Archives de catégorie : Architectures

Sguifa : lieu de mémoire tendre d’une ville. Savoir vivre ancestral et mode de vie oasien

Par Hind Ftouhi et Khadija Zahi

Depuis les inondations des années 1990, la médina de Nefta  subit de profonds changements architecturaux qui risquent de lui faire perdre progressivement son caractère et son identité. On assiste à un cycle d’abandon et de démolition des anciennes maisons et à la naissance de logements construits avec le béton à la place de l’architecture de terre.

Sguifa : espace pivot de la maison traditionnelle « beni Arbi » articulant l’extérieur et l’intérieur. Un espace réglé par un jeu de contraste entre le dehors et le dedans, le chez soi et la rue « le bourtal », le proche et le lointain … L’abandon des maisons traditionnelles, la disparition du savoir faire architectural ancestral et l’envahissement de l’architecture du béton font de Sguifa, à l’instar des villes invisibles d’Italo Calvino[1], un ensemble de beaucoup de choses : de mémoire, de désirs, de signes d’un langage ; des lieux d’échanges de mots, de désirs, de souvenirs.

Continuer la lecture de Sguifa : lieu de mémoire tendre d’une ville. Savoir vivre ancestral et mode de vie oasien

Ethnographie de l’habité : trois houchs à Nefta

Par Imen Attia Landlousi

Si on évoque souvent l’impact néfaste du morcellement des terres dans l’espace oasien, on peut aussi remarquer des problématiques du même ordre au sein du foncier et du bâti et leurs liens intrinsèques avec la dégradation du patrimoine architectural des médinas. Peut en témoigner une petite ethnographie de l’habité dans le quartier Ezzaouia et Alegma de la ville de Nefta à partir de trois houchs (maisons traditionnelles).
En effet, il ne faut pas sous-estimer par exemple les tensions que peut créer aujourd’hui une cohabitation générationnelle et familiale variée. Continuer la lecture de Ethnographie de l’habité : trois houchs à Nefta

Subtile porosité

Par Alia Ben Ayed, Noha Gamal et Jean-Paul Thibaut

Une expérience sensible menée dans le quartier historique d’El Algama, engageant davantage notre attention sonore, nous amène à reconsidérer la représentation que nous avions des lieux. Nous sommes constamment sollicités par des sonorités, composées au gré des événements, de chants d’oiseaux, de pétarades de mobylettes, de claquements de sabots de mulets traînant leur charrette, de paroles, de rires, de jeux d’enfants. Ses sonorités colorent le parcours, le rythment,  reconfigurent sa géométrie, modifient parfois sa plasticité lorsque les formes sonores débordent au-delà des limites proprement construites.

Continuer la lecture de Subtile porosité

La source bleue : La cour de la ville

Par Noha Gamal Saïd

Ecouter pour comprendre la configuration sonore de cet espace.

La source est un espace phoniquement particulier : il s’oppose à la hiérarchie sonore de la médina. De la maison, au derb, en passant par la rue, l’avenue et enfin la place, il existe un processus d’intensification des activités et de la circulation qui se traduit par un gradient sonore allant du calme dans l’espace semi privé jusqu’au tumulte des espaces publics les plus fréquentés. Le feutré des cours intérieures et des impasses s’oppose au bruit des places et des rues commerçantes. Or au sein du dispositif sonore de la médina, l’Ain Zerka apparaît comme un lieu singulier.

Continuer la lecture de La source bleue : La cour de la ville

De l’appropriation d’Aïn Zerka, source sacrée

Par Marc Breviglieri, Hind Ftouhi, Imen A. Landoulsi, Mohamed Mouskite et Noha G. Said

Le geste naturel et heureux d’appropriation de l’espace bâti figure sans doute parmi ce qui doit être retenu en faveur de l’architecte. Mais comment appréhender ce geste d’appropriation ? Comment donc, en complément du récit de l’architecture, s’appréhende un premier contact, puis se trace le chemin des habitudes qui finit par fonder un ancrage sensible au lieu ?

Continuer la lecture de De l’appropriation d’Aïn Zerka, source sacrée

Réhabilitation de la source historique Aïn Zerka

Conserver son âme à la cité de Tiznit est une véritable gageure. Classée comme cité jardin saharienne à la période coloniale, aujourd’hui, elle subit une pression démographique galopante. Il s’agit donc de réinvestir quelques lieux emblématiques pour y  insuffler une vie nouvelle porteuse d’avenir (extraits du blog de Salima Naji http://www.salimanaji.org ).

L’actuelle  mise en valeur du site de Ain Aqdim traduit une volonté récente de rendre lisible l’histoire de la médina. Son noyau originel fait ainsi l’objet d’une réhabilitation s’accompagnant de plusieurs projets culturels qui gravitent autour de cette fameuse source. Chaque choix, chaque matériau, chaque forme choisie, volumétrie ou dispositif, ont été motivés par une volonté de vérité, d’honnêteté vis-à-vis du site ou de lisibilité de son histoire.

ADSC_0355,

Continuer la lecture de Réhabilitation de la source historique Aïn Zerka

Herméneutique urbaine

 

Show

Les enjeux de la restauration de la source Aïn Aqdim (Aïn Zerka) sont intimement liés à la question de la réappropriation d’un espace public urbain par son usage. Il est question d’un niveau d’appréhension qui inscrit l’acte architectural au cœur de plusieurs énigmes sociologiques fondamentales : comment constituer la suture affective qui tiendra lié l’habitant à ce lieu, comment à la fois rénover des usages anciens et en établir de nouveaux, comme réintroduire des lignes de sens partant de la présence de l’eau et de sa valorisation hydraulique ? Continuer la lecture de Herméneutique urbaine