Travailler et irriguer pour les autres à Ouijjane. Khammessat, la fin de l’histoire ?

Par Irène Carpentier et David Goeury

L’oasis d’Ouijjane est une des oasis historiques du piémont de l’Anti-Atlas qui ouvre sur l’Azaghar.

Le territoire agricole est composé de multiples sources d’eau dont trois principales qui sont par ordre d’importance Aghbalou (la source en tachelhit), Aïn Jdid (la nouvelle en arabe), Toulli (qui est liée à une mosquée au centre du périmètre) et plusieurs résurgences secondaires complétées par des puits sur la nappe superficielle, désormais équipés de motopompes.

Ouijjane a connu une très forte émigration de sa population masculine qui est massivement partie travailler en France dès les années 1950, d’abord comme ouvriers puis comme commerçants. Leurs enfants, restés sur place, ont souvent entrepris des études supérieures et nombre d’entre eux sont devenus des cadres de la fonction publique ou d’entreprises privées. L’oasis connaît une très forte déprise démographique depuis une vingtaine d’années avec un fort vieillissement de la population. De nombreuses parcelles sont actuellement à l’abandon.

Les familles de propriétaires ont recours à une main d’œuvre installée sur place afin de maintenir l’irrigation et l’entretien de leurs parcelles. Les pratiques culturales se sont simplifiées et se résument bien souvent à la culture d’oliviers de variété locale réputée très résistante au stress hydrique, à laquelle peut s’ajouter de la luzerne et du maïs si les parcelles sont clôturées. En effet, le manque d’entretien a favorisé l’installation de hardes de sangliers.

Du fait des fortes chaleurs et de la sècheresse, l’année 2023 est la deuxième année consécutive sans olive. « C’est la volonté de dieu, car les olives peuvent être absentes trois années consécutives et revenir » commente Lahcen.

Dans ce contexte, on assiste à la renégociation des accords entre les propriétaires et ceux qui s’occupent de l’irrigation de leur parcelles. Le contrat de khammès, soit l’obtention du cinquième de la récolte, est désormais profondément remis en question par la faiblesse de la productivité des parcelles et par l’absence structurelle de main d’œuvre.

Larbi, un khammès historique désormais payé à la tâche

Larbi est né en 1948. Son grand père a fui l’oasis d’Oulad Jerrar à la suite de la prise de pouvoir par le Caïd Ayyad en 1912. Il s’installe à Ouijjane et y devient khammès. Son fils est spécialisé dans la production de poudre à fusil et achète dans l’oasis un tour d’eau de 15 minutes tous les 10 jours et deux petites parcelles en 1942 et 1950. Son petit-fils, Larbi a été scolarisé à l’école primaire créée par les autorités coloniales. Mais il est très peu assidu et ne réalise que tardivement l’intérêt de l’école : «  ce n’est qu’à la fin que j’ai compris que le diplôme de dernière année te permettait de devenir fonctionnaire même instituteur à cette époque ». Son oncle lui intime alors de devenir berger pour la communauté de Ouijjane. Larbi multiplie par la suite les petits métiers comme journalier. Il a été ouvrier, notamment pour construire des maisons et des clôtures de parcelles en terre, avant de devenir khammès. Il n’a jamais eu l’épargne suffisante pour acheter d’autres temps d’eau ou d’autres parcelles. Il travaille désormais pour trois familles de propriétaires du village d’Agadir Ouijjane qui disposent de nombreuses terres dans l’oasis. En 2023, il a exigé de changer les modalités de rémunération de son travail. Du fait de l’absence de production d’olives, il a obtenu d’être payé 50 dirhams (soit 4,5 euros) pour chaque irrigation.

Horloge solaire de Ouijjane présentée par Larbi. Photographie de David Goeury
Décompte des temps d’eau par tassates grâce à l’ombre projetée à Ouijjane. Photographie de David Goeury.

Lahcen, un nouveau khammès au quart

Lahcen lui est né dans la province d’Essaouira à proximité d’Ounara. Il quitte l’école et garde les troupeaux familiaux. Comme de très nombreux jeunes de cette région, il est venu travailler dans la province de Tiznit où il a été embauché comme ouvrier à partir de 1992. En 1997, il se marie avec une femme de son village d’origine. Son beau-père est boucher sur la route régionale 104 à Anounaadou (le puits d’Adou) qui relie Tiznit à Tafraout et dessert Ouijjane. Il l’invite à travailler à Ouijjane comme ouvrier. Lahcen s’installe dans le village d’Agadir Ouijjane où il fonde une famille. Il a une première fille en 2000 qui souffre d’un important handicap, elle ne parle pas, ne peut pas marcher et ne peut pas manger seule, puis deux fils. Le cadet est désormais au lycée à Tiznit où il redouble sa terminale suite à un échec au baccalauréat en 2023. Le benjamin est lui au collège à Ouijjane.

