Le mythe de Lalla Zninia et l’esprit du lieu

Par Marc Breviglieri, Hind Ftouhi, Imen A. Landoulsi, Mohamed Mouskite et Noha Gamal Said.

Le site d’Aïn Zerka dispose manifestement d’une singulière puissance d’évocation narrative. Quantité de récits nous a été spontanément rapporté aux abords de la source désormais réinvestie par les habitants et les visiteurs occasionnels. La ville semble y rouvrir des histoires qu’elle avait laissées sur ses bords et qu’elle enfouissait progressivement dans l’oubli. Se donne à voir, à travers l’évocation du mythe fondateur de Lalla Zninia, une colonne porteuse de l’identité collective (Paul Ricœur parlerait alors volontiers d’ « identité narrative collective »). On y entend tout le travail poétique de la parole : chaque habitant nous livre sa version du mythe et parallèlement l’esprit du lieu, matrice de l’ambiance. En réactivant une mémoire (la trame légendaire mais aussi le rappel des rituels organisés autour de la source), la ville tient une stabilité sur l’édifice de son passé.

Comme tout mythe fondateur, le mythe de Lalla Zninia déploie un noyau de symboles primaires dont notre enquête tente de retracer les composants. Parmi ces composants, noués par des liens complexes qui organisent l’expression des récits, on voit culminer les symboles de fertilité, de victoire sur l’aridité, de transformation de l’espace terrestre en jardin. Mais pas seulement, car ce mythe introduit aussi une figure profonde d’altérité : une femme ( – altérité redoublée par la présence d’un chien/ne qui l’accompagne – ) dont on ignore d’où elle vient, mais dont on sait qu’elle est extérieur au terroir, qu’elle n’a pas de terre, qu’elle provient ainsi d’un univers inconnu qui précisément met en question l’appartenance à la terre. Terre et eau, composant la trame millénaire de la spiritualité des cultures oasiennes, mais dont le rapport de valeur économique, ainsi que le lien symbolique le plus archaïque, après bien des transformations subordonnées au contexte historique, viennent à être singulièrement bouleversés par la récente urbanisation.

Noha Gamal Said et Mohamed Mouskite
Noha Gamal Said et Mohamed Mouskite
Aux abords de la source.
Aux abords de la source.

 



Citer ce billet
Marc Breviglieri (2016, 1 février). Le mythe de Lalla Zninia et l’esprit du lieu. ZERKA. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vc8r