phonomatopée. Comment rendre compte d’une ambiance ? Comment en donner une représentation significative ?

Par Alia Ben Ayed, Joseph Brunet-Jailly et Laurent Valdès.

Il nous a été demandé d’analyser l’ambiance de l’esplanade devant la mosquée Sunna. Il faut bien dire que nous ne savions pas trop comment nous y prendre.

Ce fut donc d’abord un moment d’errance, chacun se laissant porter par l’ambiance et par ses premières impressions. Pour l’un : qui vient là ? Beaucoup de femmes voilées, la plupart dans des tissus colorés, mais quelques-unes en noir, ne laissant apparaître que les yeux sombres, comme des oiseaux de malheur. Pour l’autre, ce qui est frappant à première vue, ce sont les couleurs chatoyantes des melhfa… Puis, peu à peu on se met au diapason, on remarque que les premières impressions ne sont pas complètes (par exemple, il y aussi des hommes, et d’ailleurs des hommes d’âges divers, et aussi des couples avec enfants, etc.) ; enfin on ne fait plus qu’un avec l’atmosphère, on est vraiment attentif, alors que les premières impressions nous submergeaient. Dans un second temps on est donc prêt à prendre distance, on cherche à identifier des prégnances, des densités différentes, des nuances de grain,…. Il reste à les exprimer.

Image satellite de Tiznit en 2015

Quel est donc ce lieu ? Dès notre arrivée sur l’esplanade de la mosquée [1], une vaste étendue dallée, on se trouve au milieu d’une présence bigarrée de femmes, d’enfants, de quelques couples, mais également de quelques hommes, jeunes et moins jeunes, qui se partagent naturellement l’espace. La plupart sont assis sur les bancs, quelques femmes sont accroupies au pied de la mosquée, d’autres enveloppées dans leur melhfa se prélassent autour de la fontaine [2] qui n’est pas en eau. De l’autre côté du boulevard [5] des femmes simplement voilées promènent leurs enfants dans des poussettes et ne semblent pas hésiter à montrer leur visage. Un groupe compact se tient près des arrêts des bus [8]. De l’autre côté, au nord, un parc à la végétation chétive [3], avec un mobilier sommaire, des allées bétonnées, paraît faiblement fréquenté. Plus avant un café [4] à l’ombre des ficus, le café Europe (!), est occupé par une clientèle exclusivement masculine qui sirote le thé en contemplant la rue comme si c’était un spectacle inoubliable. En traversant le boulevard, au nord-est, se trouve une large promenade, avec une fontaine désertée [5] (qui n’est pas en eau elle non plus, mais qu’un homme nettoie activement à l’eau et à la brosse), et que borde un jardin [6] à la végétation dense, très verte celle-ci, dans laquelle nichent quantité d’oiseaux chahutant. Au bout de l’allée de graviers, un petit espace équipé de jeux d’enfants s’anime beaucoup dès le coucher du soleil. De retour sur la promenade, tout près de la station de bus, trois ou quatre groupes de joueurs de dames –et de spectateurs passionnés– installés sous les ficus, assis sur les dalles soigneusement nettoyées pour servir d’échiquier, paraissent très concentrés sur leur partie [7]. En bouclant le parcours par un retour vers la fontaine, on y trouve cette fois un nombre beaucoup plus important d’enfants, jouant avec l’eau pourtant stagnante

Après ce premier tour d’horizon, nous décidons de prendre le temps de faire le point, nous nous installons à une terrasse de café sur la place Mechouar. Un fond de plan croqué au feutre nous sert de repère sur lequel appuyer nos échanges. On confronte les récits, les ressentis des uns et des autres, on réévalue les sensations, on les ajuste,…. Comment les exprimer, quelle forme donner à notre compte-rendu ?

Il s’agit donc de trouver un moyen pour élaborer une cartographie d’ambiance. Peut-être un graphisme ? Un plan ?

Un plan, représentation objective, dimensionnée, codée, serait aveugle à nos ressentis. Un plan est totalisant, c’est le champ intégral, y compris des endroits non parcourus. Or nous cherchons à représenter une impression subjective partagée lors d’un parcours.  Le plan nous est utile pour communiquer entre nous, il reste un document de travail, mais ne peut constituer le support de notre restitution. Alors, une coupe ?

Une coupe, au contraire, serait peut-être plus à même de rendre compte d’un parcours éprouvé dans l’espace. Le pli du plan devient d’une certaine manière un « chant » de celui-ci, son épaisseur, sa face la moins large, notre trajectoire : de ce renversement peut naître la coupe et son écriture.

