Derrière l’échec de l’entreprise collective, assurer une nourriture de qualité à sa famille. Le cas d’une petite agricultrice

Par David Goeury et Amandine Vaccaielli

Fatima est emblématique de ces femmes cultivatrices. Dans un contexte de profonde transformation des activités villageoises, elle est très intéressée par les initiatives collectives notamment pour faire quelque chose, apprendre et éventuellement disposer de ressources monétaires mêmes minimes. Cependant, pour développer son activité, elle doit être intégrée à une dynamique collective, soit une coopérative, soit une petite entreprise familiale. En effet, la fin de la coopérative et le refus de ses fils de s’impliquer dans les activités agricoles ont mis fin à la commercialisation de ses produits. Malgré ces deux coups du sort, elle maintient son activité productive qui lui permet de fournir à sa famille une alimentation de qualité à moindre coût.

La localité de Taghzout a bénéficié d’une initiative associant formation à l’agroécologie et création d’une coopérative de femmes semencières portée par les associations Tamounte et Migration et Développement, avec le  financement par l’Agence Française pour le Développement(AFD). La coopérative est aujourd’hui dissoute. Une série d’entretien menée avec des femmes de Taghzout qui continuent à cultiver leurs parcelles permet de comprendre les effets complexes d’un tel projet.

Fatima est mariée à un maçon et mère de quatre enfants, trois garçons et une fille. Le plus petit a 9 ans est en 4e année primaire. Ses autres enfants sont plus âgés et ont arrêté leurs études après le lycée pour ses deux autres garçons tandis que sa fille a obtenu une licence. Sa fille et son garçon aîné travaillent dans la pâtisserie de leur oncle à Sidi Bibi. Fatima cultive une parcelle de la famille de son mari qui est irriguée grâce à un puits collectif.

Elle décrit son activité comme un passe-temps : « Nous n’avons rien à faire et donc on s’occupe de cela. » Cependant, elle précise « Grâce à cela, on se nourrit tout l’hiver. En revanche l’été, tout devient sec et on achète les légumes au souk. »

Elle a trois chèvres, une brebis et des poulets. Elle ajoute :« A l’époque quand il y avait de la pluie, on avait plus de bétail et une vache mais par le manque de pluie et de luzerne, on a vendu la vache. »

Écouter Fatima permet de saisir trois enjeux de l’activité agricole féminine : entreprendre avec ses voisines, entreprendre avec sa famille, nourrir les siens.

Parcelle de Fatima à Taghzout. Crédits : David Goeury

Entreprendre avec ses voisines : la destinée contrariée de la coopérative

Fatima n’était pas inscrite dans le projet agroécologique qui a concerné Taghzout. Son dernier fils était trop petit pour qu’elle puisse s’engager dans la formation. Elle a donc vu le projet se développer sans pouvoir y prendre part. Or, le projet s’est fait à proximité de sa parcelle. Il est important de noter deux points. Le premier est le fait que la présidente de la coopérative féminine de semencière est la voisine de Fatima. Elle cultive la parcelle qui est accolée à celle de Fatima. A la différence de Fatima, cette agricultrice dispose d’un puits. Elle est l’une des rares femmes à cultiver sa propre parcelle mais aussi celle d’un autre propriétaire qui dispose lui aussi d’un puits. Son mari est aussi agriculteur et a développé des compétences particulières dans un certain nombre de tâches techniques comme la réparation des motopompes. Sa voisine produit des petits pois et du persil qu’elle vend au souk. Le deuxième point est que la serre servant de pépinière a été installée sur la parcelle qui jouxte celle de Fatima à l’ouest. Ainsi, Fatima a pu suivre au quotidien le développement du projet. Si bien que dès que son fils rentre à l’école primaire, elle rejoint la coopérative avec laquelle elle va travailler durant deux années apprenant à produire des semences et des plants.

Au sein de la coopérative, elle apprend de nombreux savoir-faire très différents de ce qu’elle connaissait de ses parents qui pratiquaient une agriculture pluviale à partir des eaux de crues. Via les autres femmes, elle apprend les associations de culture et les rotations annuelles. Elle fait référence ainsi à une formatrice (el moualima, littéralement celle qui sait). Elle explique : « On nous a dit, si on plante cette année l’oignon qui pousse sous la terre, l’année suivante on devra planter des légumes qui poussent au-dessus de la terre ». Plus tard, elle ajoute : « La formatrice nous a dit de ne pas tout récolter d’un coup pour ne pas gâcher car comme ces produits sont naturels (tabyain) il est possible de les laisser en terre (sous-entendu sans qu’ils s’abiment) ».

Elle a gagné très peu d’argent 500 dhs au bout de deux années. Cependant, elle considère l’expérience comme très positive. « La coopérative était une belle expérience. J’ai pu apprendre de nombreuses choses. Et 500 dhs que tu gagnes au village, c’est toujours bien, car c’est très difficile de gagner de l’argent au village. »

Malheureusement, la coopérative a été dissoute. Le puits de la coopérative fonctionnait par électricité et non par panneaux solaires. Certaines femmes payaient les factures et d’autres non donc elles sont entrées en conflit. Les équipements comme la serre sont à l’abandon. « Personne ne peut l’utiliser. Car si une des femmes l’utilise, tout le monde sera contre elle. »

Cependant, pour elle, la fin de la coopérative est aussi liée au désengagement de nombreuses femmes. « Beaucoup de femmes de la coopérative étaient fatiguées. La fin de la coopérative a été un prétexte pour tout arrêter. »

Enfin, malgré tout, Fatima reste dans un dispositif collectif car le puits qui lui fournit actuellement de l’eau est collectif et est alimenté par des panneaux solaires.

