Subtile porosité

Par Alia Ben Ayed, Noha Gamal et Jean-Paul Thibaut

Une expérience sensible menée dans le quartier historique d’El Algama, engageant davantage notre attention sonore, nous amène à reconsidérer la représentation que nous avions des lieux. Nous sommes constamment sollicités par des sonorités, composées au gré des événements, de chants d’oiseaux, de pétarades de mobylettes, de claquements de sabots de mulets traînant leur charrette, de paroles, de rires, de jeux d’enfants. Ses sonorités colorent le parcours, le rythment,  reconfigurent sa géométrie, modifient parfois sa plasticité lorsque les formes sonores débordent au-delà des limites proprement construites.

parcours-en-aveugle-dans-a-nefta-noha-gamal-et-jean-paul-thibaud-5

L’étroitesse des rues s’élargissent, latéralement, sous la forme de sonorités filtrant depuis les skifas entrouvertes des maisons. Ses sonorités nous interpellent, sollicitent notre attention, excitent notre curiosité, laissent deviner la vie, invisible à nos yeux,  qui sourde depuis l’intérieur des maisons. Dans certaines séquences, en particulier dans les passages couverts des bortals, l’expérience est amplifiée par d’autres modalités sensorielles. L’ombre et la fraîcheur soudaine, l’étroitesse de l’espace confiné, accentuent les effets de réverbération.  De simple lieu de passage, l’espace aménagé de dokkanas, ces banquettes maçonnées,se transforme en lieu de rencontre et de sociabilité. Ralentissant le rythme de la marche, il invite au séjour.

L’hypothèse qui nous vient à l’esprit, celle d’une porosité particulière caractérisant l’espace urbain, bouscule le sens commun. En effet, habituellement, décrit comme étant introverti et fermé, en tout cas du point de vue matériel et visuel, cet espace, mis à l’épreuve de notre expérience sensible, qui met l’accent sur d’autres modalités sensorielles, sonores,  olfactives, lumineuses, thermiques, dévoile une porosité nuancée, régulée.

Nous décidons de vérifier cette hypothèse en la mettant à l’épreuve de « parcours commentés en aveugle ». Ce parcours en aveugle fait apparaître trois séquences distinctes, depuis l’oasis, passant par les ruelles, jusqu’à la place au cœur de la ville. Cette mise à l’épreuve du terrain, à travers nos trois parcours singuliers, nous amène à envisager de croiser les modalités d’appréhension pour affiner l’analyse. Que va mettre au jour l’écoute de l’enregistrement sonore seule, celle du parcours commenté, le visionnage de la vidéo ou encore celui des photos ? Comment les associer, et dans quel ordre, pour que s’activent des modalités d’intelligibilité plus révélatrices ? Comment les formes sonores vont-elles se superposer aux formes matérielles, ou au contraire redessiner l’espace ?

Parcours en aveugle de Noha Gamal et de Jean Paul Thibaut dans la vieille ville de Nefta.
Parcours en aveugle de Noha Gamal et de Jean Paul Thibaut dans la vieille ville de Nefta.


Citer ce billet
David Goeury (2016, 10 novembre). Subtile porosité. ZERKA. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vc91