Entrepreneuriat féminin agricole à Tiznit : une affaire de veuves

Par Claire Madenspacher1

Au Maroc, l’accès à un emploi rémunéré reste inaccessible pour de nombreuses femmes et le taux d’activité de ces dernières  baisse depuis plus d’une décennie. L’entrepreneuriat féminin est présenté comme une alternative et augmente légèrement. Pourtant, est-il pour autant possible de parler de dynamiques féminines autonomes? Ici, nous souhaitons revenir sur le cas de deux femmes éleveuses membre d’une coopérative laitière sise à Tiznit et intégrée au réseau COPAG.  Il ne s’agit pas de la création d’une entreprise mais de la reprise d’une entreprise familiale.

Au matin du 14 mai 2016, nous avons eu l’occasion de rencontrer Fatima et Fadma à leurs domiciles respectifs. Celles-ci sont veuves, ont plus de 45 ans, ont un faible capital financier, des enfants adultes et possédaient déjà des connaissances dans le domaine agricole et dans celui de l’élevage avant de reprendre l’entreprise agricole. En analysant ces deux profils, nous avons pu investiguer le lien entre les transformations agricoles et l’entrepreneuriat féminin en milieu oasien urbain. Les résultats montrent comment ces deux femmes ont utilisé les changements agricoles pour développer leur activité et éviter une situation de précarité liée à leur statut de veuve. Par l’analyse des deux entretiens, cinq caractéristiques communes à ces deux femmes sont ressorties permettant d’interroger le modèle de développement d’un entrepreneuriat agricole féminin.

  • la médiation par la confiance accordée antérieurement au mari;
  • le recours aux fonds publics et familiaux;
  • le lien à la tradition;
  • le maintien du travail à domicile;
  • le maintien de la structure familiale.

Dans la suite de l’article nous allons brièvement définir chacune de ces caractéristiques.

La médiation par la confiance accordée antérieurement au mari

Après le décès le lien de solidarité et de confiance entretenu avec le mari de son vivant est élargi, par les membres de la coopérative laitière COPAG, à sa veuve. Les hommes continuent de témoigner aux maris décédés une forme de solidarité, en acceptant que sa veuve garde une place dans la coopérative. En ce sens, le mari et ses relations précédentes, sont essentielles pour permettre à la femme de conserver une place dans la COPAG. C’est le fait que le mari ait été membre de la coopérative, qui produit une extension du lien de confiance, dont la femme va pouvoir profiter. Ainsi, ce n’est pas le célibat qui dans cette situation ouvre la possibilité d’un travail indépendant, ni le fait d’être une femme, mais d’avoir été marié et que l’époux suscite une forme de fidélité de la part du réseau de confiance au sein de la coopérative.

Le recours aux fonds publics et familiaux

Le recours aux financements reste une importante limite pour des femmes cherchant à monter ou à développer leurs entreprises. Ainsi, il reste de grandes différences de traitement entre les hommes et les femmes quant à la légitimité et la possibilité d’avoir recours à des fonds privés. De manière générale, les femmes ont tendance à posséder moins de ressource financières propres.

Pour palier à ce manque de crédits financiers extérieurs, la famille proche peut également être mobilisée comme une ressource. Généralement les fonds financiers débloqués permettent de reprendre des micro ou petites entreprises. Si l’on prend le cas de Fatima, le revenu de son fils marin pêcheur semble être suffisant pour pouvoir la soutenir financièrement. Il lui a par exemple permis de réaménager un second local pour les poules et les vaches. Ainsi, Fatima a pu moderniser son entreprise, sans avoir besoin d’avoir recours à un crédit extérieur.

Elevage de bovins et de volailles chez Fadima dans le nouveau bâtiment financé par son fils marin pêcheur.
Crédits : Claire Madenspacher

Un soutien financier familial peut être une réelle opportunité dans ce contexte. Au Maroc, malgré des ressources financières généralement faibles, la moitié des entreprises féminines seraient autofinancées. Néanmoins, si la famille n’a pas suffisamment de ressources ou si elle est contre le projet, la femme risque de se trouver avec peu d’autres alternatives.

Les deux éleveuses femmes ont par ailleurs obtenu des soutiens spécifiques du fait de leur statut de femme. Ainsi, les chèvres alpines qu’elles possèdent ont été données par le ministère de l’agriculture dans le cadre d’une coopérative féminine qui a été dissoute. Les femmes se sont ensuite partagées les chèvres. De même, elles ont reçu  des poussins dans le cadre d’une politique de soutien à l’élevage de poulet Beldi. Cependant, ces politiques publiques s’avèrent avoir des effets modestes permettant avant tout de diversifier l’activité de l’exploitation familiale. L’échec de la coopérative de chèvre atteste de la difficulté des femmes à s’organiser de façon autonome et pérenne.

