Un retour des communs est-il possible ? Analyse d’une initiative pionnière de réutilisation des eaux urbaines épurées pour l’irrigation à vocation agricole dans une cité oasienne (Tiznit, Maroc)

Ce chapitre d’ouvrage a été publié dans la collection Grafigéo n°37

Référence:

David Goeury, 2021, “Un retour des communs est-il possible ? Analyse d’une initiative pionnière de réutilisation des eaux urbaines épurées pour l’irrigation à vocation agricole dans une cité oasienne (Tiznit, Maroc)”, in Martine BERGER, Jean-Louis CHALÉARD, Alia GANA (dir.), Crise des modèles ? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-campagnes, Paris : Grafigéo, p.129-151.

Résumé:

Ici, nous analyserons le cas de Tiznit, dans la région de Souss-Massa, au Maroc, qui fut parmi les premières municipalités marocaines à développer la réutilisation des eaux urbaines épurées pour l’irrigation à vocation agricole dans un cadre réglementaire. Ce cas est particulièrement intéressant, car la municipalité a souhaité le faire selon un protocole participatif en soutenant un collectif hétéroclite d’agriculteurs désireux de s’inscrire dans la continuité des communs fonciers historiques, quitte à aller à l’encontre des modèles imposés par les pouvoirs publics et les experts qui défendent un modèle avant tout économique de l’agriculture . En effet, elle a privilégié une logique alternative d’économie du patrimoine, soit la conservation d’un héritage qui dans le cas de l’oasis mobilise le registre très particulier du faire ensemble . Cependant, l’implémentation d’une nouvelle technologie est- elle à même d’alimenter une dynamique civique et participative ? En effet, le collectif doit surmonter à la fois des enjeux institutionnels et des enjeux techniques. La procédure légale défendue par les administrations et les organisations internationales comme une réelle opportunité pour un développement durable peut s’avérer particulièrement décourageante et finalement favoriser les logiques informelles au mépris des normes nationales ou internationales.

Introduction:

