Cultiver et cuisiner : passion personnelle, bonheurs familiaux. La parcelle agroécologique d’Aïcha

Par David Goeury, Irène Carpentier, Lucia Bordone et Khadija Zahi

Aicha nous guette sur le seuil de sa parcelle. Elle sait que nous allons remonter et passer à proximité d’elle. Elle nous attend. Elle a vu notre déception de ne pas rencontrer son voisin Driss retenu par des démarches administratives à Tiznit. Notre petit groupe remonte lentement le chemin et la salue poliment. Immédiatement, la conversation s’enclenche, elle nous invite à visiter son jardin dont elle est si fière.

Elle réside entre le village et la ville de Tiznit où vivent ses enfants et ses petits enfants. Son fils l’amène plusieurs fois par semaine dans la maison familiale pour qu’elle s’adonne à sa passion, le jardin. Pendant longtemps, elle n’a pas eu de jardin, elle avait appris quelques rudiments auprès de son père durant son enfance, mais une fois mariée et installée dans une vie urbaine, elle a délaissé cette activité. En 2017, elle avait alors seulement un petit jardin proche de la maison familiale dans le village où sont plantés des arbres fruitiers (citronniers, grenadiers, pommiers et oliviers) et quelques légumes qui sont désormais cultivés dans la nouvelle parcelle. Cependant, elle s’en occupait très peu. Elle a donc saisi l’opportunité de la formation en agroécologie organisée par l’association pour se lancer dans le jardinage, même si elle ne pouvait pas être membre de la coopérative féminine du fait de sa résidence à Tiznit.

Parcelle et enquête. Crédits :David Goeury

Elle nous montre avec fierté ses planches de cultures impeccablement entretenues à la sortie d’un été torride. Elle travaille sur cette parcelle depuis une année. Son fils l’a aidée à mettre en place un système de goutte à goutte mais il est désormais parti à l’étranger. Si elle rencontre un problème, elle peut se permettre d’appeler Ahmed qui lui apporte de l’aide. Elle cultive des courges, des haricots, du basilic, des tomates, des oignons, du maïs, des fèves, des piments, du navet, des petits pois, des courgettes, mais aussi des pastèques, des figues, des pêches, des poires, des nectarines.

Elle plante des arbres fruitiers en bas de son jardin : des citronniers, des grenadiers, des oliviers, des papayers. Ces fruits et ces légumes sont principalement pour elle et sa famille, mais aussi ses voisins. Elles les apportent en premier lieu à ses filles qui n’ont pas la chance d’avoir de jardin dans la ville de Tiznit. Surtout les figues, les petits pois et le persil. Sa fille qui habite rue Tafoukt en plein cœur de l’ancienne médina peut juste mettre quelques plantes odoriférantes et quelques fleurs sur le pas de sa porte comme le font de nombreuses femmes, « mais elle ne les utilise pas vraiment pour cuisiner, c’est avant tout pour l’odeur ». Son autre fille vit dans un appartement dans les nouveaux quartiers périphériques d’Ain Zerka sur la route de Tafraout à proximité du grand souk hebdomadaire et n’a pas de balcon.

Parcelle d’Aïcha. Crédits : David Goeury
Parcelle équipée de goutte à goutte.Crédits: David Goeury
Arbres fruitiers au fond de la parcelle. Crédits : David Goeury


Citer ce billet
David Goeury (2024, 28 mars). Cultiver et cuisiner : passion personnelle, bonheurs familiaux. La parcelle agroécologique d’Aïcha. ZERKA. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4wf