Petit élevage de chèvres alpines de Fadma à Tiznit en 2016.
Crédits : Claire Madenspacher

Le lien à la “tradition”

Il y aurait ainsi une “tradition”de l’élevage à Tiznit, dont témoigne l’architecture des maisons, qui comprenaient généralement une partie attenante à la maison familiale pour le bétail. Selon cette “tradition” de l’élevage à Tiznit, posséder une vache était considéré comme une richesse et c’était avant tout aux femmes de s’occuper de celle-ci. La ou les vache-s permettait-ent de répondre aux besoins de la famille. Ces vaches étaient dites de type “locales” ou “beldi”. La production servait à fournir le «petit lait», le lait ainsi que le beurre. A Tiznit, les femmes participaient (et continuent de participer pour certaines) au ramassage et au transport des récoltes. En moyenne celles-ci doivent se rendre sur les parcelles entre 3 et 5 fois par semaine pour y récolter l’herbe et la luzerne pour le bétail. Depuis une dizaine d’années, la COPAG soutient l’achat de nouvelles races de vaches plus concurrentielles (croisées ou Prime Holstein): les vaches locales ont été vendues.

Comme dans le cas de Fatima, de nombreuses femmes avaient des petits élevages de poulets, ainsi que de lapins, mais également de caprins et parfois de canards.

Lorsque nous nous intéressons aux tâches quotidiennes, nous pouvons constater que d’une certaine manière, même en reprenant la tête de l’entreprise familiale, les femmes continuent de s’occuper d’activités qu’elles faisaient déjà par le passé (la traite, prendre soin du bétail, ramener le fourrage à l’étable, etc).  En ce sens, la femme inscrit son activité entrepreneuriale une quotidienneté en continuité et en conformité avec un ensemble d’attendus moraux et sociaux. Dans le cas de nos interviewées, celles-ci continuent de s’occuper leurs élevages et de leurs productions agricoles. Elles restent dans la sphère familiale et poursuivent le travail avec leurs familles (ce que nous développerons davantage dans le prochain point). Ces changements amènent à considérer que bien que l’on retrouve une continuité dans le type d’occupation féminine, la façon de produire, la quantité produite, le rapport à l’animal, etc, sont eux entrain de changer. D’une structure familiale, produisant avant tout pour les membres de la famille, nous sommes passés à une entreprise familiale qui cherche à conduire des projets rentables pour la commercialisation sur le marché. Le fait de choisir des vaches Holstein, montre bien que la préoccupation n’est plus uniquement de fournir du lait à la famille, mais également de générer un revenu monétaire régulier. Ainsi, c’est tout un processus de standardisation qui se met progressivement en place. Partant du choix des vaches, en passant par leur alimentation, au type de traite, dans le but de pouvoir faire des bénéfices. Malgré le fait que le processus se fasse à une petite échelle (entreprise familiale), on passe d’un type d’élevage que l’on peut qualifier de “traditionnel” ou “familial”, à un élevage de type plus “industriel” de par son intégration à la filière agro-industrielle ». Les animaux doivent générer un revenu, ils deviennent des investissements et des moyens de production.

Les pratiques agricoles ont donc subi des changements pour s’émanciper d’une agriculture de subsistance, sans remettre en question du rôle de la femme dans ce domaine. En reprenant l’entreprise agricole familiale, les deux femmes restent majoritairement dans la sphère familiale et privée.

Le maintien du travail à domicile

Lié au point précédent, le maintien du travail à domicile peut être envisagé comme un autre élément caractéristique des deux profils. Dans les cas étudiés, nous avons pu constater que les enfants des deux interviewées sont des adultes et que les garçons sont indépendants financièrement. Néanmoins, dans les deux situations, les deux veuves vivent également avec leurs filles, belles-filles et leurs petits enfants. En effectuant une grande partie du travail à domicile, grâce à un élevage intégré dans le périmètre familial (la cour et les étables sont juxtaposés aux habitations, la deuxième cours de Fatima se trouve à environ 100 mètre du domicile familial), les femmes restent dans la sphère privée, cela évite qu’elles se retrouvent dans la sphère publique, généralement réservée aux hommes. En ce sens, la transition vers un entrepreneuriat prenant place dans la sphère privée semble plus accessible pour une femme veuve. Il n’y a donc pas une complète remise en question de l’occupation de l’espace.  L’élevage urbain à Tiznit (vaches, poussins, caprins, etc), se trouvent généralement dans une structure appendue à la maison. Nous avons pu voir qu’une partie des vaches se trouvaient à l’intérieur même de la ville, dans des pièces ou cours rattachées au domicile familial. Depuis la rue, il est difficile d’envisager que des animaux se trouvent derrière les murs de ce qui semble être à première vue une habitation. Ceux-ci sont hauts et ne laissent pas deviner ce qui se “cache” derrière. Avec ce système d’élevage, hormis pour chercher le fourrage, voire se déplacer dans d’autres locaux où se trouvent le bétail, les femmes n’ont pas ou peu besoin de sortir de leur domicile pour s’occuper du bétail.

