Tous les articles par David Goeury

Ce qui est semé, ce qui est planté, ce qui pousse. La place des adventices dans une exploitation agricole en culture irriguée de Doutarga.

Par David Goeury et Amandine Vaccaielli

Au milieu de la vaste exploitation familiale à l’extrémité nord du périmètre irrigué, nous nous arrêtons quelques minutes à l’angle de 4 planches de cultures. La partie sud est irriguée par l’eau filtrée de la station d’épuration depuis une borne qui se trouve en bordure de parcelle. La partie au nord est irriguée grâce à un puits sur la nappe qui se trouve à proximité de la demeure familiale et qui est aussi utilisée pour l’approvisionnement de la famille en eau potable.

L’agriculteur s’arrête. Il pointe les parcelles sud à proximité de la borne

« Ici, nous avons semé de la luzerne. Là tu vois c’est rabie (littéralement ce terme désigne le printemps en arabe mais ici il désigne l’herbe qui pousse seule soit en l’occurrence un mélange d’adventices dominé par de la mauve et de la chenopodium murale). Cela pousse tout seul. Cela demande tout de même du travail. Il faut préparer la parcelle et l’irriguer. C’est pour le bétail. C’est aussi bon que la luzerne. Cela pousse aussi vite que la luzerne et tu la coupes. »

Puis, il se tourne et désigne les parcelles nord.

« Là tu vois, nous avons de la coriandre et ce que tu vois là avec ces grandes feuilles, c’est la mauve (khoubiza). C’est très demandé à Tiznit. Tu la vends au souk même plus cher que la coriandre qui ne rapporte pas grand-chose. Les gens mangent cela haché et en salade. C’est très apprécié. Cela pousse d’octobre à avril comme cela. On ne le sème pas. Cela vient tout seul. Tu vois ici les petites graines sur la plante, ce sont elles qui vont pousser.»

Mauve et coriandre. Crédits : David Goeury.
Graines de mauves présentées par l’agriculteur. Crédits : David Goeury
Continuer la lecture de Ce qui est semé, ce qui est planté, ce qui pousse. La place des adventices dans une exploitation agricole en culture irriguée de Doutarga.

Cultiver et cuisiner : passion personnelle, bonheurs familiaux. La parcelle agroécologique d’Aïcha

Par David Goeury, Irène Carpentier, Lucia Bordone et Khadija Zahi

Aicha nous guette sur le seuil de sa parcelle. Elle sait que nous allons remonter et passer à proximité d’elle. Elle nous attend. Elle a vu notre déception de ne pas rencontrer son voisin Driss retenu par des démarches administratives à Tiznit. Notre petit groupe remonte lentement le chemin et la salue poliment. Immédiatement, la conversation s’enclenche, elle nous invite à visiter son jardin dont elle est si fière.

Elle réside entre le village et la ville de Tiznit où vivent ses enfants et ses petits enfants. Son fils l’amène plusieurs fois par semaine dans la maison familiale pour qu’elle s’adonne à sa passion, le jardin. Pendant longtemps, elle n’a pas eu de jardin, elle avait appris quelques rudiments auprès de son père durant son enfance, mais une fois mariée et installée dans une vie urbaine, elle a délaissé cette activité. En 2017, elle avait alors seulement un petit jardin proche de la maison familiale dans le village où sont plantés des arbres fruitiers (citronniers, grenadiers, pommiers et oliviers) et quelques légumes qui sont désormais cultivés dans la nouvelle parcelle. Cependant, elle s’en occupait très peu. Elle a donc saisi l’opportunité de la formation en agroécologie organisée par l’association pour se lancer dans le jardinage, même si elle ne pouvait pas être membre de la coopérative féminine du fait de sa résidence à Tiznit.

Parcelle et enquête. Crédits :David Goeury

Continuer la lecture de Cultiver et cuisiner : passion personnelle, bonheurs familiaux. La parcelle agroécologique d’Aïcha

Les trois sœurs à Taghzout : parcelle agrocécologique entre savoirs localisés et circulations des pratiques internationales

Par David Goeury, Mohamed Mouskite et Lucia Bordone

Driss cultive une parcelle à Taghzout. Il a suivi une formation agroécologique organisée par l’association Tamount en partenariat avec l’association Migration et Développement, financée par l’Agence Française de Développement. « Deux ans de formation. Chaque mois, 2 jours. On pratique sur place (sur le lieu de formation, dans la ferme – jardin agroécologique). Mais on pratique aussi dans nos champs à nous. C’est-à-dire le formateur vient pour regarder. »

Il fait visiter régulièrement sa parcelle aux visiteurs et à ses clients, notamment celles et ceux qui viennent directement chez lui pour acheter des produits biologiques. La parcelle s’organise en longueur avec une pente allant d’ouest en est vers le lit de l’oued. Elle est équipée d’un puits et de panneaux solaires.  Le haut de la parcelle comprend une petite pépinière sous bâches plastiques pour les plants les plus fragiles susceptibles d’être picorés par les oiseaux comme les salades, d’une petite pergola pour accueillir les visiteurs et d’un bloc technique en ciment abritant le dispositif de pompage mais servant aussi de lieu de stockage pour les outils et le petit matériel. Deux allées le long des clôtures nord et sud permettent d’accéder aux cultures qui sont organisées en une série de planches de culture très denses irriguées par un dispositif de goutte à goutte. Des arbres ont été plantés le long du chemin d’accès.

La discussion dans la parcelle autour des différentes plantes et des pratiques culturales permet de saisir comment le jeune agriculteur s’est approprié les connaissances transmises lors des formations en agroécologie et surtout comment il les a intégrées aux connaissances acquises dans le cadre des pratiques familiales.

Ici, nous livrons deux courts extraits emblématiques de cette situation : le premier à propos des “trois soeurs” ou Milpa, le second à propos des orties. 

Cet entretien est le produit d’une conversation collective où Driss varie les langues, utilisant tantôt le français, l’arabe et le tachelhit en fonction de la langue de la personne qui pose la question mais aussi du sujet. Ici, sont regroupées une partie de ses réponses.

Au-delà des trois sœurs, une agriculture symbiotique

Continuer la lecture de Les trois sœurs à Taghzout : parcelle agrocécologique entre savoirs localisés et circulations des pratiques internationales

Derrière l’échec de l’entreprise collective, assurer une nourriture de qualité à sa famille. Le cas d’une petite agricultrice

Par David Goeury et Amandine Vaccaielli

Fatima est emblématique de ces femmes cultivatrices. Dans un contexte de profonde transformation des activités villageoises, elle est très intéressée par les initiatives collectives notamment pour faire quelque chose, apprendre et éventuellement disposer de ressources monétaires mêmes minimes. Cependant, pour développer son activité, elle doit être intégrée à une dynamique collective, soit une coopérative, soit une petite entreprise familiale. En effet, la fin de la coopérative et le refus de ses fils de s’impliquer dans les activités agricoles ont mis fin à la commercialisation de ses produits. Malgré ces deux coups du sort, elle maintient son activité productive qui lui permet de fournir à sa famille une alimentation de qualité à moindre coût.

