Chauffeur et médiateur : collecter le lait tout en diffusant informations et bonnes pratiques

Par Hind Ftouhi, David Goeury, Mohamed Mouskite, Lucia Bordone et Amandine Vaccaielli

Un jeune collecteur de lait originaire de Bounamane nous décrit son métier au quotidien. Il a poursuivi ses études jusqu’à la deuxième année collège. Puis, il a arrêté ses études. Il a passé son permis de conduire à Tiznit en 2015 avant d’être recruté en 2020 comme chauffeur par la coopérative agricole de Bounamane. Il fait partie des jeunes recrutés par la coopérative agricole dont la caractéristique commune est d’être issus d’une famille dont aucun membre n’est adhérent de la coopérative. Il n’est donc pas issu d’une famille d’agriculteurs et il n’a pas suivi de formation agricole.

La coopérative a trois circuits de collecte : deux pour le secteur de Bounamane et un pour Tiznit et Targa dont il s’occupe. Il est en contact quotidien avec une quarantaine d’agriculteurs dont 11 femmes. Il effectue deux tournées. La première commence à 5h00 du matin et la seconde à 14h00.

Son rôle se limite normalement à prendre les bidons en acier inoxydable remplis de lait par les agriculteurs sur le pas de leur porte puis de l’apporter au technicien de la COPAG chargé de vérifier la qualité du lait avant de le transférer dans le tank. En même temps qu’il effectue la collecte, il doit distribuer les enveloppes contenant les paiements dédiés aux éleveurs, deux fois par mois,  mais aussi les informations administratives comme les convocations aux assemblées générales, les informations sur les opportunités de subvention pour l’achat d’aliments ou de vaches de race Holstein.

Il joue un rôle essentiel auprès des éleveurs et surtout des éleveuses qui se déplacent rarement à la coopérative.

Faire l’interface

Comme il le dit, il fait l’interface. Il transmet les informations, il répond aux questions des membres de la coopérative, il cherche les réponses ou les contacts de personnes qui ont la réponse. Parfois, il donne aussi des conseils. Il fait cela volontairement car recruté comme simple chauffeur, sa rémunération est liée uniquement au transport du lait et des enveloppes.

« Chaque fois qu’un agriculteur me demande quelque chose, je cherche la réponse ou la personne qui a la réponse ».

« Les éleveurs et les éleveuses ont souvent le même type de problème ».

Si une vache est malade, il donne le numéro du vétérinaire. Si, une vache doit être inséminée, il note cela pour transmettre l’information au responsable administratif de la coopérative qui contactera l’inséminateur de la COPAG.

A force d’écouter les uns et les autres parler de leurs problèmes et de les aider à trouver des solutions, il s’est constitué « son bagage », soit tout un ensemble de savoirs pratiques qu’il peut communiquer selon les besoins de ses interlocuteurs et de ses interlocutrices.

Particulièrement jovial et souriant, il discute avec les hommes et les femmes sans difficulté aucune. « Parfois, c’est l’homme qui apporte le lait mais c’est sa femme qui reçoit les enveloppes avec le paiement par quinzaine. » Les femmes lui parlent d’autant plus facilement qu’il vient chercher le lait sur le pas de la porte.

Diffuser les bonnes pratiques

Son rôle est particulièrement important pour tous les problèmes liés à la qualité du lait. Ces problèmes sont peu fréquents car ils peuvent mettre les membres de la coopérative en difficulté. La majorité des membres est désormais très soucieuse de respecter les normes de qualité et les incidents sont donc très rares.  Pour lui, 70% des problèmes sont dus à la traite et les 30% restants surviennent durant le transport.

En ce qui concerne les risques liés au transport. « Parfois, le lait tourne durant le transport qui ne doit pas dépasser les 1h30. Quand il fait très chaud ou si jamais il y a une panne du véhicule, le lait peut tourner. » Les véhicules appartiennent à la coopérative qui dispose aussi d’un véhicule de secours en cas de panne. Ils sont révisés très régulièrement avec la vidange tous les 10 000 km fait par un mécanicien.

Les problèmes les plus fréquents sont ceux des agriculteurs qui ne nettoient pas correctement leurs appareils et leurs récipients de traite. « Ceux qui ont une faible quantité de lait laisse parfois de l’eau dans l’appareil et donc cela dilue le lait qui ne passe pas le seuil de matière grasse. D’autres, ne nettoient pas bien les appareils et des bactéries s’y développent et contaminent le lait. Une seule vache avec des problèmes de santé peut affecter tout le bidon.» Il doit donc leur ramener le lait qui a été refusé par la COPAG et leur expliquer le motif du rejet. Le rejet du lait est source de malentendus entre le collecteur et les membres de coopérative, d’autant plus que cela impacte généralement des bidons entiers soit l’équivalent d’une traite des plus petits élevages. Alors, le collecteur se doit de dissiper les malentendus. Pour cela, il donne des conseils à celles et ceux qui ont vu leur lait rejeté. Il insiste sur le fait « de bien nettoyer le matériel et de bien le sécher pour éviter que leur lait soit rejeté à nouveau ». En effet, si un rejet est toléré, la récidive est sanctionnée par l’exclusion de la collecte durant deux semaines.

Il est aussi sollicité pour gérer le cas plus complexe de la contamination du lait par des antibiotiques. « Si l’agriculteur donne des antibiotiques à ses vaches, ce sera détecté à la centrale de la COPAG qui teste toutes citernes. Alors, en cas de détection d’antibiotiques, la COPAG prélève des échantillons auprès de tous les agriculteurs d’une même citerne pour identifier la source de contamination et sanctionner l’agriculteur. »

Par conséquent, le jeune homme n’est aucunement un simple chauffeur. Il est devenu progressivement la principale source d’information et de soutien de nombreux agriculteurs et agricultrices. Les éleveuses déclarent régulièrement que ce qu’elles savent c’est grâce à lui. Il incarne alors le lien direct et quotidien avec la coopérative mais aussi avec ses règles et ses normes. Il révèle la tension entre des membres qui ont des pratiques historiques différentes autour de vaches dites « beldies » dont le lait était soit autoconsommé soit commercialisé auprès de particuliers et qui basculent dans un modèle de production particulièrement normé autour de vache dites « roumies » nécessitant un soin continu et dont le lait est destiné à une grande coopérative régionale au cahier des charges particulièrement strict. Finalement, il devient le médiateur quotidien du changement de protocole technique nécessaire à la standardisation des produits. Son rôle est d’autant plus déterminant que les institutions promeuvent la transmission et la vulgarisation de savoirs et surtout de pratiques nouvelles à même de garantir la qualité des produits agroindustriels.



Citer ce billet
Hind Ftouhi (2024, 16 avril). Chauffeur et médiateur : collecter le lait tout en diffusant informations et bonnes pratiques. ZERKA. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w80s