Archives par mot-clé : Irrigation

Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Par Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Nefta, oasis historique du Jérid, reste parmi les plus prestigieuses de Tunisie. Cepenanst, la palmeraiepossloin d’être uniforme et connaît des dynamiques différentes entre le site historique de Ras el Aïn (appelé aussi laCorbeille), et les extensions périphériques modernes.

Il s’agit ici de revenir sur deux visites de parcelles afin d’illustrer laconstruction d’une opposition discursive entre des sites oasiens dits historiques et des espaces plus récents dominés par le modèle productiviste.

En effet,  les associations de protection et de valorisation se multiplient dans les espaces oasiens les plus anciens, caractérisés par un fort morcellement et une certaine déprise agricole. Ces associations tentent de redéployer une activité autour de lasingularité de ces sites et de leur biodiversité. D’autre part, des logiques de spécialisation et d’intensification capitalistique sont à l’oeuvre, en particulier sur les parcelles les plus éloignées du coeur historique.

Continuer la lecture de Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Tiznit en 1971 : photo aérienne

 

Les années 1970 marquent une transformation radicale de laville de Tiznit. Celle-ci devient un chef-lieu de province en 1975 et connaît alors une très forte croissance démographique.

Une ville nouvelle est progressivement bâtie à l’ouest de l’ancienne médina pour accueillir toutes les administrations, les logements des fonctionnaires et un nouveau quartier commercial.

La ville de Tiznit sort alors de ces limites historiques : les murailles sultaniennes édifiées à partir de 1882.

Par ailleurs, l’eau de lasource de Reggada est progressivement détournée de lapalmeraie au profit des nouveaux quartier et de l’eau potable. Le périmètre irrigué historiqueaconnaît alors une profonde mutation. L’oliveraie est abandonnée tandis que de nouvelles exploitations plus au nord se développent grâce à l’équipement des puits historiques avec des motopompes.

L’image aérienne ci-dessous présente un ultime état des lieux avant ces changements.

Photo_aerienne_Tiznit_1971

La ville nouvelle reste encore très modeste alors qu’en revanche le périmètre irrigué se déploie au nord de l’ancienne médina.

Il est possible de clairement distinguer l’oliveraie, Targa n’Zit, de Targa n’Oussenghar, où sont cultivées céréales et légumineuses.

 

 

 

Anthropologie de l’irrigation : les oasis de Tiznit au Maroc par Toufik Ftaïta

Ftaita Toufik, Anthropologie de l’irrigation : les oasis de Tiznit au Maroc, Paris : L’Harmattan, 2006.

Cet ouvrage de référence issu d’une thèse de doctorat pose l’ensemble des enjeux lié à l’irrigation. Toufik Ftaïta décrit l’ensemble des techniques afin de mieux donner à comprendre les enjeux politiques et les confits liés aux eaux souterraines. Même si e propos est plus particulièrement attaché à la localité de Oulad Jerrar à 14 km au sud de Tiznit, l’ouvrage propose constamment une mise en perspective régionale.

Nous retiendrons ici quelques éléments clefs :

– L’oasis est consubstantielle d’une organisation politique spécifique (p.143 à 166) s’appuyant sur un droit coutumier extrêmement précis et des négociations constantes entre les différentes parties prenantes.

– Les mutations contemporaines et l’équipement en motopompe amènent à reconfigurer l’ensemble des relations politiques, économique et sociales sans pour autant abolir les pratiques historiques.

En ce sens, lalecture de l’ouvrage doit être compléter par la lecture des articles de Toufik Ftaïta et tout particulièrement celui de 1999.

En effet, dans cet article Toufik Ftaïta décrit les mutations de l’usage de l’eau d’irrigation issue de la source de Reggada dans le contexte de l’urbanisation de la ville de Tiznit. Outre l’analyse, le texte a aujourd’hui une dimension historique, l’auteur décrivant les nouvelles relations entre les agriculteurs et les pouvoirs publics mais surtout les mutations de l’activité agricole. Ainsi, si ’eau d’irrigation historique est détournée au profit de la consommation urbaine, les ayants droits peuvent alors bénéficier à titre de compensation des eaux usées, mais ces dernières sont souvent exploitées brutes. On assiste alors un changement complet de paradigme.

