La Maison d’Iligh et l’histoire sociale du Tazerwalt de Paul Pascon

Pascon Paul, La Maison d’Iligh et l’histoire sociale du Tazerwalt, Rabat : Société Marocaine des Editeurs Réunis, 1984.couverture maison d'Iligh histoire sociale Tazerwalt

Cet ouvrage constitue une référence à la fois pour son contenu et aussi pour l’histoire de la recherche en sciences sociales au Maroc.

En effet, si Paul Pascon relate la « stratégie d’araignée » des héritiers du royaume du Tazerwalt qui attirent progressivement le sociologue renommé, dans une toile d’informations et d’obligations, afin qu’il devienne leur relais pour qu’il raconte leur histoire, ce dernier est loin d’être venu seul. Il fera de ce terrain de recherche une opportunité pour former toute une génération de jeunes chercheurs marocains : Mohamed Tozy, Mohamed Ennaji, Hassan Rachik ont écrit au combien l’expérience de la maison d’Iligh fut fondatrice notamment dans l’ouvrage Le métier d’intellectuel. Dialogue avec quinze penseurs du Maroc.

Par conséquent, cet ouvrage est une des traces d’un des grands moments fondateurs de la recherche en sciences sociales marocaine. L’équipe de chercheurs a investit le lieu, lu les archives, collecté la mémoire orale, observé les rituels, mobilisant toutes les champs des sciences sociales : histoire, économie, sciences politiques, sociologie, anthropologie…

Voici un extrait du compte rendu rédigé par Oliva P. « La maison d’iligh et l’histoire sociale du Tazerwalt ». In: Méditerranée, Troisième série, Tome 59, 4-1986. Villes et campagnes au Maroc. pp. 10-12. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/medit_0025-8296_1986_num_59_4_3413

L’une des dernières publications de Paul PASCON traite d’un sujet qui lui tenait particulièrement à cœur et sur lequel il s’est penché pendant plus de vingt ans. L’avant-propos commence comme un roman où le chercheur exprime toute sa passion et sa curiosité. Bien sûr, P. PASCON découvre le château d’Iligh à pieds comme un de ces voyageurs du temps de Foucault «A la fin d’un après-midi de décembre 1965 j’arrivai au château d’Iligh après avoir traversé le Tazerwalt, à pieds depuis le Kerdous sous l’orage menaçant». Sa sensibilité lui fait ressentir l’étrangeté du lieu «petite planète lointaine, oubliée de l’histoire» … «Etrange ambiance, de ce château mort au bord du Sahara, qui méditait sur les fastes passés d’un emporium déchu et qui discutait avec philosophie et sagesse d’événements qui se déroulaient si loin, si en dehors d’eux…». Mais, derrière les réminiscences littéraires qui troublent le voyageur, le chercheur passionné et rigoureux y voit immédiatement un modèle d’histoire sociale, «je me dis alors que l’exemplarité du phénomène méritait d’être examiné et que c’était là un cas explicatif d’une large partie du Maroc extrême».

Il est aussi possible de lire le texte de Baduel Pierre-Robert. « Paul Pascon (1923-1985) ». In: Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, N°38, 1984. pp. 181-188.
doi : 10.3406/remmm.1984.2053
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0035-1474_1984_num_38_1_2053

Paul Pascon sur le terrain