L’école dans le milieu oasien : mobilisation des acteurs locaux et nouveaux défis

par Khadija Zahi

Pendant plusieurs décennies, l’offre scolaire dans le milieu oasien, à l’instar du milieu rural, était insuffisante, voire inexistante. Les familles étaient contraintes de faire des arbitrages pour la scolarisation de leurs enfants ; un arbitrage systématiquement en défaveur des filles.
Grâce à l’école, les garçons scolarisés dans les années soixante et soixante-dix, bien qu’ils fussent une infime minorité, connurent une ascension sociale certaine par rapport à leur origine sociale de base. Devenus instituteurs, professeurs, directeurs d’école, cadres dans les administrations …certains dans leur territoire ont fait de la cause éducative, un de leur cheval de bataille ; la priorité, comme le dit Brahim, professeur et ancien président de la commune Arbaa Sahel de la province de Tiznit, « c’est d’abord et avant tout l’école, l’enfant et la mère ».


La mobilisation des acteurs locaux pour conjurer la malédiction de l’ignorance et de l’analphabétisme est tous azimuts : recherche des fonds au niveau national et international, recherche de soutiens politiques, visibilité et lobbying auprès des personnalités influentes de la diaspora, des migrants retraités et de la coopération internationale etc.
Faire « du forcing » pour équiper le territoire en établissements scolaires (écoles primaires, collèges, lycées), en maisons des étudiants et étudiantes (Dar Taleb et Taliba), en résidences universitaires pour les jeunes filles rurales et rendre effective l’accessibilité aux établissements scolaires en développant les transports scolaires ; devint un des leitmotivs de toute une génération.

Ces pionniers de la cause éducative, qui ont connu les éloignements territoriaux entre les lieux d’habitation et les lieux de scolarisation, contraints par conséquent de parcourir de longues distances pour accéder à l’éducation ; ces pionniers issus des milieux pauvres et qui ont gardé longtemps en mémoire les affres des moments de faim à l’école, faute de cantines scolaires, évoquent aujourd’hui encore cette expérience douloureuse de leur jeunesse ainsi que la dureté et la précarité des conditions de leur scolarité.

« Durant toute ma scolarité à l’école primaire au centre communal, se souvient Brahim, je passais la journée avec un bout de pain et une bouteille de thé que maman me préparait à 5h du matin ».

Le souvenir brûlant et traumatisant des premières années de leur scolarité tient une place centrale dans le discours des défenseurs actifs de la cause éducative aujourd’hui.

Plus exposés et donc plus vulnérables dans leur jeunesse aux maux relevés ici, les défenseurs actuels de la cause éducative sont les rescapés du naufrage et du décrochage éducatifs massifs des jeunes de leur génération. La résilience et la réussite scolaire de cette minorité des jeunes, contredisent et défient toutes les lois des déterminismes sociaux ; ce succès, malgré tous les obstacles rencontrés tout au long de leur parcours scolaire est dû non seulement à la volonté obstinée tant des jeunes scolarisés que de leur famille mais aussi et surtout aux heureux miracles du hasard des rencontres.
Brahim, instituteur d’école primaire puis professeur de lycée, témoigne que c’est le hasard d’une excursion scolaire aux environs d’Agadir qui a déterminé les contours de son avenir alors improbable.
« En première année au centre, j’ai vu la majorité des élèves décrocher, j’ai été moi aussi tenté par cette option, je voulais abandonner l’école. Un jour, l’instituteur nous demande : y’a t- il parmi vous quelqu’un qui voudrait aller à une excursion aux environs d’Agadir pendant 15 jours ? Je m’étonne encore aujourd’hui sur la pulsion qui m’a fait lever la main pour exprimer mon désir de participer à cette excursion car je n’avais jamais pris l’autocar de ma vie… Au retour de l’excursion, j’ai dit : je ne veux plus abandonner et je veux continuer coûte que coûte ma scolarité. J’ai connu des difficultés mais je me suis toujours accroché et j’ai tenu bon malgré la pauvreté. Je n’ai jamais abandonné, jusqu’à présent… Ma vie entière c’est le sacrifice »