La localité de Taghzout a bénéficié d’une initiative associant formation à l’agroécologie et création d’une coopérative de femmes semencières portée par les associations Tamounte et Migration et Développement, avec le  financement par l’Agence Française pour le Développement(AFD). La coopérative est aujourd’hui dissoute. Une série d’entretien menée avec des femmes de Taghzout qui continuent à cultiver leurs parcelles permet de comprendre les effets complexes d’un tel projet.

Fatima est mariée à un maçon et mère de quatre enfants, trois garçons et une fille. Le plus petit a 9 ans est en 4e année primaire. Ses autres enfants sont plus âgés et ont arrêté leurs études après le lycée pour ses deux autres garçons tandis que sa fille a obtenu une licence. Sa fille et son garçon aîné travaillent dans la pâtisserie de leur oncle à Sidi Bibi. Fatima cultive une parcelle de la famille de son mari qui est irriguée grâce à un puits collectif.

Elle décrit son activité comme un passe-temps : « Nous n’avons rien à faire et donc on s’occupe de cela. » Cependant, elle précise « Grâce à cela, on se nourrit tout l’hiver. En revanche l’été, tout devient sec et on achète les légumes au souk. »

Elle a trois chèvres, une brebis et des poulets. Elle ajoute :« A l’époque quand il y avait de la pluie, on avait plus de bétail et une vache mais par le manque de pluie et de luzerne, on a vendu la vache. »

Écouter Fatima permet de saisir trois enjeux de l’activité agricole féminine : entreprendre avec ses voisines, entreprendre avec sa famille, nourrir les siens.

Parcelle de Fatima à Taghzout. Crédits : David Goeury

Continuer la lecture de Derrière l’échec de l’entreprise collective, assurer une nourriture de qualité à sa famille. Le cas d’une petite agricultrice

Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Prologue : Quand l’oasis brûle !

Par Marc Breviglieri, Irène Carpentier, David Goeury et Mohamed Mouskite

Un serpent surgit dans l’oasis et effraie une femme. Surprise elle hurle, puis le tue promptement et décide de brûler le corps de l’animal. Les voisines alertées par les cris voient la femme embraser les palmes pour faire disparaître la dépouille. La journée est particulièrement chaude, le vent est imprévisible. Soudainement, il tourbillonne et propulse les flammes dans les palmes sèches des palmiers depuis trop longtemps non élagués, l’oasis s’enflamme. Elle brûle plusieurs heures. Les pompiers et les militaires sont alertés et viennent au secours des villageois qui doivent défendre les demeures qui longent l’oasis. Une fois le feu éteint, se pose la question de la responsabilité, le geste était involontaire. Les habitants renoncent à porter plainte contre une voisine.
L’incendie est un puissant révélateur des transformations oasiennes. Associé au changement climatique et aux records de chaleur, il est aussi le produit d’un abandon de certaines pratiques culturales.

Tadakoust. Palmiers incendiés. Crédits: David Goeury

Continuer la lecture de Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Prologue : Quand l’oasis brûle !

Oasis agri-urban metabolism as a source of paleo-innovation forcoping with global warming. 11/12/2023 COP 28

 

  • 11 December
  • 11:00 am – 12:00 pm
  • ECD Hall, ECD Pavilion
Dr David Goeury, Sorbonne University
Oasis societies have established multi-millennia microclimates in contexts of extreme aridity and heat, through the implementation of urban planning that combines dense housing and intensive agriculture. They allied themselves with singular plants and developed complex technologies mobilizing local resources. Oasis agri-urban systems are based on interlocking circular economies linking construction and agriculture, while also acting as relays for the great land-based trade routes. These oasis societies have been progressively disqualified in favor of an industrial-urban metabolism based on fossil fuels and the mobilization of materials from all over the world. Yet these industrial-urban metabolisms are incapable of establishing livable microclimates. On the contrary, they generate high levels of local air, water and soil pollution. They also generate enormous quantities of greenhouse gases. Today’s urgent need to adapt large cities means that hypothetical technological solutions appear incapable of reducing global warming. On the other hand, oasis metabolism is proving to be a source of palaeoinnovation – the possibility of drawing inspiration from past innovations to define a liveable future. We’ll be looking at two ways of establishing new, sustainable agri-urban metabolisms: the reuse of treated wastewater and eco-construction. We’ll show how it’s possible to move away from industrial logics linking extractivism and waste demultiplication and set up looping logics instead.
 

Conférence “la place des enfants de l’oasis de Tiznit (Maroc) dans la réactivation d’une place publique”, Marseille le 8 décembre 2023.

Vendredi 8 décembre, 9h-11h

Campus Saint-Charles – Espace Yves Mathieu, Marseille.

Salle de conférences n°15-405

Dans le cadre du projet de recherche:

PRENDRE PLACE : ENFANCES, ADOLESCENCES ET TRANSFORMATIONS URBAINES EN MÉDITERRANÉE

dirigé par  Nadja Monnet (ethnographe de l’urbain, LAA-LAVUE, ENSAM), Gwenaëlle Audren (géographe, TELEMME, MMSH, Inspé- AMU), Claire Fonticelli (paysagiste et urbaniste, LIEU, LAREP, ENSP, IUT-AMU) et Maria-Antonietta Impedovo (psychologue, ADEF, InspéAMU)

Dialogue entre Marc Breviglieri (spécialiste de l’enfance, professeur à l’HES.SO-HETS Genève et chercheur au CRESSON-laboratoire AAU) et David Goeury (chercheur à l’HES.SO-HETS Genève et au laboratoire Médiations, Sciences des lieux, sciences des liens) sur la place des enfants de l’oasis de Tiznit (Maroc) dans la réactivation d’une place publique.

L’enfance par la voix du mythe, Marc Breviglieri (HES.SO-HETS Genève et CRESSON-laboratoire AAU)
Cette communication prendra appui sur un travail d’observation consacré aux manières dont les enfants de l’oasis de Tiznit (Maroc) ont contribué à redonner vie à un lieu public dont le noyau sacré est une source. Le site en question a été récemment réaménagé par l’architecte-anthropologue Salima Naji. Soucieuse d’ouvrir cet espace public à celles et ceux qui en ont le plus besoin, celle-ci a permis la régénération d’usages anciens et de croyances héritées du lieu. De sorte que le renouveau de la fréquentation de cette source s’est vu accompagnée de la résurgence d’un mythe fondateur dont la portée de sens résonne aujourd’hui dans l’activité ludique des enfants.

