De l’appropriation d’Aïn Zerka, source sacrée

Par Marc Breviglieri, Hind Ftouhi, Imen A. Landoulsi, Mohamed Mouskite et Noha G. Said

Le geste naturel et heureux d’appropriation de l’espace bâti figure sans doute parmi ce qui doit être retenu en faveur de l’architecte. Mais comment appréhender ce geste d’appropriation ? Comment donc, en complément du récit de l’architecture, s’appréhende un premier contact, puis se trace le chemin des habitudes qui finit par fonder un ancrage sensible au lieu ?

En se rappelant, au profit de sa récente réhabilitation architecturale, comme le noyau central et historique de l’espace public Tizniti, l’Aïn Zerka (Source Bleue) fait poindre l’enjeu profond de sa réappropriation par les habitants et les visiteurs occasionnels.

De quelle substance se nourrira l’usage du lieu, comment celui-ci redeviendra-t-il porteur de vie sociale, comment creusera-t-il de nouvelles réserves de significations ? Et d’abord, comment la source sacrée fait-elle déjà entendre son appel ? Comment aimantera-t-elle de nouveau les habitants ? Regardons les premiers gestes qui s’en approchent, les manières dont le voisinage commencent à en faire un point de rencontre habituel, la façon dont les corps se relient à la spiritualité du lieu et aux traditions anciennes. Il y a bien, au point de contact de la source, un épiderme constitué de matières nobles et premières (eau, terre, pierre, végétation) qui appelle à s’en approcher et qui déploie comme une énergie gravitationnelle. Toucher alors cet espace bâti pour mieux se l’approprier, pour l’investir sensiblement, y frayer une familiarité en jouant avec les volumes, les morphologies du mobilier, le contraste des matières, les aspérités résultant du jeu de décaissement des sols…

 

représentation du site par un enfant. Emergent les éléments de surface tactile : eau, végétation, murs délimitant, Khetarras donnant un « volume ludique » à l’espace.
Représentation du site par un enfant. Emergent les éléments de surface tactile : eau, végétation, murs délimitant, Khetarras donnant un « volume ludique » à l’espace.

 

En regardant jouer les enfants, s’évalue la disponibilité du lieu devant cette quête exploratoire de contact. Une recension précise des jeux donne ainsi un indice précis de la qualité d’accueil du lieu : courses, jeux de chat, cache-cache (Haba), glissades dans les Khettaras, cueillette, acrobaties et autres jeux, si nombreux, avec l’eau. La fonctionnalité des éléments d’architecture est débordée de toute part par l’investissement créatif de l’enfant. Le garde-corps devient surface d’appui où l’on grimpe et depuis lequel prendre son élan pour sauter sous le regard des autres. Le lieu prend vie, l’architecture en potentialise l’émergence.

Quêtes de contact et diversité d’usages dans l’espace.

 



Citer ce billet
Marc Breviglieri (2015, 4 octobre). De l’appropriation d’Aïn Zerka, source sacrée. ZERKA. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vc8m