Le houch préservé de Sidi Brahim.

Ethnographie de l’habité : trois houchs à Nefta

Par Imen Attia Landlousi

Si on évoque souvent l’impact néfaste du morcellement des terres dans l’espace oasien, on peut aussi remarquer des problématiques du même ordre au sein du foncier et du bâti et leurs liens intrinsèques avec la dégradation du patrimoine architectural des médinas. Peut en témoigner une petite ethnographie de l’habité dans le quartier Ezzaouia et Alegma de la ville de Nefta à partir de trois houchs (maisons traditionnelles).
En effet, il ne faut pas sous-estimer par exemple les tensions que peut créer aujourd’hui une cohabitation générationnelle et familiale variée.

Ainsi, Boutheina, la trentaine, mère de trois enfants, a rejoint la maison familiale de son conjoint depuis son mariage. Elle nous raconte : «un houch ça signifie beaucoup de pression, c’est beaucoup de stress, on n’a pas notre tranquillité d’esprit. Quand je me suis mariée, j’avais dix-sept ans, il y avait vingt personnes dans le houch, ils ne s’étaient pas encore mariés, maintenant ils ont tous des enfants. »
Dans les difficultés liées à une cohabitation imposée, la question de la taille des espaces et leur adaptation aux besoins jouent un rôle primordial. Mais s’ajoute à cela aussi, le fait que les habitants peuvent selon eux, difficilement apporter les transformations qu’ils jugent nécessaires puisqu’ils ne sont pas les uniques propriétaires.
« qu’est-ce que je possède? Deux biuts (chambre) et elles sont petites, quand tu rentres dans une chambre à coucher, tu la trouves petite et tu es à l’étroit, donc s’il n’y avait pas ma tante qui habite dans le houch à côté et qui a un peu plus d’espace parce qu’elle a une cuisine et je peux rester un peu avec elle, ce serait vraiment dur, il n’y a vraiment pas d’espace et même quand il y en a et que l’on veut construire ou faire des modifications ils ne veulent rien me laisser faire (les héritiers). Donc je viens cuisiner ici chez ma tante. »

La tante Boutheina dans sa cuisine.
La tante Boutheina dans sa cuisine.

Sa tante, acquiesce, opinant de la tête à maintes reprises et soulignant ainsi le désarroi de sa nièce. « Ils ne la laissent rien faire, appuie-t-elle en murmurant. »
L’éclatement de la famille élargie en une multitude de familles mononucléaires et la nouvelle notion de confort chez la nouvelle génération a mis à l’épreuve la question de la propriété de ces demeures et leurs divisions. En effet « même quand un membre de la famille a de l’argent il ne veut pas investir dans la restauration, ils (les héritiers) la laissent tomber en ruine. Ce n’est pas à moi ! Ce n’est pas à moi ! (…) »
Devant de telles contraintes, certains ont alors pour aspiration de quitter la maison familiale. Néanmoins cette option est d’une part onéreuse mais aussi ardue puisque « l’état ne donne pas de terrain facilement » déplore Boutheina. Le résultat est un sentiment de désespoir et de frustration comme elle l’explique : « Regarde-moi, ça fait seize ans que je suis mariée, j’ai trente-sept ans, tu vois, je n’ai plus de patience…. En plus mes enfants ont grandi, ils se sentent à l’étroit, ils veulent chacun avoir leur lit. »
Le résultat est une dégradation généralisée du cadre bâti de ces quartiers. Cependant ce sont les inondations de 1990 qui ont précipité de façon drastique cette dégradation et cette défiguration du paysage architectural de la ville.
L’inexistence d’une réponse adéquate des politiques locales à cette catastrophe et notamment l’absence d’une prévention des risques naturels a encouragé l’abandon des maisons traditionnelles. Par ailleurs, bien que les dégâts consistants des inondations soient nécessairement dus à un manque d’entretien de cette architecture vernaculaire, les effondrements ont véhiculé une forte image de fragilité que l’on retrouve dans le champ lexical associé par les habitants. En effet, si les caractéristiques durables et bioclimatiques de cette architecture vernaculaire sont encore revendiquées par la génération des plus de soixante ans, on peut remarquer un mépris de cette architecture ancestrale et de ses techniques par les nouvelles générations et une absence de sensibilisation des collectivités locales.

Houch abandonné dans le quartier Ezzaouia.
Houch abandonné dans le quartier Ezzaouia.

Par opposition l’architecture souri (moderne) devient un gage imaginaire de solidité face aux intempéries. C’est pourquoi l’on voit apparaître des phénomènes de démolitions et reconstructions souvent partielles en matériaux de type briques rouges, ciment et acier au cœur de quartiers historiques.
« Heureusement que le bon dieu nous a permis de construire cette partie souri » nous dit Fattouma Nasr en nous montrant fièrement sa maison en chantier.

Visite du chantier de construction souri (moderne) dirigé par Fattouma.
Visite du chantier de construction souri (moderne) dirigé par Fattouma.

Fattouma a projeté sur cette construction, bâtie sur les ruines de la partie du houch familial hérité par son mari, son « idéal » de modernité, confort et solidité.

L'intérieur moderne de la maison de Fattouma.
L’intérieur moderne de la maison de Fattouma.

Son intérieur nous renseigne aussi sur l’élément manquant de sa triade vitruvienne, utilitas, firmitas, venustas (utilité, solidité, beauté), : son idéal esthétique puise ses références dans un patchwork d’images véhiculées par la télévision.

Cependant semblent être épargné par ce phénomène, certains houchs des saints, « ancêtres » des différents lignages. En effet les héritiers estiment essentiels de les conserver dignement en respectant le savoir-faire ancestral. En témoigne Houch Sidi Brahim où nous dit Chifa -dont le prénom signifie guérison- «notre grand-père Sidi Brahim, un saint homme a dit il ne faut pas la changer du tout, (la maison) même si tombent les pluies, on ne change rien, jamais on ne va couler de dalle ni rien ».

Le houch préservé de Sidi Brahim.
Le houch préservé de Sidi Brahim.

 



Citer ce billet
David Goeury (2017, 3 janvier). Ethnographie de l’habité : trois houchs à Nefta. ZERKA. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vc97