Archives par mot-clé : Source

le mythe de fondation de Tiznit dans une archives de 1580, traduite par Léopold Justinard

Extrait du Kennach signé par Brahim ben Ali ben Abdallah el Hassani daté de 988 de l’Hégire (1580 calendrier grégorien) et traduit par Léopold Justinard et publié en 1933 sous le titre « Notes sur l’histoire du Sous au XVIe siècle. I.-Sidi Ahmed ou Moussa. II.- Carnet d’un lieutnant d’Al Mansour », Archives marocaines XXIX.

Une femme de grande beauté était connue pour sa mauvaise conduite. Elle vécut longtemps de cette façon, amassant de grands biens. Quand Dieu voulut lui pardonner ses péchés, il fit descendre le repentit dans son coeur. Elle se repentit d’un coeur sincère, pleura ses péchés et s’expatria jusqu’à un lieu ou est bâti Tiznit.

C’est dans une terre blanche, sans eau et sans arbre, rien que beaucoup de jujubiers. Elle s’y arrêta et creusa la terre de ses mains pour trouver l’eau, voulant bâtir une mosquée. Puis elle piocha un certain temps et une source abondante jaillit. Alors elle bâtit la grande mosquée des Id Dlaha, la première construction de Tiznit, qui fut nommé de son nom. Elle avoua qu’elle avait commis l’adultère et Dieu lui pardonna. Elle resta dans cette grande mosquée à adorer Dieu Très Haut qui l’a favorisée de grands miracles.

C’était en choual de l’an 800 (soit 1397 calendrier grégorien).

Visites nocturnes en famille ou entre amies à la source historique durant le mois de Ramadan

Femmes au contact de l’eau de l’Aïn Aqdim, un soir de Ramadan 2015

Ce court extrait a été pris incidemment vers 10h30 un soir de ramadan. Un groupe de femme s’est approchée de la source pour s’y laver les mains, les avant-bras et le visage. Nous ne souhaitons pas ici formuler une interprétation abusive. Nous notons seulement que le nouveau dispositif architectural avec le bassin surplombant la chute d’eau permet aux habitants et visiteurs de renouer avec le contact de l’eau de la source.

De nombreux rituels existaient et ont été suspendus avec la modernisation du bassin et sa fermeture par une grille. La question est de savoir si ces rituels peuvent réapparaître dans le contexte actuel et si oui, sous quelle forme.

Le récit historique du détournement de l’Aïn Aqdim de Tiznit

Cet enregistrement sonore a été fait lors d’un atelier participatif sur le devenir du périmètre irrigué de Targa.

L’homme, après avoir ostensiblement frappé son bras gauche avec sa main droite en répètant « à Targa, il faut de l’eau et des bras », demande expressément à rappeler l’histoire de la source.

Il commence ainsi : « au début, il n’y avait que la source ancienne, l’Aïn Aqdim, qui permettait d’irriguer les deux partie de Targa, Targa n’Zit et Targa n’Oussengar ».

Ensuite, il raconte l’histoire comme elle est décrite dans les archives coloniales sur le conflit entre le caïd des Oulad Jerrar et les habitants de Tiznit suite à la découverte par hasard du chenal karstique de la source de Tiznit, quatorze kilomètres en amont par un agriculteur.

 

Le conflit sur la source entre les habitants de Tiznit et les Oulad Jerrar de 1912 à 1922

Extrait de La monographie de la tribu des Ahl Tiznit rédigée par le capitaine de La Boissière en 1940.

Au sein de cette monograhie se trouve un passage détaillant le conflit entre les habitants de la ville de Tiznit et les habitants de l’amont les Oulad Jerrar.

La source de Reggada, n’est pas à proprement parler un point d’eau des Ahl Tiznit puisqu’elle naît en tribu Ouled Jerrar à 14 km au sud de Tiznit. Cependant, étant donné qu’elle irrigue la palmeraie et l’oliveraie de Tiznit, il n’est pas permis de la passer sous silence. Son débit partiel est de 40 litres par seonde. Il a été sensiblement amélioré par la mise sous buses en 1940 du canal d’adduction.

