Irrigation. A Tiznit, les eaux urbaines épurées une aubaine pour régénérer les parcelles agricoles

Par Chady Chaabi, le 15 mai 2023

https://medias24.com/2023/05/15/irrigation-a-tiznit-les-eaux-usees-epurees-une-aubaine-pour-regenerer-les-parcelles-agricoles/

Située dans la Région de Souss-Massa, à moins de deux heures d’Agadir, la Station d’épuration des eaux usées (STEP) de Tiznit permet l’exploitation et l’irrigation de plusieurs dizaines de parcelles, longtemps abandonnées à cause de la pénurie d’eau qui sévit dans la région.

Grâce à elle, du sorgho et de la luzerne, deux plantes fourragères, sont cultivées dans le périmètre agricole de Tiznit dans le cadre d’une expérience pilote qui fait l’objet d’un suivi scientifique dans le cadre du projet de recherche* sur la régénération des régions oasiennes. Etalé sur trois ans (2022-2025), ce projet, financé par le Fonds national Suisse, est porté par la Haute école de travail social de Genève, composante de la Haute école de Suisse occidentale.

“Notre projet vise à comprendre les processus de réutilisation des eaux usées à des fins paysagères et agricoles dans des villes moyennes, soulevant des questions spécifiques différentes des grandes métropoles de pays émergents qui ont été largement documentées”, explique David Goeury, l’un des participants au projet. L’enseignant chercheur au laboratoire Médiations de Sorbonne Université assure que cette initiative “peut jouer un rôle déterminant pour la régénération d’un espace agricole délaissé depuis cinq décennies”.

Aujourd’hui, c’est un sujet majeur et les gouvernements au nord comme au sud de la Méditerranée ont fait de la réutilisation des eaux usées une priorité. Il suffit de relire le discours Royal du 14 octobre 2022 ou la présentation par Emmanuel Macron du plan eau, le 30 mars 2023pour comprendre comment aujourd’hui les gouvernements ont fait de cette question une priorité pour les années à venir.

La réutilisation des eaux usées permet de reconstruire des métabolismes agriurbains en assurant la sécurité alimentaire notamment en fournissant de l’aliment de bétail dans un contexte de très forte inflation des produits agricoles.

D’importantes potentialités en matière d’irrigation

Au mitan des années 80, une première station d’épuration des eaux usées a vu le jour à Tiznit, à la limite nord du périmètre de Targa n’Zit. Trente ans plus tard, le boom démographique, les nuisances olfactives et les dysfonctionnements de cette STEP ont convaincu les autorités locales et l’Office national d’eau potable (ONEP) de la nécessité de construire une nouvelle structure d’épuration.

Cette nouvelle station utilise le lagunage. Une technique d’épuration des eaux usées qui repose sur le principe de recréer des milieux ou des bassins tampons dans lesquels les eaux usées ou polluées vont transiter, avant d’être rejetées dans le milieu naturel.

Mieux dimensionnée, cette nouvelle station possédait sur le papier d’importantes potentialités en matière d’irrigation. Sauf que les caractéristiques de la structure n’entraient pas dans le cadre réglementaire de l’utilisation des eaux non conventionnelles pour l’irrigation.

“Le changement de législation est survenu en 2015. Dans ce nouveau cadre légal, les normes de sécurité sanitaire étaient encore plus drastiques, sauf que les dispositifs utilisés (filtre à sable, filtre à disque) fournissaient des eaux à la limite des normes autorisées par l’OMS”.

D’où l’intérêt d’ajouter un nouveau dispositif de filtration à Ultraviolet (UV), permettant d’éliminer tout un ensemble de virus. “Nous avons initié un programme de recherche action avec Marc Breviglieri et Zsolt Vecsernyés qui avait pour but de faire un diagnostic détaillé de la situation en mobilisant à la fois des chercheurs et des ingénieurs spécialisés dans la réutilisation des eaux usées pour proposer un cadre d’amélioration du dispositif”, explique David Goeury.

“Suite à ce travail”, reprend-il, “L’Agence de coopération internationale allemande (GIZ) a décidé de financer l’amélioration du dispositif de filtration par l’installation de filtre à UV et de panneaux solaires pour assurer l’autonomie énergétique de la filtration”.

Un important investissement public

Cette filtration qui permet aux eaux usées à vocation agricole traitées par la STEP de Tiznit de remplir les standards et critères d’hygiène nécessaire n’est pas gratuite. “Le coût total de de l’investissment concernant la filtration et celui du réseau de redéploiement d’irrigation est assez élevé et dépasse au final les 15 millions de DH du fait des multiples contraintes techniques d’un projet commencé avec un cadre légal différent de celui en vigueur actuellement”, précise M. Goeury.

