Ahmed Hamiddouch

Le 6 avril, nous nous mettons en route en fin d’après-midi, en direction du petit marché central de la rue Sidi Abderrahmane (Lksabt n tafoukt) dont l’activité bat son plein à ce moment précis de la journée. Une fois sur place, nous entamons la conversation au hasard des rencontres, avec des hommes ou des femmes d’un certain âge susceptibles de faire remonter quelques souvenirs d’un temps où la vie quotidienne semblait foisonner autour de la source bleue.

Marché de la rue Sidi Abderrahmane (Lksabt n tafoukt)
Marché de la rue Sidi Abderrahmane

C’est auprès d’Ahmed Hamiddouch, l’un des bouchers du marché, que Mohamed Mouskite engage la conversation la plus fouillée. Il lui tient à cœur de retracer l’histoire de la source, laissant apparaître un lieu au destin fragile, qui a connu son apogée mais qui désormais a glissé dans l’oubli. Selon lui, le sombre avenir de la source délaissée par les habitants de la ville est à placer au même titre que décline le prestige de l’oasis et que s’éteint l’activité agricole. C’est pourtant d’un « milieu de vie » creusé dans la culture du quartier et de la Médina qu’il cherche à livrer témoignage: cérémonies de mariage ou des fêtes religieuses de l’Achoura, concerts au retour du Moussem de Sidi Ahmed ou Moussa, délassement au bord du point d’eau pendant que les bêtes de se désaltèrent, etc. C’est l’éloquence des souvenirs livrés qui frappent et dont on aperçoit combien ils permettent de tisser ensemble une mémoire intime, inscrite dans l’aménité du lieu où le repos vient puiser, et une mémoire collective, celle qui tient au partage des grands rassemblements ritualisés :

Se joue lors de cette rencontre, une belle scène de transmission générationnelle : le commis, légèrement en retrait, écoute attentivement le récit en préparant le thé. Il acquiesce ostensiblement à mesure que Ahmed Hamiddouch égraine des souvenirs indissociables de la présence attachante et polarisante de la source.
Se joue lors de cette rencontre, une belle scène de transmission générationnelle : le commis écoute attentivement le récit en préparant le thé. Il acquiesce ostensiblement à mesure que Ahmed Hamiddouch égraine des souvenirs indissociables de la présence attachante de la source.

« Dans les années 60, après le retour du moussem de sidi Ahmed ou Moussa, les gens assistaient à des soirées musicales autour de la source. Certaines étaient animées par le chanteur Said Achtouk et son groupe, dans une atmosphère de respect entre hommes et femmes. Les spectateurs étaient approximativement entre 700 et 800 personnes, certains étaient assis, d’autres restaient debout ; dans un climat général absolument magnifique… et les chansons se prolongeaient alors jusqu’à 4-5 heures du matin. Il faut dire aussi que la beauté et la propreté de la source étaient remarquables. Et son entretien était l’affaire de tous… une affaire commune. Je me souviens que le chanteur Said Achtouk a interprété des morceaux où il chantait des paroles à propos de cette source, mais malheureusement je n’en m’en souviens plus. Et personnellement, ce que je garde le mieux en mémoire c’est lorsque je me retrouvais devant la source, accompagnant mon troupeau pour l’y faire boire ». (Ahmed Hamiddouch)

Ahmed Hamiddouch et Mohamed Mouskite
Ahmed Hamiddouch et Mohamed Mouskite

 

 



Citer ce billet
Marc Breviglieri (2015, 31 août). Ahmed Hamiddouch. ZERKA. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vc8f