L’Aïn Agdim, se présente sous la forme d’une guelta, reliée par une khettara à l’oliveraie du souq el Khemis. Elle communique avec le source de Reggada ainsi que le met en lumière l’anecdote suivante :

  » En 1912, le caïd Abdesselam Nid Bourhim avait le le commandement des Oulad Jerrar. Un fellah forait un puits au lieu-dit El Bnaouer, à Reggada. A une quinzaine de mètres de profondeur, il entendit sourdre une source. Il en rendit compte au caïd Jerrari. On ouvrit une khettara qui rencontra le cheminement d’une source. C’était la tête de source de l’Aïn Aqdim de Tiznit. Le caïd Abdesselman l’ayant asséchée, Ma El Aïnin qui résidait alors à Tiznit obtient de Jerrari qu’il rétablisse le statu quo ante. A l’arrivée du khalifat Ben Dahan, l’eau fut asséchée à nouveau par les Oulad Jerrar. Ce personnage fut remplacé par le Goundafi, ennemi personnel du Jerrari. L’eau fut à nouveau coupée par ce dernier, asséchant complètement la source de Tiznit. Le pacha El Goundafi leva immédiatement une harka pour marcher sur Talaïnt. Le capitaine Justinard alors en résidence à Tiznit, s’interposa et engagea le Jerrari à conclure un arrangement amiable avec le Goundafi, faute de quoi le Makhzen soutiendrait le pacha de Tiznit dans son différent avec le caïd Ayad. A contre coeur, le Jerrari cédé et les sahab  du pacha accompagnés de maallemin, allèrent à Reggada rétablir l’ancien état des choses. Depuis lors, l’eau ne fut plus jamais coupée ».

Agriculture familiale : transformation et continuité

Le périmètre de Targa est dominé par une agriculture familiale.

Les exploitations de petite taille sont dédiées à la polyculture. Le découpage historique entre Targa n’Zit (le périmètre irrigué des oliviers, à l’ouest de l’oued Toukhsine) et Targa n’Oussenghar (le périmètre irrigué du maïs à l’est de l’oued Toukhsine)  a été profondément modifié depuis les années 1970. La culture de l’oliviers s’est déplacée sur la rive orientale tandis que désormais la rive occidentale a été progressivement abandonnée pour se développer plus au nord.

Aujourd’hui, les agriculteurs mettent en oeuvre une culture étagée mêlant arboriculture (oliviers majoritairement), céréaliculture et maraîchage.

Assolement du périmètre irrigué de Targa observé en mars 2015.

Assolement du périmètre irrigué de Targa observé en mars 2015.

Il existe autant de mise en oeuvre que d’exploitant, chacun élaborant un système productif spécifique selon la taille de ces parcelles, la disponibilité de l’eau et le nombre de membre de la famille impliqués.

Ici, sur la parcelle irrigué de façon gravitaire est décomposée en casiers. Les buttées sont plantées de maïs destiné à l’ensilage animal tandis que le casier est dédié à des herbacées (menthe, coriandre) ou à des tubercules. A une centaine de mètres, un autre agriculteur privilégie des parcelles entières de maïs à haut rendement, irrigués en goutte en goutte, dont les épis sont vendus à des marchands ambulants qui les proposent grillés sur le souk et dans la ville et dont le reste de la plante est ensilé pour l’alimentation bovine.

Cependant, il apparaît un modèle désormais dominant qui est l’élevage bovin laitier. Les parcelles sont ensemencées de luzerne afin de nourrir des vaches laitières en stabulation. Si certains vendent le lait et surtout le petit lait au nord de la médina, la plupart s’est regroupée au sein d’une coopérative qui appartient au réseau COPAG et qui commercialise ses produits à l’échelle nationale sous la marque Jaouda. Le litre de lait leur est acheté à 4 dhs (soit 0,35 centimes d’euros), si bien que 3 à 4 vaches permettent de faire vivre un ménage.

 

Visée du carnet Zerka

Le carnet aura pour fonction principale de permettre un travail de réseau entre des équipes éloignées géographiquement.

Il permettra de soumettre à la connaissance et à la discussion à la fois des données de terrain, des documents d’archive et des hypothèses de travail. Une place importante sera faite aux données audiovisuelles.

Enfin, le carnet servira de point de croisement entre divers projets connexes (renvoi à d’autres carnets d’hypothèses, blogs de recherche, publications, etc.) qui seront mis en évidence comme autant de caisses de résonance permettant d’appuyer ou d’orienter la recherche en cours.