Soins oasiens, renouveler les alliances multispécifiques. Enfants, végétaux et déchets, David Goeury (HES.SO-HETS Genève et laboratoire Médiations, Sciences des lieux, sciences des liens)
Dans le cadre de l’initiative Landscape of Care portée par Salima Naji et Carolyn Strauss, des initiatives multiples ont été déployées dans l’oasis de Tiznit, la Targa.
Parmi ces initiatives, il a été organisé en partenariat avec l’association Abrinaz et l’artiste Cocky Eek des ateliers créatifs à destination des enfants visant à repenser les liens oasiens. Ces ateliers venaient renouveler la tradition de la mascarade historique réalisée par les adolescents de sexe masculin, appelée Imaachar. En préparation de cette mascarade, les adolescents collectent des végétaux, des peaux de bêtes et des vieux vêtements dans le périmètre irrigué pour former une joyeuse équipée qui circule de quartier en quartier, quémandant quelques pièces. Dans ce nouveau projet, il s’agissait de travailler avec des plus jeunes des deux sexes pour façonner de nouveaux masques hybrides liant éléments végétaux et plastiques. Une fois les éléments réunis, les enfants ont défilé dans une bruyante farandole pour revenir vers les habitats derrière un monstre prenant la forme d’un dragon.

Pour s’inscrire à la conférence :

Rôle des enfants à Tiznit (Maroc) | Prendre place : bienvenue jeunesses! (hypotheses.org)

Irrigation. A Tiznit, les eaux urbaines épurées une aubaine pour régénérer les parcelles agricoles

Par Chady Chaabi, le 15 mai 2023

https://medias24.com/2023/05/15/irrigation-a-tiznit-les-eaux-usees-epurees-une-aubaine-pour-regenerer-les-parcelles-agricoles/

Située dans la Région de Souss-Massa, à moins de deux heures d’Agadir, la Station d’épuration des eaux usées (STEP) de Tiznit permet l’exploitation et l’irrigation de plusieurs dizaines de parcelles, longtemps abandonnées à cause de la pénurie d’eau qui sévit dans la région.

Grâce à elle, du sorgho et de la luzerne, deux plantes fourragères, sont cultivées dans le périmètre agricole de Tiznit dans le cadre d’une expérience pilote qui fait l’objet d’un suivi scientifique dans le cadre du projet de recherche* sur la régénération des régions oasiennes. Etalé sur trois ans (2022-2025), ce projet, financé par le Fonds national Suisse, est porté par la Haute école de travail social de Genève, composante de la Haute école de Suisse occidentale.

“Notre projet vise à comprendre les processus de réutilisation des eaux usées à des fins paysagères et agricoles dans des villes moyennes, soulevant des questions spécifiques différentes des grandes métropoles de pays émergents qui ont été largement documentées”, explique David Goeury, l’un des participants au projet. L’enseignant chercheur au laboratoire Médiations de Sorbonne Université assure que cette initiative “peut jouer un rôle déterminant pour la régénération d’un espace agricole délaissé depuis cinq décennies”.

Continuer la lecture de Irrigation. A Tiznit, les eaux urbaines épurées une aubaine pour régénérer les parcelles agricoles

Climats oasiens, quelques leçons géo-historiques pour affronter le réchauffement climatique

9e édition : Paysages, climats et sociétés de l’Antiquité à nos jours
Journée du dimanche 14 mai 2023

À la fois ancrée dans l’histoire et connectée à l’actualité du monde, la 9e édition des Journées de l’Histoire de l’IMA s’articule autour des « Paysages, climats et sociétés de l’Antiquité à nos jours ». Offrant une occasion unique de réunir des chercheurs de toutes disciplines – historiens, mais aussi anthropologues, géographes, sociologues –, ces trois journées sont ouvertes au plus grand nombre, dans l’esprit d’une grande université populaire.

Table ronde I « Climats oasiens, quelques leçons géo-historiques pour affronter le réchauffement climatique »

Les oasis ont la particularité d’établir des microclimats sur la longue durée, permettant d’installer une forme de vie riche et pérenne. Dans les lieux sentinelles, face aux extrêmes climatiques, sont expérimentées des modalités d’un habité complexe liant humains, plantes et animaux pour maintenir un métabolisme fertile multiséculaire.

Avec : Marc Breviglieri, professeur en sociologie, Haute École du travail social de Genève, Mohamed Mouskite, enseignant-chercheur en histoire environnementale à l’Université Cadi Ayyad de Marrakech et Salima Naji, architecte et docteure en anthropologie, spécialiste en écoconstruction et en écoréhabilitation.

Modération : David Goeury, chercheur en géographie, Sorbonne Université – Haute École du travail social de Genève.

 

Sécheresse : les oasis au Maroc, les leçons d’un savoir-faire ancestral

Reportage de La Croix 

Géniales constructions humaines, les oasis créent un microclimat en milieu aride grâce à un lien inséparable entre ville et agriculture dont pourraient s’inspirer nos villes. Celle de Tiznit, dans le sud marocain, sera à l’honneur lors des rencontres « Paysages, climats et sociétés, de l’Antiquité à nos jours » du 12 au 14 mai à l’Institut du monde arabe (1).

Mohamed passe une tête dans l’embrasure de la porte. « C’est bientôt mon tour d’eau ? » interroge le quinquagénaire, impatient de voir son lopin de terre irrigué dans l’oasis de Tiznit, à une centaine de kilomètres au sud d’Agadir dans le Sud marocain. « Attends encore un peu ! », lui répond Omar, l’œil rieur sous la visière de sa casquette.

Le fringant quarantenaire, président de l’association des usagers de l’eau Abrinaz, est d’humeur joviale : « Si l’oasis va bien, je vais bien ! Il y a six ans encore elle était en perdition, les arbres mouraient peu à peu, aujourd’hui elle renaît, les Tiznitiens reviennent cultiver leur terre ». Moulay Ali Ladnany, le monsieur environnement de la municipalité, s’en félicite autant : « C’est un exploit de faire revenir des agriculteursIl y a des jeunes et quelques entrepreneurs qui s’installent, des retraités de la diaspora qui reviennent et pratiquent une agriculture de subsistance ou d’agrément. C’est en vieillissant l’appel de la terre ! »

Les terres largement abandonnées et asséchées de Tiznit reverdissent à la faveur d’un combat de vingt ans pour restaurer le périmètre agricole de la targa, le canal d’irrigation qui, par extension, signifie la palmeraie elle-même. De frêles oliviers, fraîchement plantés au milieu de parterres d’orge, de blé ou de luzerne, tremblotent dans le vent, témoins de ces parcelles reconquises au milieu de beaux vestiges d’agroforesterie. Des palmiers ancestraux surplombent encore de vigoureux oliviers qui eux-mêmes abritent des cultures de céréales.

 

Continuer la lecture de Sécheresse : les oasis au Maroc, les leçons d’un savoir-faire ancestral

L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique

L’INA est partenaire de la 9e édition des Journées de l’Histoire de l’Institut du monde arabe (IMA) baptisée «Paysages, climats et sociétés du monde arabe, de l’Antiquité à nos jours». À cette occasion, nous avons rencontré le géographe David Goeury, spécialiste des cités oasiennes. Il nous rappelle les leçons géo-historiques pour affronter le réchauffement climatique et nous invite à repenser l’action collective. Entretien.