En 1997, Lahcen découvre le métier d’agriculteur comme journalier et se fait embaucher comme khammès par un propriétaire retraité qui a mené sa carrière professionnelle en France. Ce propriétaire a fait d’importants investissements sur sa parcelle où il dispose d’un puits équipé d’une motopompe. Il dépense sans compter pour développer l’agriculture. Il plante de nombreux  arbres fruitiers (figuiers, grenadiers, citronniers) en plus des oliviers et il souhaite cultiver de nombreux légumes. Pour ce retraité, il est très important d’avoir un beau jardin. Lahcen comme khammès dispose d’un quart des récoltes de l’ensemble des productions (arbres comme cultures au sol). Cependant, à la mort du propriétaire se pose un problème d’héritage. Le propriétaire a eu deux épouses dont il a eu quatre enfants. Deux garçons avec l’une et deux filles avec l’autre. L’épouse mère des deux garçons a souhaité conserver l’activité agricole mais dans l’héritage, son mari aurait légué une partie des terres à ses filles. Par ailleurs, le garçon qui était banquier à Tiznit est décédé. Son frère, installé aux États-Unis, ne souhaite pas investir dans l’activité agricole tant que la question de l’héritage avec ses demi-sœurs n’est pas réglé. Actuellement, les parcelles ne sont irriguées qu’avec l’eau de la source Aghbalou à raison de 3 heures tous les 20 jours. La veuve maintient un peu de luzerne et de maïs à destination de son bétail, composé de quelques chèvres et moutons ainsi que d’un veau qu’elle engraisse. Elle ne souhaite pas payer le gasoil nécessaire au fonctionnement de la motopompe car elle n’a pas assez de revenus personnels. Proche des 80 ans, elle est de plus en plus fatiguée, et ne se déplace plus sur la parcelle. La parcelle produit désormais très peu. Les arbres fruitiers sont particulièrement abîmés par le manque d’eau. Lahcen ne retire qu’une maigre production de la parcelle. Il s’agit essentiellement de luzerne et de maïs, ce qui lui permet de nourrir une vache de race locale dont le lait est destiné à la consommation familiale. Sa femme et ses enfants ont l’habitude de venir sur la parcelle surtout le weekend. Sa femme vient l’aider pour couper la luzerne. Toute la famille participe à la récolte des olives. Cette année comme la précédente, l’absence d’olive pèse lourdement sur les revenus du ménage. Il apparaît comme particulièrement dépendant des choix des propriétaires tandis que la parcelle connaît un déclin continu.

Parcelle agricole équipée d’un puits avec motopompe mais irriguée par la source historique. Photographie David Goeury

Désormais, il cherche à travailler pour d’autres propriétaires comme journalier. Il assure ainsi l’irrigation de deux propriétaires. Il a négocié une rémunération à 100 dhs pour la demi-journée avec le premier propriétaire et 70 dhs pour 3 heures d’irrigation pour l’autre. Malgré un paiement à l’heure particulièrement élevé comparé au salaire minimum agricole, les tours d’eau revenant tous les dix jours, son revenu mensuel reste très faible (510 dhs par mois).

Parcelle agricole dédiée principalement à la culture de la luzerne car irriguée une fois tous les vingt jours. Photographie David Goeury.

Jamâa, un investisseur agricole qui consolide son exploitation par le khammessat

Jamâa est né à Ouijjane d’une famille historique d’Id Abdelkader. Il est fortement malentendant mais très investi dans les activités agricoles. Sa famille dispose d’une journée complète de temps d’eau. Par ailleurs, il vient d’équiper d’un forage profond et de panneaux solaires une parcelle dont il est propriétaire pour la somme de 70 000 dirhams (6 500 euros). Sur cette parcelle, il pratique le maraîchage (carottes, navets et citrouilles). Il assure aussi l’irrigation de plusieurs parcelles d’un propriétaire qui travaille comme administrateur à Tiznit. L’irrigation se fait à partir d’un puits équipé d’une motopompe sur des parcelles qui ne sont pas reliées au réseau des trois grandes sources car elles sont au nord de la source Touli et au sud de la source Aïn Jdid. Il obtient 50% de la production des oliviers et la totalité des cultures au sol. Actuellement, il y produit de la luzerne. Il a négocié un statut particulièrement favorable car il profite d’une infrastructure moderne, un puits équipé, et récupère la majorité des récoltes dans un contexte où la production d’olive est très incertaine. Il est devenu quasi gestionnaire de la parcelle. Son rôle est de garder la terre en culture. Il permet au propriétaire de conserver un ancrage dans l’oasis.

Irrigation depuis un puits équipé d’une motopompe. Photographie David Goeury.
Parcelle de luzerne irriguée par de l’eau d’un puits équipé d’une motopompe. Photographie David Goeury.

Trois trajectoires

Ces trois trajectoires renseignent sur la grande diversité des hommes qui travaillent dans l’oasis pour des propriétaires. L’appellation de khammès renvoie désormais à des situations contractuelles fort différentes où le principe du cinquième n’existe plus dans les faits. A Ouijjane, il est impossible de parler des khammès comme d’un groupe homogène. La capacité de négociation des travailleurs est particulièrement importante dans un contexte de déprise démographique et de crise climatique. Si les rémunérations pourraient apparaître à leur avantage, l’effondrement de la productivité des parcelles les rend particulièrement dépendants des choix d’investissement des propriétaires. Ils illustrent toute l’ambiguïté de l’agriculture oasienne qui nécessite constamment des investissements pour maintenir sa productivité. Le statut de khammès disparaît pour se transformer en journalier pour les plus précaires ou en opportunité de gestion gratuite de parcelles pour des petits propriétaires qui souhaitent profiter de l’opportunité de cultiver les terres de leurs voisins. Ces derniers accroissent leur production du fait de leur présence et de leur investissement dans l’oasis. Ils deviennent les derniers gardiens de l’oasis.



Citer ce billet
Irène Carpentier (2023, 14 septembre). Travailler et irriguer pour les autres à Ouijjane. Khammessat, la fin de l’histoire ? ZERKA. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vca4