Ce qui est semé, ce qui est planté, ce qui pousse. La place des adventices dans une exploitation agricole en culture irriguée de Doutarga.

Par David Goeury et Amandine Vaccaielli

Au milieu de la vaste exploitation familiale à l’extrémité nord du périmètre irrigué, nous nous arrêtons quelques minutes à l’angle de 4 planches de cultures. La partie sud est irriguée par l’eau filtrée de la station d’épuration depuis une borne qui se trouve en bordure de parcelle. La partie au nord est irriguée grâce à un puits sur la nappe qui se trouve à proximité de la demeure familiale et qui est aussi utilisée pour l’approvisionnement de la famille en eau potable.

L’agriculteur s’arrête. Il pointe les parcelles sud à proximité de la borne

« Ici, nous avons semé de la luzerne. Là tu vois c’est rabie (littéralement ce terme désigne le printemps en arabe mais ici il désigne l’herbe qui pousse seule soit en l’occurrence un mélange d’adventices dominé par de la mauve et de la chenopodium murale). Cela pousse tout seul. Cela demande tout de même du travail. Il faut préparer la parcelle et l’irriguer. C’est pour le bétail. C’est aussi bon que la luzerne. Cela pousse aussi vite que la luzerne et tu la coupes. »

Puis, il se tourne et désigne les parcelles nord.

« Là tu vois, nous avons de la coriandre et ce que tu vois là avec ces grandes feuilles, c’est la mauve (khoubiza). C’est très demandé à Tiznit. Tu la vends au souk même plus cher que la coriandre qui ne rapporte pas grand-chose. Les gens mangent cela haché et en salade. C’est très apprécié. Cela pousse d’octobre à avril comme cela. On ne le sème pas. Cela vient tout seul. Tu vois ici les petites graines sur la plante, ce sont elles qui vont pousser.»

Mauve et coriandre. Crédits : David Goeury.
Graines de mauves présentées par l’agriculteur. Crédits : David Goeury
Au premier plan à droite, luzerne coupée, au second plan “rabie” (principalement de la mauve et de la chenopodium murale) irriguées par les eaux usées traitées. A gauche parcelle de coriandre et de mauve irriguée par les eaux du puits familial. Crédits : David Goeury
Périphérie de parcelle. Les adventices désignées comme du “gazon” sont broutées par des veaux d’engraissement. Crédits : David Goeury

Il apparaît une logique entre usage des eaux, choix des pratiques culturales, intensité du travail sur la parcelle, investissement dans les semences et spécificités des pratiques alimentaire des animaux d’élevage mais aussi des clients.

L’agriculteur opère des choix entre semer, planter ou laisser pousser des adventices. Le principe de la « mauvaise herbe » au cœur de la pensée agronomique occidentale ici n’a pas sa place. En effet, le travail de récolte reste manuel. Les membres de la famille viennent collecter le matin les différentes plantes pour l’économie familiale. Ici, les femmes coupent de grandes brassées de luzerne, là de grandes brassées d’herbes composées de mauve et de chenopodium. Un homme en revanche prépare des bottes de coriandre et de mauve. Enfin, en bordure de la parcelle, des jeunes veaux d’engraissement paissent le long des oliviers sur une bordure couverte d’herbes désignées comme du gazon par l’agriculteur.

L’aridité, les différentes qualités de l’eau entre une eau issue de la nappe phréatique et une eau extrêmement riche issue de la station de traitement des eaux usées, le travail du sol et la fine connaissance des plantes et de leurs usages permettent d’organiser la production. Le recours principalement à une collecte manuelle permet de valoriser la multiplicité des végétaux. La mauve qui pousse avec la coriandre sur la parcelle irriguée par l’eau de la nappe sera commercialisée, en revanche celle qui prolifère au milieu du chenopodium avec les eaux usées épurées sera réservée au bétail. La mauve commercialisée est cueillie brin par brin, l’autre est fauchée à  la faucille.

Il n’est aucunement question de mélanger les deux types de mauve pourtant issues d’un même stock de graines qui se perpétuent sur les parcelles. L’agriculteur revient à plusieurs reprises sur le respect des règles sanitaires et du contrôle de ces dernières. Il s’est engagé formellement auprès de l’association Ibharen à ne pas utiliser les eaux usées traitées pour autre chose que les plantes fourragères et les oliviers. De même, il insiste sur le fait que depuis deux années désormais tous les traitements phytosanitaires sont étroitement contrôlés par l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA). Il a pris l’accroissement des contrôles comme une interdiction pure et simple d’utiliser le moindre produit chimique. Cette interdiction loin d’être une contrainte nouvelle est plutôt une garantie de la qualité de ses produits. Sa clientèle de proximité est très attachée au principe que sa production soit sans produits chimiques. Plusieurs clients n’hésitent pas à venir directement sur ses parcelles et est à même de constater de visu les pratiques culturales employées et cela d’autant plus facilement que ses parcelles sont visibles depuis la route. Alors que le label biologique est financièrement inaccessible pour une modeste exploitation familiale du fait du coût très élevé du protocole de certification, clamer l’existence d’une interdiction administrative devient une garantie de qualité. C’est alors le moyen le moins onéreux et le plus facile pour établir la confiance avec des clients urbains de plus en plus soucieux d’accéder à des produits alimentaires sains.

Mauve et coriandre. Crédits : Amandine Vaccaielli



Citer ce billet
David Goeury (2024, 16 avril). Ce qui est semé, ce qui est planté, ce qui pousse. La place des adventices dans une exploitation agricole en culture irriguée de Doutarga. ZERKA. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w85x