 

INA – Vos travaux portent sur les cités oasiennes. Comment définit-on une oasis ?

David Goeury – Le terme oasis vient du copte qui signifie « habitat ». C’est un système agri-urbain fondé sur l’interdépendance d’une entité urbaine et d’une entité agricole pour permettre l’établissement d’un habitat d’humains et de non humains sur la très longue durée. C’est une construction purement humaine faite à partir d’alliances, c’est-à-dire par la mobilisation de végétaux spécifiques qui permettent d’établir une forme de vie dans la longue durée. On parle davantage de cité oasienne. Elles ne font sens que parce qu’elles sont intégrées à des dynamiques économiques, et même, pour les plus grandes d’entre-elles, au grand commerce planétaire sous l’«Ancien monde», pour reprendre l’expression de Christian Grataloup (géo-historien), qui allait du Maroc jusqu’en Chine. Les cités oasiennes ont toujours été des lieux de réinvestissement des profits de ce grand commerce caravanier notamment pour financer les infrastructures d’irrigation, permettant des pratiques agricoles intensives.

Continuer la lecture de L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique

Bruissements Oasiens: une approche à l’écoute de l’urbain au Sahara

Vient de paraître, dans Unheard Landscapes, 
le chapitre : Bruissements Oasiens: une approche à l’écoute de l’urbain au Sahara/ Oasis Rustles: listening to the Urban Landscape in the Sahara
coécrit par Marc Breviglieri, David Goeury et Noha Gamal Said
 
Marc Breviglieri, Noha Gamal Said, David Goeury. Bruissements Oasiens : une approche à l’écoute de l’urbain au Sahara.. Unheard landscapes. listening, resonating, inhabiting, Olivier Gaudin, Francesco Michi, Jean-Paul Thibaud, Nicolas Tixier, Lolita Voisin, Stefano Zorzanello, Oct 2021, Blois, France. pp.68-82. 
 
Cet article montre comment les approches sonores sont à même de générer une dynamique collective féconde permettant à une équipe pluridisciplinaire aux profils extrêmement diversifiés de reconsidérer les lieux particuliers que sont les cités oasiennes.
Notre propos revient sur une expérience collective menée en 2015 à Tiznit au Maroc puis en 2016 à Nefta en Tunisie dans le cadre du projet ZERKA financé par le programme Envimed, interrogeant à la fois les approches sur le terrain, mais aussi les réflexions nées de ces terrains. Celles-ci ont été publiées en 2021 dans l’ouvrage Résonances oasiennes. Approches sensibles de l’urbain au Sahara grâce au soutien du Fonds national suisse (FNS), du programme LHMENA des Hautes écoles de Suisse Occidentale et des laboratoires Ambiances de Grenoble et Médiations de Sorbonne Université. La particularité de cet ouvrage est de permettre au lecteur d’accéder aux multiples enregistrements sonores réalisés durant les enquêtes sur le terrain par les équipes grâce à la plateforme Cartophonies du laboratoire CRESSON. Par ce moyen, nous souhaitons que tout un chacun puisse inventer des parcours, cette fois-ci au sein de l’ouvrage, tout en doublant son expérience de lecteur d’une exploration sonore et parfois visuelle à l’aide de nombreuses photographies complémentaires. Le lecteur peut ainsi tenter de reproduire une expérience d’immersion dans un paysage sonore. Par ailleurs, ces enregistrements constituent aussi des archives dans des cités en mutation où des aménagements peuvent à tout moment venir transformer ces identités sonores.
 
Le chapitre peut-être consulté ici : Bruissements oasiens
 

Gestes de collecte et chants d’espérance. Cueilleuses de la région Souss-Massa (Maroc)

BREVIGLIERI Marc, « Gestes de collecte et chants d’espérance. Cueilleuses de la région Souss-Massa (Maroc) », dans : Rachel Brahy éd., L’enchantement qui revient. Paris, Hermann, « Colloque de Cerisy », 2023, p. 265-276. DOI : 10.3917/herm.brahy.2023.01.0265. URL : https://www.cairn.info/l-enchantement-qui-revient–9791037022844-page-265.htm

Premières lignes :

Il serait ici bien trop long de relater comment les méandres de l’enquête ethnographique m’ont conduit jusqu’à ces cueilleuses. Chaque jour, elles viennent plonger leurs mains dans une flore constituée de plantes sauvages situées aux abords des terres agricoles de l’oasis. Il convient toutefois de mentionner qu’une source karstique (dite « sacrée ») marque l’origine de cette enquête : la réhabilitation de son site, permise par le minutieux travail de l’architecte et anthropologue Salima Naji, n’a pas simplement redonné une densité d’expérience à la vie publique du noyau historique, elle a aussi permis la résurgence d’un mythe légendaire attaché à une femme. Une femme, devenue sainte, Lalla Zninia, accompagnée d’une chienne qui creuse le sol jusqu’à faire jaillir la source intarissable, rendant la terre fertile et l’habitation possible. Un mythe au milieu d’autres mythes oasiens qui lui ressemblent dans ses correspondances et son événement fondateur. Mais ce mythe permet d’envisager des symboles primaires et des grappes de sens qui font dériver insensiblement la réflexion vers ce pour quoi comptent infiniment ces femmes dans l’espace oasien : elles protègent les vivants et favorisent la fertilité pour en recueillir les puissances vitales et nourricières, elles confectionnent un arsenal thérapeutique ou magique, elles entretiennent le pied des cultures et récupèrent du fourrage pour le bétail, elles partagent la baraka des saints, amadouent les esprits et connaissent les lois cosmiques dont elles tracent les signes en tissant…

Plan :

  1. I. Enquête sur la perméabilité sensible à l’univers végétal
  2. II. L’épine et le vent
  3. III. Des chants simulant la structure végétale
  4. IV. Le chant comme émanation d’un toucher qui sent la frange atmosphérique du monde
  5. V. Ce que la terre et le végétal consentent à accorder
  6. VI. Repositionnement des humanités
  7. VII. Mettre au jour le fragile « commun des vivants mêlés » de l’espace oasien

 

Pour consulter le chapitre : https://www.cairn.info/l-enchantement-qui-revient–9791037022844-page-265.htm

 

 

Actes du colloque :

L’enchantement qui revient [2021]

Projection du film « Fertilité ou le chant des mains » au Complexe Cinématographique de Tiznit

Vendredi 24 février 2023 à 18h30 au Complexe Cinématographique de Tiznit : projection du film « Fertilité ou le chant des mains ». 
– Présentation du livre « Résonances Oasiennes » ainsi que du programme de recherche « Régénération des régions oasiennes » sur la cité oasienne de Tiznit. Avec Marc Breviglieri, Lisa Bossenbroek, Hind Ftouhi, David Goeury, Zakaria Kadiri, Mohamed Mouskite, Salima Naji et Khadija Zahi
– Projection du film « Fertilité ou le chant des mains » suivi d’une rencontre avec le réalisateur Marc Breviglieri
– Exposition « Résonances oasiennes. Approches sensibles de l’urbain au Sahara »
– Cérémonie à l’honneur de Fatima Belaarch


Événement organisé par l’association Espoir Tiznit en partenariat avec La Haute École spécialisée de Suisse occidentale et la Commune de Tiznit

Bâtir et habiter les déserts

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-du-mercredi-28-septembre-2022-5494583

Avec Thibaut Sardier, président du festival, par ailleurs géographe et journaliste à Libération. Une double casquette qu’il veut utiliser pour montrer qu’il n’est pas contradictoire de faire un festival « avec beaucoup de rigueur scientifique et qui soit accessible à tous ».

