Archives par mot-clé : Palmeraie

Parcourir la Corbeille : cheminer avec l’érosion après l’inondation

Par Irène Carpentier, David Goeury, Zakaria Kadiri

La corbeille de Nefta est une palmeraie enserrée au coeur d’un cirque de sable d’un kilomètre de largeur. En dessous de cette strate de sable, une couche d’argile étanche générait de multiples résurgences, jusqu’à 152 sources, selon les dires. Mais le percement de cette couche d’argile par des forages profonds à mis fin à ce phénomène naturel.

Aujourd’hui, la corbeille reste un lieu important de la mémoire locale et a fait l’objet d’un projet d’écotourisme depuis 2008. Bien qu’elle ne doive sa survie qu’à une série de forages profonds (plus de 140 mètres) aussi bien pour irriguer les 20 ha de terres, que pour remplir le vaste bassin de son extrémité orientale, elle a été présentée par les autorités et les bailleurs de fonds internationaux, comme un nouveau modèle de tourisme oasien en Tunisie, suite à des aménagements financés, par la principauté de Monaco entre autres. La crête est dominée par les hébergements qui se revendiquent plus ou moins écologiques, du fait de leur vue plongeante sur cet écrin de verdure. Chaque hôtel ou maison d’hôte assure sa promotion à travers la Corbeille, les qualificatifs ethno-environnementaux sont démultipliés dans de large articles d’auto-promotion touristique.

Or, une visite de terrain le 19 octobre 2016, nous a poussé à regarder autrement ce site largement mis en scène dans les médias. En effet, mardi 27 septembre, en 90 minutes, 74 millimètres de pluie se sont abattus sur la ville. Soit la plus forte averse depuis cinq ans. Les bassins versants se sont couverts de ravines, le sable s’est engouffré dans le lit des oueds et est venu recouvrir une grande partie des aménagements touristiques ainsi que certaines parcelles agricoles. L’aléa climatique joue un rôle de révélateur de la fragilité des dispositifs et des discours. Coulées de sables, structures arrachées, eaux stagnantes, déchets déplacés, sont autant de stigmates d’une réalité bien moins heureuse que celle projetée par des manipulateurs de symboles que sont les professionnels du tourisme, les désigners à la mode et autres ONG de développement local.

Continuer la lecture de Parcourir la Corbeille : cheminer avec l’érosion après l’inondation

Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Par Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Nefta, oasis historique du Jérid, reste parmi les plus prestigieuses de Tunisie. Cependant, la palmeraie est loin d’être uniforme et connaît des dynamiques différentes entre le site historique de Ras el Aïn (appelé aussi la Corbeille), et les extensions périphériques modernes.

Il s’agit ici de revenir sur deux visites de parcelles afin d’illustrer la construction d’une opposition discursive entre des sites oasiens dits historiques et des espaces plus récents dominés par le modèle productiviste.

En effet,  les associations de protection et de valorisation se multiplient dans les espaces oasiens les plus anciens, caractérisés par un fort morcellement et une certaine déprise agricole. Ces associations tentent de redéployer une activité autour de la singularité de ces sites et de leur biodiversité. D’autre part, des logiques de spécialisation et d’intensification capitalistique sont à l’oeuvre, en particulier sur les parcelles les plus éloignées du coeur historique.

Continuer la lecture de Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Nefta : une corbeille de sons

Par Abdelaziz Barkani, Noha Gamal et Jean-Paul Thibaud

Nefta, un matin d’octobre. Tu es sur la terrasse de l’hôtel Dar Hi et ton regard s’étale à l’horizon. Un plateau avec différents niveaux creuse une corbeille en contrebas. Une invitation à descendre et à la visiter. Tu descends. Après quelques virages tu te retrouves en bas, sur le chemin de terre. Tu échanges quelques salutations du matin : Bonjour… sabah el Khair… Tu croises les ouvriers déjà au travail et tu continues à descendre. Le calme t’attire et t’enveloppe petit à petit. Un fond de silence sur lequel se diffuse le chant des oiseaux. La verdure te recouvre, les palmiers t’entourent et cachent le ciel. Un écran végétal voile le regard. Tu entends un coq, tu le cherches, tu le localises mais tu ne le vois pas. Ta vue est empêchée, masquée. Par contre tu distingues très clairement la présence sonore des animaux. Expérience acousmatique. Disjonction entre le visuel et le sonore.