Villes et oasis sont consubstantielles (Lavergne, 2004). Fruits d’une ingénierie complexe encadrée par une législation locale spécifique pour mobiliser et exploiter des ressources hydriques rares, elles sont gouvernées dans un cadre collectif de biens communs (Ostrom,2010). Au cours du XXe siècle, ces espaces ont connu de profondes mutations marginalisant ce système traditionnel de communs fonciers (Coriat, 2015). Au Maroc, passées sous la tutelle de pouvoirs publics centralisées depuis le début du XXe siècle, les oasis ont connu un désencastrement séparant social et économique d’une part, habiter et agriculture d’autre part (Goeury, 2018). Elles ont subi et subissent encore la transposition de nouvelles normes définies en dehors du milieu oasien et se retrouvent « sous le choc de l’urbanisation et des privatisations » (Elloumi, Jouve, 2003). Les sources d’eau collective ont ainsi été utilisées par les pouvoirs publics pour développer les premiers réseaux d’eau potable amenant à une compétition nouvelle entre l’espace urbanisé et l’espace oasien, jadis complémentaires. Parallèlement, l’économie collective de l’eau d’irrigation a été marginalisée au profit de stratégies capitalistes individuelles de pompage sur la nappe phréatique afin de s’émanciper des collectifs historiques jugés trop contraignants (El Jamalii, 2013). Enfin, la volonté de rationalisation administrative a favorisé un fractionnement des champs d’intervention des politiques publiques. Des solutions techniques nouvelles sont proposées dans un cadre normatif national voire international afin d’atteindre des objectifs chiffrés clairement définis. L’eau en ville se résume désormais au nombre de ménages bénéficiant d’une adduction d’eau potable et d’un raccordement au réseau d’assainissement. L’activité agricole doit se conformer à des objectifs de productivité à l’hectare et de rentabilité monétaire pour répondre aux attentes du marché national et international. Récemment, la promotion du concept d’agriculture urbaine au Maroc (Vallette, Philifert, 2014) est venue renouveler la question alors que des nouveaux standards de durabilité s’imposent progressivement (Maggi, 2012). Aux performances agricoles se sont ajoutées les performances environnementales. En 2014, les Nations Unies ont souligné la grande fragilisation des écosystèmes oasiens marocains. Une des solutions innovantes mise en avant est désormais la réutilisation des eaux usées pour l’irrigation agricole afin de créer une nouvelle économie circulaire ville-oasis. La ville ne serait plus concurrente de l’oasis, bien au contraire, elle favoriserait sa renaissance en augmentant les ressources en eau exploitables. Cependant, cela a surtout concerné des grandes villes comme Marrakech ou Agadir pour des usages de loisirs comme les jardins ou les golfs, l’eau retraitée étant facilement rachetée par des clients solvables, les grands opérateurs touristiques. En effet, les projets de réutilisation agricole sont beaucoup plus contraignants du fait des normes sanitaires et de la solvabilité des exploitants. De plus, ils posent la question de la normativité dans son rapport aux habitants, à la ville, à l’activité agricole, et à la nature oasienne (Beaudry et al., 2014). En effet, l’oasis historique était gérée selon une logique de bien commun foncier (Goeury, 2018), or les nouveaux projets de réutilisation des eaux usées se font sous l’autorité de la puissance publique. Cette dernière impose donc un cadre légal souvent en contradiction avec les logiques collectives historiques. En effet, elle souhaite disposer d’un interlocuteur institutionnel réglementaire : une association des usagers de l’eau agricole, et non d’un collectif d’ayants droits s’inscrivant dans une tradition pluriséculaire divergente. Ici, nous analyserons le cas de Tiznit, dans la région de Souss-Massa, au Maroc, qui fut parmi les premières municipalités marocaines à développer la réutilisation des eaux urbaines épurées pour l’irrigation à vocation agricole dans un cadre réglementaire. Ce cas est particulièrement intéressant, car la municipalité a souhaité le faire selon un protocole participatif en soutenant un collectif hétéroclite d’agriculteurs désireux de s’inscrire dans la continuité des communs fonciers historiques, quitte à aller à l’encontre des modèles imposés par les pouvoirs publics et les experts qui défendent un modèle avant tout économique de l’agriculture (Goeury, Leray, 2017). En effet, elle a privilégié une logique alternative d’économie du patrimoine (Barthélémy et al., 2004 ; 2005), soit la conservation d’un héritage qui dans le cas de l’oasis mobilise le registre très particulier du faire ensemble (Goeury, 2018). Cependant, l’implémentation d’une nouvelle technologie est- elle à même d’alimenter une dynamique civique et participative ? En effet, le collectif doit surmonter à la fois des enjeux institutionnels et des enjeux techniques. La procédure légale défendue par les administrations et les organisations internationales comme une réelle opportunité pour un développement durable peut s’avérer particulièrement décourageante et finalement favoriser les logiques informelles au mépris des normes nationales ou internationales.

Conclusion : mutation de la gouvernementalité agricole et croissance urbaine en contexte oasien, une forte demande d’innovation technique non comblée, et compensée par le désir de maintenir un commun foncier


