Tiznit. Aïn Aqdim, la source à l’origine de l’oasis

Ouvrage de Salima Naji, Ahmed Boumzgou et David Goeury paru en septembre 2016 aux éditions DTG à Rabat.

L’ouvrage est accessible ici : Tiznit Ain Aqdim Goeury Naji Boumzgou 2016

Des extraits sont publiés ci-dessous :

Mémoire et patrimoine d’une source

À une centaine de kilomètres au sud d’Agadir, Tiznit, cité fondée par Moulay Hassan Ier en 1882, renoue avec ses origines : sa vénérable source.En 2014, la ville de 75 000 habitants, qui se déploie désormais largement en dehors de son enceinte pentagonale, a lancé un vaste programme de revalorisation du lieu originel : ce bassin d’irrigation qui a donné naissance à l’oasis et aux premiers noyaux villageois entre le XIII e et le XVI e siècles.En effet, au cœur de la plaine de l’Azaghar, Tiznit trouve ses origines dans la découverte miraculeuse d’une résurgence karstique attribuée à Lalla Zninia. Le filet d’eau est alors aménagé en bassin depuis lequel part un canal d’irrigation. Les agriculteurs construisent des villages fortifiés (ksebt) à proximité sans pour autant empiéter sur les terres arables. Ils se dotent d’institutions collectives pour gérer cette manne providentielle.Cet équilibre est rompu par le processus d’urbanisation.Bâtie en 1883, la muraille enserre à la fois source, villages et jardins. Durant la deuxième moitié du XXe siècle, Ces derniers sont progressivement lotis. Alors, le bassin d’irrigation devient un vestige anachronique au centre d’une médina de plus en plus dense. La ville accueille de nouveaux habitants issus des campagnes environnantes,les descendants des agriculteurs deviennent des artisans,des commerçants ou des fonctionnaires. Le lien matériel et symbolique entre la ville et sa source se distend au point de se rompre. Le bassin, désormais clos, est désigné par l’appellation coloniale de “Source bleue”, slogan touristique vide de sens, tandis que le mythe fondateur est de plus en plus décrié par les religieux qui le qualifie d’impur.

Réhabilitation et réminiscences patrimoniales au profit des habitants

Pour autant, les habitants et les associations de quartiers souhaitent une revalorisation du site. La municipalité en partenariat avec l’opérateur Al Omrane décide alors de lancer un projet de mise à niveau urbaine. Or, comment réintégrer la source dans un environnement aussi profondément transformé ? Aujourd’hui, les jardins sont à plus de 500 mètres du bassin historique.L’idée a donc été de rendre le monument aux habitants de la ville, notamment les plus fragiles, le laisser ouvert,accessible et en faire un espace convivial. Il s’agissait de faire du réaménagement de la source une possibilitéd ‘extension de l’espace public à destination de ceux et de celles qui en ont le plus besoin : les femmes, les enfants.Loin de fermer le lieu, il s’agissait de l’ouvrir en créant une nouvelle circulation, de nouveaux lieux de station et permettre ainsi aux enfants de jouer, aux femmes des’arrêter, de contempler et de discuter.Cette idée de la circulation s’est aussi appliquée à l’eau.La source était devenue un bassin où l’eau était perçue comme stagnante, voire croupissante. Le mythe du jaillissement était d’autant plus facile à discréditer qu’il renvoyait à un site peu attractif. Il était donc nécessaire de la remettre en mouvement. L’idée fut de recréer un contact possible entre les habitant et l’eau. Il devait être possible de toucher l’eau, mais aussi de l’entendre et de la voir circuler.L’eau a été mise en scène autour du principe des réminiscences : par un débord et une chute mais aussi par une petite rigole qui court autour du bassin. L’irrigation n’a pas pour autant été oubliée : du bassin part un canal vers l’oasis.


La dame de la source

L’histoire des origines de Tiznit est liée à la découverte d’une source d’eau potable par une femme, Lalla Zninia.