Comment figurer sur cette coupe l’ambiance globale et les dimensions singulières qui la constituent ? Il faut certainement rendre compte de la qualité des matériaux parcourus et de la spécificité des sons éprouvés, de la granularité de ce qui constitue le fond ambiantal propre à chaque moment du parcours. Nous envisageons de mettre en œuvre une typographie dont le style exprimerait visuellement  et symboliquement le grain d’une atmosphère sonore. Des phonèmes ? Des onomatopées ? En effet, au-delà de sa forme, la sonorité de la lettre, ou du groupe de lettres, pourrait contribuer à faire entendre les divers sons produits et les activités auxquelles ils renvoient. Autrement dit la signature sonore de l’espace.

Travailler sur l’aspect sonore de l’ambiance s’est donc imposé à nous comme une évidence. En effet, une capture vidéo nous a semblé difficile à envisager, elle aurait risqué de modifier la nature même de ce qu’on cherchait à enregistrer. De même, l’usage de la photo aurait échoué à saisir la dimension vibratile de l’ambiance. Enfin, un simple enregistrement sonore ne rendrait pas compte de la qualité de notre écoute sensible, sollicitée par les sonorités singulières qui se manifestent : il faut à l’évidence rendre compte des sons, mais aussi des sensations qu’ils créent chez les promeneurs que nous sommes. 

Il nous vient alors à l’esprit d’écrire une partition qui donnerait une représentation graphique, une image qui symboliserait notre écoute active. Une partition dont les pas seraient la mesure, au sens musical, et sur laquelle s’inscriraient les diverses couches de « phonomatopées ». La phonomatopée serait un agencement de lettres permettant d’interpréter un son éprouvé, et se situant à mi-chemin entre le phonème et l’onomatopée. Ces phonomatopées seraient donc les plus petits éléments phoniques significatifs du fonds sonore en question et deviendraient le lexique de notation de cette partition. La forme visuelle de cette partition sera alors un agencement de phonomatopées, où des indications de volume, de densité, d’amplitude, de tonalité, de fondu, de coupure, de dynamique seront signifiées par les registres propres à la typographie d’une part (graisse et taille des caractères), et par la distribution et la composition des éléments dans l’espace de la page (calligramme), d’autre part.

Cependant, on s’aperçoit aussi qu’en dépit de son intérêt, une coupe ne peut rendre compte que d’une portion droite, étroite du parcours. Pour mieux matérialiser la totalité du cheminement, l’idée d’une boucle se dessine. Elle nous permettra également de retranscrire la dynamique des situations. Elle constituera le modèle d’observation qui, selon le moment où on le mettra en œuvre, et aussi souvent que nécessaire, pourra révéler tant l’ambiance du lieu à un moment donné que son évolution dans le temps. Ainsi chaque boucle et sa retranscription en partition rendra compte d’états à des moments spécifiques.

Une fois le premier modèle constitué, à partir des éléments mémorisés lors de la découverte du site, un retour sur le terrain s’imposait pour le valider. Parcourant la boucle dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, nous nous sommes alors attachés à capturer les identités des signaux composant l’ambiance sonore. Nous avons ainsi construit un répertoire de matériaux sonores à transcrire en phonomatopées. Parallèlement nous avons documenté d’une capture photographique les enregistrements sonores, mais seulement pour que, au moment de leur réécoute en laboratoire, nous puissions situer ces derniers avec précision le long du parcours. À l’issue de cette réécoute, notre répertoire s’est affiné pour s’approcher au plus près des sons recueillis in situ.

Afin de pouvoir retranscrire plusieurs partitions correspondant à différents moments de la journée, nous avons enregistré plusieurs boucles de manière sonore et vidéo. La vidéo filme seulement les pas sur les différents sols parcourus, alors qu’un micro directionnel enregistre spécifiquement le son des pas correspondant et qu’une paire de micros stéréo enregistre les sons des espaces traversés. Ainsi la mesure de la partition sera fixée de façon précise et assurera la comparabilité des boucles parcourues à des moments différents.

La boucle A

La boucle B

La boucle C

La boucle D

 

En opérant ces allers-retours entre terrain et mémoire du terrain, nous avons pu construire pas à pas une représentation de plus en plus fine de l’expérience. L’enjeu de l’opération consiste à représenter l’écoute au moyen d’un modèle ajusté à chaque fois à notre mémoire de l’expérience, et que nous éprouvons sur le terrain pour qu’il nourrisse en retour notre démarche interprétative. Le modèle s’affine au fur et à mesure de notre expérience, nous révélant d’autant mieux le terrain, et ainsi de suite…..



Citer ce billet
David Goeury (2015, 30 novembre). phonomatopée. Comment rendre compte d’une ambiance ? Comment en donner une représentation significative ? ZERKA. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vc8q