Tous les articles par David Goeury

La source bleue : La cour de la ville

Par Noha Gamal Saïd

Ecouter pour comprendre la configuration sonore de cet espace.

La source est un espace phoniquement particulier : il s’oppose à la hiérarchie sonore de la médina. De la maison, au derb, en passant par la rue, l’avenue et enfin la place, il existe un processus d’intensification des activités et de la circulation qui se traduit par un gradient sonore allant du calme dans l’espace semi privé jusqu’au tumulte des espaces publics les plus fréquentés. Le feutré des cours intérieures et des impasses s’oppose au bruit des places et des rues commerçantes. Or au sein du dispositif sonore de la médina, l’Ain Zerka apparaît comme un lieu singulier.

Continuer la lecture de La source bleue : La cour de la ville

Parcours sonore autour de la source

Ce parcours sonore vient compléter le texte « La source bleue : La cour de Tiznit ».

Il s’agit ici de proposer une série d’écoutes alternant les trajets vers la source ou depuis la source et les point d’arrêts. Les enregistrements ont été réalisés par Noha Gamal Saïd du 21 au 23 septembre 2015.

Ces extraits participent de la constitution des archives sonores de l’ambiance urbaine de la médina de Tiznit.

 

Parcours sonore réalisé par Noha G. Saïd
Parcours sonore réalisé par Noha G. Saïd

Pc 1 : Parcours : de la rue à la source.

Continuer la lecture de Parcours sonore autour de la source

Séminaire Agricultures, territoires et développement durable du CIST, le 26 novembre 2015

Date 26 novembre 2015 // 14:00 – 17:00

Cette séance du séminaire de l’axe Agricultures, territoires et développement durable du Collège international en sciences du territoire se tient au centre CNRS,2 rue Valette, Paris 5e

– David Goeury (chercheur associé au Centre Jacques Berque, Rabat) – Histoire, mémoire et devenir du périmètre irrigué de Targa (Tiznit, région Sous-Massa, Maroc). Quelle place pour l’agriculture urbaine dans une région d’agriculture intensive ?

Continuer la lecture de Séminaire Agricultures, territoires et développement durable du CIST, le 26 novembre 2015

phonomatopée. Comment rendre compte d’une ambiance ? Comment en donner une représentation significative ?

Par Alia Ben Ayed, Joseph Brunet-Jailly et Laurent Valdès.

Il nous a été demandé d’analyser l’ambiance de l’esplanade devant la mosquée Sunna. Il faut bien dire que nous ne savions pas trop comment nous y prendre.

Image satellite de Tiznit en 2015

Ce fut donc d’abord un moment d’errance, chacun se laissant porter par l’ambiance et par ses premières impressions. Pour l’un : qui vient là ? Beaucoup de femmes voilées, la plupart dans des tissus colorés, mais quelques-unes en noir, ne laissant apparaître que les yeux sombres, comme des oiseaux de malheur. Pour l’autre, ce qui est frappant à première vue, ce sont les couleurs chatoyantes des melhfa… Puis, peu à peu on se met au diapason, on remarque que les premières impressions ne sont pas complètes (par exemple, il y aussi des hommes, et d’ailleurs des hommes d’âges divers, et aussi des couples avec enfants, etc.) ; enfin on ne fait plus qu’un avec l’atmosphère, on est vraiment attentif, alors que les premières impressions nous submergeaient. Dans un second temps on est donc prêt à prendre distance, on cherche à identifier des prégnances, des densités différentes, des nuances de grain,…. Il reste à les exprimer.