Salima Najiarchitecte DPLG et docteure en anthropologie sociale. Elle est engagée dans de nombreux projets de protection du patrimoine oasien. Elle a construit à ce jour une quarantaine de bâtiments bioclimatiques en terre ou en pierre. Depuis près de 20 ans, elle s’attache à faire revivre des techniques de construction vernaculaires au Maroc. Son approche est développée dans l’ouvrage suivant : « Architectures du bien commun. Ethique de la préservation ».

David Goeury, géographe, membre de l’unité de recherche « Médiations. Sciences des lieux, sciences des liens » de Sorbonne Université. Il co-dirige un ensemble de programmes de recherche sur la résilience et les transformations des espaces oasiens. Il est par ailleurs le co-auteur de Résonances oasiennes. Approches sensibles de l’urbain au Sahara aux éditions MétisPresses.

Dans le cadre de la 33e édition du Festival International de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges qui se tient du 30 septembre au 2 octobre 2022.

Le désert, carrefour commercial de l’Ancien Monde

Ils étaient le cœur de l’Ancien Monde. Traversés par d’immenses routes commerciales pour la soie, l’or ou l’encens, ces routes qui allaient du Maroc jusqu’à la Chine étaient responsables du fonctionnement des anciennes sociétés. Au fil des siècles, le désert est progressivement devenu un cliché, progressivement, on a marginalisé ces sociétés en les considérant comme archaïques, en les folklorisant. Ses habitants ont toujours géré des formes de rareté et de pénurie. Avec une surface totale d’un quart des terres immergées à la surface du globe, le désert n’a pas encore révélé tous ses mystères. Que pouvons-nous apprendre du désert face au réchauffement climatique actuel ?

La détérioration des oasis

 

À cause de longues périodes de sécheresse, certaines oasis ont connu une vague de migration de ses habitants, les privant de main-d’œuvre et ont transformé le secteur agricole en une activité non-productive. Pour exemple, la périphérie d’Er-Rissani dans le Sud-Est du Maroc, et la dramatique détérioration de ses oasis. L’agriculture s’y est marginalisée. Depuis les années 1980, le sable ne cesse d’avancer sur la ville. À cause de l’urbanisation et de la surexploitation des eaux de surface, la nappe phréatique est en forte baisse, ce qui amplifie la sécheresse des sols.

Faire cohabiter la ville et l’agriculture

Selon le géographe David Goeury : « Il y a la possibilité pour les hommes d’établir des climats en faisant des alliances avec les végétaux. De l’Asie Centrale jusqu’au Maroc, on peut voir des sociétés humaines qui ont développé des savoirs agronomiques autour de plantes spécifiques comme le palmier, le dattier, l’olivier, le grenadier, le caroubier, et même le blé. Ils ont pu établir un climat grâce à ce qu’on appelle des métabolismes agri-urbains. On a voulu séparer l’agriculture et la ville de manière absurde alors qu’elles sont consubstantielles et que ces deux mondes peuvent s’allier pour faire face à l’adversité. »

La paléo innovation

David Goeury évoque également l’exemple de l’agriculture au Sahara où seulement un peu de sable suffit pour faire pousser des légumes : « La capacité de cette agriculture, c’est aussi d’établir un métabolisme circulaire où l’on va avoir tous les déchets ménagers, mais aussi les fumiers, animaux et humains qui sont collectés pour créer un engrais naturel. » Un modèle d’agriculture qui date d’il y a des millénaires. Des dispositifs ancestraux qu’on appelle la paléo innovation, c’est-à-dire remettre au goût du jour des techniques anciennes d’agriculture. Mais le désert voit aussi apparaître de nouvelles techniques modernes pour l’exploitation agricole et notamment pour y amener l’eau. Cela se fait par la science hydraulique dont l’enjeu premier est de capter l’eau par exemple grâce à des galeries drainantes qui vont capter les eaux de ruissellement. Cette nouvelle agriculture désertique permet de nouveaux types de culture. Récemment, dans le sud du Maroc, on amène des pastèques à maturité de façon très précoce dès le mois de mars.

Le projet The Line Neom

Dans cette émission, les invités évoquent le projet The Line Neom, une ville futuriste proclamée écologique et technologique. Pensé par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, ce projet gargantuesque permettrait à 9 millions de personnes d’y vivre. Avec une hauteur de 500 mètres, cette mégalopole serait reliée aux deux extrémités par un train. Le trajet devrait durer 20 minutes pour une distance de 170 km. Mais est-ce vraiment réalisable et écologique ?

Résonances oasiennes. Conférence, débat et projection à Tunis, le 16 juin 2022

L’Institut français de Tunisie a le plaisir de vous convier, le jeudi 16 juin à partir de 18h30, à une soirée-débat autour de l’ouvrage Résonances oasiennes. Approches sensibles de l’urbain au Sahara, publié aux éditions MétisPresses (2021), en présence des auteurs Alia Sellami Ben AyedDavid GœuryDorsaf ZidImen LandoulsiMarc BreviglieriLaurent Valdès et Noha Saïd.

 

Au programme de la soirée :

– 18h30 : rencontre-débat modérée par Faika Béjaoui, architecte spécialiste du patrimoine ;

– 19h30 : projection du film Fertilité ou le chant des mains de Marc Breviglieri (montage image : Laurent Valdès, montage audio et sons additionnels : Olga Kokcharova, durée : 17′) ;

– 19h50 : vernissage de l’exposition Résonances oasiennes à la galerie de l’Institut français de Tunisie.

 

Résonances oasiennes. Approches sensibles de l’urbain au Sahara

Îlots de vie surgissant au milieu de l’aridité du désert, les cités oasiennes séculaires sont aujourd’hui mises à mal par des politiques de rationalisation et de modernisation inspirées des modèles occidentaux. La cité oasienne se voit ainsi écartelée entre un potentiel agricole à exploiter ou à un décor touristique à valoriser, au détriment de sa richesse architecturale et des pratiques quotidiennes de ses habitants. S’inscrivant en faux contre cette évolution, cette exposition propose une approche sensible de ces territoires pour mieux en révéler et défendre leur singularité.