Un mythe de fondation

Le récit de cette découverte possède plusieurs variantes et tend vers une hagiographie de celle qui est, encore aujourd’hui, considérée comme une sainte. Alors qu’il n’y avait là que désert et solitude, Lalla Zninia vint à passer. Elle a soif car elle marche depuis longtemps,quand soudain le lévrier sloughi qui l’accompagne, lape un peu d’eau sous la roche. Lalla Zninia découvre ainsi une fente d’eau, la creuse et la transforme en un point d’eau pérenne. Elle décide alors de s’installer à proximité et de vivre en ascète. À quelques pas de là, elle aurait édifiée la première mosquée de la ville, entre le XIIe et le XVe siècles et serait enterrée en son sein. L’oasis est née.Plus tard, la source d’eau est aménagée en un bassin permettant une sédentarisation croissante des pasteurs autour d’une agriculture oléicole et vivrière.

Une figure féminine au coeur de luttes symboliques

Les femmes entretiennent la mémoire de cette figure féminine. Elles avaient pour habitude de multiplier les rituels de fertilité sous son patronage. Ainsi, la veille d’un mariage, les jeunes filles qui ont préparé les repas,se rendent à la source avec toutes les épluchures parmi lesquelles est glissé un bracelet en argent. Le tout est jeté dans le bassin. La première qui trouve le bracelet habille la mariée. Par ailleurs, une semaine après la noce, la jeune mariée vient y puiser un peu d’eau pour confectionner le premier pain qu’elle apportera à ses parents. Enfin,certaines femmes venaient aussi y prélever un nombre de petits galets équivalent au nombre d’enfants qu’elles souhaitaient avoir. Pour ces femmes, Lalla Zninia était de noble ascendance, parfois venant de loin, parfois réfugiée des montagnes environnantes soit du pays des Ayt Baamrane ou des Idaw Baaquil. Ces nombreux rituels, mais aussi la promotion de Tiznit au rang de cité par le sultan, ont favorisé l’émergence d’autres versions désenchantées du mythe. Le nom de la sainte (Zninia) a été associé à la racine arabe (zna)renvoyant à l’adultère pour faire de la jeune femme,une pècheresse repentie. Cette version, plus sulfureuse,portée d’abord par les oulémas (docteurs en religion),très critiques vis-à-vis des rituels de fertilité, a rencontré un fort écho.Ainsi, en 1953, Odette du Puigaudeau, écrit dans un article faisant la promotion de la ville: «Tiznit, douce oasis aux eaux chantantes, née des larmes d’une jeune fille, Lalla Tiznia, l’ancêtre des cheikhat ». De même, en1984, Khaïr Eddine, dans Légende et vie d’Agoun’chich note : “on racontait qu’elle (Tiznit) avait pour fondatrice une prostituée repentie. Elle était venue du Sahara accompagnée d’une chienne. Elles mouraient de soif depuis des heures. À un moment, la chienne disparut et finit par revenir toute trempée. Elle conduisit aussitôt sa maîtresse à l’emplacement d’une source abondante et pure. Alors l’ancienne prostituée tira un trait sur son passé dissolu, s’installa sur les lieux et devint une sainte irréprochable. Personne n’a jamais pu vérifier cette légende, mais Agoun’chich y croyait.”Or, en anthropologie, la figure de la source, de la fécondité et donc de la femme sont souvent réunies pour signifier la vie et le renouvellement. Par ailleurs,l’étymologie du lieu (Tiznit) et du prénom de la jeune fille (Zninia) s’articulent autour d’une même racine tachelhit zni allitération de sni qui renvoie à l’étendue d’eau. Tiznit signifiant alors la “petite étendue d’eau” et Lalla Zninia,”la dame de l’étendue d’eau”.

Une histoire de l’ancienne source de Tiznit

La source de Tiznit est nourrie par un ensemble de chenaux karstiques. Cette particularité géologique l’a fragilisée au cours de l’histoire, car à tout moment un chenal pouvait être percé en amont. Par conséquent, la source qui était une manne providentielle devint une ressource disputée, engendrant de nombreux conflits régionaux.