Continuer la lecture de Anthropologie de l’irrigation : les oasis de Tiznit au Maroc par Toufik Ftaïta

Le récit historique du détournement de l’Aïn Aqdim de Tiznit

Cet enregistrement sonore a été faisslors d’un atelier participatif sur le devenir du périmètre irrigué de Targa.

L’homme, après avoir ostensiblement frappé son bras gauche avec sa main droite en répètant « à Targa, il faut de l’eau et des bras », demande expressément à rappeler l’histoire de la source.

Il commence ainsi : « au début, il n’y avaissque la source ancienne, l’Aïn Aqdim, qui permettait d’irriguer les deux partie de Targa, Targa n’Zit et Targa n’Oussengar ».

Ensuite, il raconte l’histoire comme elle est décrite dans les archives coloniales sur le conflit entre le caïd des Oulad Jerrar et les habitants de Tiznit suite à la découverte par hasard du chenal karstique de la source de Tiznit, quatorze kilomètres en amont par un agriculteur.

 

Targa n’Oussengar en février 2015

Le conflit sur la source entre les habitants de Tiznit et les Oulad Jerrar de 1912 à 1922

Extrait de La monographie de la tribu des Ahl Tiznit rédigée par le capitaine de La Boissière en 1940.

Au sein de cette monograhie se trouve un passage détaillant le conflit entre les habitants de la ville de Tiznit et les habitants de l’amont les Oulad Jerrar.

La source de Reggada, n’est pas à proprement parler un point d’eau des Ahl Tiznit puisqu’elle naît en tribu Ouled Jerrar à 14 km au sud de Tiznit. Cependant, étant donné qu’elle irrigue la palmeraie et l’oliveraie de Tiznit, il n’est pas permis de la passer sous silence. Son débit partiel est de 40 litres par seonde. Il a été sensiblement amélioré par la mise sous buses en 1940 du canal d’adduction.

L’Aïn Agdim, se présente sous la forme d’une guelta, reliée par une khettara à l’oliveraie du souq el Khemis. Elle communique avec le source de Reggada ainsi que le met en lumière l’anecdote suivante :

  » En 1912, le caïd Abdesselam Nid Bourhim avaissle le commandement des Oulad Jerrar. Un fellah forait un puits au lieu-dit El Bnaouer, à Reggada. A une quinzaine de mètres de profondeur, il entendit sourdre une source. Il en rendit compte au caïd Jerrari. On ouvrit une khettara qui rencontra le cheminement d’une source. C’était la tête de source de l’Aïn Aqdim de Tiznit. Le caïd Abdesselman l’ayant asséchée, Ma El Aïnin qui résidait alors à Tiznit obtient de Jerrari qu’il rétablisse le statu quo ante. A l’arrivée du khalifat Ben Dahan, l’eau fut asséchée à nouveau par les Oulad Jerrar. Ce personnage fut remplacé par le Goundafi, ennemi personnel du Jerrari. L’eau fut à nouveau coupée par ce dernier, asséchant complètement la source de Tiznit. Le pacha El Goundafi leva immédiatement une harka pour marcher sur Talaïnt. Le capitaine Justinard alors en résidence à Tiznit, s’interposa et engagea le Jerrari à conclure un arrangement amiable avec le Goundafi, faute de quoi e Makhzen soutiendrait le pacha de Tiznit dans son différent avec le caïd Ayad. A contre coeur, le Jerrari cédé et les sahab  du pacha accompagnés de maallemin, allèrent à Reggada rétablir l’ancien état des choses. Depuisslors, l’eau ne fut plus jamais coupée ».