Archives de catégorie : La source : Aïn Zerka

Gestes publics d’appropriation et phénoménalisation progressive d’une ambiance. Autour d’une source sacrée intégrée à la réhabilitation d’une médina (Tiznit, Maroc)

Cet article a été publié dans lors du congrès de Volos sur les ambiances du 21 et 24 septembre 2016.

Il a été co-écrit par Marc Breviglieri et Imen Attia Landoulsi.

Bibliographical reference

Marc Breviglieri, Imen Attia Landoulsi. Gestes publics d’appropriation et phénoménalisation progressive d’une ambiance. Autour d’une source sacrée intégrée à la réhabilitation d’une médina (Tiznit, Maroc). Ambiances, tomorrow. Proceedings of 3rd International Congress on Ambiances. Septembre 2016, Volos, Greece, Sep 2016, Volos, Grèce. p. 105 – 110. ffhal-01404363f

Electronic reference

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01404363/document

Abstract

This  paper  explores  the  hard  question  of  the  appropriation  in construction of a public space, asking the question of gradual phenomenolo‐ gy  of  an  atmosphere.  We  seek  to  show  how  some  ways  and  forms  of appropriation by the use contribute to the progressive and specifical building  of an atmosphere. That’s why our attention was focused on children playing  in a public space.  

Introduction

Cette contribution prend pour axe de réflexion la difficile question de l’appropriation  en devenir d’un espace public, tout en ramenant l’interrogation sur la phénoménalisation  progressive  d’une  ambiance.  En  ce  sens,  et  en  nous  appuyant  sur  une  réalisation architecturale venant d’être livrée au public, nous tenterons de montrer  comment  certaines modalités  d’appropriation  par  l’usage  contribue  à  la  formation  graduelle et spécifique d’une ambiance.  Il  est  question  ici  d’un  espace  public  situé  dans  la  médina  de  la  ville  oasienne  de  Tiznit  au  Maroc.  Cette  médina  fait  l’objet  d’un  plan  d’aménagement  et  de  sauvegarde  pris  en  charge  par  l’architecte  et  anthropologue  Salima  Naji.  L’espace  public dont il sera question dans cette réflexion a pour centre de gravité une source  sacrée, jadis fréquentée à l’occasion de nombreux rituels courants et propitiatoires,  puis  délaissée,  enfin  rendue  au  public  par  la  volonté  même  de  réhabilitation  de  l’architecte.  Originairement  nommée  Aïn  Aqdim  (la  « source  ancienne »,  laissant  entendre qu’elle représente le point d’origine même de la ville), elle fut désignée à  l’époque coloniale, et pour un motif touristique, « source bleue » (Aïn Zerka). À cette  source,  qui  est  un  bassin  d’eaux  de  résurgence  qui  a  pu  approvisionner  plusieurs  jardins de la ville ancienne et alimente encore une partie de la palmeraie, s’attache un mythe fondateur : une femme accompagnée d’un chien, étrangère et venant de  loin,  répondant  au  nom  de  Lalla  Zninia,  aurait  découvert  sous  la  pierre  la  source  d’eau qui fut aménagée en bassin autour duquel des villageois purent se sédentariser (Naji, Boumzgou et Goeury, 2016).    La  source  est  entourée  d’aménités  permettant  l’occupation  paisible  du  lieu  et  l’émergence  de  différentes  activités  qui  gravitent  autour  de  la  présence  de  l’eau.  Une  paroi  de  ruissellement,  donnant l’impression  d’une  petite  cascade,  permet  de  déverser  le  contenu  d’un  plan  d’eau  supérieur  vers  le  bassin  de  la  source.  Des  khettaras  marocaines  (puits  artésiens)  sont  reproduites,  renvoyant  au  système  traditionnel  de  mobilisation  des  eaux  souterraines ;  des  séguias  (canaux  ouverts  d’irrigation)  traversent un jardin composé de plantes endémiques… Depuis le mois  de  ramadan  de  l’année 2015,  la  source  et  son  espace  public  avoisinant  ont  été  nettement réinvestis par les habitants du quartier.  Nos observations de terrain ont permis de développer un ensemble d’interrogations  plaçant en leur centre l’expérimentation d’une ambiance publique se potentialisant à  mesure  que  l’usage  du  lieu  s’y  déploie.  Cette expérimentation a  pour  corollaire  un  nécessaire  mouvement  d’appropriation  depuis  lequel  l’espace  public  de  la  source  sacrée  se  voit  être  de  nouveau  habité,  y  compris  dans  sa  dimension  mythique  et  historique.  Comment  donc  s’est  appréhendé  un  premier  contact,  puis  s’est  de  nouveau tracé le chemin des habitudes qui finit par fonder un ancrage au lieu ? 

