Archives par mot-clé : littérature

Tiznit, la légende de la source et la cité coloniale, selon Mohammed Khaïr-Eddine dans « Légende et vie d’Agoun’chich »

Extrait de Mohammed Khaïr-Eddine, Légende et vie d’Agoun’chich, Editions du Seuil, 1984.

Mohammed Khaïr-Eddine (1941-1995) est né dans un village de la vallée des Ammelns dans la province de Tiznit. Poète engagé, il s'exile en France puis revient dans son village d'origine pour écrire un roman d'aventure entre Tafraout, Taroudant et Tiznit. Son héros Agoun'chich "tronc d'arbre mort" en tachelhit porte en lui toute la mémoire populaire et lutte contre son effritement.
Les vingt dernières pages du roman se déroulent dans la ville de Tiznit. Mohammed Khaïr-Eddine rappelle une des versions du mythe de fondation de la ville autour de la source d'eau de Lalla Zninia puis décrit les transformations coloniales. Il insiste tout particulièrement sur la question de la prostitution avec des figures très ambivalentes.

    Agoun’chich, qui savait que cet hiver-là serait terrible, résolut d’aller à Tiznit. Il jeta un dernier regard plein d’amertume à la vallée où il était né, enveloppa ses affaires dans une couverture qu’il fixa au dos de sa mule et se mit en route. Il connaissait les détours les plus secrets de la montagne… Aussi se dit-il qu’il ne risquait de rencontrer que des bergers ou des vagabonds isolés. Il éviterait les villages bordant la piste nouvellement tracée par les légionnaires et suivrait le chemin des crêtes. La nuit, il dormirait comme d’habitude à la belle étoile. Cependant, il faudrait se procurer du fourrage et de l’eau pour sa monture, l’été ayant complètement pelé et asséché les hauteurs. Cela ne l’inquiétait pas, car il pouvait payer sans discussion.

            Il arriva à Tiznit au bout de quatre journées de marche. Il n’avait jamais encore vu cette ville dont on lui avait pourtant vanté les couleurs fortes et la splendeur. Ses yeux s’attardèrent longtemps sur ses remparts. On racontait qu’elle avait pour fondatrice une prostituée repentie. Elle était venue du Sahara accompagnée d’une chienne. Elles mouraient de soif depuis des heures. À un moment, la chienne disparut et finit par revenir toute trempée. Elle conduisit aussitôt sa maîtresse à l’emplacement d’une source abondante et pure. Alors l’ancienne prostituée tira un trait sur son passé dissolu, s’installa sur les lieux et devint une sainte irréprochable. Personne n’a jamais pu vérifier cette légende, mais Agoun’chich y croyait comme il croyait à l’existence des êtres surnaturels et aux forces occultes des ténèbres qui l’avaient toujours préservé d’une destruction imminente.

    Dès son arrivée, il loua une chambre dans une auberge donnant sur la place du Méchouar. Cette place rectangulaire et vaste accueillait une foule bigarrée dans ses gargotes et ses garnis modestes. Il y avait constamment un va-et-vient intense. On y mangeait à satiété pour presque rien. Malgré la nouveauté que représentaient les camions et les autocars, les gens continuaient de voyager à dos de mulet ou d’âne et de transporter leurs affaires sur des dromadaires. Les esprits religieux superstitieux assimilaient encore les inventions modernes à une manifestation du diable. Ils disaient que les Français les avaient introduites ici pour dévoyer les croyants et grossir les rangs des infidèles.

Continuer la lecture de Tiznit, la légende de la source et la cité coloniale, selon Mohammed Khaïr-Eddine dans « Légende et vie d’Agoun’chich »