Anthropologie de l’irrigation : les oasis de Tiznit au Maroc par Toufik Ftaïta

Ftaita Toufik, Anthropologie de l’irrigation : les oasis de Tiznit au Maroc, Paris : L’Harmattan, 2006.

Cet ouvrage de référence issu d’une thèse de doctorat pose l’ensemble des enjeux lié à l’irrigation. Toufik Ftaïta décrit l’ensemble des techniques afin de mieux donner à comprendre les enjeux politiques et les confits liés aux eaux souterraines. Même si le propos est plus particulièrement attaché à la localité de Oulad Jerrar à 14 km au sud de Tiznit, l’ouvrage propose constamment une mise en perspective régionale.

Nous retiendrons ici quelques éléments clefs :

– L’oasis est consubstantielle d’une organisation politique spécifique (p.143 à 166) s’appuyant sur un droit coutumier extrêmement précis et des négociations constantes entre les différentes parties prenantes.

– Les mutations contemporaines et l’équipement en motopompe amènent à reconfigurer l’ensemble des relations politiques, économique et sociales sans pour autant abolir les pratiques historiques.

En ce sens, la lecture de l’ouvrage doit être compléter par la lecture des articles de Toufik Ftaïta et tout particulièrement celui de 1999.

En effet, dans cet article Toufik Ftaïta décrit les mutations de l’usage de l’eau d’irrigation issue de la source de Reggada dans le contexte de l’urbanisation de la ville de Tiznit. Outre l’analyse, le texte a aujourd’hui une dimension historique, l’auteur décrivant les nouvelles relations entre les agriculteurs et les pouvoirs publics mais surtout les mutations de l’activité agricole. Ainsi, si l’eau d’irrigation historique est détournée au profit de la consommation urbaine, les ayants droits peuvent alors bénéficier à titre de compensation des eaux usées, mais ces dernières sont souvent exploitées brutes. On assiste alors un changement complet de paradigme.

Présentation dans Bibliomonde:

Ftaita Toufik, Anthropologie de l’irrigation : les oasis de Tiznit au Maroc, Paris : L’Harmattan, 2006.

Appropriation, accès et gestion hiérarchique des ressources naturelles : coopérations et conflits politiques tribaux au Maroc

« L’eau fait écologique n’en demeure pas moins un fait social total : c’est l’élément structurant de la société oasienne. Au-delà de l’étude de la mobilisation de cette ressource, l’analyse doit dépasser l’ordre rationnel de la gestion de la rareté et s’attacher davantage à l’ordre hiérarchique de l’appropriation et de la distribution.

L’appropriation massive des eaux et des terres irrigables dans le sud-ouest marocain se révélait indispensable pour que les chefs politiques des différentes tribus de la région de Tiznit puissent asseoir leur pouvoir politique. Notre contribution vise à analyser les rapports entre structures sociales et irrigation dans le processus de production et de reproduction du territoire à travers l’analyse des rapports entre deux tribus : la tribu arabe des Oulad Jerrar et la tribu berbère des Ahl Tazerwalt. L’histoire sociale et politique révèle des hostilités très anciennes entre ces deux formations tribales qui par ailleurs contribuaient à l’émergence de deux Leff (alliance politique) auxquels les différentes tribus de la zone se devaient d’adhérer. Les chefs politiques à la tête de ces deux Leff sont issus exclusivement de la famille maraboutique de Sidi Ahmad ou Moussa pour les Ahl Tazerwalt et de la famille Bourhim pour les Oulad Jerrar. Cet épisode visant la reconquête territoriale était à la base des hostilités ayant opposé les deux tribus et ce jusqu’à la pacification française. Deux blocs politiques s’affrontaient et mettaient à feu et à sang l’ensemble de la région.
Comment expliquer les hostilités entre ces deux lignages ? L’appropriation massive et extensive des eaux et des terres irrigables, seule richesse dans une région aride, permet-elle d’asseoir un pouvoir politique durable et nous éclaire-t-elle sur les mécanismes de production et de reproduction de l’espace oasien ? Notre analyse se basera entre autre sur les travaux de Paul Pascon pour les Ahl Tazerwalt et de nos propres travaux sur les Oulad Jerrar. »

Extraits de l’article :

« L’ancienne oliveraie de Tiznit est située au nord de l’ancienne médina. Cette oasis était alimentée par sa propre source dite la source bleue jusqu’en 1913. Cette source s’est asséchée suite au creusement d’un puits dans la zone de Reggada, une localité de la tribu arabe Oulad Jerrar, provoquant ainsi des querelles graves avec la tribu des Ahl Tiznit.