En produisant au sein de la sphère familiale, les femmes ont donc plus de légitimité à pouvoir travailler. Au regard de la société, elle reste à leur place.

Le maintien de la structure familiale

Le soutien familial est essentiel pour qu’une femme puisse développer une structure entrepreneuriale dans de bonnes conditions. Concernant nos deux profils féminins, nous pouvons constater que le soutien est non-seulement moral, mais également économique ou physique (à travers des aides dans les tâches quotidiennes). Au vu de la quantité de travail, il est compliqué de gérer seule la totalité de la production laitière en plus de l’approvisionnement en fourrage. Pour faire tourner leurs entreprises, Fatima et Fadma s’appuient sur l’aide et le soutien des membres de la famille. Les filles et belles-filles aident dans les différentes tâches quotidiennes. Le fils de Fadma soutient sa maman avec son élevage. Il l’aide également avec ses parcelles. C’est un ouvrier qui s’occupe de l’irrigation des terres. Concernant Fatima, son fils la soutient financièrement, mais elle reçoit également de l’aide de sa belle-fille.

Ce phénomène d’entreprise familiale peut être considéré comme une particularité du monde agricole local. Dans le contexte marocain, de nombreuses micro ou petites entreprises familiales réussissent à générer des revenus suffisants pour l’ensemble de la famille. Plutôt que d’être perçu comme une limite, le maintien de la structure familiale peut être considéré comme une opportunité. Celui-ci offre un soutien non-négligeable quant à la gestion de l’entreprise. Chacun aide à son niveau pour permettre à la structure de fonctionner. Entreprise et famille se confondent liant soutien financier et soutien moral à la figure tutélaire de la mère veuve.

Conclusion et discussion par David Goeury

Claire Madenspacher propose cinq facteurs expliquant la pérennité de ces deux entreprises agricoles familiales dirigées par des femmes : la médiation par la confiance accordée antérieurement au mari; le recours aux fonds publics et familiaux; le lien à la tradition; le maintien du travail à domicile; le maintien de la structure familiale. Elle conclut que pris séparément ils ne seraient pas forcément suffisants. De fait, cumulés, ils  permettraient à ces femmes de maintenir leur cellule familiale dans le secteur entrepreneurial.

Cependant, nous devons interroger le statut singulier de ces femmes qui s’inscrit dans une trajectoire entrepreneuriale familiale. Sur la cinquantaine de membres de la coopérative laitière, elles sont les deux seules femmes chefs d’exploitation, soit un taux de féminisation de la direction des exploitations extrêmement faible, inférieur à 5%. Ce ratio est similaire dans les autres coopératives laitières de la région. Il s’agit donc d’une configuration qui peut être qualifiée d’exceptionnelle. Si les femmes participent pleinement de l’activité agricole et tout particulièrement de l’élevage, seule une infime minorité accède au statut reconnu de chef d’exploitation. C’est la rupture dans la lignée masculine  qui a amené ces femmes à assumer la fonction de chef de famille et de chef d’entreprise. Ces dernières semblent avant tout capables de maintenir une économie domestique tournée en partie vers le marché grâce à un statut de veuve mais aussi surtout du fait de leur statut de mère d’un fils adulte. En effet, avoir un fils est la seule garantie légale pour se protéger d’une reprise du capital productif par les membres masculins de la famille de l’époux décédé. Il ne s’agit donc aucunement d’une dynamique autonome mais bien d’un moment familial singulier. Dans ce cadre, ces deux femmes ont su saisir toutes les opportunités institutionnelles afin d’améliorer leur outil productif, faisant preuve d’un véritable goût pour l’entreprendre, sans pour autant remettre en question l’ordre social genré.

1Claire Madenspacher a soutenu un mémoire de Master en travail social à HES-SO Lauzanne, le 22 février 2017 devant un jury composé de Claude Bovay , Marc Breviglieri et Philippe Régnier ayant pour titre :  « Transformations agricoles à Tiznit (Maroc). Étude de cas de deux femmes entrepreneurs dans le domaine agricole. » Elle a été encadrée sur le terrain par David Goeury.