d’une source sacrée intégrée à la réhabilitation d’une médina (Tiznit, Maroc)

Cet article a été publié dans lors du congrès de Volos sur les ambiances du 21 et 24 septembre 2016.

Il a été co-écrit par Marc Breviglieri et Imen Attia Landoulsi.

Bibliographical reference

Marc Breviglieri, Imen Attia Landoulsi. Gestes publics d’appropriation et phénoménalisation progressive d’une ambiance. Autour d’une source sacrée intégrée à la réhabilitation d’une médina (Tiznit, Maroc). Ambiances, tomorrow. Proceedings of 3rd International Congress on Ambiances. Septembre 2016, Volos, Greece, Sep 2016, Volos, Grèce. p. 105 – 110. ffhal-01404363f

Electronic reference

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01404363/document

Abstract

This  paper  explores  the  hard  question  of  the  appropriation  in construction of a public space, asking the question of gradual phenomenolo‐ gy  of  an  atmosphere.  We  seek  to  show  how  some  ways  and  forms  of appropriation by the use contribute to the progressive and specifical building  of an atmosphere. That’s why our attention was focused on children playing  in a public space.  

Introduction

Cette contribution prend pour axe de réflexion la difficile question de l’appropriation  en devenir d’un espace public, tout en ramenant l’interrogation sur la phénoménalisation  progressive  d’une  ambiance.  En  ce  sens,  et  en  nous  appuyant  sur  une  réalisation architecturale venant d’être livrée au public, nous tenterons de montrer  comment  certaines modalités  d’appropriation  par  l’usage  contribue  à  la  formation  graduelle et spécifique d’une ambiance.  Il  est  question  ici  d’un  espace  public  situé  dans  la  médina  de  la  ville  oasienne  de  Tiznit  au  Maroc.  Cette  médina  fait  l’objet  d’un  plan  d’aménagement  et  de  sauvegarde  pris  en  charge  par  l’architecte  et  anthropologue  Salima  Naji.  L’espace  public dont il sera question dans cette réflexion a pour centre de gravité une source  sacrée, jadis fréquentée à l’occasion de nombreux rituels courants et propitiatoires,  puis  délaissée,  enfin  rendue  au  public  par  la  volonté  même  de  réhabilitation  de  l’architecte.  Originairement  nommée  Aïn  Aqdim  (la  « source  ancienne »,  laissant  entendre qu’elle représente le point d’origine même de la ville), elle fut désignée à  l’époque coloniale, et pour un motif touristique, « source bleue » (Aïn Zerka). À cette  source,  qui  est  un  bassin  d’eaux  de  résurgence  qui  a  pu  approvisionner  plusieurs  jardins de la ville ancienne et alimente encore une partie de la palmeraie, s’attache un mythe fondateur : une femme accompagnée d’un chien, étrangère et venant de  loin,  répondant  au  nom  de  Lalla  Zninia,  aurait  découvert  sous  la  pierre  la  source  d’eau qui fut aménagée en bassin autour duquel des villageois purent se sédentariser (Naji, Boumzgou et Goeury, 2016).    La  source  est  entourée  d’aménités  permettant  l’occupation  paisible  du  lieu  et  l’émergence  de  différentes  activités  qui  gravitent  autour  de  la  présence  de  l’eau.  Une  paroi  de  ruissellement,  donnant l’impression  d’une  petite  cascade,  permet  de  déverser  le  contenu  d’un  plan  d’eau  supérieur  vers  le  bassin  de  la  source.  Des  khettaras  marocaines  (puits  artésiens)  sont  reproduites,  renvoyant  au  système  traditionnel  de  mobilisation  des  eaux  souterraines ;  des  séguias  (canaux  ouverts  d’irrigation)  traversent un jardin composé de plantes endémiques… Depuis le mois  de  ramadan  de  l’année 2015,  la  source  et  son  espace  public  avoisinant  ont  été  nettement réinvestis par les habitants du quartier.  Nos observations de terrain ont permis de développer un ensemble d’interrogations  plaçant en leur centre l’expérimentation d’une ambiance publique se potentialisant à  mesure  que  l’usage  du  lieu  s’y  déploie.  Cette expérimentation a  pour  corollaire  un  nécessaire  mouvement  d’appropriation  depuis  lequel  l’espace  public  de  la  source  sacrée  se  voit  être  de  nouveau  habité,  y  compris  dans  sa  dimension  mythique  et  historique.  Comment  donc  s’est  appréhendé  un  premier  contact,  puis  s’est  de  nouveau tracé le chemin des habitudes qui finit par fonder un ancrage au lieu ? 