Le cas de Tiznit est particulièrement éclairant, car si les parties prenantes ont obtenu une transformation institutionnelle d’envergure, le projet est toujours non fonctionnel, mais non abandonné. Or, il semble déterminant de questionner aussi bien les réussites que les échecs pour réfléchir sur la capacité d’une société à s’adapter et à faire preuve de résilience. Le processus d’implémentation de l’innovation nécessite de multiples ajustements, gages de performance et de durabilité (Hellström, 2007). Il suppose un cadre juridique et institutionnel propice fonctionnant selon des logiques de confiance empêchant que l’une des parties ne soit lésée. Il est nécessaire de distinguer l’usage opportuniste des eaux usées urbaines pour l’agriculture qui est une pratique habituelle des pays à revenus intermédiaires comme le Maroc, d’un véritable projet institutionnalisé à l’échelle d’une agglomération de 75 000 habitants. En effet, l’implantation des infrastructures spécifiques a nécessité de nouvelles compétences techniques. Or, ces dernières ont fait défaut et l’équipement de traitement tertiaire est à ce jour non fonctionnel, retardant d’autant la mise en œuvre du projet. Les parties impliquées se sont donc retrouvées à reporter les projets de développement agricole créant un phénomène de lassitude parmi les agriculteurs qui sont mobilisés depuis 2006, tandis que d’autres exploitent les eaux usées sans aucun contrôle juste du fait de la proximité de leur parcelle avec le canal d’écoulement.

L’innovation n’a pas seulement suscité de l’incertitude, elle a ouvert le débat sur des cadres de justice inédits et induit des processus de requalification de la réalité (Callon, 2001). Ces épreuves d’acceptabilité interrogent donc les chercheurs à la fois sur un plan analytique (modification des assemblages sociotechniques), mais aussi sur le plan de l’accompagnement, la recherche devant développer à cet égard un « domaine de prudence » et de lucidité sur la portée normative de l’innovation (Barbier, Nadaï, 2015). Le collectif pionnier des propriétaires de terres agricoles a supporté un coût organisationnel extrêmement élevé sans pour autant faire aboutir son projet à ce jour. Ce coût aurait pu être rédhibitoire et générer un certain découragement si le collectif n’était pas animé par une logique patrimoniale, la volonté de rétablir un commun foncier. C’est peut-être le choix institutionnel singulier de maintenir le principe du collectif élargi qui permet la mobilisation constante des agriculteurs qui ne veulent pas seulement être des bénéficiaires, mais réellement des acteurs, quitte à intégrer des moments de bricolage. En effet, loin de se décourager, ils s’approprient la ressource de façon informelle avant de réactiver des protocoles traditionnels de gestion de l’eau même si cette situation est décriée par des administrations soucieuses de maintenir un ordre technique rationnalisé (Pascon, 1981). En effet, la majorité d’entre eux, disposant d’autres sources de revenus et d’une forte intégration sociale, peut maintenir sa mobilisation au nom de la mémoire du commun foncier que constitue l’oasis. Par conséquent, l’idéal d’un temps ancien dominé par le « faire ensemble » reste un moteur puissant pour tenir face aux multiples retards, qu’ils soient réglementaires ou techniques. Le projet de commun foncier s’avère alors certes beaucoup moins efficace, mais beaucoup plus résilient. Or dans un contexte d’incertitude provoqué par l’innovation technique, il devient une force comme modalité participative et démocratique du faire ensemble (Weinstein, 2015).

Bibliographie

Barbier Rémi, Madaï Alain, 2015, « Acceptabilité sociale : partager l’embarras »,VertigO, vol. 15, n° 3 [en ligne : http://vertigo.revues.org/ 16686].

Barthélemy Denis, Nieddu Martino, Vivien Franck-Dominique, 2004,
« Externalités ou production de patrimoines ? – Les enseignements de
travaux récents sur l’agriculture et l’environnement », Géographie économie société, vol. 6, n° 3, 331-352 [en ligne : https://www.cairn.info/revue-geographie-economie-societe-2004-3-page-331.htm].

Barthélemy Denis, Nieddu Martino, Vivien Franck-Dominique, 2005,
« Économie patrimoniale, identité et marché », in F.-D. Vivien, M. Nieddu,
D. Barthélemy, Chr. Barrère (éd.), Réinventer le patrimoine, De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine ?, Paris, L’Harmattan, 121-150.

Beaudry Raymond, Fortin Marie-Josée, Fournis Yann, 2014, « La normativité de l’acceptabilité sociale : écueils et réactualisation pour une économie territorialisée », Éthique publique, vol. 16, n° 1 [en ligne : http://ethiquepublique.revues.org/1374].

