D’un commun accueil : hypothèse architecturale pour une mutualisation de l’hébergement touristique

Par Valentin Bourdon

La rénovation à l’œuvre des greniers collectifs dans la région de Tata éveille chez de nombreux acteurs locaux la possibilité de développement d’un tourisme culturel. Les enjeux sont à la fois sociaux, économique mais aussi spatiaux, dans des villages jusqu’ici écartés – et dans une certaine mesure préservés – de toutes formes significatives de régularités touristiques. Cette ambition récente se traduit notamment par la recherche de nouveaux supports d’accueil, parmi lesquels la question de l’hébergement représente un enjeu central. L’hébergement chez l’habitant a fait récemment l’objet de premières expérimentations dans le village d’Adkhs, là où le modèle hôtelier demeure encore écarté, anticipé comme inapproprié par les autorités régionales. Sensibles au regard critique porté sur une pratique majoritairement massive du tourisme dans le reste du pays, les responsables politiques locaux entendent ici développer des modèles alternatifs, étroitement liés aux spécificités du territoire d’accueil.

Adkhs, terre de communs

Photographie de Mehdi Benssid pour le Global Heritage Fund (2019)

Le village d’Adkhs est façonné par les communs ; c’est précisément l’une de ses caractéristiques. Il en concentre un nombre non négligeable, dont les formes variées constituent un panel représentatif de leur tradition prioritairement agricole. Leur nature, leur gouvernance et la ruralité dans laquelle ils s’inscrivent les rapprochent du répertoire Ostromien, lequel est souvent écarté dans l’analyse récente des communs en milieu urbain. C’est pourtant dans une lecture des trames urbaines que la lisibilité de ces communs prend le plus de sens. Toute l’urbanisation d’Adkhs s’articule dans une structure d’équipements collectifs extrêmement spatialisés. Chaque commun a une implantation spécifique, une position précise. Leur localisation et leur forme sont en cohérence avec leurs propres besoins matériels et sociaux. Ils sont aussi à considérer à l’intérieur d’un maillage général, un réseau de communs, portant la définition rurale de l’urbanisation du village. Comme d’autres paramètres, les communs à Adkhs structurent l’urbanisation.

Le grenier collectif

Il est certainement l’élément le plus symbolique, bien qu’il ne soit plus actif, de par sa monumentalité et sa position dominante. La ruine en cours de restauration semble toujours revendiquer avec une force impressionnante la centralité du village malgré son isolement, éloigné de la partie habitée du village. Les traces très denses du village historique, encore très présentes autour du monument, continuent d’alimenter son caractère symboliquement central. La présence de la mosquée à proximité du grenier est l’un des principaux signes de cette conscience collective de centralité, qui revendiquait toute sa légitimité lorsque le grenier était encore utilisé. Il était le lieu presque sacré de réserve et d’archives ; temple collectif et individuel de la mémoire et de la sécurité. La dimension sacralisée n’est pas tant liée aux aspects religieux ici, mais plutôt au respect de règles communes qui conditionnent la stabilité de la ressource. Ici la ressource qui fait commun ne concerne pas les denrées, mais le grenier lui-même, en tant que contenant matériel. Ses qualités de contenant sont déterminées par la viabilité d’une gouvernance spécifique et autonome, principalement orale, pour elle-même et appropriée au lieu, autant que par sa forme physique elle-même. La nature architecturale du grenier collectif est aussi objet de fascination. Il apparaît dès lors opportun de se nourrir de la fascination exercée par le lieu, et du respect qu’il inspire pour concevoir de nouvelles formes d’hospitalités. 

Les canaux d’irrigation

Le même rapport à la tradition orale est présent dans la palmeraie en partie basse du village, autour du système d’irrigation. Il est lui aussi infrastructure héritée d’une tradition collective indépendante des formalisations étatiques ou commerciales. Il est entretenu par la parole, grâce à la connaissance des participants à l’usage de la ressource et au respect de règles de gouvernances locales. Les tours d’eau sont assimilés oralement, et distribués localement par des procédés très simples et spontanés. Les jonctions et divisions des canaux sont déterminées par de simples supports en terre, facilement malléables sans outils ni technologie particulière. L’irrigation est déployée en long du cours d’eau, juste au-dessus du fond de vallée, en lien étroit avec l’activité agricole en terrasses. Elle borde ainsi toute la limite nord et est de l’urbanisation.