Quel est donc ce lieu ? Dès notre arrivée sur l’esplanade de la mosquée [1], une vaste étendue dallée, on se trouve au milieu d’une présence bigarrée de femmes, d’enfants, de quelques couples, mais également de quelques hommes, jeunes et moins jeunes, qui se partagent naturellement l’espace. La plupart sont assis sur les bancs, quelques femmes sont accroupies au pied de la mosquée, d’autres enveloppées dans leur melhfa se prélassent autour de la fontaine [2] qui n’est pas en eau. De l’autre côté du boulevard [5] des femmes simplement voilées promènent leurs enfants dans des poussettes et ne semblent pas hésiter à montrer leur visage. Un groupe compact se tient près des arrêts des bus [8]. De l’autre côté, au nord, un parc à la végétation chétive [3], avec un mobilier sommaire, des allées bétonnées, paraît faiblement fréquenté. Plus avant un café [4] à l’ombre des ficus, le café Europe (!), est occupé par une clientèle exclusivement masculine qui sirote le thé en contemplant la rue comme si c’était un spectacle inoubliable. En traversant le boulevard, au nord-est, se trouve une large promenade, avec une fontaine désertée [5] (qui n’est pas en eau elle non plus, mais qu’un homme nettoie activement à l’eau et à la brosse), et que borde un jardin [6] à la végétation dense, très verte celle-ci, dans laquelle nichent quantité d’oiseaux chahutant. Au bout de l’allée de graviers, un petit espace équipé de jeux d’enfants s’anime beaucoup dès le coucher du soleil. De retour sur la promenade, tout près de la station de bus, trois ou quatre groupes de joueurs de dames –et de spectateurs passionnés– installés sous les ficus, assis sur les dalles soigneusement nettoyées pour servir d’échiquier, paraissent très concentrés sur leur partie [7]. En bouclant le parcours par un retour vers la fontaine, on y trouve cette fois un nombre beaucoup plus important d’enfants, jouant avec l’eau pourtant stagnante

Après ce premier tour d’horizon, nous décidons de prendre le temps de faire le point, nous nous installons à une terrasse de café sur la place Mechouar. Un fond de plan croqué au feutre nous sert de repère sur lequel appuyer nos échanges. On confronte les récits, les ressentis des uns et des autres, on réévalue les sensations, on les ajuste,…. Comment les exprimer, quelle forme donner à notre compte-rendu ?

Il s’agit donc de trouver un moyen pour élaborer une cartographie d’ambiance. Peut-être un graphisme ? Un plan ?

Un plan, représentation objective, dimensionnée, codée, serait aveugle à nos ressentis. Un plan est totalisant, c’est le champ intégral, y compris des endroits non parcourus. Or nous cherchons à représenter une impression subjective partagée lors d’un parcours.  Le plan nous est utile pour communiquer entre nous, il reste un document de travail, mais ne peut constituer le support de notre restitution. Alors, une coupe ?

Une coupe, au contraire, serait peut-être plus à même de rendre compte d’un parcours éprouvé dans l’espace. Le pli du plan devient d’une certaine manière un « chant » de celui-ci, son épaisseur, sa face la moins large, notre trajectoire : de ce renversement peut naître la coupe et son écriture.

Comment figurer sur cette coupe l’ambiance globale et les dimensions singulières qui la constituent ? Il faut certainement rendre compte de la qualité des matériaux parcourus et de la spécificité des sons éprouvés, de la granularité de ce qui constitue le fond ambiantal propre à chaque moment du parcours. Nous envisageons de mettre en œuvre une typographie dont le style exprimerait visuellement  et symboliquement le grain d’une atmosphère sonore. Des phonèmes ? Des onomatopées ? En effet, au-delà de sa forme, la sonorité de la lettre, ou du groupe de lettres, pourrait contribuer à faire entendre les divers sons produits et les activités auxquelles ils renvoient. Autrement dit la signature sonore de l’espace.

Travailler sur l’aspect sonore de l’ambiance s’est donc imposé à nous comme une évidence. En effet, une capture vidéo nous a semblé difficile à envisager, elle aurait risqué de modifier la nature même de ce qu’on cherchait à enregistrer. De même, l’usage de la photo aurait échoué à saisir la dimension vibratile de l’ambiance. Enfin, un simple enregistrement sonore ne rendrait pas compte de la qualité de notre écoute sensible, sollicitée par les sonorités singulières qui se manifestent : il faut à l’évidence rendre compte des sons, mais aussi des sensations qu’ils créent chez les promeneurs que nous sommes. 

Il nous vient alors à l’esprit d’écrire une partition qui donnerait une représentation graphique, une image qui symboliserait notre écoute active. Une partition dont les pas seraient la mesure, au sens musical, et sur laquelle s’inscriraient les diverses couches de « phonomatopées ». La phonomatopée serait un agencement de lettres permettant d’interpréter un son éprouvé, et se situant à mi-chemin entre le phonème et l’onomatopée. Ces phonomatopées seraient donc les plus petits éléments phoniques significatifs du fonds sonore en question et deviendraient le lexique de notation de cette partition. La forme visuelle de cette partition sera alors un agencement de phonomatopées, où des indications de volume, de densité, d’amplitude, de tonalité, de fondu, de coupure, de dynamique seront signifiées par les registres propres à la typographie d’une part (graisse et taille des caractères), et par la distribution et la composition des éléments dans l’espace de la page (calligramme), d’autre part.