La Maison d’Iligh et l’histoire sociale du Tazerwalt de Paul Pascon

Pascon Paul, La Maison d’Iligh et l’histoire sociale du Tazerwalt, Rabat : Société Marocaine des Editeurs Réunis, 1984.couverture maison d'Iligh histoire sociale Tazerwalt

Cet ouvrage constitue une référence à la fois pour son contenu et aussi pour l’histoire de la recherche en sciences sociales au Maroc.

En effet, si Paul Pascon relate la « stratégie d’araignée » des héritiers du royaume du Tazerwalt qui attirent progressivement le sociologue renommé, dans une toile d’informations et d’obligations, afin qu’il devienne leur relais pour qu’il raconte leur histoire, ce dernier est loin d’être venu seul. Il fera de ce terrain de recherche une opportunité pour former toute une génération de jeunes chercheurs marocains : Mohamed Tozy, Mohamed Ennaji, Hassan Rachik ont écrit au combien l’expérience de la maison d’Iligh fut fondatrice notamment dans l’ouvrage Le métier d’intellectuel. Dialogue avec quinze penseurs du Maroc.

Par conséquent, cet ouvrage est une des traces d’un des grands moments fondateurs de la recherche en sciences sociales marocaine. L’équipe de chercheurs a investit le lieu, lu les archives, collecté la mémoire orale, observé les rituels, mobilisant toutes les champs des sciences sociales : histoire, économie, sciences politiques, sociologie, anthropologie… Continuer la lecture de La Maison d’Iligh et l’histoire sociale du Tazerwalt de Paul Pascon

Tiznit, la légende de la source et la cité coloniale, selon Mohammed Khaïr-Eddine dans “Légende et vie d’Agoun’chich”

Extrait de Mohammed Khaïr-Eddine, Légende et vie d’Agoun’chich, Editions du Seuil, 1984.

Mohammed Khaïr-Eddine (1941-1995) est né dans un village de la vallée des Ammelns dans la province de Tiznit. Poète engagé, il s'exile en France puis revient dans son village d'origine pour écrire un roman d'aventure entre Tafraout, Taroudant et Tiznit. Son héros Agoun'chich "tronc d'arbre mort" en tachelhit porte en lui toute la mémoire populaire et lutte contre son effritement.
Les vingt dernières pages du roman se déroulent dans la ville de Tiznit. Mohammed Khaïr-Eddine rappelle une des versions du mythe de fondation de la ville autour de la source d'eau de Lalla Zninia puis décrit les transformations coloniales. Il insiste tout particulièrement sur la question de la prostitution avec des figures très ambivalentes.

    Agoun’chich, qui savait que cet hiver-là serait terrible, résolut d’aller à Tiznit. Il jeta un dernier regard plein d’amertume à la vallée où il était né, enveloppa ses affaires dans une couverture qu’il fixa au dos de sa mule et se mit en route. Il connaissait les détours les plus secrets de la montagne… Aussi se dit-il qu’il ne risquait de rencontrer que des bergers ou des vagabonds isolés. Il éviterait les villages bordant la piste nouvellement tracée par les légionnaires et suivrait le chemin des crêtes. La nuit, il dormirait comme d’habitude à la belle étoile. Cependant, il faudrait se procurer du fourrage et de l’eau pour sa monture, l’été ayant complètement pelé et asséché les hauteurs. Cela ne l’inquiétait pas, car il pouvait payer sans discussion.