Les bassins de rétention

Les bassins de rétention intègrent le système d’irrigation, avec comme particularité de ne pas se présenter sous une forme linéaire, mais de faire objet. Leur présence est marquée dans le territoire par leurs dimensions, par la masse d’eau qu’ils contiennent vis-à-vis du désert environnant, et par l’horizontalité fabriquée qu’ils génèrent, à la manière des terrains de football négociés dans les reliefs accidentés en périphérie de village. Ils représentent une balise, exerce une force de fascination dans le territoire pour quiconque en perçoit la force : forme unitaire et massive, accrochée en flan de relief et entourée d’une végétation en contraste.

Les aires de battage 

Utilisées pour battre les moissons, les aires de battages sont des équipements moins sommaires qu’ils ne le paraissent. Leur forme circulaire est liée à la rotation des mulets sur le sol uniforme et dégagé. Les murets bas en pierres marquent leurs contours. Leurs formes arrondies sont très reconnaissables sur les photos aériennes, particulièrement présentes sur la limite sud du village. Les aires sont disposées en enfilades, de manière à assurer la rotation – encore une fois de coutume – entre les habitants ; l’espace organisant la file d’attente. Leur implantation dans le périmètre du village est tout aussi précise puisqu’elle correspond à la présence des vents sur un coteau particulièrement exposé à la saison des moissons. Leur position domine le village depuis le relief sud, offrant un panorama privilégié sur l’ensemble du site. On y apprécie les rapports entre palmeraie, village ancien et extension moderne, avec la même force de lisibilité que l’implantation du village se donne à lire en plan. Quelques aires de battage ponctuent aussi l’espace urbain, parmi les habitations. En dehors des périodes de moissons, elles constituent de réels composants de l’espace public, pour une fois non limité à la dimension résiduelle de grands vides entre constructions.

Le cimetière sans noms

À l’arrière de la crête sud associées aux aires de battage, le cimetière d’Adkhs est représentatif de la très forte importance attribuée au fait collectif. C’est une étendue de pierres anonymes. Elles sont modestes par leur nature – ce ne sont que de simples pierres, chacune associée à une dépouille – mais aussi par leur silence. Aucun nom ne permet d’identifier les individualités. Les habitants s’y rendent pour prier la communauté plutôt que les défunts. C’est la mémoire du village qui importe, celle du groupe, qui met même en commun la mémoire de ses morts.

Les pâturages

Grand classique de l’histoire des communs, le pâturage a son importance à Adkhs. Chaque famille du village possède entre dix et quarante chèvres, promenées chaque jour dans les terres alentours par l’un des propriétaires de bétail. À la manière des tours d’eau, une organisation héritée en coutume et toujours opérationnelle prévoit en toute autonomie et uniquement par oral qu’à cinq chèvres est associé un jour de garde. Chaque propriétaire de chèvres est sollicité proportionnellement à la mesure de son troupeau. La gestion de propriétés des animaux ne fait l’objet d’aucun étiquetage ou système institutionnalisé, elle est simplifiée par le fait que chaque chèvre reconnaît d’elle-même le chemin vers son propriétaire, une fois le troupeau ramené au village. Le commun en lui-même correspond davantage à la responsabilité de gardien, son rôle partagé, plus qu’à un espace particulier et reconnaissable. La dimension spatiale est ici celle des grandes étendues qui entourent le village. Bien que plus diffuse et a priori informelle, cette composante est néanmoins structurante pour l’urbanisation du village puisque les étendues en question sont principalement celles situées à l’ouest du village, soit strictement complémentaire à la limite formée par le réseau de canaux d’irrigations et les aires de battage. Le village d’Adkhs est bel et bien cerné par les communs.

Figure 1 – Adkhs terre de communs. 

De gauche à droite et de haut en bas : le grenier collectif ; les canaux d’irrigation ; les bassins de rétention ; les aires de battage ; le cimetière sans noms ; les pâturages.

