Tous les articles par David Goeury

Parcourir la Corbeille : cheminer avec l’érosion après l’inondation

Par Irène Carpentier, David Goeury, Zakaria Kadiri

La corbeille de Nefta est une palmeraie enserrée au coeur d’un cirque de sable d’un kilomètre de largeur. En dessous de cette strate de sable, une couche d’argile étanche générait de multiples résurgences, jusqu’à 152 sources, selon les dires. Mais le percement de cette couche d’argile par des forages profonds à mis fin à ce phénomène naturel.

Aujourd’hui, la corbeille reste un lieu important de la mémoire locale et a fait l’objet d’un projet d’écotourisme depuis 2008. Bien qu’elle ne doive sa survie qu’à une série de forages profonds (plus de 140 mètres) aussi bien pour irriguer les 20 ha de terres, que pour remplir le vaste bassin de son extrémité orientale, elle a été présentée par les autorités et les bailleurs de fonds internationaux, comme un nouveau modèle de tourisme oasien en Tunisie, suite à des aménagements financés, par la principauté de Monaco entre autres. La crête est dominée par les hébergements qui se revendiquent plus ou moins écologiques, du fait de leur vue plongeante sur cet écrin de verdure. Chaque hôtel ou maison d’hôte assure sa promotion à travers la Corbeille, les qualificatifs ethno-environnementaux sont démultipliés dans de large articles d’auto-promotion touristique.

Or, une visite de terrain le 19 octobre 2016, nous a poussé à regarder autrement ce site largement mis en scène dans les médias. En effet, mardi 27 septembre, en 90 minutes, 74 millimètres de pluie se sont abattus sur la ville. Soit la plus forte averse depuis cinq ans. Les bassins versants se sont couverts de ravines, le sable s’est engouffré dans le lit des oueds et est venu recouvrir une grande partie des aménagements touristiques ainsi que certaines parcelles agricoles. L’aléa climatique joue un rôle de révélateur de la fragilité des dispositifs et des discours. Coulées de sables, structures arrachées, eaux stagnantes, déchets déplacés, sont autant de stigmates d’une réalité bien moins heureuse que celle projetée par des manipulateurs de symboles que sont les professionnels du tourisme, les désigners à la mode et autres ONG de développement local.

Continuer la lecture de Parcourir la Corbeille : cheminer avec l’érosion après l’inondation

Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Par Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Nefta, oasis historique du Jérid, reste parmi les plus prestigieuses de Tunisie. Cependant, la palmeraie est loin d’être uniforme et connaît des dynamiques différentes entre le site historique de Ras el Aïn (appelé aussi la Corbeille), et les extensions périphériques modernes.

Il s’agit ici de revenir sur deux visites de parcelles afin d’illustrer la construction d’une opposition discursive entre des sites oasiens dits historiques et des espaces plus récents dominés par le modèle productiviste.

En effet,  les associations de protection et de valorisation se multiplient dans les espaces oasiens les plus anciens, caractérisés par un fort morcellement et une certaine déprise agricole. Ces associations tentent de redéployer une activité autour de la singularité de ces sites et de leur biodiversité. D’autre part, des logiques de spécialisation et d’intensification capitalistique sont à l’oeuvre, en particulier sur les parcelles les plus éloignées du coeur historique.

Continuer la lecture de Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Subtile porosité

Par Alia Ben Ayed, Noha Gamal et Jean-Paul Thibaut

Une expérience sensible menée dans le quartier historique d’El Algama, engageant davantage notre attention sonore, nous amène à reconsidérer la représentation que nous avions des lieux. Nous sommes constamment sollicités par des sonorités, composées au gré des événements, de chants d’oiseaux, de pétarades de mobylettes, de claquements de sabots de mulets traînant leur charrette, de paroles, de rires, de jeux d’enfants. Ses sonorités colorent le parcours, le rythment,  reconfigurent sa géométrie, modifient parfois sa plasticité lorsque les formes sonores débordent au-delà des limites proprement construites.

Continuer la lecture de Subtile porosité

Nefta : une corbeille de sons

Par Abdelaziz Barkani, Noha Gamal et Jean-Paul Thibaud

Nefta, un matin d’octobre. Tu es sur la terrasse de l’hôtel Dar Hi et ton regard s’étale à l’horizon. Un plateau avec différents niveaux creuse une corbeille en contrebas. Une invitation à descendre et à la visiter. Tu descends. Après quelques virages tu te retrouves en bas, sur le chemin de terre. Tu échanges quelques salutations du matin : Bonjour… sabah el Khair… Tu croises les ouvriers déjà au travail et tu continues à descendre. Le calme t’attire et t’enveloppe petit à petit. Un fond de silence sur lequel se diffuse le chant des oiseaux. La verdure te recouvre, les palmiers t’entourent et cachent le ciel. Un écran végétal voile le regard. Tu entends un coq, tu le cherches, tu le localises mais tu ne le vois pas. Ta vue est empêchée, masquée. Par contre tu distingues très clairement la présence sonore des animaux. Expérience acousmatique. Disjonction entre le visuel et le sonore.

