Tous les articles par David Goeury

Anthropologie de l’irrigation : les oasis de Tiznit au Maroc par Toufik Ftaïta

Ftaita Toufik, Anthropologie de l’irrigation : les oasis de Tiznit au Maroc, Paris : L’Harmattan, 2006.

Cet ouvrage de référence issu d’une thèse de doctorat pose l’ensemble des enjeux lié à l’irrigation. Toufik Ftaïta décrit l’ensemble des techniques afin de mieux donner à comprendre les enjeux politiques et les confits liés aux eaux souterraines. Même si le propos est plus particulièrement attaché à la localité de Oulad Jerrar à 14 km au sud de Tiznit, l’ouvrage propose constamment une mise en perspective régionale.

Nous retiendrons ici quelques éléments clefs :

– L’oasis est consubstantielle d’une organisation politique spécifique (p.143 à 166) s’appuyant sur un droit coutumier extrêmement précis et des négociations constantes entre les différentes parties prenantes.

– Les mutations contemporaines et l’équipement en motopompe amènent à reconfigurer l’ensemble des relations politiques, économique et sociales sans pour autant abolir les pratiques historiques.

En ce sens, la lecture de l’ouvrage doit être compléter par la lecture des articles de Toufik Ftaïta et tout particulièrement celui de 1999.

En effet, dans cet article Toufik Ftaïta décrit les mutations de l’usage de l’eau d’irrigation issue de la source de Reggada dans le contexte de l’urbanisation de la ville de Tiznit. Outre l’analyse, le texte a aujourd’hui une dimension historique, l’auteur décrivant les nouvelles relations entre les agriculteurs et les pouvoirs publics mais surtout les mutations de l’activité agricole. Ainsi, si l’eau d’irrigation historique est détournée au profit de la consommation urbaine, les ayants droits peuvent alors bénéficier à titre de compensation des eaux usées, mais ces dernières sont souvent exploitées brutes. On assiste alors un changement complet de paradigme.

Continuer la lecture de Anthropologie de l’irrigation : les oasis de Tiznit au Maroc par Toufik Ftaïta

Mémoire et réhabilitation de la source historique

Enfant lisant le panneau de présentation de la source historique de Tiznit
Enfant lisant le panneau de présentation de la source historique de Tiznit

Dans le cadre du projet de réhabilitation, des panneaux signalétique bilingues de présentation du centre historique de la ville ont été installés. L’enfant lit ici attentivement le panneau présentant les étapes historiques d’aménagement successifs de la source depuis la période coloniale.

L’absence d’information accessible au grand public a marginalisé le lieu. Désormais, les habitants et les visiteurs se réapproprient l’histoire des lieux à l’image de cet enfant qui a lu le panneau durant une dizaine de minutes.

le mythe de fondation de Tiznit dans une archives de 1580, traduite par Léopold Justinard

Extrait du Kennach signé par Brahim ben Ali ben Abdallah el Hassani daté de 988 de l’Hégire (1580 calendrier grégorien) et traduit par Léopold Justinard et publié en 1933 sous le titre “Notes sur l’histoire du Sous au XVIe siècle. I.-Sidi Ahmed ou Moussa. II.- Carnet d’un lieutnant d’Al Mansour”, Archives marocaines XXIX.

Une femme de grande beauté était connue pour sa mauvaise conduite. Elle vécut longtemps de cette façon, amassant de grands biens. Quand Dieu voulut lui pardonner ses péchés, il fit descendre le repentit dans son coeur. Elle se repentit d’un coeur sincère, pleura ses péchés et s’expatria jusqu’à un lieu ou est bâti Tiznit.

C’est dans une terre blanche, sans eau et sans arbre, rien que beaucoup de jujubiers. Elle s’y arrêta et creusa la terre de ses mains pour trouver l’eau, voulant bâtir une mosquée. Puis elle piocha un certain temps et une source abondante jaillit. Alors elle bâtit la grande mosquée des Id Dlaha, la première construction de Tiznit, qui fut nommé de son nom. Elle avoua qu’elle avait commis l’adultère et Dieu lui pardonna. Elle resta dans cette grande mosquée à adorer Dieu Très Haut qui l’a favorisée de grands miracles.

C’était en choual de l’an 800 (soit 1397 calendrier grégorien).

Visites nocturnes en famille ou entre amies à la source historique durant le mois de Ramadan

Femmes au contact de l’eau de l’Aïn Aqdim, un soir de Ramadan 2015

Ce court extrait a été pris incidemment vers 10h30 un soir de ramadan. Un groupe de femme s’est approchée de la source pour s’y laver les mains, les avant-bras et le visage. Nous ne souhaitons pas ici formuler une interprétation abusive. Nous notons seulement que le nouveau dispositif architectural avec le bassin surplombant la chute d’eau permet aux habitants et visiteurs de renouer avec le contact de l’eau de la source.

De nombreux rituels existaient et ont été suspendus avec la modernisation du bassin et sa fermeture par une grille. La question est de savoir si ces rituels peuvent réapparaître dans le contexte actuel et si oui, sous quelle forme.

Flore sur les terres abandonnées de Targa n’Oussengar

Le récit historique du détournement de l’Aïn Aqdim de Tiznit

Cet enregistrement sonore a été fait lors d’un atelier participatif sur le devenir du périmètre irrigué de Targa.

L’homme, après avoir ostensiblement frappé son bras gauche avec sa main droite en répètant “à Targa, il faut de l’eau et des bras”, demande expressément à rappeler l’histoire de la source.

Il commence ainsi : “au début, il n’y avait que la source ancienne, l’Aïn Aqdim, qui permettait d’irriguer les deux partie de Targa, Targa n’Zit et Targa n’Oussengar”.

Ensuite, il raconte l’histoire comme elle est décrite dans les archives coloniales sur le conflit entre le caïd des Oulad Jerrar et les habitants de Tiznit suite à la découverte par hasard du chenal karstique de la source de Tiznit, quatorze kilomètres en amont par un agriculteur.