Le legmi : une menace pour la biodiversité phoenicole, stigmate de la crise de l’agriculture dans la corbeille

 Par Irène Carpentier et David Goeury

Le soir, nous traversons la palmeraie avec le président du GDA, membre du bureau exécutif de l’Agdor (Association de gestion durable de l’oasis de Ras el Aïn). Il se positionne comme un propriétaire responsable. En tant que petit propriétaire, il critique à la fois les propriétaires absentéistes et les khammess en cherchant à se distinguer par son engagement civique pour l’agriculture dans la corbeille.

Lors d’un très long entretien, qui vient compléter un entretien déjà mené par Irène Carpentier en avril 2016, il pose trois questions :

– Le rapport de responsabilité des agriculteurs à la biodiversité de la corbeille de Nefta. Il oppose la permanence d’un patrimoine agricole et des pratiques opportunistes à court terme

– Les enjeux de la question sociale entre des propriétaires absents et des khammes qui ne seraient pas dans une logique de reproduction du capital phoenologique

– La transformation de la pratique du legmi ou vin de palme (boisson de sève de palmier qui se consomme fraîche ou fermentée) en symbole de la dégradation de l’exploitation des palmiers.  A l’inverse de l’ancienne pratique qui permettait la survie du palmier, les palmiers peu productifs ou de variétés communes sont désormais sacrifiés et remplacés par des deglet nour, permettant le maintien de cette pratique alimentaire et festive traditionnelle.

Dispositif de prélèvement du legmi sur un palmier de la corbeille de Nefta.
Dispositif de prélèvement du legmi sur un palmier de la corbeille de Nefta.

« Des années 1990, jusqu’à maintenant, il y a des gens, les propriétaires, qui ont quitté l’oasis, ils ont cherché du travail pour devenir salarié. Certains sont professeurs. Certains sont morts ; leurs enfants ne sont pas intéressés pour garder leur parcelle. Il y a eu un changement.

Les khammess, ce sont ceux qui prennent le cinquième. Les khammess, ce sont ceux qui n’ont pas de parcelles. Les khammess sont tous Neftiens. Ces gens-là ont fait beaucoup de bêtises. Pendant, les discussions de travail, ils disent « moi je vais garder ce palmier et couper d’autres palmiers pour le jus de palmier ». Ils ont gardé la variété deglet nour et ils ont coupé les autres palmiers et nous avons perdu beaucoup de variétés. C’est une mauvaise chose. Le khammes cherche juste le jus de palmier jusqu’à maintenant. L’année dernière, « l’eau de palmiers », était à 1 dinar 500 cette année 2 dinars pour 1.5 litre.  En Algérie, ils font la même chose. Ce n’est qu’à 30 kilomètres.

« L’eau» sort du cœur du palmier. Mais c’est pas du jus. Le mot, c’est “l’eau”, pas « jus » . Ceux qui disent que c’est du « jus de palmier », c’est une erreur. Ils se trompent. C’est pas le bon mot « jus. » Parfois il y a les guides touristiques qui disent « Mesdames et Messieurs, voilà le jus de palmier ! », mais c’est une erreur, c’est pas vrai ! C’est pas du « jus de palmier ». Si c’était du jus, tu prends le palmier, tu le presses et tu fais du jus.  Le jus d’orange, tu prends l’orange et tu presses. Pareille pour le citron. Mais le jus de palmier,on peut pas le faire ! On l’appelle “eau de palmier”Par exemple, ces palmiers ils ont été utilisé pour le legmi, ils sont tous morts, ils meurent. Ils ne sont pas malades ces palmiers, mais ils ont été utilisés pour boire « l’eau de palmier ». Il en est produit 20 litres par jour. Il y a des gens qui le boivent fermenté, d’autres non. En particulier le matin, on le boit frais. Maintenant c’est la saison. Il y a des gens qui l’achètent dans les cafés, dans les restaurants, ou le soir. Je vous ai parlé des points négatifs mais il y a aussi du positif.

Bon. C’est le propriétaire qui est responsable. Quand il y a un khamess qui vient travailler, je vais lui donner un palmier. Et tu laisses la vie au palmier. Tu ne vas pas jusqu’au bout. Si tu le fais produire pendant 20 jours, il ne va pas mourir. Et après un mois, il y aura des nouvelles palmes, et ça recommence. SI le propriétaire est présent sur la terre, c’est pas grave. C’est possible.Mais les propriétaires ne sont pas là. Ils sont en France, à Tunis, au Sahel, ils travaillent autre part… Ce n’est pas bien ! Ils s’en vont, ils ne sont pas investis dans leur patrimoine…

Dans les palmeraies nouvelles, tout le monde plantent des deglet nour. Parfois, ils plantent d’autres variétés sur les bords, sur les pourtours de leurs parcelles. De temps en temps vous trouvez un propriétaire qui veut boire un peu de legmi avec sa famille. Donc il choisit un palmier qui ne donne pas trop, par exemple un kentichi, ou d’autres variétés, et il choisit de le laisser en vie. Parce que ca fait la clôture, ça protège les deglet nour du vent.

Dans la loi, c’est interdit de tuer un palmier, interdit. »

Palmier étant reparti après avoir été utilisé pour prélever du legmi. Le palmier conserve les stigmates du prélèvement.
Palmier étant reparti après avoir été utilisé pour prélever du legmi. Le palmier conserve les stigmates du prélèvement.

On sort de la palmeraie. Dans le dernier jardin, de nombreux éclats de voix. Nous demandons :

« – Ils font quoi ici ?

    – Ils boivent du Legmi. »