Herméneutique urbaine

 

Show

Les enjeux de la restauration de la source Aïn Aqdim (Aïn Zerka) sont intimement liés à la question de la réappropriation d’un espace public urbain par son usage. Il est question d’un niveau d’appréhension qui inscrit l’acte architectural au cœur de plusieurs énigmes sociologiques fondamentales : comment constituer la suture affective qui tiendra lié l’habitant à ce lieu, comment à la fois rénover des usages anciens et en établir de nouveaux, comme réintroduire des lignes de sens partant de la présence de l’eau et de sa valorisation hydraulique ? En plaçant l’usage et ses « modalités d’appropriation » au rang d’un travail d’actualisation des possibilités sémantiques dont recèle l’espace bâti, Bernard Lepetit a renvoyé l’idée d’une ville équivalent à un texte jamais clos ; un texte en transformation auquel peut s’articuler la compréhension d’un soi (personnel et collectif) et dont la lecture permet à l’habitant de réduire la distance qui le sépare de l’auteur, l’architecte. C’est pourquoi, en s’écartant d’une analyse purement sémiologique, il s’autorise à mettre en avant la démarche herméneutique pour envisager l’inscription temporelle des usages sociaux de la ville. Ainsi, la narrativité imprègne le tissu urbain, et les histoires (potentiellement) sédimentées à travers l’acte architectural en constituent un trésor pour l’habitant, comme pour l’historien. Deux années après le décès de Bernard Lepetit, Jocelyne Dakhlia lui rendait hommage en rassemblant des textes sur l’urbanité arabe à laquelle il vouait un intérêt scientifique particulier. Chacun des textes nourrit à la fois un dialogue interne et une conversation plus ou moins explicite avec l’auteur, ouvrant l’accès à des échelles spatiales et des temporalités particulièrement variées. Certains articles, notamment ceux sur l’invention patrimoniale de la médina de Casablanca (R. Cattedra) ou sur les perceptions vernaculaires mises à l’épreuve des interprétations savantes (M. Maïza ; F. Abachi), donnent une matière intéressante à notre réflexion.

 

Dakhlia, J., 1998, Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit, Paris, Sindbad/Actes Sud.

Lepetit, B., 1993, « Une herméneutique urbaine est-elle possible ? », in Lepetit, B. et Pumain, D., (dir.), Temporalités urbaines, Paris, Editions Economica.

Abdelmajid Arrif, « Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit « , textes rassemblés par Jocelyne Dakhlia, Arles, Sindbad-Actes Sud, 1998, 458 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 27 avril 2006. URL : http://remmm.revues.org/2912