 

Un commun d’accueil 

Traditionnellement au Maroc, la part de l’étranger est toujours dissociée de la sphère de l’intime dans la maison. Cette composante culturelle profondément inscrite dans l’habitat rural précède toute projection touristique. Elle n’en est pas moins l’un des arguments forts de l’hypothèse d’hébergement chez l’habitant : celui de compter sur la présence d’une pièce dédiée à l’accueil dans la majorité des habitations. Cette pièce sert habituellement à recevoir un cousin, un ami, un étranger, dans une tradition très forte d’une hospitalité spatialement dissociée des lieux intimes de l’habitat. Cette dissociation culturelle pourrait être réinterprétée à une autre échelle : celle du village. En dissociant la part de l’étranger de l’individualité des familles, l’hôte ne serait pas forcément tenu à l’écart, mais accueilli en commun, par le village plutôt que par une famille particulière.

Pour le touriste, le fait de considérer l’accueil collectif peut aussi amoindrir en l’appréhension de l’inconnu, ou d’une répartition des hôtes inégale et parfois hasardeuse dans les familles d’accueil. Pour les habitants, cette inégalité peut être l’objet de disqualification dans le temps de certaines familles, ou la valorisation, comme celle des logiques de marché, d’un comportement hospitalier mieux reçu qu’un autre. Concrètement, une personne en difficulté, voire instable, sera moins apte à recevoir un touriste dans des bonnes conditions, le mettant à l’écart d’une source de revenu. L’enjeu d’une telle mise en commun n’est pas tant idéologique, même si on peut facilement la positionner dans un registre d’égalitarisme ou de solidarité, elle est avant tout pensée dans une appréhension soignée des conséquences économiques de l’émergence de la dynamique touristique. Il s’agit d’anticiper les effets directs, mais aussi seconds, d’une arrivée progressive voire d’un établissement des activités liées au tourisme. Cette attention portée sur les conséquences d’une intrusion extérieure dans l’économie, et par conséquence dans la construction du territoire local, ne se substitue pas au maintien d’une certaine attractivité : source et condition de toute activité de tourisme. Cause et conséquence du tourisme ne sont pas forcément inconciliables. En termes de promotion par exemple, quoi de plus invitant dans l’imaginaire collectif du tourisme et de l’exotisme, que de se sentir hôte d’un village, plus que d’une famille ? Les ressorts culturels en jeu sont multiples, parfois lointains, controversés, peut-être même condamnables, quand bien même inavoués : du mythe de la tribu au spectre déplacé d’un certain héritage colonial. La validité d’un accueil commun a des racines multiples et variées. Plus simplement, et sans connotation historique : c’est la valorisation de l’hospitalité d’un groupe qui fait sens.

Figure 2 – L’accueil d’une communauté d’habitants. 

De gauche à droite : des femmes (du village) présentent avec fierté leurs productions artisanales ; des enfants (du village) se joignent avec plaisir à l’ascension de la crête sud ; des hommes (du village) guident avec bienveillance la visite de la palmeraie.

 

Le commun, par l’architecture

Plus largement, c’est aussi tout un tourisme du savoir-faire, mais aussi du savoir-être, ou savoir-vivre, qu’il s’agit de valoriser : prenant la forme de patrimoines matériels, mais aussi immatériels. La culture du commun, dans un village aussi ancré dans la tradition du partage, mérite d’être valorisée et considérée comme atout, y compris sur le plan touristique. Cette attractivité n’est peut-être pas très reconnue dans les circuits courants, mais son potentiel n’est pas exclu si on se réfère à l’engouement croissant dans nombreux domaines et dans de nombreux lieux pour les pratiques renouvelées de commoning.