Cependant, on s’aperçoit aussi qu’en dépit de son intérêt, une coupe ne peut rendre compte que d’une portion droite, étroite du parcours. Pour mieux matérialiser la totalité du cheminement, l’idée d’une boucle se dessine. Elle nous permettra également de retranscrire la dynamique des situations. Elle constituera le modèle d’observation qui, selon le moment où on le mettra en œuvre, et aussi souvent que nécessaire, pourra révéler tant l’ambiance du lieu à un moment donné que son évolution dans le temps. Ainsi chaque boucle et sa retranscription en partition rendra compte d’états à des moments spécifiques.

Une fois le premier modèle constitué, à partir des éléments mémorisés lors de la découverte du site, un retour sur le terrain s’imposait pour le valider. Parcourant la boucle dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, nous nous sommes alors attachés à capturer les identités des signaux composant l’ambiance sonore. Nous avons ainsi construit un répertoire de matériaux sonores à transcrire en phonomatopées. Parallèlement nous avons documenté d’une capture photographique les enregistrements sonores, mais seulement pour que, au moment de leur réécoute en laboratoire, nous puissions situer ces derniers avec précision le long du parcours. À l’issue de cette réécoute, notre répertoire s’est affiné pour s’approcher au plus près des sons recueillis in situ.

Afin de pouvoir retranscrire plusieurs partitions correspondant à différents moments de la journée, nous avons enregistré plusieurs boucles de manière sonore et vidéo. La vidéo filme seulement les pas sur les différents sols parcourus, alors qu’un micro directionnel enregistre spécifiquement le son des pas correspondant et qu’une paire de micros stéréo enregistre les sons des espaces traversés. Ainsi la mesure de la partition sera fixée de façon précise et assurera la comparabilité des boucles parcourues à des moments différents.

La boucle A

La boucle B

La boucle C

La boucle D

 

En opérant ces allers-retours entre terrain et mémoire du terrain, nous avons pu construire pas à pas une représentation de plus en plus fine de l’expérience. L’enjeu de l’opération consiste à représenter l’écoute au moyen d’un modèle ajusté à chaque fois à notre mémoire de l’expérience, et que nous éprouvons sur le terrain pour qu’il nourrisse en retour notre démarche interprétative. Le modèle s’affine au fur et à mesure de notre expérience, nous révélant d’autant mieux le terrain, et ainsi de suite…..

Participation à la conférence internationale Mistrals du 20 au 22 octobre 2015

Les principaux questionnements du programme Zerka ont été présentés sous la forme d’un poster du 20 au 22 octobre 2015 à Marseille lors de la conférence internationale Mistrals.

Deux journées ont permis de présenter les résultats des principaux programmes et une journée a été dédiée aux perspectives de recherche pour les cinq années à venir.

Poster présentant les principales orientations du programme Zerka.
Poster présentant les principales orientations du programme Zerka.

Programme du séminaire Zerka à Tiznit du 21 septembre au 25 septembre 2015

Lundi 21 septembre : Explorations

(Tiznit : source Ain Aqdim, palmeraie, espaces publics).
Matinée : Etude de la source historique et du périmètre irrigué de Tiznit (traversée de la médina/ circulation à pied)
Après-midi : discussions sur premières impressions sensibles
Soirée : Récoltes d’impressions sensibles dans la ville ou la palmeraie (en groupes)

Mardi 22 septembre : Travail comparatif

(source de Talaïnt, kasbah Oulad Jerrar et Tiznit). 
Matinée : Visite d’un site extérieur : source de Talaïnt, kasbah Oulad Jerrar
Après-midi : discussions sur éléments comparatifs
Soirée : Organisation de parcours commentés (Tiznit)

Mercredi 23 septembre : Ateliers

Matinée : Ateliers de travail sur différentes échelles : rues, places, jardins publics, palmeraie (Tiznit)
Après-midi : continuité des ateliers

Jeudi 24 septembre : Observation

Journée consacrée à l’observation de l’Aïd el Adha (rituels, espaces privés, espaces publics)

Vendredi 25 septembre : Atelier de conclusion

Matinée : Atelier bilan et mise en perspective de la recherche
Après-midi : Compléments d’enquête

Aménagement successifs de la source historique des années 1920 aux années 1970

La source historique de Tiznit est une résurgence karstique qui a été aménagée en bassins afin de permettre son prolongement sous la forme d’une séguia (canal) à même d’irriguer l’oasis.