La source dans les archives

L’une des archives les plus anciennes qui évoque la source de Tiznit date du milieu du XVII e siècle. C’est un registre commercial (diwan) du chef de la maison d’Iligh, Boudmia Abou Hassan. En effet, ce dernier a acheté une grande partie des possessions foncières et hydrauliquesde l’Azaghar et en particulier dans la Targa de Tiznit. En 1739, un jugement (fatawa) est prononcé par El Abassi suite à un conflit entre les Oulad Jerrar et les Ahl Tiznit sur l’alimentation de la source de Tiznit depuis l’Aïn Reggada. Ce type de conflit se répètera en 1911. Au début XIXe siècle, lors de la construction de la kasbah makhzenienne par le Caïd Mohamed Aghenaj, face à la source, une nouvelle résurgence est découverte. Elle est alors reliée au bassin historique. Quelques années plus tard, en 1811, l’Aïn aqdim est au centre d’un conflit entre Tiznit et Iligh du Tazerwalt. Après le départ du caïd Aghenaj,  Sidi El Hachem, le chef d’Iligh, fait le siège des villages fortifiés. Il exige de se faire raser la tête avec l’eau de la source, un acte considéré comme une humiliation pour les habitants de Tiznit.

Le conflit avec les Ouled Jerrar

En 1911 débute un long conflit autour de la source. Undes chenaux souterrains qui l’alimente est découvert sur les terres Reggada par Mbark Ben Ahmed Nabzari Argadi. Dès lors, le caïd Âyad d’Ouled Jerrar bouche le chenal afin de détourner une partie de l’eau à son profit. Le débit de la source de Tiznit s’effondre. Les habitants exigent réparation. Le débit est alors restitué.Cependant, le 20 juin 1918, en plein mois de ramadan,le caïd Âyad obstrue la source, la ville de Tiznit se trouve alors pratiquement privée d’eau. Une grande agitation se manifeste chez les habitants et le caïd Tayeb el Goundafi,missionné par le sultan et le pouvoir colonial pour tenir la région, perçoit cela comme une véritable provocation.Il décide alors d’intervenir militairement avec sa mehalla(armée). L’officier français Justinard détaché à Tiznit parle service des renseignements, intervient alors auprès du caïd des Oulad Jerrar. Il obtient de ce dernier la réouverture de la source. Une rencontre entre les deux partis sous l’arbitrage de Justinard dans la région de Bousnsar permet de régler le problème.

La mobilisation des ressources au profit des usages urbains

Le 25 novembre 1926, le capitaine Roussillon passe un accord avec le caïd Âyad pour construire un canal en surface afin d’alimenter Tiznit en eau depuis OuledJerrar. Un tiers de l’eau au profit du caïd Âyad et deux tiers pour les Ahl Tiznit. Ce nouveau canal marginalise la source ancienne qui a un débit très inférieur et surtout permet aux autorités de contrôler la répartition de l’eau.Ainsi, elles organisent une redistribution du débit de l’eau à leur profit : le tiers de la part des Ahl Tiznit est désormais consacré à alimenter les administration et les jardins coloniaux. Mbark Bou El Bakour l’un des Inflas (représentants) de Tiznit s’oppose au projet et est condamné à un mois de prison et 40 riyals d’amende.La part dédiée aux usages urbains est croissante et en 1976, le système de la tanast (clepsydre) est abandonné.Cependant, les ayants droit historiques restent mobilisés et en 2004, ils créent l’association Abrinaz pour la gestion de l’eau de Targa.

 

Pour accéder à l’ouvrage : Tiznit Ain Aqdim Goeury Naji Boumzgou 2016

Crédits photographiques :

Images d’archives et cartes postales : Collection Ahmed Boumzgou, Collection de cartes postales du Maroc de Joseph Brunet-Jailly et photographies de Tiznit de la Maison de la Photographie de Marrakech MPM, © tous droits réservés. Que toutes les personnes qui nous ont permis d’utiliser leurs fonds soient chaleureusement ici remerciées, notamment Patrick Mana’ch, Hamid Mergani et Frédéric Jenny.

Photographies contemporaines : © David Goeury tous droits réservés. Reproduction interdite.

Cartes : © David Goeury tous droits réservés. Reproduction interdite.

Iconographie et plans : © Agence d’architecture Salima Naji tous droits réservés. Reproduction interdite.

 



Citer ce billet
David Goeury (2016, 15 septembre). Tiznit. Aïn Aqdim, la source à l’origine de l’oasis. ZERKA. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vc8v