 

Biographies des auteurs

Noha Gamal Saïd est docteur en architecture et urbanisme, enseignante-titulaire au département d’architecture et d’urbanisme à l’Université de Ain Shams au Caire ; chercheure-associée au laboratoire CRESSON (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités). Ces thématiques de travail se fondent sur la notion d’ambiance liée plus particulièrement à l’espace sonore.

David Gœury est géographe, membre de l’unité de recherche “Médiations. Sciences des lieux, sciences des liens” de Sorbonne Université. Il codirige un ensemble de programmes de recherche-action transdisciplinaires sur la résilience des espaces oasiens et porte une attention toute particulière aux communs fonciers.

Alia Ben Ayed est architecte, maître-assistante à l’École nationale d’architecture et d’urbanisme de Tunis et chercheure à l’Équipe de recherche sur les ambiances (ERA). Ses recherches proposent de mettre à l’épreuve la notion de porosité, dans le cadre d’une pensée opératoire tournée vers une projectuelle sensible à de nombreuses dimensions (architecturale, culturelle, géographique, climatique, spirituelle, écologique).

Imen Landoulsi est architecte, diplômée de la faculté d’architecture de polytechnique de Milan et docteur en architecture et urbanisme au sein de l’Équipe de recherche sur les ambiances (ERA), à l’École nationale d’architecture et d’urbanisme de Tunis. Ses thèmes de recherche interrogent la notion “d’ambiance patrimoniale”, les processus de référence aux “ambiances” de l’architecture traditionnelle. Par ailleurs, en tant qu’architecte praticienne, fondatrice de l’agence Atmosphères, elle défend le développement de l’approche interactionnelle entre pratique et recherche.

Laurent Valdès est diplômé des Beaux-Arts de Genève. Sa démarche artistique interroge espace et narration dans le cadre de performances, d’installations, de mises en scène et de livres. Il mène également un travail de recherche sur les mémoires de “l’habiter” dans lequel il questionne toutes les traces, aussi bien matérielles que littéraires ou audiovisuelles.

Dorsaf Zid est architecte diplômée de l’École nationale d’architecture et d’urbanisme. Elle est membre de l’Équipe de recherche sur les ambiances architecturales et urbaines (ERA). Ses recherches portent sur la valorisation et la requalification des centres historiques oasiens à travers une approche ambiantale. Elle est également enseignante et architecte-conseillère au sein du bureau d’étude d’architecture et d’urbanisme, JMDarchitectes, installé à Tunis.

 

Ateliers écoconstructions et agroécologies en milieu oasien à Agadir

Dans le cadre du projet écoconstruction et agroécologie en milieu oasien, l’architecte Salima Naji a élaboré un projet pédagogique complet autour des architectures sans architecte à partir des fibres végétales issues des oasis. Le projet de recherche a rencontré l’expérience menée dans le cadre du projet Landscape of Care.

L’initiative a fait le lien entre les ateliers menés dans les oasis de Tiznit, Tadakoust et Adkhss, et une opération pédagogique à destination des étudiants de l’école nationale d’architecture d’Agadir.

L’objectif est de sensibiliser les étudiants aux architectures sans architecte réalisées par les communautés oasiennes avec des végétaux. Les étudiants de l’école nationale d’architecture d’Agadir sont invités à réaliser des maquettes à partir des fibres végétales issues des oasis de Tadakoust et Tiznit.

Ces maquettes sont exposées à l’institut français d’Agadir en même temps que les panneaux de l’exposition “Résonances oasiennes. Approches sensibles de l’urbain au Sahara” dans le cadre de l’événement « Demain dès aujourd’hui ».

Ensuite sont organisés deux défis.

Les enfants qui fréquentent l’institut français sont invités à réaliser des maquettes avec les mêmes matériaux que les étudiants. Les réalisations sont discutées et exposées.

Les étudiants sont invités à travailler sur une structure éphémère faite de bois et de cordes tressées en laine de chèvre par les femmes de l’oasis de Tissekmoudine. La structure est alors tendues selon des logiques enchevêtrées et montée collectivement.

Structure éphémère en corde de laine de chèvre. Crédits : David Goeury
Structure éphémère en corde de laine de chèvre. Crédits : David Goeury
Structure éphémère en corde de laine de chèvre. Crédits : David Goeury

L’objectif est de repenser les cultures du bâti dans leur approches les plus simples et recréer des continuités entre les créations enfantines et les formations professionnelles.

Chapitres de l’ouvrage Résonances Oasiennes

L’ouvrage Résonances oasiennes. Approches sensibles de l’urbain au Sahara est accessible sous la forme de livre numérique gratuitement sur le site de l’éditeur Métispresses.

https://www.metispresses.ch/en/resonances-oasiennes-numerique

Pour faciliter, l’accès aux différentes contributions, vous pouvez télécharger ici les différents chapitres au format pdf.


Introduction / Oasis en présence 9
Marc Breviglieri, Noha Gamal Said et David Goeury

Résonances oasiennes 2021 _p_9-23_Introduction_OASIS EN PRÉSENCE

Partie 1 / DES CITÉS OASIENNES, LIEU D’OBSERVATION COLLECTIVE 25

Des ateliers exploratoires face à un monde découvert.
Fabriquer des cohabitations scientifiques 27
Marc Breviglieri et David Goeury

Résonances oasiennes 2021_p_27-43_DES ATELIERS EXPLORATOIRES FACE À UN MONDE DÉCOUVERT_FABRIQUER DES COHABITATIONS SCIENTIFIQUES

Manière de faire enquête dans les oasis. Chebika et ce qu’il en reste 45
Imed Melliti

Résonances oasiennes-2021_p_45-54_MANIÈRE DE FAIRE ENQUÊTE DANS LES OASIS _ CHEBIKA ET CE QU’IL EN RESTE

Partie 2 / POROSITÉS MENACÉES DE L’ESPACE URBAIN 55
Marcher à l’écoute de la médina 57
Alia Ben Ayed, Noha Gamal Said et Jean-Paul Thibaud

Résonances oasiennes 2021_p_57-58_MARCHER À L’ÉCOUTE DE LA MÉDINA

Dans l’ambiance d’une bergerie urbaine 59
Zakaria Kadiri, Nasser Tafferant, Jean-Paul Thibaud et Khadija Zahi

Résonances oasiennes 2021_p59-65_DANS L’AMBIANCE D’UNE BERGERIE URBAINE

Le doux climat de la skifa 67
Hind Ftouhi et Khadija Zahi

Résonances oasiennes 2021_p_67-74_LE DOUX CLIMAT DE LA SKIFA

La porosité au fondement de l’ambiance oasienne 75
Alia Ben Ayed

Résonances oasiennes 2021_p_75-94_LA POROSITÉ AU FONDEMENT DE L’AMBIANCE OASIENNE

L’âme de Nefta/Rouh Nefta. Une perception sensible du bien-être
en contexte oasien 95
Imen Landoulsi

Résonances oasiennes 2021_p_95-129_L’ÂME DE NEFTA ∕ ROUH NEFTA.