La source bleue : La cour de la ville

Par Noha Gamal Saïd

Ecouter pour comprendre la configuration sonore de cet espace.

La source est un espace phoniquement particulier : il s’oppose à la hiérarchie sonore de la médina. De la maison, au derb, en passant par la rue, l’avenue et enfin la place, il existe un processus d’intensification des activités et de la circulation qui se traduit par un gradient sonore allant du calme dans l’espace semi privé jusqu’au tumulte des espaces publics les plus fréquentés. Le feutré des cours intérieures et des impasses s’oppose au bruit des places et des rues commerçantes. Or au sein du dispositif sonore de la médina, l’Ain Zerka apparaît comme un lieu singulier.

Continuer la lecture de La source bleue : La cour de la ville

Parcours sonore autour de la source

Ce parcours sonore vient compléter le texte “La source bleue : La cour de Tiznit”.

Il s’agit ici de proposer une série d’écoutes alternant les trajets vers la source ou depuis la source et les point d’arrêts. Les enregistrements ont été réalisés par Noha Gamal Saïd du 21 au 23 septembre 2015.

Ces extraits participent de la constitution des archives sonores de l’ambiance urbaine de la médina de Tiznit.

 

Parcours sonore réalisé par Noha G. Saïd
Parcours sonore réalisé par Noha G. Saïd

Pc 1 : Parcours : de la rue à la source.

Continuer la lecture de Parcours sonore autour de la source

Le mythe de Lalla Zninia et l’esprit du lieu

Par Marc Breviglieri, Hind Ftouhi, Imen A. Landoulsi, Mohamed Mouskite et Noha Gamal Said.

Le site d’Aïn Zerka dispose manifestement d’une singulière puissance d’évocation narrative. Quantité de récits nous a été spontanément rapporté aux abords de la source désormais réinvestie par les habitants et les visiteurs occasionnels. La ville semble y rouvrir des histoires qu’elle avait laissées sur ses bords et qu’elle enfouissait progressivement dans l’oubli. Continuer la lecture de Le mythe de Lalla Zninia et l’esprit du lieu

De l’appropriation d’Aïn Zerka, source sacrée

Par Marc Breviglieri, Hind Ftouhi, Imen A. Landoulsi, Mohamed Mouskite et Noha G. Said

Le geste naturel et heureux d’appropriation de l’espace bâti figure sans doute parmi ce qui doit être retenu en faveur de l’architecte. Mais comment appréhender ce geste d’appropriation ? Comment donc, en complément du récit de l’architecture, s’appréhende un premier contact, puis se trace le chemin des habitudes qui finit par fonder un ancrage sensible au lieu ?

Continuer la lecture de De l’appropriation d’Aïn Zerka, source sacrée

Aménagement successifs de la source historique des années 1920 aux années 1970

La source historique de Tiznit est une résurgence karstique qui a été aménagée en bassins afin de permettre son prolongement sous la forme d’une séguia (canal) à même d’irriguer l’oasis.

Les premières images prises à la colonisation montrent deux bassins successifs et le canal d’irrigation aérien.

Source de Tiznit début années 1920

A la colonisation, la sources est réaménagée. Le bassin est élargi et approfondi. Des escaliers permettent alors l’accès au nouveau bassin. Le canal de la source est alors au pied des marches.

La source de Tiznit après son réaménagement dans les années 1930

Les escaliers facilitent alors l’accès à la source. Les femmes font ainsi leurs lessives dans le nouveau bassin.