            Il arriva à Tiznit au bout de quatre journées de marche. Il n’avait jamais encore vu cette ville dont on lui avait pourtant vanté les couleurs fortes et la splendeur. Ses yeux s’attardèrent longtemps sur ses remparts. On racontait qu’elle avait pour fondatrice une prostituée repentie. Elle était venue du Sahara accompagnée d’une chienne. Elles mouraient de soif depuis des heures. À un moment, la chienne disparut et finit par revenir toute trempée. Elle conduisit aussitôt sa maîtresse à l’emplacement d’une source abondante et pure. Alors l’ancienne prostituée tira un trait sur son passé dissolu, s’installa sur les lieux et devint une sainte irréprochable. Personne n’a jamais pu vérifier cette légende, mais Agoun’chich y croyait comme il croyait à l’existence des êtres surnaturels et aux forces occultes des ténèbres qui l’avaient toujours préservé d’une destruction imminente.

    Dès son arrivée, il loua une chambre dans une auberge donnant sur la place du Méchouar. Cette place rectangulaire et vaste accueillait une foule bigarrée dans ses gargotes et ses garnis modestes. Il y avait constamment un va-et-vient intense. On y mangeait à satiété pour presque rien. Malgré la nouveauté que représentaient les camions et les autocars, les gens continuaient de voyager à dos de mulet ou d’âne et de transporter leurs affaires sur des dromadaires. Les esprits religieux superstitieux assimilaient encore les inventions modernes à une manifestation du diable. Ils disaient que les Français les avaient introduites ici pour dévoyer les croyants et grossir les rangs des infidèles.

Continuer la lecture de Tiznit, la légende de la source et la cité coloniale, selon Mohammed Khaïr-Eddine dans “Légende et vie d’Agoun’chich”

Herméneutique urbaine

 

Show

Les enjeux de la restauration de la source Aïn Aqdim (Aïn Zerka) sont intimement liés à la question de la réappropriation d’un espace public urbain par son usage. Il est question d’un niveau d’appréhension qui inscrit l’acte architectural au cœur de plusieurs énigmes sociologiques fondamentales : comment constituer la suture affective qui tiendra lié l’habitant à ce lieu, comment à la fois rénover des usages anciens et en établir de nouveaux, comme réintroduire des lignes de sens partant de la présence de l’eau et de sa valorisation hydraulique ? Continuer la lecture de Herméneutique urbaine

Anthropologie de l’irrigation : les oasis de Tiznit au Maroc par Toufik Ftaïta

Ftaita Toufik, Anthropologie de l’irrigation : les oasis de Tiznit au Maroc, Paris : L’Harmattan, 2006.

Cet ouvrage de référence issu d’une thèse de doctorat pose l’ensemble des enjeux lié à l’irrigation. Toufik Ftaïta décrit l’ensemble des techniques afin de mieux donner à comprendre les enjeux politiques et les confits liés aux eaux souterraines. Même si le propos est plus particulièrement attaché à la localité de Oulad Jerrar à 14 km au sud de Tiznit, l’ouvrage propose constamment une mise en perspective régionale.

Nous retiendrons ici quelques éléments clefs :

– L’oasis est consubstantielle d’une organisation politique spécifique (p.143 à 166) s’appuyant sur un droit coutumier extrêmement précis et des négociations constantes entre les différentes parties prenantes.

– Les mutations contemporaines et l’équipement en motopompe amènent à reconfigurer l’ensemble des relations politiques, économique et sociales sans pour autant abolir les pratiques historiques.

En ce sens, la lecture de l’ouvrage doit être compléter par la lecture des articles de Toufik Ftaïta et tout particulièrement celui de 1999.

En effet, dans cet article Toufik Ftaïta décrit les mutations de l’usage de l’eau d’irrigation issue de la source de Reggada dans le contexte de l’urbanisation de la ville de Tiznit. Outre l’analyse, le texte a aujourd’hui une dimension historique, l’auteur décrivant les nouvelles relations entre les agriculteurs et les pouvoirs publics mais surtout les mutations de l’activité agricole. Ainsi, si l’eau d’irrigation historique est détournée au profit de la consommation urbaine, les ayants droits peuvent alors bénéficier à titre de compensation des eaux usées, mais ces dernières sont souvent exploitées brutes. On assiste alors un changement complet de paradigme.

Continuer la lecture de Anthropologie de l’irrigation : les oasis de Tiznit au Maroc par Toufik Ftaïta