Configuration ambiantale d’un espace oasien: le ksar de Kenadsa saisi par les sens 131
Abdelaziz Barkani

Résonances oasiennes 2021 _p_131-155_CONFIGURATION AMBIANTALE D’UN ESPACE OASIEN_LE KSAR DE KENADSA

Partie 3 / RÉSONANCES MULTIPLES DES PLACES PUBLIQUES 157

Murmures d’impressions. Composer une partition musicale
comme première restitution d’ambiance ? 159
Alia Ben Ayed, Joseph Brunet-Jailly et Laurent Valdès

Résonances oasiennes 2021 _p_159-165_MURMURES D’IMPRESSIONS. COMPOSER UNE PARTITION_MUSICALE COMME PREMIÈRE RESTITUTION D’AMBIANCE

Déploiement du champ sensoriel d’une source sacrée
et réappropriation ludique d’une architecture 167
Marc Breviglieri, Hind Ftouhi, Imen Landoulsi, Mohamed Mouskite et Noha Gamal Said

Résonances oasiennes 2021 _p_167-171_DÉPLOIEMENT DU CHAMP SENSORIEL D’UNE SOURCE SACRÉE ET RÉAPPROPRIATION LUDIQUE D’UNE ARCHITECTURE

Expériences sensibles autour des bassins romains de la médina de Gafsa 173
Dorsaf Zid, Hind Karoui et Azeddine Belakehal

Résonances oasiennes 2021 _p_173-193_EXPÉRIENCES SENSIBLES AUTOUR DES BASSINS ROMAINS

Renaissance sensible d’une place publique saharienne.
Aire d’expérience ludique et vie imaginaire 195
Marc Breviglieri, Imen Landoulsi et Mohamed Mouskite

Résonances oasiennes 2021 _p_195-203_RENAISSANCE SENSIBLE D’UNE PLACE PUBLIQUE SAHARIENNE

Considérations sur l’espace sonore d’une source sacrée.
Une figure de réhabilitation de la médina de Tiznit 205
Noha Gamal Said

Résonances oasiennes 2021 _p_205-221_CONSIDÉRATIONS SUR L’ESPACE SONORE D’UNE SOURCE SACRÉE

Partie 4 / MÉMOIRES ET RÉSILIENCES DES PRATIQUES AGRIURBAINES 223

Nefta: une corbeille de sons 225
Abdelaziz Barkani, Noha Gamal Said et Jean-Paul Thibaud

Résonances oasiennes 2021 _p_225-227_NEFTA UNE CORBEILLE DE SONS

Cheminer après l’inondation 229
Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Résonances oasiennes 2021 _p_229-237_CHEMINER APRÈS L’INONDATION

D’un contraste entre deux parcelles agricoles 239
Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Résonances oasiennes 2021 _p_239-244_D’UN CONTRASTE ENTRE DEUX PARCELLES AGRICOLES

Le legmi: stigmate de la crise de l’agriculture dans la Corbeille 245
Irène Carpentier et David Goeury

Résonances oasiennes 2021 _p_245-247_LE LEGMI STIGMATE DE LA CRISE DE L’AGRICULTURE

Terre chaude – Terre de saints 249
Marc Breviglieri et Mohamed Mouskite

Résonances oasiennes 2021 _p_249-259_TERRE CHAUDE – TERRE DE SAINTS

De la responsabilité de l’architecte dans les ambiances des cités oasiennes. Le cas des porches fortifiés des ksour marocains 261
Salima Naji

Résonances oasiennes 2021 _p_261-303_DE LA RESPONSABILITÉ DE L’ARCHITECTE DANS LES AMBIANCES DES CITÉS OASIENNES

Fragiles mémoires des oasis historiques. Une relecture critique par les ambiances 305
Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Résonances oasiennes 2021 _p_305-334_FRAGILES MÉMOIRES DES OASIS HISTORIQUES

Conclusion / Un aperçu de l’héritage et du devenir des oasis sahariennes 335
Marc Breviglieri et David Goeury

Résonances oasiennes 2021 _p_335-347_Conclusion_UN APERÇU DE L’HÉRITAGE ET DU DEVENIR DES OASIS SAHARIENNES

Atelier : Habiter la Transition. Pratiques de transition et autonomie

Présentation des travaux de recherche Zerka par David Goeury et Marc Breviglieri lors de la vingt-quatrième journée de l’atelier
“Habiter la transition. Des pratiques existantes aux politiques de transition : circulations et ambiguïtés”

Atelier thématique commun aux réseaux ACDD et ReHaL
Avec le soutien de la Fondation de l’Écologie Politique

Coordinatrice et coordinateur de la séance :
Laura Centemeri[1] et Jérôme Boissonade[2]

L’atelier “Habiter la transition” souhaite mettre à l’épreuve la notion de transition par les pratiques. Lors de cette séance, nous tenterons d’approfondir la question de l’autonomie, comme enjeu plus ou moins ouvertement affiché par nombre d’initiatives qui « préfigurent » en pratiques la transition écologique.
En écho aux écrits d’I. Illich, A. Gorz, C. Castoriadis ou S. Zizeck, plusieurs travaux abordent cette question aujourd’hui. On pense évidemment, à ceux de Luc Semal sur les villes en transition et la nécessité d’autonomie qu’elles impliquent pour faire preuve de résilience ; ou ceux réalisés avec Mathilde Szuba sur la décroissance, les Crag’s ou sur les dispositifs de rationnement qui ont tous à voir avec les questions d’autonomie. On peut se référer à ceux menés par Sylvaine Bulle, qui approfondit de manière rigoureuse la question de l’autonomie dans l’expérience des ZAD, en tant que grammaire du politique ; ou encore plus récemment, la recherche menée par Franck Poupeau en Bolivie sur les relations entre auto-organisation communautaire et autonomie des dominés, qui associe pratique assembléiste de la politique, forme de souveraineté sociale fondée sur le pouvoir des usagers et norme conflictuelle vis-à-vis de l’État et du marché. Pour sa part, Laura Centemeri, dans le cadre de ses recherches sur le mouvement de la permaculture en Italie, s’intéresse aux travaux pionniers de Johan Galtung sur la « self-reliance » ainsi qu’aux débats italiens sur le développement territorial et aux propositions « territorialistes », dans le cadre de la nouvelle « question » nationale, celle des aree interne.
Au cours de cette journée, l’objectif est celui d’explorer les multiples déclinaisons écologiques de la problématique de l’autonomie, du plan personnel, jusqu’à celui d’une communauté et d’un territoire. Nous souhaitons approfondir les relations entre l’autonomie et d’autres logiques de coordination et d’organisation, telles celles de l’(inter)dépendance, de la solidarité et de la responsabilité.
Après avoir développé une réflexion critique sur l’autonomie comme injonction d’activation dans les politiques sociales à partir d’une approche sociologique de l’« habiter » et du « prendre soin » attentive aux différentes « formats » de l’engagement dans l’action, Marc Breviglieri porte aujourd’hui son attention sur les spécificités de l’habiter des écosystèmes écologiquement fragiles, notamment les milieux oasiens. Il y explore les multiples arts de faire avec le vivant qui y ont été élaborés et qui sont aujourd’hui menacés par les programmes de développement axés sur la croissance et les circuits de l’économie de l’enrichissement auxquels s’intéresse plus particulièrement David Goeury dans le cadre d’un questionnement sur les biens communs et leur gestion durable. Elise Demeulenaere reviendra pour sa part, sur les débats et les fortes tensions traversant les mouvements pour la réappropriation paysanne de l’agrobiodiversité, notamment en raison de la reprise de ces questions par les institutions européennes. Elena Apostoli Cappello discutera l’idée d’autonomie dans deux contextes, celui des luttes indigènes zapatistes et celui des mouvements autonomes italiens qui s’en inspirent . Enfin, Geneviève Pruvost clôturera la journée en évoquant les “pratiques d’entre-subsistance écoféministe” qui portent un travail “critique en acte de la vie quotidienne”.
Ces regards montrent ainsi comment les pratiques peuvent mettre à l’épreuve la rhétorique de la transition écologique et soulignent aussi la difficile articulation entre expérimentations socio-écologiques pionnières et politiques publiques de transition environnementale. Plus largement, cette journée d’atelier pourrait confronter différentes approches (écologie politique, écoféministe, etc.), mais ce sera surtout l’occasion de discuter ce croisement problématique transition-autonomie par le biais des pratiques communalistes, écologiques, survivalistes, “ZADistes”,  etc. Ceci, dans leurs dimensions individuelles et collectives à travers les formes qui s’y développent, de mobilisation, de don, de rationnement, du “prendre soin”, de subsistance, etc.
Ce serait une manière de problématiser autrement les liens entre autonomie et hybridations et de revenir ainsi sur des terrains qui sont le plus souvent abordés sous le rapport autonomie vs domination.