Continuer la lecture de Nefta : une corbeille de sons

Le legmi : une menace pour la biodiversité phoenicole, stigmate de la crise de l’agriculture dans la corbeille

 Par Irène Carpentier et David Goeury

Le soir, nous traversons la palmeraie avec le président du GDA, membre du bureau exécutif de l’Agdor (Association de gestion durable de l’oasis de Ras el Aïn). Il se positionne comme un propriétaire responsable. En tant que petit propriétaire, il critique à la fois les propriétaires absentéistes et les khammess en cherchant à se distinguer par son engagement civique pour l’agriculture dans la corbeille.

Lors d’un très long entretien, qui vient compléter un entretien déjà mené par Irène Carpentier en avril 2016, il pose trois questions :

– Le rapport de responsabilité des agriculteurs à la biodiversité de la corbeille de Nefta. Il oppose la permanence d’un patrimoine agricole et des pratiques opportunistes à court terme

– Les enjeux de la question sociale entre des propriétaires absents et des khammes qui ne seraient pas dans une logique de reproduction du capital phoenologique

– La transformation de la pratique du legmi ou vin de palme (boisson de sève de palmier qui se consomme fraîche ou fermentée) en symbole de la dégradation de l’exploitation des palmiers.  A l’inverse de l’ancienne pratique qui permettait la survie du palmier, les palmiers peu productifs ou de variétés communes sont désormais sacrifiés et remplacés par des deglet nour, permettant le maintien de cette pratique alimentaire et festive traditionnelle. Continuer la lecture de Le legmi : une menace pour la biodiversité phoenicole, stigmate de la crise de l’agriculture dans la corbeille

Programme du séminaire Zerka à Nefta du 19 octobre au 21 octobre 2015

Mercredi 19 octobre 2016 :

Matinée : Visite collective du site de la corbeille de Nefta

Après-midi : Visite collective des projets de réhabilitation du quartier historique de Nefta

Soirée : discussion collective, restitution des impressions, présentation des projets d’observations

Jeudi 20 octobre 2016 :

Matinée : Observations par groupe

Après-midi : Ateliers d’analyse et d’écriture

Fin d’après-midi : Atelier dirigé par Imen Landolsi sur le projet Dar Hi et les ambiances oasiennes

Soirée : Restitution des observations et perspectives d’analyse

Vendredi 21 octobre 2016 :

Matinée : Observations par groupe

Après-midi : Ateliers d’écritures pour le carnet de recherche Zerka

Soirée : Discussion collective sur les apports méthodologiques et les perspectives du collectif

Programme du colloque “Quelles ambiances urbaines dans les oasis du sud de la Méditerranée?” Sidi Bou Saïd, 17 et 18 octobre 2016

Le colloque est ouvert au public dans la mesure des places disponibles après inscription à travers le questionnaire en ligne suivant.

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeWGUKZXJ4LJx7etBu9WIgC8zPKo0YGPvkHL7iKRCMD8ZoG4g/viewform 

Toute personne non inscrite ne pourra pas être accueillie.

 

Lundi 17 octobre 2016

à l’hôtel Sidi Bou Saïd

9H00 Accueil

Marc Breviglieri (CRESSON Grenoble, HETS-GenèveHES.SO) / David Goeury (ENeC, Paris Sorbonne)

Conférences inaugurales

“L’oubli dans la cité: retour en mémoire”. Jocelyne Dakhlia (EHESS, Paris)

“Un espace public oasien retrouvé? Quelques leçons de projets de réhabilitation dans les oasis du Sud marocain”. Salima  Naji (CJB, Rabat)

“Chebika et ce qu’il en reste”. Imed Melliti (IRMC, Tunis) Continuer la lecture de Programme du colloque “Quelles ambiances urbaines dans les oasis du sud de la Méditerranée?” Sidi Bou Saïd, 17 et 18 octobre 2016

Gestes publics d’appropriation et phénoménalisation progressive d’une ambiance. Autour d’une source sacrée intégrée à la réhabilitation d’une médina (Tiznit, Maroc)

Cet article a été publié dans lors du congrès de Volos sur les ambiances du 21 et 24 septembre 2016.

Il a été co-écrit par Marc Breviglieri et Imen Attia Landoulsi.

Bibliographical reference

Marc Breviglieri, Imen Attia Landoulsi. Gestes publics d’appropriation et phénoménalisation progressive d’une ambiance. Autour d’une source sacrée intégrée à la réhabilitation d’une médina (Tiznit, Maroc). Ambiances, tomorrow. Proceedings of 3rd International Congress on Ambiances. Septembre 2016, Volos, Greece, Sep 2016, Volos, Grèce. p. 105 – 110. ffhal-01404363f

Electronic reference

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01404363/document

Abstract

This  paper  explores  the  hard  question  of  the  appropriation  in construction of a public space, asking the question of gradual phenomenolo‐ gy  of  an  atmosphere.  We  seek  to  show  how  some  ways  and  forms  of appropriation by the use contribute to the progressive and specifical building  of an atmosphere. That’s why our attention was focused on children playing  in a public space.  

