Archives par mot-clé : Agriculture

Terre chaude – Terre de Saints

Par Marc Breviglieri et Mohamed Mouskite

Djamel semble intarissable. De sa parcelle, des moindres recoins de la « corbeille » de Nefta, il parait tout connaitre et tout apprécier. Pour mieux s’expliquer, il trace dans le sable des plans vus du ciel, l’alignement des parcelles, la césure entre les propriétés qui reflète aussi le parcours des canaux d’irrigation. Son discours est parfaitement rodé, il n’y a plus de place pour l’improvisation descriptive. Continuer la lecture de Terre chaude – Terre de Saints

Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Par Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Nefta, oasis historique du Jérid, reste parmi les plus prestigieuses de Tunisie. Cependant, la palmeraie est loin d’être uniforme et connaît des dynamiques différentes entre le site historique de Ras el Aïn (appelé aussi la Corbeille), et les extensions périphériques modernes.

Il s’agit ici de revenir sur deux visites de parcelles afin d’illustrer la construction d’une opposition discursive entre des sites oasiens dits historiques et des espaces plus récents dominés par le modèle productiviste.

En effet,  les associations de protection et de valorisation se multiplient dans les espaces oasiens les plus anciens, caractérisés par un fort morcellement et une certaine déprise agricole. Ces associations tentent de redéployer une activité autour de la singularité de ces sites et de leur biodiversité. D’autre part, des logiques de spécialisation et d’intensification capitalistique sont à l’oeuvre, en particulier sur les parcelles les plus éloignées du coeur historique.

Continuer la lecture de Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Nefta : une corbeille de sons

Par Abdelaziz Barkani, Noha Gamal et Jean-Paul Thibaud

Nefta, un matin d’octobre. Tu es sur la terrasse de l’hôtel Dar Hi et ton regard s’étale à l’horizon. Un plateau avec différents niveaux creuse une corbeille en contrebas. Une invitation à descendre et à la visiter. Tu descends. Après quelques virages tu te retrouves en bas, sur le chemin de terre. Tu échanges quelques salutations du matin : Bonjour… sabah el Khair… Tu croises les ouvriers déjà au travail et tu continues à descendre. Le calme t’attire et t’enveloppe petit à petit. Un fond de silence sur lequel se diffuse le chant des oiseaux. La verdure te recouvre, les palmiers t’entourent et cachent le ciel. Un écran végétal voile le regard. Tu entends un coq, tu le cherches, tu le localises mais tu ne le vois pas. Ta vue est empêchée, masquée. Par contre tu distingues très clairement la présence sonore des animaux. Expérience acousmatique. Disjonction entre le visuel et le sonore.

Continuer la lecture de Nefta : une corbeille de sons

Le legmi : une menace pour la biodiversité phoenicole, stigmate de la crise de l’agriculture dans la corbeille

 Par Irène Carpentier et David Goeury

Le soir, nous traversons la palmeraie avec le président du GDA, membre du bureau exécutif de l’Agdor (Association de gestion durable de l’oasis de Ras el Aïn). Il se positionne comme un propriétaire responsable. En tant que petit propriétaire, il critique à la fois les propriétaires absentéistes et les khammess en cherchant à se distinguer par son engagement civique pour l’agriculture dans la corbeille.

Lors d’un très long entretien, qui vient compléter un entretien déjà mené par Irène Carpentier en avril 2016, il pose trois questions :

– Le rapport de responsabilité des agriculteurs à la biodiversité de la corbeille de Nefta. Il oppose la permanence d’un patrimoine agricole et des pratiques opportunistes à court terme

– Les enjeux de la question sociale entre des propriétaires absents et des khammes qui ne seraient pas dans une logique de reproduction du capital phoenologique

– La transformation de la pratique du legmi ou vin de palme (boisson de sève de palmier qui se consomme fraîche ou fermentée) en symbole de la dégradation de l’exploitation des palmiers.  A l’inverse de l’ancienne pratique qui permettait la survie du palmier, les palmiers peu productifs ou de variétés communes sont désormais sacrifiés et remplacés par des deglet nour, permettant le maintien de cette pratique alimentaire et festive traditionnelle. Continuer la lecture de Le legmi : une menace pour la biodiversité phoenicole, stigmate de la crise de l’agriculture dans la corbeille

Séminaire Agricultures, territoires et développement durable du CIST, le 26 novembre 2015

Date 26 novembre 2015 // 14:00 – 17:00

Cette séance du séminaire de l’axe Agricultures, territoires et développement durable du Collège international en sciences du territoire se tient au centre CNRS,2 rue Valette, Paris 5e

– David Goeury (chercheur associé au Centre Jacques Berque, Rabat) – Histoire, mémoire et devenir du périmètre irrigué de Targa (Tiznit, région Sous-Massa, Maroc). Quelle place pour l’agriculture urbaine dans une région d’agriculture intensive ?