Entreprendre avec sa famille : la défection d’un fils qui a la tête tournée vers l’ailleurs

Parallèlement, l’activité de Fatima est dépendante de l’implication de sa famille. Elle travaille actuellement sur une parcelle qui appartient à la famille de son mari. Avant, la parcelle était cultivée en agriculture pluviale et grâce à la captation des eaux de crues. La terre était labourée avec un animal avant la pluie. Elle était ensemencée de luzerne mais aussi de carottes et petits pois mélangés. Puis, la parcelle a été intégrée au projet d’irrigation par puits. « Mon mari et mes fils ont aménagé la parcelle en installant le dispositif de goutte à goutte ». Son fils a reçu des plants de la coopérative : des citronniers, deux oliviers ainsi que deux poiriers.

Elle s’est mise à produire des légumes dont une partie était commercialisée au souk d’Arbaa Sahel. Ses fils prenaient les légumes pour les vendre au souk « mais ils avaient honte d’être des vendeurs de légumes et même des fois, ils laissaient les invendus au souk ». Ces fils sont alors partis travailler chez leur oncle. Par la suite, son fils âgé de 20 ans est revenu au village mais il refuse de l’aider. « Il dit que l’agriculture ne vaut pas le coût. Il veut émigrer. Les jeunes d’aujourd’hui mettent leur tête là où ils ne peuvent atteindre. Pire, ils se précipitent vers ce qu’ils ne peuvent pas atteindre. »

Sa parcelle est irriguée par un puits collectif avec un tour d’eau tous les quatre jours ce qui pose des problèmes de régularité de l’irrigation tout particulièrement pour les fruits et les légumes. « Si on n’arrive pas à irriguer à temps, tout est perdu. Si par exemple la pompe est en panne, tout est perdu ». C’est pour cette raison qu’elle renonce à cultiver en été.

La famille ne peut pas envisager de creuser un puits individuel qui lui garantirait une eau régulière lui permettant de cultiver toute l’année car elle n’a pas les moyens d’un tel investissement.

De même, les oiseaux picorent certains de ses plants comme les salades. Pour éviter cela, elle pourrait construire une petite pépinière fermée mais cela coûte cher pour le plastique et le bois. En revanche, elle a acheté une clôture en grillage pour protéger sa parcelle des sangliers.

Nourrir les siens : produire des légumes de qualité « tabyain »

Désormais Fatima cultive pour sa propre consommation. Si les légumes sont abondants, elle les donne à sa famille et à ses voisins. Ainsi, au moment de l’entretien, sa belle-sœur est dans la parcelle où elle cueille des oignons, des carottes et du persil. Fatima explique « Ma belle-sœur qui habite aussi le village est venue récolter des légumes dont elle aura besoin pour la semaine. »

Fatima maintien une variété de cultures. Elle produit ses propres semences pour les carottes et le persil. Pour les autres légumes comme les pommes de terre et les oignons, elle achète les semences au souk. Cependant, elle choisit régulièrement des semences de variétés locales comme pour les oignons. Elle cultive des légumes fragiles, des salades même si malheureusement les oiseaux dévorent les jeunes plants. En revanche, le persil pousse toute l’année si elle a de l’eau. Elle cultive le fenouil notamment pour ses graines pour parfumer le pain qu’elle produit. Enfin, elle a prévu un carré fraichement bêché pour les pastèques et les courges.

Ce jardin nourricier permet de disposer de produits de qualité. Elle qualifie ses produits de tabyain (naturels). « Ces légumes sont plus beaux (ifoulki) que ceux du souk. Ils ne contiennent pas de pesticides. » Ses meilleurs produits sont les oignons et les navets. Ces oignons sont bien meilleurs que ceux du souk.

Elle procède à la cueillette chaque matin et prend ce dont elle a besoin pour sa maisonnée.

Parcelle de Fatima à Taghzout. Crédits : David Goeury

Conclusions

Fatima est emblématique de ces femmes cultivatrices. Dans un contexte de profonde transformation des activités villageoises, elle est très intéressée par les initiatives collectives notamment pour faire quelque chose, apprendre et éventuellement disposer de ressources monétaires mêmes minimes. Cependant, pour développer son activité, elle doit être intégrée à une dynamique collective, soit une coopérative, soit une petite entreprise familiale. En effet, la fin de la coopérative et le refus de ses fils de s’impliquer dans les activités agricoles ont mis fin à la commercialisation de ses produits. Malgré ces deux coups du sort, elle maintient son activité productive qui lui permet de fournir à sa famille une alimentation de qualité à moindre coût.

 

La parcelle de Fatima. Crédits: Amandine Vaccaielli


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
David Goeury (1 mars 2024). Derrière l’échec de l’entreprise collective, assurer une nourriture de qualité à sa famille. Le cas d’une petite agricultrice. ZERKA. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vxyq