Sécheresse : les oasis au Maroc, les leçons d’un savoir-faire ancestral

Reportage de La Croix 

Géniales constructions humaines, les oasis créent un microclimat en milieu aride grâce à un lien inséparable entre ville et agriculture dont pourraient s’inspirer nos villes. Celle de Tiznit, dans le sud marocain, sera à l’honneur lors des rencontres « Paysages, climats et sociétés, de l’Antiquité à nos jours » du 12 au 14 mai à l’Institut du monde arabe (1).

Mohamed passe une tête dans l’embrasure de la porte. « C’est bientôt mon tour d’eau ? » interroge le quinquagénaire, impatient de voir son lopin de terre irrigué dans l’oasis de Tiznit, à une centaine de kilomètres au sud d’Agadir dans le Sud marocain. « Attends encore un peu ! », lui répond Omar, l’œil rieur sous la visière de sa casquette.

Le fringant quarantenaire, président de l’association des usagers de l’eau Abrinaz, est d’humeur joviale : « Si l’oasis va bien, je vais bien ! Il y a six ans encore elle était en perdition, les arbres mouraient peu à peu, aujourd’hui elle renaît, les Tiznitiens reviennent cultiver leur terre ». Moulay Ali Ladnany, le monsieur environnement de la municipalité, s’en félicite autant : « C’est un exploit de faire revenir des agriculteursIl y a des jeunes et quelques entrepreneurs qui s’installent, des retraités de la diaspora qui reviennent et pratiquent une agriculture de subsistance ou d’agrément. C’est en vieillissant l’appel de la terre ! »

Les terres largement abandonnées et asséchées de Tiznit reverdissent à la faveur d’un combat de vingt ans pour restaurer le périmètre agricole de la targa, le canal d’irrigation qui, par extension, signifie la palmeraie elle-même. De frêles oliviers, fraîchement plantés au milieu de parterres d’orge, de blé ou de luzerne, tremblotent dans le vent, témoins de ces parcelles reconquises au milieu de beaux vestiges d’agroforesterie. Des palmiers ancestraux surplombent encore de vigoureux oliviers qui eux-mêmes abritent des cultures de céréales.

 

Dans ce bain de fraîcheur végétale, brumisateur et climatiseur naturels à même de faire pâlir d’envie les villes fours occidentales en temps de canicule, des femmes viennent musarder. A l’affût de plantes aromatiques ou médicinales, de luzerne pour leurs deux ou trois chèvres ou moutons. Certaines arrachent des troncs des palmes séchées qui donnent cette saveur recherchée à la cuisson du pain traditionnel et, par là même, elles prémunissent la palmeraie du risque d’incendie.

Dans cette région de steppe aride, où il pleut quelques poignées de jours par an, l’association Abrinaz est la précieuse gardienne de l’eau. Celle qui provient de la source Ain Aqdim, cette résurgence d’eau à l’origine de l’implantation humaine au XVIe siècle, aujourd’hui magnifique fontaine restaurée au cœur de la médina cernée par ses remparts crénelés en pisé du XIXe siècle.

« Tiznit veut dire petite mare et oasis un lieu où l’on peut habiter », précise David Goeury, géographe de l’université de la Sorbonne, spécialiste du système oasien. Mais, explique-t-il, « le palmier n’est pas un miracle du désert, sans travail il n’y a pas d’oasis ». C’est bien grâce au labeur et au génie humain qu’a été construit, depuis la source, un très ingénieux réseau de canalisation pour irriguer, par gravitation, un vaste périmètre de près de 400 hectares à l’origine, et créer ainsi de toutes pièces une palmeraie adossée à la médina.

C’est toujours ce même réseau d’eau – dorénavant enterré – qui chemine sous la ville puis se démultiplie dans la targa pour alimenter, l’une après l’autre, les petites parcelles façonnées en forme de casier en terre. L’eau serpente dans ce labyrinthe de canalisation grâce à des clapets qui s’ouvrent et se ferment, sous l’œil vigilant de l’aiguadier. Quarante des 80 hectares de Targa n’Ousengar, la partie est de la palmeraie, sont à nouveau irrigués. Et plusieurs parcelles, dédiées au maraîchage, ont leur propre puits.

Abrinaz a, pour ce faire, renoué avec le droit coutumier de la gestion collective de l’eau qui permet de gérer la rareté et d’assurer la pérennité de la cité oasienne qui repose sur ce lien consubstantiel entre ville et agriculture. Quelque cinq cents familles ont adhéré à l’association et ont ainsi acquis un droit à l’eau, le même pour tous. Plus elles sont nombreuses, et quand l’eau se raréfie, plus il faut attendre son tour d’eau qui ne revient qu’au bout de plusieurs semaines.