Continuer la lecture de Séminaire Agricultures, territoires et développement durable du CIST, le 26 novembre 2015

Tiznit en 1971 : photo aérienne

 

Les années 1970 marquent une transformation radicale de la ville de Tiznit. Celle-ci devient un chef-lieu de province en 1975 et connaît alors une très forte croissance démographique.

Une ville nouvelle est progressivement bâtie à l’ouest de l’ancienne médina pour accueillir toutes les administrations, les logements des fonctionnaires et un nouveau quartier commercial.

La ville de Tiznit sort alors de ces limites historiques : les murailles sultaniennes édifiées à partir de 1882.

Par ailleurs, l’eau de la source de Reggada est progressivement détournée de la palmeraie au profit des nouveaux quartier et de l’eau potable. Le périmètre irrigué historique connaît alors une profonde mutation. L’oliveraie est abandonnée tandis que de nouvelles exploitations plus au nord se développent grâce à l’équipement des puits historiques avec des motopompes.

L’image aérienne ci-dessous présente un ultime état des lieux avant ces changements.

Photo_aerienne_Tiznit_1971

La ville nouvelle reste encore très modeste alors qu’en revanche le périmètre irrigué se déploie au nord de l’ancienne médina.

Il est possible de clairement distinguer l’oliveraie, Targa n’Zit, de Targa n’Oussenghar, où sont cultivées céréales et légumineuses.

 

 

 

Targa n’Oussengar en février 2015

Agriculture familiale : transformation et continuité

Le périmètre de Targa est dominé par une agriculture familiale.

Les exploitations de petite taille sont dédiées à la polyculture. Le découpage historique entre Targa n’Zit (le périmètre irrigué des oliviers, à l’ouest de l’oued Toukhsine) et Targa n’Oussenghar (le périmètre irrigué du maïs à l’est de l’oued Toukhsine)  a été profondément modifié depuis les années 1970. La culture de l’oliviers s’est déplacée sur la rive orientale tandis que désormais la rive occidentale a été progressivement abandonnée pour se développer plus au nord.

Aujourd’hui, les agriculteurs mettent en oeuvre une culture étagée mêlant arboriculture (oliviers majoritairement), céréaliculture et maraîchage.

Assolement du périmètre irrigué de Targa observé en mars 2015.

Assolement du périmètre irrigué de Targa observé en mars 2015.

Il existe autant de mise en oeuvre que d’exploitant, chacun élaborant un système productif spécifique selon la taille de ces parcelles, la disponibilité de l’eau et le nombre de membre de la famille impliqués.

Ici, sur la parcelle irrigué de façon gravitaire est décomposée en casiers. Les buttées sont plantées de maïs destiné à l’ensilage animal tandis que le casier est dédié à des herbacées (menthe, coriandre) ou à des tubercules. A une centaine de mètres, un autre agriculteur privilégie des parcelles entières de maïs à haut rendement, irrigués en goutte en goutte, dont les épis sont vendus à des marchands ambulants qui les proposent grillés sur le souk et dans la ville et dont le reste de la plante est ensilé pour l’alimentation bovine.

Cependant, il apparaît un modèle désormais dominant qui est l’élevage bovin laitier. Les parcelles sont ensemencées de luzerne afin de nourrir des vaches laitières en stabulation. Si certains vendent le lait et surtout le petit lait au nord de la médina, la plupart s’est regroupée au sein d’une coopérative qui appartient au réseau COPAG et qui commercialise ses produits à l’échelle nationale sous la marque Jaouda. Le litre de lait leur est acheté à 4 dhs (soit 0,35 centimes d’euros), si bien que 3 à 4 vaches permettent de faire vivre un ménage.