Matinée (10h – 12h30) :

10h Introduction de Laura Centemeri (audio/vidéo)

  • Marc Breviglieri[3] et David Goeury[4] : deux approches des figures de l’autonomie en contexte oasien :
    «  Les arrière-plans cosmologiques de l’autonomie » (M. Breviglieri) & « Communs, réatterrissage et enracinement : discussion de trajectoires d’agriculteurs oasiens » (D. Goeury) (audio/vidéo)
  • Élise Demeulenaere[5] : « Ambiguïtés de l’institutionnalisation des semences paysannes et repositionnements d’acteurs » (audio/vidéo)

Après-midi (14h00 – 17h) :

  • Elena Apostoli Cappello[6] : « Autonomie, territoire et environnement : Circulations et perméabilité des logiques politiques locales en Nord d’Italie » (audio)*
  • Geneviève Pruvost[7] : « Pratiques d’entre-subsistance : approches écoféministes et ethnocomptable » (audio/vidéo)

* Elena Apostoli n’a pas souhaité mettre en ligne la vidéo de sa communication.

[1] Chargée de recherche au CNRS et membre du Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS)
[2] Maître de Conférences HDR à l’Université du Littoral (ULCO), codirecteur de l’UMR 7218 LAVUE et membre de l’équipe de recherche ALTER (Université Paris 8).
[3] Professeur à la Haute école de travail social (Genève)
[4] Professeur agrégé à l’INSPE de Paris ,Docteur en géographie et membre du laboratoire Médiations Sciences des liens, sciences de lieux (Unité de Recherche de Sorbonne Université).
[5] Chargée de recherche au CNRS et membre du Centre Alexandre-Koyré (UMR 8560 EHESS/CNRS/MNHN)
[6] Post-Doctorante à l’Université de Rome – La Sapienza et associée au IIAC (EHESS-Cnrs)
[7] Chargée de Recherche CNRS HDR et membre du Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS)

 

Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Acte 1 : Des subsistances alimentaires à l’assurance : du bon usage de l’eau par les femmes

Par Marc Breviglieri, Irène Carpentier, David Goeury et Mohamed Mouskite

L’oasis de Tadakoust se déploie depuis une séguia qui longe le village sur plus de 1200 mètres. Elle s’étire jusqu’au bord de l’oued sur une largeur de 180 mètres. Elle s’organise alors en parcelles longiligne qui s’étirent du nord (la séguia) vers le sud jusqu’au lit de l’oued. Les pratiques culturales relèvent d’une économie de la subsistance peu monétarisée, en dehors des palmiers et des caroubiers. Légumes et fruits sont cultivés pour la consommation quotidienne, ils sont séchés pour être conservés ou pour être donnés aux nombreux membres de la communauté villageoise, vivant désormais dans les grandes villes marocaines (Agadir, Casablanca, Rabat) mais aussi en France. L’oasis est présentée comme un lieu de subsistance permettant une relative autonomie alimentaire des familles qui y résident.

Désormais, dans de nombreuses petites oasis du Jbel bani ce sont généralement des agriculteurs qui s’occupent des parcelles des autres propriétaires et non des ouvriers agricoles. La grande question est celle de la place des femmes dans la production agricole et dans les réorientations des pratiques culturales actuelles.

A Tadakoust, plusieurs femmes irriguent elles-mêmes leurs parcelles et montent dans les palmiers, tâches réputées masculines dans de nombreuses oasis. Les femmes investissent de plus en plus l’oasis. Cette implication quotidienne est aussi associée à une féminisation des noms et des pratiques. Si des généalogies masculines d’agriculteurs persistent, elles sont de plus en plus minoritaires. Dans de nombreux cas, le chef d’exploitation au quotidien est une femme. Certains hommes revenus pour exploiter les terres familiales déclarent être revenus suite au décès de leur père mais aussi de leur mère. Les femmes décident au quotidien des cultures au sol. Si certaines sont seules du fait de l’absence des maris ou des fils, c’est aussi le cas de celles  dont les époux ou les fils sont présents. L’activité agricole est de plus en plus affirmée comme une activité féminine. L’implication des femmes dans les activités agricoles au sein de la palmeraie sur la terre commence souvent à la suite du départ du mari ou suite au retrait d’une belle-mère trop fatiguée pour exploiter les terres familiales.

Cependant, cette situation est à nuancer, la responsabilité des tours d’eau reste sous l’autorité d’un homme qui cumule le contrôle des tours d’irrigation et le bon fonctionnement de la distribution de l’eau potable. Les hommes gardent donc le contrôle sur la propriété de la terre qu’ils héritent et sur la propriété des tours d’eau. Les femmes finalement n’auraient que des droits d’usage.

Il s’agira ici de réfléchir aux modalités de cette dynamique d’appropriation progressive des ressources de la palmeraie par les femmes.

Sur la parcelle, tante avec son neveu. Crédits: David Goeury

Des femmes collectivement mobilisées pour la survie de l’oasis suite à la désertion des hommes

Continuer la lecture de Percées féminines dans l’oasis de Tadakoust. Acte 1 : Des subsistances alimentaires à l’assurance : du bon usage de l’eau par les femmes