Calame Pierre, 2015, « Gestion des communs et œconomie », Éthique
publique, vol. 17, n° 2 [en ligne :http://ethiquepublique.revues.org/2268].

Callon Michel, Lascoumes Pierre, Barthe Yannick, 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

Coriat Benjamin, 2015, Le retour des communs – La crise de l’idéologie
propriétaire, Paris, Les liens qui libèrent.

El Jamali Hasnaa, 2013, “Community-Based Water Management: The
Oasis of Figuig, Morocco Recent Extensions and Transformations”,
International Journal of Environmental Monitoring and Analysis, vol. 1,
n° 5, 213-229.

Elloumi Mohamed, Jouve Anne-Marie (dir.), 2003, Bouleversements fonciers en Méditerranée, des agricultures sous le choc de l’urbanisation et des privatisations, Paris, Karthala-CIHEAM.

Ftaïta Toufik, 2005, « De l’eau d’irrigation à l’eau de la ville », in R. Regrain, E. Auphan (dir.), L’eau et la ville, Nice, Éditions CTHS, 197-206.

Ftaïta Toufik, 2006, Anthropologie de l’irrigation, Paris, L’Harmattan.

Goeury David, Leray Louis Emmanuel, 2017, « Résilience, résistance et
reconnaissance : destin de l’agriculture urbaine oasienne à Tiznit (Maroc) », Géographie et cultures, n° 101, 59-78.

Goeury David, 2018, « Pour un retour des biens communs fonciers ?
Réflexions autour de la mobilisation et de la défense d’un espace oasien
(le cas de la Targa de Tiznit, Maroc) », Belgéo, n° 118 [en ligne : https://
journals.openedition.org/belgeo/21530].

Hellström Tomas, 2007, “Dimensions of environmentally sustainable
innovation: the structure of eco-innovation concepts”, Sustainable
Development, vol. 15, n° 3, 148-159.

Lambert Marc, 2017, Étude dans le cadre de la réutilisation des eaux urbaines pour une irrigation à vocation agricole, Nidau, Alpha WT.

Lavergne Marc, 2004, « L’agriculture urbaine dans le bassin méditerranéen, une réalité ancienne à l’heure du renouveau », in J. Nasr, M. Padilla (dir.), Interfaces : agricultures et villes à l’Est et au Sud de la Méditerranée, Beyrouth, Éditions Delta/IFPO, 49-66.

Maggi Eva-Maria, 2012, “A Leopard Can (Not) Change Its Spots: Promoting Environmental Policy in Morocco”, in T. A. Börzel, K. Böttger (dir.), Policy Change in the EU’s Immediate Neighbourhood: A Sectoral Approach, Baden- Baden, Nomos, 145-162.

Nations-Unies, 2014, Examen des performances environnementales. Maroc, synopsis, Genève, Nations Unies.

OMS (=Organisation mondiale de la santé), 2012, Directives OMS pour
l’utilisation sans risque des eaux usées, des excreta et des eaux ménagères, Genève, OMS.

Ostrom Elinor, 2010, Gouvernance des biens communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, Bruxelles, De Boeck.

Pascon Paul, 1981, « Le technicien entre les bavures et le bricolage »,
Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS, 173-180.

Valette Elodie, Philifert Pascale, 2014, « L’agriculture urbaine : un impensé des politiques publiques marocaines ? », Géocarrefour, vol. 89, n° 1-2, 75- 83 [en ligne https://journals.openedition.org/geocarrefour/9411].

Vivien Franck-Dominique, 2009, « Pour une économie patrimoniale des
ressources naturelles et de l’environnement », Mondes en développement, n° 145, 17-28.

Weinstein Olivier, 2015, « Comment se construisent les communs », in
B. Coriat (dir.), Le retour des communs. La crise de l’idéologie propriétaire, Paris, Les liens qui libèrent, 69-86.