En attendant le bus à Ouijjane. Photographie de Khadija Zahi
Khadija Zahi


Ces expériences de jeunesse, de privation et de résilience ont contribué à développer auprès de ces générations un activisme évident dans la mise en place et le développement d’une offre scolaire de proximité et c’est peu dire que leurs initiatives sont couronnées de succès.
Dans la commune d’Arbaa Sahel et ses alentours, le nombre de pensionnaires de la maison de l’étudiant et de l’étudiante selon les statistiques de l’association « Dar Taleb et Taliba » est passé de 41 élèves (39 garçons et 2 filles) pendant l’année scolaire 2000-2001 à 477 (248 garçons et 229 filles) en 2022-2023. De même le nombre d’élèves bénéficiaires du transport scolaire est de 763 en 2022/2023 (dont 413 garçons et 350 filles).

Alors que le pari du développement de l’offre scolaire dans les zones rurales et enclavées est presque gagné, un nouveau défi de taille émerge. Il réside dans le rapport tridimensionnel de l’enfant- du jeune oasien- à son milieu scolaire, à son territoire rural oasien et surtout au travail agricole. Ce défi est aujourd’hui une des problématiques cruciales dans les études et la réflexion portant sur les projets locaux à destination du milieu oasien.
Sensibiliser l’enfant et le jeune oasien à la terre, à l’agriculture, intégrer le travail agricole dans les activités parascolaires, fixer les jeunes décrocheurs dans “leur terroir” en les encourageant non pas à le délaisser et à le déserter mais plutôt à participer à sa mise en valeur ; réhabiliter des espaces laissés en friche, deviennent par conséquent les enjeux primordiaux d’un développement local durable.
Le développement des fermes agroécologiques et pédagogiques avec l’appui de l’aide internationale est ainsi présenté par les acteurs locaux comme une solution pour connecter l’école au milieu oasien, à la terre, et au travail agricole.
Aveu d’échec des politiques scolaires dans le rapport de l’école à son milieu ou solution miracle ? Ces fermes doivent relever plusieurs défis et répondre à de multiples exigences dont certains – défis et exigences- peuvent porter en germe l’échec prématuré des projets pourtant précurseurs pour le développement de ces fermes… Il en est ainsi de la conception parfois hors-sol de ces projets et des objectifs un peu trop ambitieux qu’ils se fixent d’atteindre.Ces projets doivent composer avec les contraintes et les mutations induites par le changement climatique, la raréfaction des sources d’eau, la pénurie évidente de la main-d’oeuvre agricole accentuée par l’exode rural des jeunes et petits producteurs oasiens démotivés tant par la dureté de leurs conditions de travail que par la précarité de leurs conditions de vie et qui s’exilent vers les ailleurs plus prometteurs- en tout cas dans leur imaginaire- soit vers les villes soit à l’étranger.

Khadija Zahi
Khadija Zahi
Khadija Zahi
Ferme agroécologique d’Arbaa Sahel. Photographie de Khadija Zahi


« On est en crise », c’est le constat que plusieurs acteurs locaux ont formulé à diverses occasions et de différentes manières. La crise, entre autres, de la connexion de l’école à son milieu notamment en milieu oasien ne traduit-elle pas l’inadaptation des politiques éducatives et des projets hors-sol conçus et pensés pour ce milieu ?
Cette crise n’est-elle pas le produit d’une forme scolaire, où plus d’un demi-siècle après l’indépendance, l’univers oasien demeure absent des manuels scolaires destinés aux enfants de ce milieu. L’oasis étant souvent représenté comme un univers idyllique de carte postale et de décor touristique et non comme un lieu de vie, de dur labeur, de pratiques quotidiennes, de résilience… Les enfants du milieu oasien, intériorisent inconsciemment dès leur jeune âge la légitimité et la supériorité de la culture dominante -en l’occurrence urbaine et moderne- sur leur culture d’origine.


Qu’attendons-nous donc de ces jeunes ruraux, produits d’une socialisation en rupture avec leur milieu d’origine, et qui cherchent le salut dans l’ailleurs ?
Qu’elle avenir promet-on à cette jeunesse qui n’a, depuis toujours, que la migration et l’exil pour seule destinée individuelle et collective ?



Citer ce billet
khadija (2023, 28 septembre). L’école dans le milieu oasien : mobilisation des acteurs locaux et nouveaux défis. ZERKA. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vca6