« Paris aussi était un modèle agri-urbain avec ses zones maraîchères dans l’enceinte de la ville qui fournissait 40% de son alimentation jusqu’au début du XXe siècle, rappelle David Goeury. On a discrédité ce modèle, mis en suspens la relation profonde aux plantes et à l’environnement. On a aussi considéré, avec une vision orientaliste, les oasis comme d’exotiques bouts du monde ». Le chercheur lui-même est facilement taxé d’aventurier tant les oasis relèvent d’un lointain folklore dans l’imaginaire. Or aujourd’hui elles donnent une leçon sur comment créer un microclimat en alliance avec les végétaux.

Et côté leçon, Tiznit en a plein sa besace. Brahim et Mohamed, deux jeunes agriculteurs, se dirigent d’un pas alerte vers Targa n’Zit, la vaste partie ouest de ce qui fut une palmeraie de quelque 290 hectares délaissée depuis une quarantaine d’années et sous pression de l’urbanisation. « On voulait être là ! » se réjouit Brahim. Pour ne pas rater l’événement du jour : la première mise en eau d’une parcelle après plus de 17 années d’abandon avec … l’eau de la station d’épuration (Step). Une première au Maroc pour suppléer le manque d’eau. Après des années pour mettre au point le système et pour changer, en 2015, la législation afin d’autoriser le recours aux eaux usées retraitées, aux normes de l’OMS, pour l’arboriculture et les plantes fourragères.

Tout comme Omar, Brahim et Mohamed sont responsables de la gestion collective de l’eau de la step au sein de l’association Ibharen ( « petite ferme »). En quelques mois, 83 agriculteurs ont rejoint l’association pour bénéficier de tours d’eau. « On rencontre tous les agriculteurs, on veut remettre en culture la targa », scande Mohamed, l’ancien décrocheur de 28 ans hyper motivé pour accompagner le projet de développement agricole.

L’affaire était loin d’être gagnée tant l’oasis a connu de vicissitudes. En 2003, quand l’avocat Abdellatif Ouammou prend les rênes de la municipalité, porté par un idéal de démocratie participative inspiré du modèle brésilien de Porto Alegre, l’état des lieux est quasi désespéré. La ville a explosé. Les 7500 habitants de la médina dans la décennie 1970 sont devenus 35000 et une ville nouvelle de 45000 personnes a poussé hors des murs de l’enceinte. Les conflits aigus autour de l’eau et du foncier ont accéléré la déprise agricole et l’assèchement des terres. Profitant de la déshérence, quelques personnes s’étaient accaparés les droits à l’eau dans l’oasis.

L’osmose ville-agriculture de la cité oasienne s’était disloquée. « Au Maroc, comme ailleurs, l’agriculture urbaine de subsistance a été considérée comme un archaïsme incapable d’épouser les progrès de l’agriculture productive et ses terres ont été prisées comme réserve foncière », constate David Goeury.

« Mais la Targa c’est la naissance de la ville elle-même, son patrimoine, comme un grand potager collectif propriété des citoyens ! », s’émeut Abdellatif Ouammou. C’est ce projet de cohésion sociale, d’économie circulaire et de microclimat que, pendant les douze ans de son mandat, le maire s’est attelé à mettre sur les rails. Le foncier agricole, qui avait été mis sous tutelle du ministère de l’agriculture, a été sécurisé et réintégré dans le périmètre urbain. La gestion collective de l’eau a été rétablie et dopée par la nouvelle ressource de la Step, créant ainsi un nouveau lien entre ville et agriculture. « La demande sociale d’agriculture de subsistance dans le périmètre urbain émerge en France, c’est une voie pour recréer l’habitabilité du monde », estime David Goeury.

« Mais la palmeraie reste très convoitée, on doit toujours rester sur le qui-vive », s’inquiète Omar. Sa reconquête avait d’ailleurs été mise à mal pendant les six ans de gouvernance islamiste de la municipalité et la pandémie, avant d’être relancée en 2022 et de faire l’objet d’un suivi de recherche « Régénération » financé par le fonds national suisse.

Marie Verdier

Pour lire l’article dans son format original :

Sécheresse : les oasis au Maroc, les leçons d’un savoir-faire ancestral



Citer ce billet
David Goeury (2023, 9 mai). Sécheresse : les oasis au Maroc, les leçons d’un savoir-faire ancestral. ZERKA. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vca0