Un investissement pris en charge initialement par le ministère de l’Agriculture et la municipalité de Tiznit complété par la coopération internationale. “L’eau de la source historique dite de Regadda est actuellement utilisée pour l’approvisionnement en eau potable des communes rurales au sud de Tiznit, dans la province de Sidi Ifni. De fait, les agriculteurs de Tiznit ont demandé une compensation en exigeant de pouvoir utiliser l’eau de la STEP. Cependant, il faut pour cela s’assurer de la sécurité sanitaire des exploitants agricoles”, raconte notre interlocuteur.

Idem pour les nouveaux aménagements hydro agricoles. “Il s’agit d’un réseau d’irrigation enterré pour éviter les phénomènes d’écoulement de surface d’une eau qui n’est pas propre à la consommation humaine”, explique-t-il.

Les eaux usées sont extrêmement riches en nutriments, si elles ne circulent pas dans des canalisations fermées, il risque d’y avoir au bord des canaux de surface une végétation qui se développe rapidement. C’était justement le cas auparavant à Tiznit, avec un foisonnement d’une végétation opportuniste (ricins, cannes).

“Cette situation crée des problèmes par la formation de taillis qui vont ralentir la circulation de l’eau et surtout favoriser l’installation d’animaux comme des sangliers qui sont une réelle menace pour les cultures”, poursuit-il.

Une organisation collective

Ce réseau d’irrigation enterré est connecté à des bornes pour le suivi du débit consommé en mètre cube par chaque agriculteur. Dans les faits, la réutilisation des eaux usées de la station de Tiznit repose sur un dispositif collectif, géré par l’association des usagers de l’eau agricole (AUEA) dénommée “Ibharen”.

Fondée en juin 2006, cette association regroupe tous les propriétaires des terres agricoles pouvant être potentiellement irriguées dans le cadre de conventions. “83 agriculteurs sont conventionnés et s’organisent collectivement pour accéder à l’eau via le dispositif de filtration et un réseau qui dessert deux périmètres au Nord de Tiznit. Le périmètre historique qui était lié à l’ancienne oasis, que l’on appelle Targa N’zit et un périmètre de recueil des eaux de crues Attebane qui est administrativement dans la commune rurale d’Aglou”.

Concrètement, il s’agit de 665 parcelles sur une superficie de 433 ha. 207 ha sur la rive droite de l’oued Toukhsine et 226 ha sont sur la rive gauche. “Les agriculteurs s’engagent à respecter le protocole sanitaire et à ne faire que des mises en culture autorisées par la loi. Les deux cultures choisies sont le sorgho et la luzerne”, affirme David Goeury

“Toute l’eau de la STEP de Tiznit est traitée par lagunage et arrive dans un bassin où sont installées des pompes que les agriculteurs doivent activer pour que l’eau épurée passe par les dispositifs de filtrations”. Le débit d’écoulement moyen est de 54 litres par seconde, “soit largement supérieur à toutes les autres sources d’eau. Celui-ci peut atteindre plus de 67 litres par seconde. Le débit actuel est à 4.500 m3 par jour, selon l’ONEP”, souligne le chercheur. 

La facturation s’établit à 0,5 DH, 0,75 DH ou 1 DH le m3. “Une tarification par tranche adoptée pour favoriser les petits agriculteurs possédant de petites parcelles. Ils peuvent ainsi accéder à l’eau à moitié prix”, ajoute-t-il. Un élément déterminant puisque seules quatre parcelles dépassent les 5 ha. La taille moyenne étant de 0,65 ha, avec de nombreuses parcelles dépassant à peine 500 m².

S’agissant de la mise en culture, son déploiement est progressif. “C’est un processus de longue durée car pour mettre en culture une terre abandonnée, il faut un financement important et le retour sur investissement avec de la luzerne se fait au bout de 6 à 10 mois selon les agriculteurs enquêtés. Du fait, de la dimension pionnière de Tiznit, il est très important de documenter dans la durée ces stratégies agricoles pour comprendre comment elles vont s’articuler aux filières agroindustrielles notamment laitières.“, conclut notre interlocuteur.

Pour consulter l’article dans sa version originale :

https://medias24.com/2023/05/15/irrigation-a-tiznit-les-eaux-usees-epurees-une-aubaine-pour-regenerer-les-parcelles-agricoles/



Citer ce billet
David Goeury (2023, 15 mai). Irrigation. A Tiznit, les eaux urbaines épurées une aubaine pour régénérer les parcelles agricoles. ZERKA. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vca2