En creusant ce puits, qui ne tarda pas à être aménagé en source, le propriétaire du terrain a rencontré le même conduit karstique souterrain par lequel la source bleue de Tiznit était alimentée. Tandis que les Oulad Jerrar venaient de trouver un nouveau point d’eau, les Ahl Tiznit se trouvaient sans eau. Compte tenu de la gravité des problèmes soulevés, le caïd Ayad, chef politique des Oulad Jerrar, n’a pas hésité à user de toute sa diplomatie pour réparer ce désagrément. Les deux communautés ont fini par trouver une solution équitable : un tiers du débit de la source nouvelle (source de Reggada) est désormais propriété des Oulad Jerrar tandis que les deux tiers restants revenaient de droit aux Ahl Tiznit.

Le partage de l’eau de cette nouvelle source entre les Oulad Jerrar et les Ahl Tiznit (un tiers/deux tiers) a permis aux oasiens de Reggada de maintenir une agriculture irriguée, alors que les oasiens Tizniti ont perdu progressivement leur droit à l’eau au profit de la ville de Tiznit, suite à une mesure de détournement (sur 402 bénéficiaires de l’eau d’irrigation, on comptait 330 propriétaires au sein de l’ancienne oliveraie). Cette situation a conduit à un abandon progressif des terres irriguées, les oliviers n’étaient plus entretenus.

(…)

La ville de Tiznit est actuellement alimentée par 100 litres par seconde prélevés du barrage Youssef Ben Tachfine (situé sur l’oued Massa à une trentaine de kilomètre au nord-est de la ville), et par les 40 litres par seconde détournés des ayants-droit de l’ancienne oliveraie. Il est clair que l’évolution démographique de cette ville exige des quantités importantes d’eau pour faire face aux nombreuses demandes de raccordement au réseau d’eau potable.

(…)

L’eau de l’ancienne oliveraie de Tiznit est actuellement gérée par l’ONEP (Office national de l’eau potable) pour alimenter la ville de Tiznit. Les ayants-droits de cette oasis ont eu comme alternative d’utiliser les eaux usées de la ville de Tiznit pour l’irrigation. Auparavant, l’on avait construit une station d’épuration, inopérante depuis quelques années. Le résultat est catastrophique, tant au niveau économique qu’écologique ; en effet, les agriculteurs se trouvent obligés de consacrer leurs lopins de terre à des cultures fourragères destinées à l’alimentation du bétail. Quant aux rares maraîchers, leurs productions ne trouvent pas acquéreur sur les marchés ruraux, les soukiers préférant s’approvisionner chez d’autres agriculteurs dont l’origine géographique des produits ne laisse aucun doute (par peur de ne point savoir par quelle eau est irriguée la marchandise).

(…)

La situation des deux principaux villages bénéficiaires des eaux usées (Ateban et Douterga situés à la sortie nord de l’ancienne médina de Tiznit) est catastrophique. L’ancienne oliveraie de Tiznit est actuellement presque à l’abandon. L’eau des oasiens Tizniti alimente désormais la ville de Tiznit. La construction d’une station d’épuration des eaux usées de la ville pour que les anciens ayants-droit continuent à irriguer s’avère doublement désastreuse. Non seulement, ils irriguent actuellement avec une eau non traitée en raison de pannes successives, mais ils ne peuvent pratiquer que des cultures fourragères compte tenu des dangers que peuvent courir les éventuels consommateurs. »