Introduction

Cette contribution prend pour axe de réflexion la difficile question de l’appropriation  en devenir d’un espace public, tout en ramenant l’interrogation sur la phénoménalisation  progressive  d’une  ambiance.  En  ce  sens,  et  en  nous  appuyant  sur  une  réalisation architecturale venant d’être livrée au public, nous tenterons de montrer  comment  certaines modalités  d’appropriation  par  l’usage  contribue  à  la  formation  graduelle et spécifique d’une ambiance.  Il  est  question  ici  d’un  espace  public  situé  dans  la  médina  de  la  ville  oasienne  de  Tiznit  au  Maroc.  Cette  médina  fait  l’objet  d’un  plan  d’aménagement  et  de  sauvegarde  pris  en  charge  par  l’architecte  et  anthropologue  Salima  Naji.  L’espace  public dont il sera question dans cette réflexion a pour centre de gravité une source  sacrée, jadis fréquentée à l’occasion de nombreux rituels courants et propitiatoires,  puis  délaissée,  enfin  rendue  au  public  par  la  volonté  même  de  réhabilitation  de  l’architecte.  Originairement  nommée  Aïn  Aqdim  (la  « source  ancienne »,  laissant  entendre qu’elle représente le point d’origine même de la ville), elle fut désignée à  l’époque coloniale, et pour un motif touristique, « source bleue » (Aïn Zerka). À cette  source,  qui  est  un  bassin  d’eaux  de  résurgence  qui  a  pu  approvisionner  plusieurs  jardins de la ville ancienne et alimente encore une partie de la palmeraie, s’attache un mythe fondateur : une femme accompagnée d’un chien, étrangère et venant de  loin,  répondant  au  nom  de  Lalla  Zninia,  aurait  découvert  sous  la  pierre  la  source  d’eau qui fut aménagée en bassin autour duquel des villageois purent se sédentariser (Naji, Boumzgou et Goeury, 2016).    La  source  est  entourée  d’aménités  permettant  l’occupation  paisible  du  lieu  et  l’émergence  de  différentes  activités  qui  gravitent  autour  de  la  présence  de  l’eau.  Une  paroi  de  ruissellement,  donnant l’impression  d’une  petite  cascade,  permet  de  déverser  le  contenu  d’un  plan  d’eau  supérieur  vers  le  bassin  de  la  source.  Des  khettaras  marocaines  (puits  artésiens)  sont  reproduites,  renvoyant  au  système  traditionnel  de  mobilisation  des  eaux  souterraines ;  des  séguias  (canaux  ouverts  d’irrigation)  traversent un jardin composé de plantes endémiques… Depuis le mois  de  ramadan  de  l’année 2015,  la  source  et  son  espace  public  avoisinant  ont  été  nettement réinvestis par les habitants du quartier.  Nos observations de terrain ont permis de développer un ensemble d’interrogations  plaçant en leur centre l’expérimentation d’une ambiance publique se potentialisant à  mesure  que  l’usage  du  lieu  s’y  déploie.  Cette expérimentation a  pour  corollaire  un  nécessaire  mouvement  d’appropriation  depuis  lequel  l’espace  public  de  la  source  sacrée  se  voit  être  de  nouveau  habité,  y  compris  dans  sa  dimension  mythique  et  historique.  Comment  donc  s’est  appréhendé  un  premier  contact,  puis  s’est  de  nouveau tracé le chemin des habitudes qui finit par fonder un ancrage au lieu ? 

Appel à contribution pour le colloque “Quelles ambiances urbaines dans les oasis du sud de la Méditerranée?”, les 17 et 18 octobre 2016 à Tunis

Le 17 et 18 octobre 2016 sera organisé à Tunis, un colloque qui aura pour thématique : quelles ambiances urbaines dans les oasis du sud de la Méditerranée?

Un appel à contribution est donc lancé par le programme Zerka.

Ces contributions peuvent prendre la forme de communication ou de poster scientifiques.

Continuer la lecture de Appel à contribution pour le colloque “Quelles ambiances urbaines dans les oasis du sud de la Méditerranée?”, les 17 et 18 octobre 2016 à Tunis

La source bleue : La cour de la ville

Par Noha Gamal Saïd

Ecouter pour comprendre la configuration sonore de cet espace.

La source est un espace phoniquement particulier : il s’oppose à la hiérarchie sonore de la médina. De la maison, au derb, en passant par la rue, l’avenue et enfin la place, il existe un processus d’intensification des activités et de la circulation qui se traduit par un gradient sonore allant du calme dans l’espace semi privé jusqu’au tumulte des espaces publics les plus fréquentés. Le feutré des cours intérieures et des impasses s’oppose au bruit des places et des rues commerçantes. Or au sein du dispositif sonore de la médina, l’Ain Zerka apparaît comme un lieu singulier.

Continuer la lecture de La source bleue : La cour de la ville