Ain Aqdim au coeur de la médina Tiznit, retrouver les origines de la ville par Salima Naji

L’Unesco (article extrait du blog de Salima Naji http://www.salimanaji.org ) reconnaît les paysages culturels comme des «ouvrages combinés de la nature et de l’homme». Les paysages culturels illustrent l’évolution de la société et des établissements humains au cours des âges, sous l’influence de besoins, atouts et contraintes liés à l’environnement naturel et aux forces sociales ou économiques successives, voire cultuelles ou culturelles.

Or, la ville de Tiznit a connu de profondes transformations depuis la fin du XIXe siècle. Ain Aqdim «la source ancienne» appelée souvent en français «Source bleue » (Ain Zerka dans les guides touristiques), aurait pu être mieux traduite par  « la première source ». Elle est, en effet, à l’origine d’une palmeraie entretenue par l’homme pour devenir progressivement des jardins. Ces jardins étaient nombreux encore au début du siècle, quelques décennies après que le Sultan My Hassan Premier ait fait édifier les remparts de Tiznit.

La cité en 1918, 36 ans après l’édification des remparts reste encore dominée par les activités agricoles. Les noyaux villageois ne sont pas fondu dans un nouveau tissu urbain.

Ce plan reprend la restitution du capitaine Reboul en 1918. La ville se limite alors aux murailles sultanienne et enserre encore de nombreux jardins.
Ce plan reprend la restitution du capitaine Reboul en 1918. La ville se limite alors aux murailles sultaniennes et enserre encore de nombreux jardins.



La croissance démographique de la médina a amené celle-ci à dépasser les 30 000 habitants altérant profondément la place de la source au sein de la médina. Le site de résurgence de Ain Aqdim apparaît aujourd’hui comme est un bassin d’eau très vaste du fait des multiples travaux enserré dans le tissu urbain de plus en plus dense. La source était en lien jadis par des séguias et des khetarras avec toute la ville jusqu’à Targa, la palmeraie. Lien visuel avec les palmiers, le bassin est aussi éminemment symbolique et résume l’histoire de la ville.

Restitution de la médina de Tiznit en 2011. la source historique et le bassin répartiteur de l'oasis apparaissent en bleu.
Restitution de la médina de Tiznit en 2011. la source historique et le bassin répartiteur de l’oasis apparaissent en bleu.

Il faut toujours avoir en mémoire qu’un paysage reflète le processus évolutif d’un site. Ceci a été très important d’avoir en conscience lorsque nous nous sommes occupés de redonner vie à Ain Aqdim.

Il s’agissait donc de proposer une nouvelle mise en scène de la source en essayant notamment de rappeler les liens paysagers historiques.

Chantier_ain_aqdim_2012-15L

Par conséquent, il a été décidé d’entourer le nouveau bassin d’un jardin sec pour recréer un environnement paysager.

Plan du nouvel aménagement de la source historique en 2015. Le bassin a été réduit pour laisser la place à un  jardin.
Plan du nouvel aménagement de la source historique en 2015. Le bassin a été réduit pour laisser la place à un jardin.

Par ailleurs, se pose la question  du canal souterrain qui lie la source au périmètre irrigué de Targa au nord. Ce canal a été à plusieurs reprise perforé par les habitants qui l’ont confondu avec le réseau d’évacuation des eaux usées.

Schéma d'une foggara
Schéma d’une foggara
Le tracé du canal s'appuie sur une légère pente permettant à l'eau d'atteindre l'oasis au nord.
Le tracé du canal s’appuie sur une légère pente permettant à l’eau d’atteindre l’oasis au nord.

Il s’agit donc de faire de la source le point de départ d’une réflexion à l’échelle de toute la médina.

La réhabilitation de la source s’est faite ainsi en même temps que la mise en œuvre du premier secteur sauvegardé de la médina, son premier noyau, le centre historique premier (XVI°-XVIII s). Ce secteur, zone non aedificandi en son point central (la source) nécessite une approche très rigoureuse en terme de respect des recommandations de préservation. Lieu fondateur où s’origine la ville, il est – conformément aux mythes – un lieu éminemment sacré, entouré de trois mosquées. La Sainte ayant découvert les eaux de résurgence, Lala Zninia est enterrée à quelques pas de ce site dans ce qui est sans doute la plus ancienne mosquée avec son tombeau (mosquée malheureusement malmenée par une rénovation précipitée), Timzguida Ait Mhand ensuite, puis Jemaa Lkbir au Sud.

Au premier plan la grande mosquée, la Kasbah Aghennaj et juste derrière la source historique bordée de jardins.
Au premier plan la grande mosquée, la Kasbah Aghennaj et juste derrière la source historique bordée de jardins.


Citer ce billet
David Goeury (2015, 29 août). Ain Aqdim au coeur de la médina Tiznit, retrouver les origines de la ville par Salima Naji. ZERKA. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vc8d