Continuer la lecture de Aménagement successifs de la source historique des années 1920 aux années 1970

Ahmed Hamiddouch

Le 6 avril, nous nous mettons en route en fin d’après-midi, en direction du petit marché central de la rue Sidi Abderrahmane (Lksabt n tafoukt) dont l’activité bat son plein à ce moment précis de la journée. Une fois sur place, nous entamons la conversation au hasard des rencontres, avec des hommes ou des femmes d’un certain âge susceptibles de faire remonter quelques souvenirs d’un temps où la vie quotidienne semblait foisonner autour de la source bleue.

Marché de la rue Sidi Abderrahmane (Lksabt n tafoukt)
Marché de la rue Sidi Abderrahmane

Continuer la lecture de Ahmed Hamiddouch

Réhabilitation de la source historique Aïn Zerka

Conserver son âme à la cité de Tiznit est une véritable gageure. Classée comme cité jardin saharienne à la période coloniale, aujourd’hui, elle subit une pression démographique galopante. Il s’agit donc de réinvestir quelques lieux emblématiques pour y  insuffler une vie nouvelle porteuse d’avenir (extraits du blog de Salima Naji http://www.salimanaji.org ).

L’actuelle  mise en valeur du site de Ain Aqdim traduit une volonté récente de rendre lisible l’histoire de la médina. Son noyau originel fait ainsi l’objet d’une réhabilitation s’accompagnant de plusieurs projets culturels qui gravitent autour de cette fameuse source. Chaque choix, chaque matériau, chaque forme choisie, volumétrie ou dispositif, ont été motivés par une volonté de vérité, d’honnêteté vis-à-vis du site ou de lisibilité de son histoire.

ADSC_0355,

Continuer la lecture de Réhabilitation de la source historique Aïn Zerka

Ain Aqdim au coeur de la médina Tiznit, retrouver les origines de la ville par Salima Naji

L’Unesco (article extrait du blog de Salima Naji http://www.salimanaji.org ) reconnaît les paysages culturels comme des «ouvrages combinés de la nature et de l’homme». Les paysages culturels illustrent l’évolution de la société et des établissements humains au cours des âges, sous l’influence de besoins, atouts et contraintes liés à l’environnement naturel et aux forces sociales ou économiques successives, voire cultuelles ou culturelles.

Or, la ville de Tiznit a connu de profondes transformations depuis la fin du XIXe siècle. Ain Aqdim «la source ancienne» appelée souvent en français «Source bleue » (Ain Zerka dans les guides touristiques), aurait pu être mieux traduite par  « la première source ». Elle est, en effet, à l’origine d’une palmeraie entretenue par l’homme pour devenir progressivement des jardins. Ces jardins étaient nombreux encore au début du siècle, quelques décennies après que le Sultan My Hassan Premier ait fait édifier les remparts de Tiznit.

La cité en 1918, 36 ans après l’édification des remparts reste encore dominée par les activités agricoles. Les noyaux villageois ne sont pas fondu dans un nouveau tissu urbain.

Ce plan reprend la restitution du capitaine Reboul en 1918. La ville se limite alors aux murailles sultanienne et enserre encore de nombreux jardins.
Ce plan reprend la restitution du capitaine Reboul en 1918. La ville se limite alors aux murailles sultaniennes et enserre encore de nombreux jardins.



Continuer la lecture de Ain Aqdim au coeur de la médina Tiznit, retrouver les origines de la ville par Salima Naji

Mémoire et réhabilitation de la source historique

Enfant lisant le panneau de présentation de la source historique de Tiznit
Enfant lisant le panneau de présentation de la source historique de Tiznit

Dans le cadre du projet de réhabilitation, des panneaux signalétique bilingues de présentation du centre historique de la ville ont été installés. L’enfant lit ici attentivement le panneau présentant les étapes historiques d’aménagement successifs de la source depuis la période coloniale.

L’absence d’information accessible au grand public a marginalisé le lieu. Désormais, les habitants et les visiteurs se réapproprient l’histoire des lieux à l’image de cet enfant qui a lu le panneau durant une dizaine de minutes.