Continuer la lecture de Nefta : une corbeille de sons

Le legmi : une menace pour la biodiversité phoenicole, stigmate de la crise de l’agriculture dans la corbeille

 Par Irène Carpentier et David Goeury

Le soir, nous traversons la palmeraie avec le président du GDA, membre du bureau exécutif de l’Agdor (Association de gestion durable de l’oasis de Ras el Aïn). Il se positionne comme un propriétaire responsable. En tant que petit propriétaire, il critique à la fois les propriétaires absentéistes et les khammess en cherchant à se distinguer par son engagement civique pour l’agriculture dans la corbeille.

Lors d’un très long entretien, qui vient compléter un entretien déjà mené par Irène Carpentier en avril 2016, il pose trois questions :

– Le rapport de responsabilité des agriculteurs à la biodiversité de la corbeille de Nefta. Il oppose la permanence d’un patrimoine agricole et des pratiques opportunistes à court terme

– Les enjeux de la question sociale entre des propriétaires absents et des khammes qui ne seraient pas dans une logique de reproduction du capital phoenologique

– La transformation de la pratique du legmi ou vin de palme (boisson de sève de palmier qui se consomme fraîche ou fermentée) en symbole de la dégradation de l’exploitation des palmiers.  A l’inverse de l’ancienne pratique qui permettait la survie du palmier, les palmiers peu productifs ou de variétés communes sont désormais sacrifiés et remplacés par des deglet nour, permettant le maintien de cette pratique alimentaire et festive traditionnelle. Continuer la lecture de Le legmi : une menace pour la biodiversité phoenicole, stigmate de la crise de l’agriculture dans la corbeille

Participation à la conférence internationale Mistrals du 20 au 22 octobre 2015

Les principaux questionnements du programme Zerka ont été présentés sous la forme d’un poster du 20 au 22 octobre 2015 à Marseille lors de la conférence internationale Mistrals.

Deux journées ont permis de présenter les résultats des principaux programmes et une journée a été dédiée aux perspectives de recherche pour les cinq années à venir.

Poster présentant les principales orientations du programme Zerka.
Poster présentant les principales orientations du programme Zerka.

Ahmed Hamiddouch

Le 6 avril, nous nous mettons en route en fin d’après-midi, en direction du petit marché central de la rue Sidi Abderrahmane (Lksabt n tafoukt) dont l’activité bat son plein à ce moment précis de la journée. Une fois sur place, nous entamons la conversation au hasard des rencontres, avec des hommes ou des femmes d’un certain âge susceptibles de faire remonter quelques souvenirs d’un temps où la vie quotidienne semblait foisonner autour de la source bleue.

Marché de la rue Sidi Abderrahmane (Lksabt n tafoukt)
Marché de la rue Sidi Abderrahmane

Continuer la lecture de Ahmed Hamiddouch

Tiznit en 1971 : photo aérienne

 

Les années 1970 marquent une transformation radicale de la ville de Tiznit. Celle-ci devient un chef-lieu de province en 1975 et connaît alors une très forte croissance démographique.

Une ville nouvelle est progressivement bâtie à l’ouest de l’ancienne médina pour accueillir toutes les administrations, les logements des fonctionnaires et un nouveau quartier commercial.

La ville de Tiznit sort alors de ces limites historiques : les murailles sultaniennes édifiées à partir de 1882.

Par ailleurs, l’eau de la source de Reggada est progressivement détournée de la palmeraie au profit des nouveaux quartier et de l’eau potable. Le périmètre irrigué historique connaît alors une profonde mutation. L’oliveraie est abandonnée tandis que de nouvelles exploitations plus au nord se développent grâce à l’équipement des puits historiques avec des motopompes.

L’image aérienne ci-dessous présente un ultime état des lieux avant ces changements.

Photo_aerienne_Tiznit_1971

La ville nouvelle reste encore très modeste alors qu’en revanche le périmètre irrigué se déploie au nord de l’ancienne médina.

Il est possible de clairement distinguer l’oliveraie, Targa n’Zit, de Targa n’Oussenghar, où sont cultivées céréales et légumineuses.

 

 

 

Flore sur les terres abandonnées de Targa n’Oussengar