C’est une des particularités du grenier collectif d’Adkhs, mais aussi de tout le réseau de greniers de la région, de constituer la formalisation architecturale d’une pratique de commun. Si les exemples habituellement traités par Elinor Ostrom sont finalement que peu architecturaux – limités à une intervention au sol, sous forme d’infrastructures, ou d’éléments construits ponctuels – il y a dans le caractère commun du grenier collectif une dimension profondément spatiale. L’enclos, les seuils, les unités de stockages, sont précisément définis architecturalement. Les aspects distributifs sont hiérarchisés en cour, en passages et en portes : équivalents à échelle réduite de la place, de la rue et de la maison. Le système est clos, récupérant les aspects d’un village, dans le village. Il n’en reste pas moins un élément parmi d’autres, mobilisé dans la définition d’une certaine urbanité. C’est un ensemble, marqué par ses murs périphériques unitaires. Il est objet, dans un réseau d’objet. Et c’est peut-être là que la formalisation d’un « commun touristique » pourrait inscrire sa quête de définition : dans un rapport d’objet parmi les objets. Parmi les autres situations possibles, le fait de réinvestir les ruines centrales du village aurait pu représenter une opportunité pour l’hébergement des hôtes ; mais les limites d’un tel projet méritent d’être pesées. D’abord il est certainement plus coûteux de reproduire des conditions d’habitabilités dans les décombres que de réaliser de nouvelles constructions. Par ailleurs, si rendre habitable une partie du patrimoine construit pourrait être l’occasion de proposer aux visiteurs des conditions d’habitat au plus près des qualités culturelles, architecturales, expérientielles qu’ils sont venus chercher ; les exigences de confort qui lui sont associées pourraient aussi « lobotomiser » la nature de la construction originale, pour reprendre un terme koolhassien, et dénaturer la valeur même de l’objet habité. Enfin, renforcer le schisme existant entre village abandonné et urbanisation « moderne » en installant les visiteurs dans la vielle partie, pourrait à terme instaurer un clivage que l’on peut observer dans des villes comme Salvador de Bahia au Brésil (mais aussi plus insidieusement dans la majorité des villes historiques soumises au tourisme massif) entre d’un côté la richesse et le confort qu’un tourisme a drainé dans l’habitat historique, et de l’autre la condition locale de l’habitat ordinaire, bien souvent très populaire. Les conséquences de clivage social de ce type de distinction spatiale ont en tout cas été dans d’autres cas particulièrement violents. Plutôt que d’investir les formes existantes, au risque de les dénaturer, il pourrait sembler plus propice d’ajouter à la série des communs, pour beaucoup architecturalement spatialisés, un nouvel élément à l’autonomie relative. À une toute autre échelle, à dans une autre ambition, l’ajout du bloc sanitaire entre le grenier et le dénivelé vers la palmeraie répond très simplement et immédiatement à un besoin : celui de toilettes pour l’école. Sa formalisation en ajout ponctuel permet de mesurer la possibilité d’une telle opération, guidant peut-être l’établissement d’un lieu d’accueil, également à proximité du centre d’attraction du village d’Adkhs.

Figure 3 – Il existe déjà des lieux d’hospitalité dont l’ambiguïté du statut spatial pourrait nourrir la recherche formelle pour un commun d’accueil. 

De gauche à droite : le salon extérieur d’une des familles du village prend des airs d’espace public dans sa position, sa forme et son occupation ; le salon adjacent complète les capacités du lieu ; l’élémentarité et l’autonomie des toilettes de l’école apporte un référentiel architectural non négligeable.

 

À peine l’hypothèse sur la table, qu’il paraît légitime de questionner le langage architectural que pourrait ou devrait endosser un tel programme. Avec la question du langage, celle de la connotation, de ce que la construction communiquera comme invitations ou comme valeurs importe très fortement, et concentre même sans doute toutes les difficultés. Une fois positionnée à l’écart d’un registre de tourisme de masse, la possibilité d’une ambiguïté entre accueil touristique et accueil des apprentis mobilisés sur la rénovation du grenier notamment, apparaît comme une opportunité fertile d’un point de vue architectural : celle de chercher à atténuer par la forme les limites entre les profils d’usage. Un rapprochement des conditions d’hospitalité entre personnes venues apprendre quelque chose à Adkhs. En retour, peut-être que les standards nécessaires à l’accueil de populations plus aisées, et notamment l’offre de sanitaires et de douches, pourraient constituer un bien supplémentaire à l’usage (certainement réglementé) de l’ensemble du village. Plus largement, un tel projet invite à reconsidérer les standards du tourisme courant, dans une certaine élémentarité des besoins. La sobriété est une condition financière à la réalisation de ce nouveau commun, mais aussi une source potentielle d’attraction, pour un tourisme impliqué dans la recherche d’une plus grande justesse dans les moyens déployés pour assurer la visite d’un lieu. Entre le camping municipal et la résidence hôtelière privée, cette forme d’hébergement reste à inventer, dans une appartenance force à la culture locale du commun que le village d’Adkhs pourrait davantage valoriser.

Ce texte a été écrit dans le cadre du séminaire doctoral « Designing an interdisciplinary research and education concept in Ecological Habitats » (ENAC Exploratory Grants 2018).