Les premières images prises à la colonisation montrent deux bassins successifs et le canal d’irrigation aérien.

Source de Tiznit début années 1920

A la colonisation, la sources est réaménagée. Le bassin est élargi et approfondi. Des escaliers permettent alors l’accès au nouveau bassin. Le canal de la source est alors au pied des marches.

La source de Tiznit après son réaménagement dans les années 1930

Les escaliers facilitent alors l’accès à la source. Les femmes font ainsi leurs lessives dans le nouveau bassin.

Continuer la lecture de Aménagement successifs de la source historique des années 1920 aux années 1970

Réhabilitation de la source historique Aïn Zerka

Conserver son âme à la cité de Tiznit est une véritable gageure. Classée comme cité jardin saharienne à la période coloniale, aujourd’hui, elle subit une pression démographique galopante. Il s’agit donc de réinvestir quelques lieux emblématiques pour y  insuffler une vie nouvelle porteuse d’avenir (extraits du blog de Salima Naji http://www.salimanaji.org ).

L’actuelle  mise en valeur du site de Ain Aqdim traduit une volonté récente de rendre lisible l’histoire de la médina. Son noyau originel fait ainsi l’objet d’une réhabilitation s’accompagnant de plusieurs projets culturels qui gravitent autour de cette fameuse source. Chaque choix, chaque matériau, chaque forme choisie, volumétrie ou dispositif, ont été motivés par une volonté de vérité, d’honnêteté vis-à-vis du site ou de lisibilité de son histoire.

ADSC_0355,

Continuer la lecture de Réhabilitation de la source historique Aïn Zerka

Ain Aqdim au coeur de la médina Tiznit, retrouver les origines de la ville par Salima Naji

L’Unesco (article extrait du blog de Salima Naji http://www.salimanaji.org ) reconnaît les paysages culturels comme des «ouvrages combinés de la nature et de l’homme». Les paysages culturels illustrent l’évolution de la société et des établissements humains au cours des âges, sous l’influence de besoins, atouts et contraintes liés à l’environnement naturel et aux forces sociales ou économiques successives, voire cultuelles ou culturelles.

Or, la ville de Tiznit a connu de profondes transformations depuis la fin du XIXe siècle. Ain Aqdim «la source ancienne» appelée souvent en français «Source bleue » (Ain Zerka dans les guides touristiques), aurait pu être mieux traduite par  « la première source ». Elle est, en effet, à l’origine d’une palmeraie entretenue par l’homme pour devenir progressivement des jardins. Ces jardins étaient nombreux encore au début du siècle, quelques décennies après que le Sultan My Hassan Premier ait fait édifier les remparts de Tiznit.

La cité en 1918, 36 ans après l’édification des remparts reste encore dominée par les activités agricoles. Les noyaux villageois ne sont pas fondu dans un nouveau tissu urbain.

Ce plan reprend la restitution du capitaine Reboul en 1918. La ville se limite alors aux murailles sultanienne et enserre encore de nombreux jardins.
Ce plan reprend la restitution du capitaine Reboul en 1918. La ville se limite alors aux murailles sultaniennes et enserre encore de nombreux jardins.



Continuer la lecture de Ain Aqdim au coeur de la médina Tiznit, retrouver les origines de la ville par Salima Naji

Tiznit en 1971 : photo aérienne

 

Les années 1970 marquent une transformation radicale de la ville de Tiznit. Celle-ci devient un chef-lieu de province en 1975 et connaît alors une très forte croissance démographique.

Une ville nouvelle est progressivement bâtie à l’ouest de l’ancienne médina pour accueillir toutes les administrations, les logements des fonctionnaires et un nouveau quartier commercial.

La ville de Tiznit sort alors de ces limites historiques : les murailles sultaniennes édifiées à partir de 1882.

Par ailleurs, l’eau de la source de Reggada est progressivement détournée de la palmeraie au profit des nouveaux quartier et de l’eau potable. Le périmètre irrigué historique connaît alors une profonde mutation. L’oliveraie est abandonnée tandis que de nouvelles exploitations plus au nord se développent grâce à l’équipement des puits historiques avec des motopompes.

L’image aérienne ci-dessous présente un ultime état des lieux avant ces changements.

Photo_aerienne_Tiznit_1971

La ville nouvelle reste encore très modeste alors qu’en revanche le périmètre irrigué se déploie au nord de l’ancienne médina.

Il est possible de clairement distinguer l’oliveraie, Targa n’Zit, de Targa n’Oussenghar, où sont cultivées céréales et légumineuses.